1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,37/5 sur 98 votes)

Loading...

3 secrets pour réussir sa vie – Olivier Seban

David Laroche : Imaginons que tu puisses te rencontrer à 28 ans, et tu aurais trois choses à te dire à toi-même.

Olivier Seban : Alors, je vais te les dire à toi, puisque tu as 23 ans !

David Laroche : Olivier Seban qui est expert dans l’immobilier, finalement comment s’éduquer financièrement, comment s’éduquer à gagner de l’argent ? Tu es l’auteur d’un livre qui est très connu aujourd’hui, c’est un best-seller. Tout le monde mérite d’être riche, voilà son titre.

Olivier Seban : Apprendre : tu ne pourras jamais faire ce que tu ne sais pas faire ou alors tu le feras très mal. Le 2ème c’est croire en soi : la plupart des gens ne croient pas en eux.

David Laroche : Donc, le développement de la confiance en soi ?

Olivier Seban : Oui, les gens pensent que les autres sont meilleurs qu’eux mais ils oublient une chose, c’est que les autres pensent la même chose d’eux. Donc, les autres sont les autres ou les autres sont les autres pour les autres, si je me fais bien comprendre, avec la réciprocité. C’est incroyable, il y a beaucoup de gens qui disent : « Toi, tu as de la chance, c’est pour ça que tu as réussi ». Moi, ça fait 24 ans que je fais ce business-là, en tout cas dans l’informatique, je n’ai pas eu de la chance pendant 24 ans ! J’ai fait de l’informatique, avant j’avais des boîtes d’informatique, j’ai gagné et j’ai perdu : ça fait partie du jeu mais il faut apprendre de ses expériences. Apprendre, qui est le premier principe, et avoir confiance en soi… Je vais juste revenir sur apprendre : si tu gagnes tout le temps tu n’apprends rien, tu n’apprends qu’à partir de tes échecs. Moi j’ai déposé le bilan une fois sur une société, je vais raconter rapidement pourquoi : je faisais trop de crédit client, c’est à dire le gars voulait payer à 30 ou 60 jours, je disais « ok, vas-y » et il y en a un, le plus gros de mes clients, qui s’est planté et il m’a entraîné dans sa chute, et j’ai dit : « plus jamais de ma vie ça ne m’arrivera ». Donc, j’ai remonté une boîte puisque mes concepts fonctionnaient, je vendais, je n’avais pas de problème commercial, mais j’ai dit : « tu payes avant et je te livre après » et je n’ai plus jamais eu de problème d’argent !

David Laroche : Ça, c’est une belle clé par rapport à l’entreprenariat ça peut s’appliquer à pas mal de business… faire payer avant !

Olivier Seban : Oui, il y a des gens qui vont dire : « Dans mon business, je ne peux pas faire ça ». Il y a une chose qu’il faut savoir, moi une fois il y a un client qui voulait payer à 30/60 jours, je lui ai répondu un peu sèchement : « Je suis pas une banque, donc si vous voulez du crédit, vous allez voir votre banque ». Moi j’ai déposé le bilan une fois à cause de ça et plus jamais de ma vie ça ne m’arrivera. Je préfère devoir de l’argent plutôt qu’on m’en doive. Et on vit beaucoup mieux !

David Laroche : C’est un bon principe, même par rapport à mes clients, d’être peut-être un peu moins tolérant, un peu moins souple sur les délais de paiement…

Olivier Seban : Les bons comptes font les bons amis. A partir du moment où quelqu’un te doit quelque chose, et qu’il n’a plus vraiment envie de le payer ou qu’il ne peut pas le payer, il n’a plus envie de te regarder dans les yeux. Il fait tout pour t’éviter. Tu perds tes amis, tu perds tes clients, tu perds plein de choses… Donc les bons comptes font les bons amis et les choses sont claires, il n’y a pas d’ambiguïté

David Laroche : Donc, la première chose c’est d’apprendre, d’être continuellement en train de rechercher comment je pourrais faire quand je ne sais pas et d’apprendre quand je me suis cassé la gueule et que je me suis pris une baffe par la vie, je vais dire : « Tiens, c’est intéressant, qu’est-ce qui s’est passé ? »

Olivier Seban : La troisième chose, un des principaux objectifs dans la vie, c’est d’être le meilleur, ou dans les meilleurs. Si vous jouez au tennis vous ne serez peut-être pas Federer mais si vous jouez dans un club où votre but c’est d’être dans le top du club, déjà c’est un bon objectif. Après vous passerez à un autre niveau. Pourquoi ? Parce que ça permet de sortir souvent de ce qu’on appelle la zone de confort. La zone de confort c’est la zone où on évolue, où on est à l’aise et en fin de compte, c’est tellement facile parce qu’on est à l’aise, on ne se met pas en danger et on progresse quand on se met en danger. Après, il faut savoir se mettre en danger, il ne faut pas non plus faire n’importe quoi !

David Laroche : Un danger qui est acceptable mais en tout cas, c’est un truc qu’on a jamais fait…

Olivier Seban : Votre avenir n’est pas dans votre zone de confort, il est au-delà de votre zone de confort, il est derrière ces frontières-là. Si vous ne restez que dans votre bulle, vous allez vivre peinard et il ne va pas se passer grand-chose au bout.

David Laroche : En fait, ce que tu dis, c’est que déjà pour évoluer, progresser, il va falloir sortir de sa zone de confort, mais pour pouvoir en sortir il faut avoir un but, un objectif qui est grand ?

Olivier Seban : Il est clair qu’avoir des objectifs c’est le maître-mot du développement personnel, sans mettre de consonance mystique sur le terme. C’est se développer soi-même, que ce soit financièrement, psychologiquement… Il faut se développer, il faut apprendre, on en a déjà parlé, et avancer. Si tu n’avances pas, tu recules, d’une manière générale.

David Laroche : Oui, dans la vie, même l’eau qui stagne, elle meurt !

Olivier Seban : Et puis, c’est plus excitant d’aller faire autre chose, d’aller rencontrer des gens, plutôt que de rester avec ce qu’on connaît.

David Laroche : Donc il y a trois clés finalement, que ce soit pour un jeune ou pour un moins jeune, pour tout le monde finalement. 1. Apprendre. Apprendre tout le temps, apprendre de ses erreurs. La deuxième chose, croire en soi, croire en ses capacités, croire en son talent, croire déjà que c’est possible, que les choses sont possibles. La 3ème chose, c’est quand on se dit que c’est possible, c’est de se dire « Qu’est-ce que je veux finalement ? Qu’est-ce que je veux pour sortir de cette zone de confort ? »

Olivier Seban : Qu’est-ce que tu veux pour toi, c’est ça, le sens de la vie c’est qu’est-ce que tu veux pour toi. Par exemple il y a des gens qui veulent gagner beaucoup d’argent, mais pour quoi faire ? Si c’est juste pour remplir ton compte en banque, tu ne vas pas aller loin ! Tu vas mourir le plus riche du cimetière.

David Laroche : Donc, il faut aller derrière en se disant vraiment : « Je vais en faire quoi de cet argent ? Qu’est-ce que ça va m’apporter ? Comment je vais pouvoir contribuer ? Comment je vais pouvoir voyager, participer à un sport, en bref, je dois trouver ce pourquoi !

Olivier Seban : Il faut que tu saches ce que tu veux faire à l’avance. Si tu n’as pas d’objectif, ça ne restera que du fantasme, et les fantasmes c’est bien de les réaliser quand même, d’en profiter, mais si tu as un objectif et tant que tu ne mets pas les choses en place, ça reste un rêve. Et un rêve ce n’est pas du réel. Donc le rêve tu le vis entre 11H00 du soir et 7H00 du matin pendant la nuit, mais ça ne te fait pas avancer beaucoup

David Laroche : Du coup, tes 24H00 sont des rêves !

0
0
vote
Article Rating

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 vote
Article Rating
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This