1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,74/5 sur 481 votes)

Loading...

7 clés pour prendre CONFIANCE EN SOI – WUC #194

Bonjour à vous ! Ici, David Laroche de la série Wake Up Calls, votre rendez-vous quotidien pour booster et inspirer votre vie.

Aujourd’hui, voyons comment prendre confiance en vous.

J’aimerais qu’on définisse deux types de confiance en soi :

– La confiance en soi qui est conditionnelle et qu’on acquiert par la répétition :

C’est une tâche que vous avez faite de nombreuses fois, alors vous finissez par avoir la confiance de la faire.

J’imagine que, par exemple, le premier jour où vous êtes allé travailler, vous n’étiez pas à l’aise avec beaucoup de choses. En regardant les personnes qui étaient là depuis dix ans, vous vous dites : « Mais comment elles font pour faire ceci et cela ? »

Et puis, dix ans plus tard, vous vous retrouvez à faire tout ce que vous n’arriviez pas à faire, vous avez un apprenti qui arrive et vous ne comprenez même pas comment il arrive à ne pas faire certaines choses.

On acquiert de la confiance quand on répète. Par exemple, j’ai dû faire en tout, peut-être, 900 vidéos entre la chaîne française, la chaîne américaine et toutes les autres vidéos que je n’ai pas publiées. Donc, c’est facile pour moi de faire des vidéos, et c’est une confiance en soi que j’ai acquise en répétant.

– L’autre type confiance qui m’intéresse encore plus, c’est la confiance en soi qui est inconditionnelle. C’est le fait de se dire : « Même si je ne sais pas comme faire ceci, je peux arriver à le faire parce que j’ai confiance dans mes ressources, j’ai confiance dans le fait que la vie et l’univers sont là pour m’accompagner et m’aider.

Donc, voyons six clés pour cela.

La première chose, c’est de lâcher le fantasme de la confiance en mode Ken, comme dans Ken et Barbie. La personne a toujours confiance en elle et n’a jamais le moindre stress, la moindre appréhension, colère, peur et dégoût. Ce n’est pas de la confiance, c’est un mythe qui ne sert à rien. Il y a un sens au stress. Parfois, le stress nous aide à créer une relation avec d’autres personnes. On est là pour oser faire ce qui est important pour nous.

Donc, quand on lâche le fantasme de la confiance parfaite, cela nous aide à être plus confiants parce qu’au lieu de se dire : « Je stresse un peu, je suis timide, donc cela veut dire que je suis un peu stressé », on se dit seulement : « Je stresse un peu ! »

La plus grande peur – le plus grand problème – que j’avais, ce n’était pas d’avoir peur, c’était la peur d’avoir peur. Je me mettais à beaucoup stresser, à perdre ma confiance uniquement en me disant : « Et si je perdais ma confiance ? »

Le fait de me dire : « J’ai le droit de ne pas avoir confiance, d’avoir peur, de stresser et d’avoir des doutes. Je ne suis pas obligé d’être un « Ken » parfait et sans défaut » fait du bien.

Pour la petite anecdote, chaque héros a une faiblesse, c’est comme cela qu’ils deviennent plus humains. Il y a le talent d’Achille et la kryptonite de Superman. À chaque fois, il y a une faiblesse, sans celle-ci, on n’arrive pas à se sentir en relation avec ces héros-là.

Avoir confiance en soi, ce n’est pas être un héros sans faiblesse, c’est seulement être soi-même.

La deuxième clé si vous voulez développer votre confiance en vous, c’est de sortir de la zone de confort.

Vous avez une zone de confort que l’on pourrait représenter dans l’espace par toutes les choses que vous avez répétées et c’est facile pour vous. Un des bons moyens pour commencer d’avoir plus confiance en soi, c’est d’aller en dehors de cette zone de confort et dans les endroits où vous n’aviez pas l’habitude d’aller. Sortez de cette zone à votre rythme, avec lenteur.

Par exemple, ma zone de confort est au niveau de mes pieds et je n’en sors jamais. Mais si, du jour au lendemain, je fais un saut et me trouve loin de ma zone de confort, alors c’est normal que ce soit trop dur à faire, il y a même de grandes chances que je ne fasse jamais ce saut.

Maintenant, si je garde un pied dans ma zone de confort et un autre en dehors, je suis à la fois dans le challenge et dans l’ordre.

Donc, il s’agit de trouver sa danse et d’étendre progressivement sa zone de confort en allant vers sa zone d’inconfort. Faites des choses nouvelles et des choses dont vous n’aviez pas l’habitude. Quand vous avez peur, faites-le un petit peu – je ne parle pas des grandes peurs -. Parlez à des gens, challengez-vous à dire des choses que vous ne dites pas, à, peut-être, raconter une blague.

Vivez l’expérience de l’inconfort lorsque vous faites quelque chose, respirez, embrassez-le et donnez vous de l’amour dans cette expérience. Vous allez voir, dix ans après, vous hallucinerez de tout ce que vous avez fait et de ce qui vous paraissait incroyable.

Le David de 15 ans, c’est-à-dire il y a 12 ans, n’aurait jamais imaginé faire autant de vidéos, pouvoir faire des conférences en étant à l’aise et organiser des spectacles. Pour moi, c’était impossible. Maintenant, à force de le faire progressivement, il y a des choses avec lesquelles je suis plus à l’aise.

Par exemple, je n’étais pas à l’aise pour ma première vidéo en anglais, et ma première conférence à Boston était horrible. Mais, en m’entraînant, j’ai fini par être à l’aise.

La troisième clé, c’est de se donner le temps. Au lieu de vous stresser et de vous dire que vous devez être confiant maintenant, donnez-vous le temps, prenez le temps et les choses vont se faire progressivement.

La quatrième clé, c’est de vous tenir droit. Imaginez que je vous fasse la vidéo en ayant le dos voûté, en mettant mes bras sur le plexus solaire, en baissant la tête et en me mettant dans une posture où je vais physiologiquement vibrer l’impuissance.

Vous savez, quand les macaques se battent entre eux, si l’un perd contre le chef du clan, le premier réflexe que le perdant aura, c’est de baisser ses épaules. Donc, imaginez que je vous fasse la vidéo avec le dos voûté et que je vous dise : « On va faire une vidéo sur la confiance en soi et je vais vous apprendre à être plus à l’aise » ; imaginez que je l'empire en enfonçant encore plus ma tête, en plissant mes sourcils, en tendant la mâchoire, en arrêtant de respirer et dans cette position, je vous dise : « Bonjour à vous, ici David Laroche. Dans cette vidéo, vous allez apprendre à être plus à l’aise en public… » avec une voix qui reflète le manque de confiance car c’est difficile d’exprimer la confiance en soi dans cette posture.

Alors, redressez-vous, respirez, écartez les bras et les épaules. Il faut que votre corps soit souple, flexible, le plus droit et le plus ouvert possible. L’énergie va tourner à l’intérieur de vous.

L’autre chose qui est très importante – on en parle dans chacune des vidéos -, c’est de respirer.

J’ai été stressé plusieurs fois, je me suis bloqué le ventre. Si je me courbe et qu’en plus, je ne respire plus, alors je n’aurais plus d’oxygène dans ma tête.

Soyez ouvert, vous pouvez également sourire si cela vous fait du bien, bougez sur place et allez faire ce que vous avez envie de faire. Je vous garantis que votre niveau d’énergie et de confiance va être différent.

Pour la sixième clé, je vous invite à savoir qui vous êtes. Savoir qui vous êtes, c’est définir vos valeurs, votre mission de vie et vos forces, c’est savoir votre identité, qui vous êtes et comment vous vous étiquetez.

Bien sûr, c’est une question à laquelle vous n’aurez jamais complètement la réponse. Mais ce que je peux observer, c’est que je sais qui je suis, c’est quelque chose à la fois de flou, mais qui se ressent de plus en plus. Comparé au David d’il y a cinq ans, je me sens plus stable, plus ancré dans le sol et plus solide. J’ai également plus de conscience de qui je suis, et même s’il y a des gens qui me jugent, qui disent que je fais n’importe quoi ou qui ne sont pas d’accord avec moi, alors je suis plus en place.

Sentir cette sensation de se tenir en place, se tenir droit et s’ancrer dans le sol est un bon moyen. Le sport peut vous y aider, les arts martiaux et le théâtre peuvent être un excellent moyen pour développer votre confiance en vous. Ce qui est sûr, c’est que s’ancrer dans le sol et se rappeler à soi-même qui l’on est va vous aider à développer votre confiance en vous.

Le David d’il y a douze ans aurait été extrêmement stressé de penser qu’il y a des gens qui le regardent. Mais maintenant, je me dis que c’est bon, je sais qui je suis, c’est à moi de me définir, j’en ai marre de laisser les autres me juger et de me dire : « Attention ! Il y a une critique ».

Je dis « stop », je sais qui je suis, j’avance, je développe ma confiance et je m’ancre.

Donc, ancrez-vous les pieds dans le sol et soyez droit, il faut que vous vous sentiez stable parce qu’une personne stressée bougera beaucoup trop sur place. À la fois, je peux être flexible, mais je suis stable, le regard droit vers l’horizon, je respire, et progressivement, je sors de ma zone de confort. En faisant cela, je vous garantis que vous verrez une différence sur le long terme si vous vous donnez le temps.

Alors, qu’est-ce qu’on a vu ensemble ?

La première chose, c’est de lâcher le fantasme de confiance en soi, en mode Brad Pitt, qui a toujours confiance dans ses films. Aucune personne n’a totalement confiance, si ce n’est peut-être Zlatan, c’est l’exception – je ne le connais pas assez.

La deuxième clé, c’est de sortir progressivement de votre zone de confort.

La troisième clé, c’est de vous donner le temps.

La quatrième clé, c’est de vous tenir droit.

La cinquième clé, c’est de respirer.

La sixième clé, c’est de savoir qui vous êtes. Définissez-vous vous-même. Arrêtons de le faire à l’extérieur et soyons une référence interne. “Je sais qui je suis”, je me le répète chaque jour.

Ce sont les idées que j’aimerais vous transmettre aujourd’hui. Vous en avez la capacité, il y a absolument tout en vous.

Vous imaginez qu’il y a douze ans, je n’arrivais pas à aborder quelqu’un dans la rue, à lever la main en cours, à croire en moi, à regarder mon père dans les yeux – je ne le regardais jamais dans les yeux – et à dire « je t’aime » à mon père.

C’est incroyable que notre vie puisse changer dès lors qu’on le décide. Aujourd’hui, c’est le moment, peu importe le niveau de votre confiance, de décider de passer à un autre niveau.

La confiance en soi n’a aucune gare d’arrivée, vous pouvez la renforcer toute votre vie. Si vous sentez que vous êtes timide, arrêtez cette histoire, vous n’êtes pas plus timide que quelqu’un d’autre. Il est temps de passer à un autre niveau de confiance et d’oser vous confronter à des situations moins faciles. C’est facile d’avoir confiance quand on ne sort jamais de sa zone de confort. Peut-être qu’il est temps pour vous d’aller dans des terrains et de mettre votre confiance en vous à l’épreuve.

Si cette vidéo vous parle et vous inspire, je vous invite à la partager autour de vous et de cliquer sur le bouton “j’aime”, abonnez-vous à la vidéo, dites-moi en commentaire ce qu’elle génère pour vous. Je fais cette vidéo gratuitement pour vous inspirer. Partagez-la à un maximum de monde, ce sont des clés qui ont fait la différence pour moi. C’est également pour vous faire découvrir des endroits de France, je ne sais pas si vous vivez en France, mais c’est un pays magique. La dernière fois, on a fait les vidéos à Los Angeles, et là, c’est une occasion de vous faire un tour de France avec nous.

Merci à vous ! On avance ensemble !

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This