1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,00/5 sur 486 votes)

Loading...

6 choses à faire pour reprendre son POUVOIR PERSONNEL – WUC #204

Bonjour à vous ! Ici David Laroche de la série Wake-Up-Calls, le rendez-vous quotidien pour booster et inspirer votre vie.

Voyons, aujourd’hui, comment reprendre son pouvoir personnel.

D’abord, qu’est-ce que le pouvoir personnel ? Je parle d’un pouvoir à l’intérieur de soi, non pas d’un pouvoir sur les autres. C’est la capacité à accéder à son potentiel à l’intérieur de soi. Nous avons tous un extraordinaire pouvoir personnel. Mais qu’est-ce qui fait que l’on y accède ou que l’on n’y accède pas ? À vous de voir comment vous voulez utiliser les six clés de la vidéo.

La première chose pour reprendre son pouvoir personnel, c’est de reprendre la responsabilité de chacun des événements de votre vie.

Il y a une vraie différence entre passer de la culpabilité à la responsabilité. La culpabilité, c’est s’en vouloir, c’est-à-dire se dire : “C’est à cause de moi”.

La responsabilité, c’est plusieurs choses ; d’abord, se dire : “J’ai un choix, j’ai un pouvoir dans ce que je fais des événements de ma vie”. Là, je ne parle même pas de ce qui vient de se passer, mais de ce que je vais faire de ce qui vient de se passer, de ce que je vais construire, de la manière dont je vais inspirer les autres et en écrire un livre, en faire une conférence, un film, une vidéo, une musique, peut-être en parler à mes petits-enfants autour d’un feu de cheminée dans dix, vingt ou trente ans, et les inspirer par rapport à ce qui vient de se passer.

Le deuxième espace de responsabilité, c’est la leçon que j’apprends de ce qui vient de se passer pour éviter que cela se reproduise, et comment je le transforme. Donc, prenez la responsabilité de chacun des événements de votre vie et basculez en mode acteur, créateur de votre vie et de votre réalité.

La deuxième clé, c’est arrêter de se positionner en victime.

Arrêtez de vous positionner parfois en victime. Je connais cela par coeur. Encore parfois, je me mets en mode victime dans mon couple, par rapport à la société ou par rapport à la vie. Ce n’est pas un problème de le faire, mais arrêtons juste de le faire. Plus vite on se rend compte que l’on bascule en mode victime, plus vite on peut transformer.

C’est quoi le mode victime ? C’est se dire : « Ah ! C’est à cause d’elle, à cause de ceci, à cause des gens, du monde, de la météo… » Dites-vous : « Non, stop ! J’arrête mes bêtises, mes histoires et mes excuses, et je reprends mon pouvoir à partir de maintenant. »
Je sais que cela peut paraître difficile. Des fois, je lis en commentaire : « Oui, mais ce n’est pas facile pour tout le monde. » Peut-être, mais la réalité, c’est qu’il ne s’agit pas des autres, mais de soi. Beaucoup de personnes se mettent derrière l’excuse que pour certains, ce n’est pas facile. Il ne s’agit pas de cela, il s’agit de vous, entre vous et vous-même, d’avoir l’honnêteté de se dire : « Il y a des fois où j’ai repris mon pouvoir. Donc, si j’ai pu le faire, c’est que je suis capable de le faire. J’arrête de faire ma victime, je prends la décision de prendre mon pouvoir personnel et de me créer une vie magique. »

La troisième clé, c’est l’environnement que vous avez.

Êtes-vous êtes d’accord que là, c’est plus facile d’accéder à mon pouvoir personnel en ayant cette vue magique et le soleil qui est en train de se lever ? C’est forcément beaucoup plus facile. Donc, où est ma responsabilité ? C’est là où je vis, qui je côtoie, les gens autour de moi, ce que je mange, ce que je lis, ce que je regarde comme vidéos.
Mon environnement va m’aider. Si je m’entoure de gens en mode victime, cela va être ma norme. Et quand je fais la victime, les gens vont dire : « Oh ! Tu n’as pas de chance, toi aussi tu es une victime, nous sommes des victimes ensemble. » Pour résumer, on se crée une belle équipe de loosers ensemble, bien victimes. Et ce qui est bien, c’est que vu que l’on partage la même histoire, personne n’aura envie de la changer.
Alors que si je m’entoure de personnes qui sont en mode leaders et créateurs, et que je fais ma victime, que va-t-il se passer ? Il y a deux options. Soit ils vont me regarder en me disant : « Mais qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi tu te parles comme cela ? Pourquoi tu t’insultes ? Pourquoi te répètes-tu cette histoire ? » Ils vont être durs avec nous, et cela va nous aider à nous transformer. Ou alors, on ne va pas les supporter, on va fuir.

Donc, mettez de la valeur sur les gens autour de vous et ce que vous mettez à l’intérieur de vous, et créez-vous une équipe de personnes qui reprennent leurs pouvoirs personnels, cela va faire une énorme différence.

La quatrième clé, c’est de déterminer vous-même votre valeur plutôt que de laisser les autres le faire.

Je vous donne quelques exemples. Pendant longtemps, pour déterminer ma valeur, j’étais sensible au nombre de « j’aime » et « je n’aime pas » que j’avais sur mes vidéos, au nombre de commentaires positifs ou négatifs en sortie d’une conférence, et je passais mon temps à être en référence externe plutôt qu’en référence interne.

La référence externe, c’est que pour déterminer la valeur que j’ai, je m’appuie sur ce que les autres pensent de moi. La référence interne, c’est le fait de chercher la réponse à l’intérieur.

Pendant un temps, peu importe ce que disaient les autres, je m’exerçais à m’autoévaluer jusqu’à être capable de dire : « J’ai de la valeur moi-même ». Cela ne veut pas dire que je n’écoutais plus les autres, mais c’était important d’abord de passer par le filtre à l’intérieur de moi, plutôt que de me demander tout le temps ce que les autres pensaient ; ce qui est épuisant, et qui, en plus, est un fantasme parce que quoique vous fassiez, que vous soyez brillant ou non, il y aura toujours quelqu’un qui sera en train de vous juger et pour vous dire que ce que vous faites est nul. Donc, autant vous autoévaluer.

La cinquième clé, c’est de changer votre langage.

Le langage est déterminant par rapport à votre pouvoir personnel. Par exemple, arrêtez d’employer tous les langages autour de la victimisation, des phrases telles que : « Ce n’est pas ma faute. C’est à cause de l’autre. Je n’avais pas le choix. C’est comme ça », mais basculez dans un langage qui donne du pouvoir, qui est orienté action et changement.

J’aime cette phrase de Marc Aurèle qui dit : “Donne-moi la force de changer les choses que je peux, la sérénité d’accepter les choses qui sont et la sagesse de distinguer l’une de l’autre”, cela m’aide et m’entraîne à m’orienter “pouvoir et changement” plutôt que “victime”.

La sixième clé, c’est de vous réinventer en permanence, de définir qui vous êtes, mais aussi de vous autoriser à changer cela. Peut-être que pendant un an, vous avez envie de partir dans une direction, et l’année suivante dans une autre.

Par exemple, en 2014, j’ai eu envie de me réinventer en mode “j’ai le droit d’être comédien”, puis peut-être en mode « réalisateur », et peut-être plus en tant que conférencier ou acteur, etc. Il y a une personne récemment qui m’a dit : « C’est intéressant quand tu te présentes, tu ne commences pas par « je suis … », mais par « j’ai envie de faire / transmettre cela »…” C’est intéressant parce que cela m’ouvre un éventail de cases plus larges que si je me bloque à “je suis acteur / coach”.

Donc, je m’autorise à me réinventer comme un designer qui dit : « J’ai envie de changer le design / la configuration de cette pièce cette année. »

Donc, on a vu six clés :

– D’abord, prenez un maximum votre responsabilité.
Je sais que c’est des fois inconfortable, j’ai beau le connaître par coeur, il y a encore beaucoup de fois où je ne l’apprends pas. Mais au moins, j’en ai conscience et j’ai une petite partie de moi qui me dit : “David, tu peux te raconter toutes les excuses que tu veux, tu ne prends pas ta responsabilité.” Et il y a toujours quelque chose à apprendre.

– Deuxièmement, arrêtez de vous positionner en victime et de vous plaindre, faites face à vos peurs, et encore une fois, prenez votre pouvoir.

– Troisièmement, transformez votre environnement et entourez-vous de gens qui ne sont pas en mode « victimes », mais en mode “je prends ma responsabilité” ; sans basculer dans l’extrême et dire : « Je dois avoir un écosystème de personnes qui ne sont que de haut niveau.” Vous attirerez toujours les deux. Encore une fois, il y a un sens et un intérêt dans les deux.

– Quatrièmement, déterminez votre valeur vous-même plutôt que de laisser les autres vous déterminer.

– Cinquièmement, changez votre langage. Parlez-vous autrement, avec bienveillance et avec des mots qui créent de l’énergie.

– Et la sixième clé, c’est de vous réinventer en permanence. Soyez les architectes et les designers de votre vie, en se disant : « Cette année, j’ai envie d’exprimer tels traits de caractère. » Autorisez-vous à changer. Vos valeurs et ce qui est important pour vous fluctuent et changent en fonction des années.

Donc finalement, reprendre son pouvoir personnel, c’est accessible à tout le monde. C’est une vraie décision au quotidien de se dire : « J’ai envie d’être un homme / une femme puissant(e). Vous en avez les capacités, décidez-le et créez-vous une vie extraordinaire selon vos propres critères.

Si cette vidéo vous a inspiré, ou si vous pensez qu’elle peut inspirer quelqu’un à reprendre / renforcer son pouvoir personnel, partagez-la un maximum. Cliquez sur le bouton « j’aime », dites-moi en commentaire ce qu’elle vous inspire, peut-être des questions que vous vous posez en ce moment.

Et surtout, on avance ensemble ! Merci à vous !

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This