UNE DOSE DE NEUROSCIENCE – EXERCICE 1 – EXERCICE 2

Bibliothèque multimédia EPR

UNE DOSE DE NEUROSCIENCE – EXERCICE 1 – EXERCICE 2

ARTICLE – EPISODE 1 – CHAPITRE 13

Qu’est-ce qui fait qu’une personne décide de se dépasser et l’autre de se replier sur elle-même ? Qu’est ce qui fait que tu vas réussir à mettre en place cette nouvelle habitude alors que tu n’y arrivais pas avant ? Qu’est ce qui fait que l’on maintient certains comportements alors que l’on est en capacité d’en créer de nouveaux ?

La réponse est intimement liée à la partie limbique de notre cerveau.

Petit rappel, la partie reptilienne est la partie primitive qui, face à une agression, déclenche 3 actions au choix : attaque, fuite ou repli.  La partie limbique, elle, discerne le plaisir ou la souffrance dans une situation et oriente nos futurs comportements en fonction de ça. Le néocortex est la troisième partie. Elle inclut la partie émotionnelle et qui est dans l’association plaisir/souffrance qui détermine nos comportements. C’est elle qui est responsable du comportement d’attachement à ce qui nous donne du plaisir et du rejet de ce qui pourrait créer de la douleur. Il nous différencie des animaux et nous permet de raisonner. L’humain peut voyager consciemment dans l’espace et dans le temps, retourner dans un souvenir passé ou se projeter dans le futur. Au-delà de l’animal en toi, le néocortex organise ou déconstruit des associations mentales créées au niveau limbique et reptilien

Story : Le chien de Pavlov

Voici l’expérience scientifique réalisée au XIXe siècle par le scientifique Ivan Pavlov. Fasciné par le concept de “béhaviorisme”, il réalisa des expériences sur des chiens afin de comprendre l’association entre stimuli externes et réactions automatiques du corps. Il remarqua que si on associait un son de cloche au moment où l’on donnait à manger au chien, il se produisait un phénomène étonnant.

Au bout d’un certain temps, le son de la cloche seul suffisait à déclencher la salivation du chien. Le chien de Pavlov ne peut pas se dissocier consciemment de l’association viande/cloche. Nous pouvons prendre conscience de ces associations pour s’en défaire ou en créer de nouvelles.

Beaucoup d’animaux réagissent, pensent et rêvent, les humains ont la capacité de penser qu’ils sont en train de penser. 

StoryLoup Garou

C’est ce qui c’est passé avec les manipulations de foules comme pendant la 2nde guerre mondiale. Hitler a conditionné une population dès son plus jeune âge en montrant des images pour associer les juifs à des animaux dangereux. Une fois adulte, la personne peut se battre et tuer un peuple car il ne l’associe plus à un humain. Il aura l’impression d’être quelqu’un de bien, de rendre service, car il fait une chose pour laquelle il a  été programmé. On lui a inculqué depuis tout petit que c’était la bonne manière de faire.

Idem avec le terrorisme, où on associe du plaisir et de la récompense à aller tuer d’autres personnes.

Nos 5 sens nous bombardent avec 1 million d’informations en permanence. Le cerveau n’est pas capable de gérer tous ces éléments simultanément ni de leur donner un ordre de priorité. Il va chercher des raccourcis et va créer des associations cognitives : par exemple, “telle manière de faire n’est pas appropriée”, “cet endroit est dangereux” etc. 

Quand un enfant arrive sur terre, il a accès à de nouvelles sensations physiques. Un bébé qui touche ses yeux et se fait mal, intègre qu’il ne faut plus y toucher. Il va tout faire pour les protéger. Au fil de son apprentissage, il va apprendre à protéger les parties les plus sensibles. D’ailleurs, c’est fascinant d’observer que les zones corporelles les plus vitales à notre sécurité sont celles qui sont les plus douloureuses au toucher. 

EXERCICE 1 : LE CHANGEMENT C’EST MAINTENANT ! – EPISODE 1 – CHAPITRE 13

Note dans ton carnet 3 changements que tu souhaites opérer dans ta vie.
Selection une action simpleévidente” puis une action moyenneje pense que je peux le faire, mais j’ai un doute” et enfin une action difficile je doute de pouvoir y arriver”.

EXERCICE 2 –  EN ÉQUILIBRE – EPISODE 1 – CHAPITRE 13

Pour chacune de ces actions :

  1. Liste tous les inconvénients à court, moyen et long terme qui te concernent et impactent directement et indirectement tes proches. Passe tous les domaines en revue : sexualité, bien-être physique, développement de l’esprit et de la confiance en soi, business… Fais-le jusqu’à être saturé, dégoûté, en avoir marre !

  1. Liste ensuite tous les avantages. Fais ce travail en binôme ou trinôme. Une fois que l’autre personne a fait sa liste de son côté, interroge-la à chaque fois : “Pourquoi est-ce indispensable que ça change ? Quel est le prix à payer si tu ne le fais pas ? Que peux- tu perdre, rater  ? Pourquoi ne seras-tu pas fier de toi ? Qu’est-ce qui va se détruire ? Qu’est-ce qu’on dira de toi à la fin de ta vie ? etc. Répète ça en boucle. Même chose pour les avantages : “Qu’est ce qui va s’améliorer dans ton couple, tes finances, quel impact ça va avoir… ? Jusqu’à ce que l‘autre crée de nouvelles associations mentales.

  1. Puis définis à chaque fois une action nette, claire et précise à mettre en place et une durée définie. Inscris la date à laquelle tu commences. À chaque fois que tu fais cette action, envoie un SMS à ton équipe, qui te félicitera. Et valorise-les en retour. Pourquoi ne pas vous voir au restaurant ou à l’extérieur, une fois tous les 6 mois, pour célébrer tout ce que vous aurez accompli les uns les autres ? 

Chapitre - LE CHANGEMENT - I