ARTICLE – Les ennemis de la gratitude

Bibliothèque multimédia EPR

ARTICLE – Les ennemis de la gratitude

ARTICLE – EPISODE 2 – CHAPITRE 14 

Lequel de ces 6 ennemis de la gratitude t’empoisonne le plus la vie ?

Plus tu travailles sur ces 6 ennemis, plus tu t’exerce à te redresser, respirer, te connecter à l’amour de la vie, plus ça devient facile… Il faut beaucoup de raisons à l’élève pour ressentir et exprimer un peu de gratitude, le maître n’a besoin d’aucuns éléments extérieur pour se sentir riche et rempli au simple contact de la vie. 

1 – L’impatience

Elle repose sur l’illusion que la vie que j’aurais après sera mieux que celle de maintenant. L’impatience repose sur l’illusion, le fantasme d’avoir une vie facile, confortable, sans efforts, sans difficultés.

En conséquence, tu crois que la vie que tu as maintenant ne va pas. L’impatience te fait avancer, oui mais dans le mal être vers une forme de contentement « le jour où j’aurais ça je serai enfin accompli » tu crées l’illusion qu’après tu n’auras plus de problèmes.

2 – La nostalgie

À l’opposé de l’impatience, c’est l’idée que c’était mieux avant. Le point positif c’est que la personne ressent de l’amour pour son passé. Le fantasme c’est qu’elle en oublie toutes les difficultés, tout ce qui n’allait pas, elle efface une partie de ces perceptions. Elle fantasme son passé et donc n’aime pas son présent.

L’exemple typique c’est la personne qui vit un deuil, elle fantasme non pas son conjoint mais quelqu’un qui n’existait pas ! C’est une histoire incomplète.

3 – La comparaison

L’illusion que ce serait mieux d’être quelqu’un d’autre, d’avoir son corps, sa vie, ses parents, son argent. Je ne sais que ce qu’on dit de cette personne, que la partie qu’elle veut bien donner à voir, donc c’est forcément déformé, elle a des intérêts. Je fantasme une personne irréelle, incomplète !

J’étais un champion de la comparaison, parfois je fais encore des rechutes mais ça va beaucoup mieux. C’est une super illusion d’être capable de se comparer à quelqu’un que je ne connais pas. Je me disais que j’étais trop petit pour être charismatique, alors il y a des études qui montrent que toutes choses égales par ailleurs un homme plus grand est perçu comme plus charismatique. Maintenant, est-ce qu’il existe des gens petits avec des gros leadership oui plein ! Mais ce que je ne voyais pas c’est les inconvénients à être grand ! 

Selon Emmerson, imitation = suicide. Je crois au pouvoir de l’inspiration donc ça a du sens de s’appuyer sur les épaules de géants mais je suis moi et il y a un sens à ça. 

Le but de la vie est de découvrir pourquoi j’ai ce corps, cette couleur, ce sexe, cette taille, pourquoi je suis moi en fait et qu’est-ce que j’ai à faire pour contribuer au monde avec qui je suis ! J’ai le corps parfait pour faire ce que je dois faire sur cette Terre.

⭐ La plus belle victoire est de se lever le matin et se dire je suis parfait tel que je suis, je suis assez, je suis accompli, j’ai tout ce qu’il faut et c’est un des buts de la vie de le découvrir. Une fois que je le découvre, je l’utilise au service d’autrui.    

4 – La culpabilité 

C’est l’illusion de croire que j’ai fait plus fait souffrir la personne qu’offert du plaisir, je crois que j’ai créé plus d’inconvénients que d’avantages dans sa vie. C’est une illusion qui est erronée car en réalité je regarde un moment et pas sur le long terme, je ne vois pas ce que j’ai permis en faisant ça, la personne s’en ait peut-être servi pour avancer. Moi je ne changerai pas mon père mais j’accompagnerai mon moi de 15 ans à réaliser que j’ai le père parfait pour moi.


Le bien et le mal sont une notion de perception, je ne dis pas que ce qui est fait c’est rien et que je vais sortir dans la rue taper quelqu’un et dire bah ça va le faire grandir. S’en vouloir d’une décision prise 10 ans plus tôt, c’est du poison. On ne sait pas ce qui se serait passé si ça avait été différent, tu as fait de ton mieux à ce moment-là !

5 –  Le regret

C’est l’illusion que ça aurait été mieux de faire un autre choix, mieux que les choses se passent autrement. Je présuppose que l’autre manière aurait été préférable, mais comment puis-je le savoir ? Tu décides tout seul de te raconter une histoire, c’est un film ! C’est bullshit, tu n’en sais rien. Tu confonds ton fantasme avec la réalité, tu présuppose plus de bénéfices à un autre choix que celui que tu as fait.

6. La peur d’échouer

Peut être que cet échec déclencherait une rencontre avec ta future femme, associé… Et si faire des erreurs déclenche une opportunité, un apprentissage et une réussite ? Je ne peux pas réussir sans échec, l’excellence sans erreur. C’est la même chose que la peur du rejet : on ne peut pas créer d’attraction sans rejet, ça t’apprends à t’aimer. La peur de réussir ? Je présuppose que réussir est un état fini et que je ne peux pas revenir en arrière, l’arrêter, le stopper.

“ Un seul défi peut suffire, celui d’être meilleur que le toi d’hier.”

David Laroche

Chapitre - LA GRATITUDE - II