1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,62/5 sur 769 votes)

Loading...

Comment reprogrammer son esprit et obtenir ce que vous voulez – #WUC 171

Bonjour à vous, ici David Laroche de la série Wake Up Calls, votre rendez-vous pour booster et secouer votre vie. Voyons aujourd’hui comment reprogrammer votre esprit, et obtenir ce que vous voulez dans votre vie.
J’entends souvent des personnes me dire: « oui, mais moi je n’ai pas envie de me reprogrammer. J’ai envie d’être tel que je suis. » Et j’aime souvent leur demander : « Mais ce que tu es aujourd’hui, comment ça se fait que tu l’es? » Et souvent les personnes me font un petit filet de bave et commencent à buguer. Parce qu’ils se réalisent en fait, que simplement qui ils sont aujourd’hui est le fruit de leur programmation du passé. Ils sont aujourd’hui le fruit de ce qu’on leur a répété en boucle dans le passé. En fait, on est le fruit de nos programmations. Est-ce qu’on est né avec un accent? Non. On a développé cet accent. Donc on a programmé notre accent. L’objectif de cette vidéo c’est de vous donner six outils qui vont vous permettre de programmer littéralement votre esprit, et d’avoir ce que vous voulez dans votre vie. Je vous garantis qu’en utilisant ça, vous allez être surpris à quel point vous pouvez obtenir plus dans votre vie. Les six étapes que vous allez découvrir, si vous les utilisez, marchent. Elles sont le fruit des recherches que j’ai pu avoir, dans toutes les personnes que j’ai interviewées et étudiées, donc j’ai décortiqué leur réussite.

La première chose, c’est que si vous voulez reprogrammer votre esprit, vous devez définir ce que vous voulez. Il faut imaginer l’esprit, le cerveau, comme un Google. Dès lors que je mets une requête, c’est à dire une recherche qui est claire, je vais avoir des réponses qui sont claires. Une partie du cerveau s’appelle le système réticulé-activateur, est en fait simplement, la partie du cerveau qui a pour but de filtrer à l’extérieur, ce qui répond à l’intention que je pose. Si par exemple, je pose l’intention d’aller chercher à l’extérieur, par exemple, tout ce qui est relatif aux médias, je vais avoir une attention particulière à tout ce qui est de l’ordre des journalistes, des médias, de la presse ou quoique ce soit. Et donc, du coup, ça va me donner des nouvelles informations, et ça va me permettre de filtrer le monde extérieur. D’une façon où je vais pouvoir l’utiliser et réaliser mes projets et ce qui est important pour moi. Donc la première étape, c’est définissez ce que vous voulez. Qu’est-ce que vous voulez atteindre ? Qu’est-ce qui est important pour vous ? Comment est votre vie dans un an si tout est possible ? Plus vous allez le définir, plus vous allez pouvoir l’obtenir. Plus vous allez imaginer la vie que vous voulez dans le futur, plus vous allez être en capacité, finalement, de devenir le vous du futur maintenant. Donc j’insiste sur cette étape qui reprogramme votre esprit, c’est de passer du temps à déterminer et définir, designer et dessiner le vous du futur, la vie dans le futur. Définissez-le, le plus clairement possible.

La deuxième chose quand vous avez dessiné et imaginé le futur, vous avez défini la vie dans le futur, défini votre programmation du futur, à quoi vous ressemblez dans le futur, c’est de ressentir le plus souvent possible le « vous » du futur. Et j’insiste sur le mot « ressentir ». Il ne s’agit pas juste de se dire « oui, j’ai compris ce que je veux », il s’agit de se dire : « je ressens que je le suis déjà ». Et ça, le plus souvent possible dans la journée. Par exemple, de marcher comme la version du futur, de penser comme la version du futur, de dépenser mon argent comme la version du futur, et de me dire, tiens je me ressens être cette version-là. Parce que je suis dans le présent ce que j’ai le plus été dans le passé. Donc si dans le présent, je me mets à être ce que je veux être dans le futur, je vais le devenir.

Donc pour distinguer avec la troisième clef, dans le deux je ressens que je le suis, dans le trois je vais agir clairement en me disant tiens, comment est-ce que le « moi » du futur agirait ? Comment est-ce que le « moi » dans dix ans agirait ? Donc il y en a un, c’est je ressens que je le suis, l’autre, j’agis. Par exemple, je suis au restaurant, le « moi » du futur, qu’est-ce qu’il mange ? Je suis dans le centre commercial, le « moi » du futur, comment est-ce qu’il dépense ? Est-ce qu’il achète, est-ce qu’il n’achète pas ? Je suis dans une conversation, le ‘moi’ du futur, quelles questions il pose, de quoi il parle ? Plus je le fais, plus je vais le ressentir, plus ça va m’aider à l’imaginer. C’est vertueux les trois ensemble.

Quatre, c’est une autorisation que je me donne. Plein de fois j’ai eu du mal à devenir le « moi » du futur. Non pas parce que je n’arrivais pas à le ressentir, non pas parce que je ne savais pas ce que je voulais, non pas parce que je ne savais pas quoi faire, mais parce que je ne m’autorisais pas à l’être. Répétez cette phrase : « je m’autorise à être ce « moi » du futur. » Et c’est encore mieux quand on a défini le « moi » du futur. Par exemple, « je m’autorise à être confiant, j’ai le droit d’être confiant. » Donnez-vous la permission d’être confiant. Qui d’autre peut le faire ? Imaginez que vous êtes un parent bienveillant, et maintenant vous dites je me donne le droit de l’être. Et vous allez voir, ce droit que vous donnez va changer les choses.

La cinquième façon de programmer votre esprit, c’est par des questions vraiment très très puissantes. Posez-vous des questions de plus en plus puissantes. Les questions c’est un art qui se raffine. Donc par exemple des questions puissantes c’est : voilà quelle serait la différence dans ma vie ? Qui est-ce que j’ai envie de devenir ? Qu’est-ce qui ferait que ma vie soit idéale ? À quoi je sais que j’ai atteint l’objectif ? À quoi je sais que je suis heureux ? Tiens à la fin de ma vie, qu’est-ce qui fait que je suis fier de moi ? Si j’avais un message à donner à l’humanité, lequel ça serait ? Toutes ces questions de qualité reprogramment mon esprit. Chaque question crée des nouvelles connexions neurologiques. Je vous invite à être une machine à questions. Avec vous-même, avec les autres, dans vos interactions, parce que ça va littéralement reprogrammer votre esprit. La plupart des gens qui ont la vie d’aujourd’hui qui ressemble à la vie d’avant, c’est parce qu’ils se posent les mêmes questions qu’avant. Posez-vous des nouvelles questions que vous ne vous posiez pas d’habitude. Et c’est fou, j’ai beau savoir ça, j’ai beau connaître par cœur ce truc-là, le nombre de fois où j’ai réalisé que ça faisait un an que dans une situation donnée je ne me posais pas la question. Par exemple, je ne sais pas, on me disait : « voilà monsieur, ce n’est pas possible ce truc-là. » Et avant je disais : « ah ok. » Et maintenant je me dis : « et si c’était possible. » Puis « et si c’était possible, comment ça serait ? » Avant je me le posais à moi, et maintenant je le demande, je demande à la pause : « tiens! Et si c’était possible, ce serait comment? » Et comment on pourrait faire pour que ce soit possible? « oui, mais je n’en sais rien monsieur. » Et qui saurait comment ce serait possible? Ou qui pourrait faire que ça soit possible? Toutes ces questions-là elles sont magiques. Je les connaissais déjà il y a quatre ans, mais plus je les utilise, plus ma vie elle change. Donc posez des questions de qualité.

La sixième clef, c’est la visualisation. Tesla, qui était un homme illustre et brillant, et je vous invite à faire des recherches dessus, on pourrait dédier une vidéo à Tesla. Il passait énormément de temps à imaginer via la visualisation, de façon de plus en plus précise, pour que ça ressemble à ce qu’il voit. Ce que je veux dire là, c’est que si par exemple vous regardez ma main, et que vous fermez les yeux, est-ce que vous arrivez à la voir aussi précisément que quand vous la voyez vraiment avec vos yeux. Tesla s’entraînait à réduire le gap entre la perception, entre ce que j’imagine, et ce que je vois vraiment. Pourquoi ? Parce que les études montrent que finalement, entre ce que j’imagine et ce que je vois, ça sollicite quasiment les mêmes parties du cerveau. Maintenant, la différence entre ce que je vois et ce que j’imagine, elle est là surtout parce que, quand je l’imagine, je n’arrive pas à le voir aussi précisément. D’où le fait que Tesla passait du temps à l’imaginer. Et clairement, je ne suis pas au niveau de Tesla et je passe du temps à m’exercer, à imaginer les choses, parce que plus je fais cet exercice-là, plus selon moi, je suis en capacité de devenir l’architecte du futur. Parce que je commence à créer les connexions neurologiques de qui j’ai envie d’être dans le futur. Ça me permet aussi de vivre des situations en avance avant d’avoir à les vivre dans le réel. Parce que finalement, la notion de réalité elle est très complexe à déterminer. Est-ce qu’on vit dans la réalité? ou est-ce qu’on vit dans la projection d’une réalité ? Parce que finalement nos yeux, c’est comme une webcam. On voit au travers d’une webcam, on voit au travers d’un cinéma, donc on ne voit pas la réalité, on voit juste une projection de cette réalité. Quand tu comprends ça, tu comprends qu’on est tous dans des réalités différentes. Donc, dès lors que je commence à être quelqu’un qui un peu comme un infographiste, est capable de designer une réalité et la projeter à l’intérieur de moi-même, je commence du coup à la voir, et si je la vois, je peux la créer. C’est la phrase de Walt Disney : ‘What you can dream, you can live’. Si tu peux arriver à le concevoir dans ta tête, et concevoir comment l’articuler dans ta tête, plus la vision est claire, plus tu vas identifier les étapes pour y aller. Ça c’est bluffant. Tous les grands visionnaires avaient cette faculté à voir de plus en plus précisément. Donc moi, je m’entraîne à le faire, parce que plus je le fais, plus je suis bluffé par les résultats que je crée, et ça reprogramme littéralement mon esprit. Donc, faites ça si vous voulez finalement vous permettre de passer à un autre niveau, et d’obtenir vraiment ce que vous voulez.

Donc un : définissez ce que vous voulez. Au moins écrivez-le et imaginez-le. Einstein disait : « je ne garde rien dans ma tête que je peux marquer sur le papier. » Parce qu’il savait qu’extraire de soi, c’est le meilleur moyen de définir ce que tu veux. D’où le fait que tu extrais un plan de ta maison. Pourtant tu pourrais le garder dans ta tête, mais tu l’extrais pour l’affiner, le raffiner. Deux : ressens le plus souvent possible le « toi » du futur. Trois : agis en fonction du « toi » du futur. Quatre : autorise-toi à l’être et donne-toi la permission. Cinq : pose-toi les questions du ‘toi’ du futur, des questions de qualité et puissantes que tu ne te posais pas d’habitude et autorise-toi à les poser aux autres. Six : exerce-toi à visualiser les choses de plus en plus précisément. Tous les matins je m’imagine dans une situation où je suis en train de réaliser mon désir. Je visualise l’image, je l’illumine, je l’éclaire, je la rapproche, je l’agrandis. Tout ça c’est des exercices de visualisation qui ne sont pas simples. Et je réduis le gap entre ce que j’imagine et ce qu’il se passe vraiment pour reprogrammer mon esprit.

Donc voilà, applique ça en boucle, et tu vas voir, tu vas être bluffé par tes résultats. Et surtout rappelle-toi, on avance ensemble. Et si tu aimes mes vidéos, et bien abonne-toi à ma chaîne Youtube, partage les vidéos et on avance ensemble encore une fois.
Merci à toi.

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. je change de vie, je change de disque | Croire en moi - […] Facile à dire, vous me direz. Je suis bien d’accord avec vous. Pourtant, ça a l’air tellement simple dans…

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This