1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,88/5 sur 561 votes)

Loading...

10 erreurs qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs – #WUC 136

Bonjour à vous, ici David Laroche de la série Wake Up Calls votre réveil quotidien pour secouer et booster votre vie. Aujourd’hui, je voulais vous partager 10 erreurs majeures par rapport à la fixation d’objectifs. 10 erreurs dont j’étais un champion à ce niveau-là pour les appliquer. Méditez et inspirez-vous de ces 10 erreurs.

La première erreur est de fixer des objectifs qui ne sont pas les autres. Par exemple, prendre les objectifs de vos parents, de votre famille, de la société, d’Hollywood, de tout ce qui est extérieur à vous. Un objectif qui ne vient pas de vous ne peut pas créer de la motivation. Cela peut être un super objectif pour quelqu’un d’autre, mais si elle ne vient pas de vous, la motivation ne sera pas là.

Aujourd’hui, les gens me demandent comment est-ce possible que je sois tout le temps motivé. Déjà, je ne suis pas tout le temps motivé, mais quand je le suis, c’est parce que je vais aller chercher des choses qui sont au fond de mes tripes. Je ne serais beaucoup moins bon, si on me mettait dans un contexte où il n’y a pas un « pourquoi » qui est vraiment fort.

La deuxième erreur, c’est de sous-estimer le temps que prennent les choses. Par exemple, le fait se dire que l’on va créer son blog en deux jours. Je n’ai aucune idée de combien de temps cela devrait prendre et je vais créer de la frustration puisque je vais toujours avoir l’impression qu’en fait je ne suis pas bon, que je n’arrive pas à atteindre les choses en temps et en heure. Je ne pense que l’une des erreurs qui a mis le plus de temps pour moi à transformer et que j’ai toujours tendance à faire, c’est de sous-estimer le temps que prennent les tâches. Alors, comment faire ? Il suffit juste d’observer et réaliser ou l’on a sous-estimé. Ensuite, commencez à augmenter la durée comme exemple en multipliant par deux la durée d’une tâche et là encore, même en multipliant par deux, réaliser que l’on a encore sous-estimé. Au fur et à mesure de cet exercice, vous entraînez votre cerveau à intuitivement savoir combien de temps il me faut pour faire les choses, en étant dans le bien-être.

La troisième erreur est de fixer des objectifs négatifs, et en coaching individuel, je n’ai que cela. Les gens me disent qu’ils viennent de travailler ce qui est important pour eux, et quand je leur demande de quoi il s’agit, ils me répondent uniquement ce qu’ils ne veulent pas. Par exemple : je ne veux plus avoir de problème de stress, je ne veux plus avoir de problème de dos, je ne veux plus de conflits dans mon couple… Parmi ces objectifs, il y a aussi les objectifs qui ne dépendent pas de soi : je veux que mon mari change, je veux que mon père arrête de faire cela… Non seulement ces objectifs sont négatifs dans leur formulation, et ils ne viennent pas de soi. Cela reviendrait à dire que l’on souhaite que ce soir le soleil ne se couche pas, cela est très bien pour déprimer.

Donc, les objectifs négatifs, inversement, c’est formulé des objectifs que votre cerveau peut comprendre et qui peuvent créer de la motivation. Ce n’est pas motivant de ne pas être stressé, c’est motivant d’être charismatique, c’est motivant d’être confiant.

La quatrième erreur, c’est de fixer trop d’objectifs. Par exemple, se fixer 854 objectifs en une semaine. Cela inonde le cerveau et étouffe la motivation.

La cinquième erreur, c’est  de ne pas écrire ses objectifs. Beaucoup de gens qu’ils ont leurs objectifs en tête. Pourtant, une des personnes les plus intelligentes de l’histoire de l’humanité disait : « je ne garde rien dans ma tête que je ne peux marquer sur le papier » Albert Einstein. C’est donc comme si on allait construire une maison en gardant le plan dans la tête, ce qui est impossible. L’avantage de l’écrire, c’est que premièrement, dès que vous commencez à extraire l’information de vous-même, vous la matérialisez en vous. Un autre avantage d’écrire ces objectifs, c’est de pouvoir les corriger. Car, en les regardant de l’extérieur, vous pourrez vous dire que ce n’est pas ce que vous voulez et ajouter des détails. Le troisième avantage d’écrire ces objectifs, c’est que vous pouvez le revoir, et recréer de la motivation, en revoyant ce que vous avez marqué.

La sixième erreur, c’est de ne pas pouvoir les mesurer. Par exemple, si votre objectif est d’augmenter le chiffre d’affaires de votre entreprise, mais à un centime de plus, l’objectif est déjà atteint. Donc, il y deux possibilités, soit cela crée un sentiment perpétuel de frustration, vous aurez l’impression de ne jamais atteindre vos objectifs, et c’est exactement le cas. Vous serrez incapable de dire si vous êtes en train de réussir ou d’échouer. Certaines personnes disent qu’ils veulent plus de confiance, mais avoir plus de confiance, qu’est-ce que cela veut dire ? La deuxième possibilité, c’est que les gens ne font rien, parce qu’ils ne voient pas les progrès. Donc soit il y aura de la frustration, soit il y aura zéro résultat.

La clé, c’est d’imaginer l’audit d’une personne extérieur qui vous étudie, elle doit être capable de savoir quels sont les critères pour dire il/elle a atteint son objectif. Tant qu’une personne ne peut pas être capable de dire que vous avez atteint votre objectif, vous n’avez pas un objectif qui est mesurable.

Septième erreur, c’est de ne pas identifier pour chaque objectif, la prochaine action. C’est comme se dire « j’ai un rêve, je vais créer mon entreprise aux États-Unis », et passer son temps à dire cela, sans rien faire de concret. L’objectif d’un objectif n’est pas de l’atteindre, l’objectif d’un objectif, c’est de créer de la motivation, créer de l’énergie, m’aider à trouver la direction, et surtout, m’aider à mettre en place une action. Si je fais aujourd’hui des vidéos en anglais, c’est parce que je suis clair sur mon objectif, qui est de créer une entreprise aux États-Unis, de parler aux États-Unis en anglais. Cela m’amène du coup à me dire qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui, pour atteindre cet objectif. Que l’objectif soit atteint n’est pas important, parce que si cela se trouve, je me trompe.

Mais là où il est improbable que je me trompe, c’est que si dans le présent je ressens de la motivation, c’est que c’est la bonne direction. Après, peut-être que la direction changera sur le chemin.

La huitième erreur, c’est de ne pas savoir pourquoi je fais quelque chose. C’est-à-dire qu’il y a des gens qui veulent être millionnaires, et quand je demande « pourquoi ? », ils n’arrivent pas à me répondre. Mais par exemple, si vous demandez à Amma pourquoi elle veut de l’argent, elle va dire qu’elle veut créer des hôpitaux et des écoles, aider des femmes à entreprendre, aider des enfants à changer leur état d’esprit. Et là, l’argent va venir, non pas de façon magique, mais comme un levier pour atteindre ce qui est important pour vous.

La force du discours de Martin Luther King n’est pas de dire « I have a plan », mais « i have a dream ». C’est le rêve, c’est la chose qui me nourrit, qui me fait vibrer, qui me touche, qui va faire que chaque matin quand je mets le pied au sol, je sais pourquoi je me lève. Vous prenez Jim Carrey, il n’était pas motivé, il était juste passionné. Passionné, c’est à dire, qu’il voulait faire du théâtre. Les premières années, cela lui a coûté de l’argent d’être sur scène. Pourtant les gens vont  faire deux ou trois représentations au théâtre et vont baisser les bras, car ils croient qu’ils ne sont pas bons, et qu’ils ne gagnent pas de l’argent. Mais Jim Carrey, il était motivé, car il savait pourquoi il voulait faire ce qu’il faisait. Cela était au-delà d’un objectif, cette passion l’habitait.

Avoir un objectif qui ne vous passionne pas, c’est une belle erreur majeure pour ne pas avoir de résultats, et c’est l’erreur en Marketing de réseaux. Les gens viennent me voir et ils ne savent même pas pourquoi ils veulent obtenir telle ou telle position. Mais tant que le marketing de réseaux dit que c’est bien, ils le veulent. La clé, c’est de trouver dans un système quelle est votre motivation.

La neuvième erreur, c’est d’être impatient. C’est l’erreur que je dois faire le plus. L’avantage d’être impatient, c’est de vous atteignez vos objectifs, et vous êtes quand même malheureux. Être patient, c’est juste se donner un peu plus de temps, accepter et  tolérer le fait que cela puisse prendre plus de temps, et de célébrer chacun des petit pas. Car chaque petit pas est la victoire, pas l’atteinte de l’objectif. Il est vrai que c’est peut-être simple de vous dire cela, mais rien que de prendre conscience que vous êtes impatient, c’est le moyen de le transformer. Plus vous le transformez, plus vous serez heureux, et en même temps cela ne m'empêche pas d’atteindre de grands objectifs.

La dernière erreur, c’est de rechercher la perfection dans l’atteinte d’un objectif. J’ai des gens en coaching qui me disent qu’ils ne sont pas précis, qu’ils ne sont pas encore assez clairs. Mais c’est quoi être clair ? Ils n’arrivent même pas à définir ce qu’est un objectif parfaitement défini. Du coup, c’est l’inverse de la personne qui ne sait pas ce qu’elle veut. La clé, c’est de se dire cela doit être absolument clair, mais juste que cela doit être le plus clair possible pour vous aujourd’hui. L’avantage de l’action, c’est qu’elle va vous aider à clarifier avant d’agir. C’est donc systématique : je clarifie ce que je veux par rapport à ce que je sais en sachant que ce n’est pas parfait, j’agis et mon action m’aide à vivre des expériences, rencontrer des personnes qui vont m’aider à gagner en clarté sur mon objectif.

Voilà 10 erreurs, méditez là-dessus, passez à l’action. Je vous kiffe, on avance ensemble, et à bientôt.

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Samuel
Samuel
5 années il y a

Une vidéo parfaite pour moi, malheureusement je suis impatient de progresser et lorsque je fais des petit pas… Je n’arrive pas a célébrer correctement ! A DEMAIN ! Merci !!

richard
richard
5 années il y a

bonjour david et merci encore de ta vidéo, cela me montre bien à quel point je reste sur la bonne voie, mon projet que je suis en train de réaliser, c’est la création de faux rochers qui me passionnent, je commence à mettre en pratique tout ce dont je sais, et j’avance dans cette direction, ça prend du temps, j’en suis conscient, et travaille aussi sur mes failles, bien à toi, richard de perigueux

Elodie
Elodie
5 années il y a

MERCI David !!!

Claudine
Claudine
5 années il y a

Bonjour David,

On avance ensemble, c’est vrai pour moi. J’ai un challenge avec l’impatience. Cela me demande comme tu le dis de travailler sur la patience car « Rien d’important ne se fait précipitamment » de Epictète. Merci pour cette vidéo inspirante.

Stéphane
5 années il y a

Bon ben voilà, problèmes identifiés qui m'empêchent d’avancer : Impatience et Perfectionniste. j’avais pas réussi à mettre des noms sur mes freins, maintenant je l’ai fait.

Merci 🙂

0 0 voter
Évaluation de l'article
5
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This