1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,00/5 sur 455 votes)

Loading...

1 étude SCIENTIFIQUE qui m’a CHOQUÉ et comment maîtriser ta PEUR !

On va partager ensemble une astuce mentale qui va te permettre d’augmenter vraiment ta motivation et surtout de te permettre d’atteindre tes objectifs. C’est une astuce mentale qui est prouvée scientifiquement. Quand j’ai découvert d’ailleurs, une des études scientifiques, j’ai été vraiment choqué par l’étude et c’est une étude qui a été faite auprès de jeunes enfants et ça nous en dit long sur notre psychologie et spécialement sur notre capacité à gérer une crise.

———————————-
Factuellement, la situation, elle est dramatique. On a des gens qui meurent et c’est le début, j’ai quelqu’un de proche qui a le coronavirus. Et donc j’ai beaucoup d'empathie pour les personnes qui ont des proches autour d’eux, qui ont le coronavirus et qui ont peur, et ceux aussi parmi vous qui ont peur par rapport à la situation économique qui arrive. Je reçois 2 messages des personnes que j’accompagne, des personnes qui me disent en fait : « J’essaie d’avancer tous les jours vers mes objectifs, mes rêves. J’essaie de faire ce que je peux pour mon entreprise. J’essaie de m’informer, de m’instruire, de faire des choses. David, je sais qu’il y a des opportunités dans la situation mais j’ai vraiment peur de me retrouver dans un an et de ne pas avoir su les voir ou oser les saisir ou avoir su comment les saisir et du coup, d’être vraiment en situation difficile financièrement. »

Maintenant, ce qui se passe, c’est qu’on a 3 ennemis à cette motivation, à cette énergie, à notre capacité à réaliser profondément notre rêve, même dans cette période-là.
Le premier ennemi, c’est la politique et les médias qui n’ont pas forcément comme intérêt ton intérêt. Par exemple, si on prend les médias, ils ont comme intérêt de créer de la peur pour que tu sois addict à regarder leur contenu. Ils n’ont pas forcément intérêt que tu puisses prendre du recul, prendre ce qui est utile et agir de manière stratégique. Eux, ils veulent juste que tu te piquouses comme une drogue à la peur, pas que tu t’en sortes.
Deuxième type d’ennemi, c’est tes proches qui vont soit être dans la peur extrême ou alors des gens qui vont être dans le déni des difficultés de la situation actuelle ou dans la surexcitation ou dans des théories du complot et qui vont dans tous les cas, que ce soit la peur extrême ou l’excitation ; t'empêcher de regarder les informations telles qu’elles sont et de prendre ton pouvoir.
Et le troisième ennemi, c’est tes propres peurs et la propre gestion de tes émotions. J’ai des personnes qui me disent : »J’ai peur par rapport au futur. J’ai spécialement peur, soit au niveau sanitaire mais aussi une peur par rapport à comment va évoluer l’économie ou même une peur potentiellement financière. Je suis stressé et ça m’angoisse par rapport au futur. Ce n’est pas tant à être confiné, c’est vraiment l’incertitude liée au futur qui m’angoisse. » Paradoxalement, c’est la période « où tu es le plus récompensé que de gérer ton énergie et que de gérer ta capacité à être stratège. » Et c’est sain d’avoir peur. Mais avoir peur seulement, c’est de la bêtise. Avoir peur, être stratégique et anticiper et faire ce qui est en ton pouvoir, c’est ça la Self-Mastery.

Alors, j’en viens à une étude scientifique qui a été menée en 1998 par le professeur Claudia M. Mueller. Alors, tu vas me dire quel est le lien entre cette étude scientifique, moi, et la crise économique qui est en train d’arriver, dont ce n’est que le début. En 2008, un million cinq de chômeurs, la crise qui arrive est peut-être bien plus grave que celle de 2008. Potentiellement, est-ce que ça veut dire que tu vas forcément te retrouver en difficulté ? Non, et c’est vraiment l’idée de cette étude. Elle a pris un large groupe d’enfants et elle les a confrontés à des puzzles d’une difficulté très grande. À la moitié d’entre eux, après avoir essayé de résoudre le puzzle, elle est allée les voir en leur disant : « Ah bravo, tu as été incroyable, tu sais que tu as eu un des meilleurs scores de tous les autres élèves et tu sais pourquoi ? Parce qu’en fait, tu es plus intelligent que la moyenne. » Et ça, bien sûr, décorrélé des résultats réels. Au deuxième groupe d’élèves, elle est allée les voir en leur disant : »Tu as eu un des meilleurs scores, meilleurs que tous tes camarades et tu sais pourquoi ? Parce que tu as mis plus d’énergie et plus d’efforts. » Elle les a confrontés à nouveau à un choix en leur disant : « Maintenant, vous allez pouvoir à nouveau jouer au sudoku, au puzzle et vous avez maintenant trois choix : prendre un niveau de difficulté facile, un niveau de difficulté moyen et un niveau de difficulté très difficile. »

Le groupe n°1, il s’est avéré que la grande majorité d’entre eux, non seulement ils ont choisi les puzzles les plus faciles, mais en plus de ça, ils ont abandonné beaucoup plus rapidement avant même de réussir et après coup, elle leur demandait : « Mais c’était comment ce petit jeu d’expérience ? » Tu sais ce qu’ils répondaient : « C’est ennuyant, ce n’était vraiment pas agréable. »

Le deuxième groupe, ils ont choisi en grande majorité les puzzles les plus compliqués. C’est eux aussi qui ont joué le plus longtemps, qui ont essayé le plus longtemps. Et après coup, elle leur demandait : »Alors c’était comment ? » Ils répondaient qu’ils ont vraiment apprécié l’expérience et qu’ils se sont amusés.

En fait, la différence qu’il y avait entre le premier groupe et le deuxième groupe, c’est que dans le premier groupe, on a induit ce qu’on appelle un locus externe, c’est-à-dire que l’intelligence est un paramètre qui n’est pas en ton pouvoir. Tu n’as pas décidé des neurones que tu avais et tu n’as pas décidé d’être intelligent ou non. Et donc, les enfants en ont conclu qu’ils n’avaient aucun pouvoir et aucun contrôle sur leur capacité à être bons dans les tests. Mais vu que même un petit niveau de difficulté, ce n’est pas évident et facile et qu’ils s’étaient dits qu’ils étaient forcément intelligents et bien dès qu’ils n’y arrivaient pas, ils abandonnaient.
Dans le deuxième cas : faire des efforts, mettre l’énergie et persévérer, être créatif. C’est en ton pouvoir, tu as du contrôle dessus et c’est ce qu’on appelle un locus interne parce que ça dépend de toi-même. Et ce qu’on remarque, parce qu’il y a des dizaines d’études scientifiques qui ont été faites auprès des personnes qui ont des résultats spectaculaires dans le domaine de l’art, de l’entreprenariat, dans le domaine de la carrière, dans le domaine du sport. Et on se rend compte que les personnes qui ont des résultats exceptionnels, au-delà des paramètres génétiques, ont tous en commun de ne pas avoir ce qu’on va appeler un locus externe, mais un locus interne. Une obsession pour être focalisées sur là où ils ont du pouvoir.

Ce qui est à retenir de ce que j’ai partagé avec toi, et je vais citer une citation d’Épictète que j’adore, : »Ce n’est pas ce qui t’arrive qui compte mais comment tu y réagis ? Mais le point commun de tout ça, c’est le locus interne. Être focalisé sur là où tu as du pouvoir. Je n’ai pas de pouvoir sur ce que fera mon cher Macron ou ce que fera la pandémie. En revanche, j’ai des outils pour savoir qu’est-ce que je peux faire pour avancer malgré ça. Il y a plein d’endroits où j’ai du pouvoir et plein d’endroits ou toi aussi tu as du pouvoir ? Moi, je me suis dit : « David, tu ne peux peut-être pas aider sur la partie sanitaire en allant dans un hôpital parce que ce n’est pas là où tu excelles, mais fais quelque chose pour les milliers de personnes qui te font confiance et qui te suivent pour qu’ensemble, on crée un comité de personnes, d’insiders et de gens qui ressortent grandis. » Et moi, ce que je te souhaite, c’est que dans un an, on soit fier de nous-mêmes, qu’on se dise on a tout donné pour avoir la vie qui nous inspire.

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font » et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule de ces cinq erreurs va t'empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux. Clique sur le lien dans la description voir la vidéo. C’est un indispensable. On se dit à très vite, on avance ensemble. Cette année, c’est notre année. C’est parti.

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This