Comment arrêter de remettre au lendemain – STOP Procrastination – #WUC 173

 David Laroche : Bonjour à vous, ici David Laroche de la série Wake up Calls, votre rendez-vous pour booster et secouer votre vie. Voyons comment arrêter de procrastiner, arrêter de reporter au lendemain.

Alors j’imagine que vous avez déjà entendu parlé du mot « procrastination », cette idée de reporter au lendemain. C’est un mot qui n’est vraiment pas très beau, mais qui veut dire effectivement que quand on a quelque chose d’important pour nous, on ne le fait pas. Pour moi la procrastination, c’est finalement avoir un rêve par là-bas et tous les jours agir par là-bas. Alors il y a deux notions de la procrastination. Bien sûr je crois que parfois on ne fait pas les choses qu’on aurait envie de faire et qu’on doit faire, qui sont importantes pour nous. Mais j’ai une autre vision de la procrastination qui est que des fois, quand on procrastine et qu’on reporte quelque chose, c’est que peut-être, on n’a pas à la faire. Donc voyons six façons de stopper la procrastination dans notre vie.

La première chose, c’est que peut-être, je ne fais pas la bonne chose. Peut-être que je procrastine parce que ce que je fais, n’est pas ce que j’ai à faire. Et que simplement, je me répète que je dois le faire sous prétexte que je voudrais répondre à des codes et que ce n’est pas pour moi, ce n’est pas la chose que j’ai envie de faire.

Donc un : peut-être que vous ne faites pas la bonne chose pour vous.

Deux : peut-être que vous ne faites pas la chose de la bonne façon. Peut-être que c’est vraiment ce qu’il y a à faire, mais que la façon dont vous voulez le faire ce n’est pas pour vous. Par exemple, des fois je m’entêtais à faire des vidéos mais la forme de la vidéo, la façon dont je la tournais, le matériel que j’utilisais n’était pas la bonne façon. Donc du coup je reportais, parce qu’au fond, je n’avais pas vraiment envie de le faire comme ça. Donc des fois c’est la bonne chose, mais ce n’est pas la bonne façon.

Le troisième point, c’est que des fois on fait la bonne chose de la bonne façon, mais que ce n’est pas le bon moment. Des fois on essaye de faire une action alors qu’on est fatigué, alors qu’on n’est pas avec les bonnes personnes ou alors que des fois ce n’est pas le bon contexte. Donc peut-être que oui c’est la bonne action que vous avez à faire, peut-être que oui c’est la bonne façon, mais que ce n’est pas le bon moment. Et donc posez-vous la question : « quand est-ce que ça serait le moment idéal pour mettre en place ce projet ou cette action? »

Peut-être que vous avez la bonne chose, de la bonne façon, au bon moment, mais peut-être que vous n’êtes pas avec les bonnes personnes. Des fois on n’arrive pas à être motivé juste parce que les personnes avec qui on travaille, ne sont pas celles qui sont adaptées pour nous. Donc peut-être que là où vous travaillez, l’équipe que vous avez, les gens avec qui vous avancez ne sont peut-être pas les meilleures personnes pour vous et que juste changer de personnes va faire toute le différence. Des fois, on s’entête à maintenir une relation sous prétexte qu’on croit qu’on ne pourrait pas en avoir une meilleure ou alors qu’il ne faut pas ou que ce n’est pas bien et que ce n’est peut-être pas la bonne relation pour vous. Donc un : est-ce que c’est la bonne chose ? Deux : est-ce que c’est la bonne façon ? Est-ce que c’est le bon moment ? Ou est-ce que c’est la bonne personne ?

Cinquième façon de travailler, c’est peut-être que vous ne voyez pas assez de bénéfices à mettre en place ce projet ou cette action. Et faites une liste de tous les bénéfices et de tous les pourquoi pour vous, pour les autres, à court terme, à moyen terme, à long terme de mettre en place cette action-là. Donc vous allez avoir vingt, quarante choses, bénéfices, quarante bénéfices à mettre en place ce projet. Je vous garantis vous aurez plus de motivation. Vous prenez un papier, vous dites : « ok, c’est quoi mon intérêt de mettre en place truc-là ? Qu’est-ce que ça m’apporte à moi? Aux autres? Aux gens? À court terme? À moyen terme? à long terme? » Trouvez des bénéfices.

Et peut-être que la sixième raison pour laquelle vous procrastinez, c’est que vous ne voyez pas assez de douleurs à ne pas le faire. Par exemple, vous ne voyez pas le prix à payer qu’il y a de ne pas passer à l’action. Dans ce cas-là vous faites une liste des conséquences douloureuses, désagréables à ne pas bouger, à ne pas faire votre comptabilité, à ne pas finir ce dossier à temps, à ne pas dire telle chose à une personne que vous voulez, à qui vous voulez le dire. Vous voyez en quoi ne pas le faire va engendrer plus d’inconvénients que d’avantages. Et c’est simple, donc je vais renforcer le plaisir en voyant en quoi c’est génial de mettre en place cette action. Et je vais renforcer la douleur en voyant en quoi c’est finalement un problème pour moi de ne pas le faire. Voilà comment j’aborderais la procrastination. Mais encore une fois, des fois quand on procrastine, c’est que ce n’est peut-être pas ce qu’on a à faire et c’est juste ça.

Donc un : est-ce que vous faites la bonne chose ?

Deux : est-ce que vous la faites de la bonne façon ?

Trois : est-ce que c’est le bon moment de le faire ?

Quatre : est-ce que c’est avec les bonnes personnes ?

Cinq : est-ce que vous avez vu assez de bénéfices à mettre en place ce projet ?

Six : est-ce que vous avez vu assez de conséquences négatives à ne pas le faire ?
Je vous garantis, si vous travaillez là-dessus, vous arriverez à mettre en place les projets qui sont importants pour vous et vous passerez à l’action et stopperez la procrastination. Ok ?

Donc merci à vous de votre confiance. Et voilà. C’est grâce à vous et avec vous que je fais cette vidéo et merci encore une fois.
On avance ensemble.

0 commentaires

Share This