1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5,00/5 sur 355 votes)

Loading...

7 façons de TUER SON ÉGO ! – WUC #219

Bonjour à vous, je suis David Laroche.

J’espère que vous allez bien et que vous êtes en pleine forme !

Bienvenue dans la saison quatre de #Wake Up Calls, une série pour booster et inspirer votre vie !

Aujourd’hui, voyons : « Comment tuer l’ego. Comment tuer votre ego ? »

Dans beaucoup de séminaires que j’organise, on me pose la question : « David, comment on fait pour ne plus avoir d’ego, l’arrêter pour ne plus l’entendre, le détruire et l’exterminer ? »

Je vais vous aider à voir comment vous pouvez faire.

Avant de voir comment tuer l’ego et l’exterminer, voyons rapidement ce que c’est.

Donc, l’ego, finalement, c’est une partie de votre identité de ce que vous croyez être. Et c’est à chaque fois que vous vous identifiez à quelque chose.

Par exemple, identifier une possession à une personne, à une idée, à une culture ou quoi que ce soit. Cela c’est l’ego qui se crée et qui, finalement, va me permettre de me protéger.

Alors, pourquoi il y a beaucoup de personnes qui veulent absolument tuer l’ego ? C’est que dès lors qu’on est en train de se comparer, se mettre en dessous ou dessus. Ou dès lors que, par exemple, on va vouloir argumenter et montrer absolument qu’on a raison ou qu’on existe ou qu’on est quelqu’un.

Montrer :

– qu’on n’a plus de connaissance.

– qu’on veut garder la face à chaque fois qu’on a des comportements.

– qu’on va avoir tendance à vouloir se mettre au-dessus, s’exagérer, survivre et à mobiliser une partie notre ego.

Et donc, dans tout le courant autour du développement personnel ou des fois mêmes, de la spiritualité, on tend à vouloir faire taire l’ego dans le but d’être plus connecté à soi-même, à son cœur et au vrai soi.

Clé n°1 :

Simplement, il est important de comprendre ce qui va être la première clé que « seul l’ego veut tuer l’ego. »

Il ne s’agit pas de détruire l’ego, le faire taire, l’exterminer, mais plus de le reconnaître et de l’apprécier. Il s’agit juste de le comprendre et de rentrer en relation avec, plutôt que de vouloir absolument le tuer.

Donc on ne tue pas son ego, mais on apprend à l’aimer, à l’embrasser et à l’accepter.

Clé n°2 :

Cela m’amène sur la deuxième clé qui est de « reconnaître mon ego et reconnaître la partie de moi qui est en train d’agir », de réaliser par exemple quand je vais être en train de vouloir montrer absolument que j’ai raison.

Et qu’il y a deux parties de moi :

– La partie de moi qui veut survivre et veut exister, quelque part, se sent inexistant et veut absolument, via des stratégies, une communication et via une façon d’interagir avec les autres, montrer que j’existe.

– Une autre partie de moi qui est beaucoup plus calme, sereine, dans le cœur et détendue. Finalement, qui est en paix avec tout ce qui se joue.

En fait, le fait de reconnaître la partie en moi qui est mon ego, cela va me permettre de me désidentifier de ce qui est mon ego.

Clé n°3 :

Et cela m’amène sur cette troisième clef qui est de me désidentifier de mes pensées.

Beaucoup de personnes s’attachent à leur pensée, à ce qu’ils pensent et à la conversation qu’ils ont à l’intérieur. Mais, il faut imaginer que c’est comme si vos pensées c’étaient des stations radio. Et donc, les radios qui sont émises autour de moi ne m’appartiennent pas. Ce qui m’appartient c’est sur quelle radio je me connecte, est-ce que je me mets sur radio Énergie ou radio Nostalgie. C’est donc en fonction de ce sur quoi je me tourne, je ne vais pas recevoir les mêmes choses. Mais cela ne m’appartient pas.

Il faut comprendre que toutes les pensées qui traversent mon esprit ne sont pas des pensées qui m’appartiennent en soi. Je ne suis pas obligé de leur accorder de l’importance ou de les faire grossir.

D’ailleurs, tout ce sur quoi je porte mon attention se développe. Donc, si je porte toute mon attention sur les pensées qui vont venir de mon ego, de comparaison , d’exagération, minimisation, tous les moments où je vais être dans un débat et j’essaie absolument d’écraser l’autre personne. De montrer que j’ai raison et que l’autre à tort ou quoi que ce soit.

Si je m’attache à cela, je vais la faire grossir.  Mais si je réalise que c’est une partie de moi je laisse le flot de pensée.  

Je me désidentifie de mes pensées qui ne sont pas miennes, mais c’est plus un flot qui passe à travers moi. Cela va me calmer et c’est comme si finalement je vais m’apaiser.

Dans la première clé, je réalise qu’il ne s’agit pas de tuer l’ego. Ce qui fait que je ne suis pas en train de mettre l’ego en ennemi avec moi. Dans la deuxième, je le comprends, le reconnais, je m’apaise et je rentre en relation avec mon ego. Ce qui fait qu’au lieu d’être en tension la nuit en me disant : « Il ne faut pas que je sois dans l’ego, agressif, et il ne faut pas que j’essaie d’argumenter. » Je reconnais simplement : « Tiens, il y a une partie de moi qui essaie d’argumenter, essaie de prendre le dessus et d’exister, en montrant que :

  • J’ai des marques,
  • J’existe,
  • J’ai telles compétences, connaissances et que les autres n’ont pas et je vais m’apaiser avec cela.
  • Je me rends compte que ces pensées-là ne sont qu’une partie de moi. »

Clé n°4 :

La quatrième chose pour m’apaiser, c’est de me rendre compte que mon ego a une intention positive et c’est la raison pour laquelle je crois que seul l’ego veut tuer l’ego.

Je ne suis pas forcément pour tous les courants du développement personnel qui ont tendance à mettre une énorme pression par rapport à des notions comme l’ego. « Cela va, on s’apaise, » et on se rend compte que si on est sept milliards d’individus à avoir de l’ego ; c’est que, finalement, tout va bien.

Rien que le fait de réaliser mon ego : « Qu’est-ce qu’il veut faire ? » Il veut me protéger, me faire survivre et me faire participer à préserver l’identité que j’ai créée.

Qui dit que : « Cela serait mieux si on supprimait totalement mon ego ? ». Puisqu’il y a un peu ce mythe, des fois, dans les courants un peu spirituels de n’être qu’un « être de lumière. »

La réalité c’est qu’on peut bien ouvrir notre cœur, mais en attendant, on est connecté à la réalité de notre vie, ancré dans le sol et on a la possibilité de sentir des choses avec notre corps.

Donc, il s’agit plus de réaliser que si l’ego, il participe à la construction de l’identité, c’est peut-être pour des raisons ou un sens qui me dépassent. L’annuler en un claquement de doigts, c’est peut-être générer des problèmes que je n’aurais pas envie d’avoir maintenant.

C’est possible que par ego, vous alliez réaliser des projets que vous ne réaliserez pas. Et sans « ego », est-ce que c’est mal pour autant ?

C’est possible que Mohamed Ali ne lui aurait pas été avec sa capacité à dire : « I will show you how great I am » et peut-être que c’est une phrase d’ego. Mais en attendant, si on prend du recul et de la hauteur, cette phrase qui peut être une partie de son ego, l’a poussé à faire des choses qui ont inspiré beaucoup de gens et des personnes à réaliser leurs rêves.

Donc, pour moi, on n’est pas dans un monde binaire de : « L’ego, c’est mal et c’est le diable. Il faut l’exterminer et l’anéantir, mettre quatre bombes nucléaires dessus. »

Et de l’autre côté, il n’y a que le bien et c’est divin. Mais, plus de dire : « Il y a une partie de moi qu’il y a mon ego et qui veut me protéger. »

Effectivement, il y a une partie de moi qui veut, quelque part, se mettre au-dessus des autres. Pas pour écraser les autres, mais plutôt pour sentir que j’existe, me donner de l’amour et reconnaître que cela va apaiser mon ego.

C’est comme si c’était un directeur dans l’entreprise qui est tout stressé qui est garant que l’entreprise soit protégé et sécure. Et du coup, il panique un peu pour rien.

On entre en relation et on l’apaise. Je le remercie pour l’attention positive qu’il a de me sécuriser, me protéger et de me faire sentir être quelqu’un d’important.

Et tout simplement, je reprends possession de mes ressources et de mes moyens.

Clé n°5 :

La cinquième idée par rapport à l’ego est très importante. C’est la désidentification par rapport aux possessions, aux objets, aux personnes, à l’argent, au statut social et aux diplômes. Parce que, finalement, ce qui construit l’ego et ce qui empêche l’évolution, c’est dès lors que je m’identifie de façon exagérée à ce que je crois que je suis.

Par exemple, imaginons que j’ai construit l’identité de quelqu’un qui est un doctorat. Et du coup, je vais avoir tellement construit mon identité autour de cela que dès lors que quelqu’un me ferait sentir que je ne suis pas assez intelligent ou assez intéressant ; je vais avoir besoin de faire sentir que je suis quelqu’un qui a un doctorat, intelligent ou quoi que ce soit. Et plus, j’arrive à me désidentifier et de me rendre compte que mes créations ne m’appartiennent pas. Les vidéos que je crée ne m’appartiennent pas, mais elles appartiennent à la vie et à l’humanité pour beaucoup de raisons.

Déjà, parce que pour créer ces vidéos là, ce n’est pas seulement moi qui l’ai créé, mais c’est toute l’équipe qui les a créé. Mais, c’est au-delà de cela : «  l’inspiration de milliers de choses qui me dépassent qui nous permet de créer ce qu’on crée. »

Donc, me désidentifier de mes créations, de ce que je crois que je suis, mes diplômes, statut social et mon entreprise, me permet de revenir beaucoup plus à l’intérieur de moi, connecté à mon cœur et d’agir beaucoup moins en réaction, à vouloir montrer ou démontrer quelque chose aux autres. Mais, quelque part, on s’entend que : « J’ai de la valeur, je m’aime et je sais qui je suis ». Plus tu sais qui tu es, moins tu as peur. Plus tu sais qui tu es, moins tu as besoin « par ego », de vouloir montrer que tu existes aux yeux des autres.

Clé n°6 :

La sixième et la septième clé, je vais les mélanger, c’est : « Dès lors que vous réalisez que vous êtes dans l’ego, c’est déjà de vous féliciter, de vous remercier et de célébrer »  

Cela sera ma sixième : « Le fait d’avoir pris conscience. »

Waouh, je suis dans mon ego ! Un peu comme s’il y avait un parent bienveillant qui dit : « Tiens, David. C’est marrant. Est-ce que tu prends conscience que là, il y a une partie de toi qui est dans l’ego ? » Avec de l’amour et de la bienveillance, mais pas en train de dire : « Tu es dans l’ego. C’est grave ! » avec une énorme pression. Mais plus : « David, regarde. Est-ce que c’est comme cela que tu souhaites te comporter avec les autres, à agir ? Est-ce que c’est la meilleure façon que tu as de t’exprimer aux autres ? Est-ce que tu aimerais qu’on communique comme cela avec toi ? »

En fait je vais dire : « Non ! » Et d’un coup  : se calmer, respirer et se détendre.

Clé n°7 :

Cela va m’amener à la dernière clé qui est presque la plus importante à chaque fois qui est, finalement, le meilleur moyen de réduire son ego, c’est de « s’aimer », c’est de revenir dans son cœur à chaque fois qu’on est inspiré par la vie. À chaque fois qu’on est au contact de soi, de la nature et de son cœur.

La raison pour laquelle « l’ego » disparaît, c’est quand tu es dans ton cœur et la distinction entre l’autre et toi disparaît.

Quand tu es dans ton cœur, la distinction entre sept milliards d’individus et toi disparaît. C’est comme si tu ne formais qu’un. Alors tu deviens l’autre et l’autre devient toi. Tu sens ton cœur qui s’ouvre et tu as autant envie que l’autre grandisse. Que toi-même grandisse !

Il n’y a plus de « Il faut que je sois au-dessus » et de raisons d’avoir peur d’être inexistant, parce que tu es forcément existant.  

Si tu existes, c’est que la vie te veut et te désire. Donc, il n’y a pas de raisons d’avoir peur d’être rejeté, d’échouer et d’être critiqué.

Quand tu es dans ton cœur, tu te rends compte que la vie, elle t’aime. C’est-à-dire qu’il n’y a rien à faire. Cela, c’est une chose qui m’a pris du temps, c’est que tu es dans ton cœur, il n’y a plus rien à faire pour être aimé. C’est-à-dire que tu n’as pas besoin d’avoir de l’argent, de réussir et de faire des vidéos. Tu es aimé tel que tu es et peu importe ce que tu fais et ce que tu dis.

Il y a beaucoup d’approches pour aller de plus en plus dans le cœur et la gratitude.

La plus belle approche, en tout cas, que je peux vous inviter à voir, c’est celle de reconnaître toutes les chances que vous avez et toutes les belles choses qu’il y a autour de nous.

Comme le fait de pouvoir voir cette vue qui est vraiment « Waouh ! » Magnifique. J’adore l’eau. On a trouvé un spot qui est grandiose. Simplement de se rendre compte qu’on vit sur cette terre et qu’on a des gens qu’on aime, des talents extraordinaires, des savoir-faire et un corps qui est magique.  Cela nous ramène dans le cœur.

Et dans le cœur, on peut plus facilement désirer que l’autre grandisse et se sente bien.

C’est peut-être la clé la plus importante parce que quand vous sentez que vous basculez dans l’ego à vouloir être, vous vous sentez agité à l’intérieur de vous, vous voulez démontrer quelque chose aux autres, revenir dans le cœur et de se dire que « l’autre finalement, c’est votre frère ou c’est votre sœur. »

J’adore cette idée que chacune des cellules de mon corps est autonome et forme mon corps. Et nous, on est un peu comme des cellules autonomes du monde et l’humanité c’est comme un grand corps.

Et tout comme je souhaite à mes cellules de faire leur mieux pour elle-même et pour l’entité qui est supérieure, « le corps », je souhaite à chacune des cellules de cette humanité dont je fais partie, de faire le mieux pour elle-même et pour l’ensemble qui est l’humanité.

On est comme un énorme super-organisme qui s’appelle « L’humanité ».

Alors, qu’est-ce qu’on a vu ensemble ?

– La première chose, c’est que la seule chose qui veut tuer « l’ego » c’est « l’ego ».

– Envoyez de l’amour pour le fait d’avoir un « ego ». C’est le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire, de le comprendre, reconnaître l’ego, reconnaître la partie en vous s’exprimant via l’ego, de rentrer en relation et de communiquer avec. De se rendre compte que cela va l’apaiser, le détendre, le calmer et respirer.

– La troisième chose c’est de vous désidentifier des pensées que vous avez.

Vos pensées ne vous appartiennent pas qu’elles soient extraordinaires ou dénigrantes. Se détacher, respirer et se rendre compte de cela, que c’est comme si vous étiez un schizophrène positif.

Il y a plusieurs parties à l’intérieur de vous et chacune des parties est vous !

En même temps, toutes les parties ne vous appartiennent pas, mais c’est les deux en même temps.

– La quatrième chose, c’est de vous rappeler que votre ego derrière cela, il a une intention positive. Il cherche à vous protéger et à maintenir l’identité que vous avez su créer. Toutes les croyances que vous avez su créées et qui, quelque part, même si vous ne les aimez pas, elles sont fonctionnelles.

Elles sont peut-être obsolètes aujourd’hui, mais elles apportent de nombreux bénéfices et des choses.

C’est la raison pour laquelle, les enlever tout d’un coup pourrait peut-être bien perturber votre vie plus que vous l’imaginez.

– Ensuite, de vous désidentifier des pensées, des possessions, des personnes, des diplômes et de tout ce que vous croyez que vous êtes parce que s’attacher à une identité, c’est ce qui va faire une réaction forte pour que le monde sache que j’existe sous cette identité.

Mais si je sais qui je suis et si je m’envoie de l’amour et je me désidentifie de toutes ces étiquettes- là, ce n’est pas si important que les autres sachent que je sois connu ou pas, intelligent ou pas, brillant ou pas et peu importe… « Je suis aimé. »

– Cela m’amène sur cette sixième clé qui est de vous aimer dans votre ego, de célébrer ainsi que remercier le fait d’avoir réussi à en prendre conscience et déjà de dire : « Waouh, bravo ! »

– Et la toute dernière « septième clé » qui est vraiment la plus importante, c’est de vous aimer quoi que vous dites et que vous faites, vous êtes aimé par cette vie.

Si la vie a voulu que vous soyez sur cette terre, c’est parce qu’elle vous aime.

Donc, c’est impossible d’être abandonné, rejeté et critiqué par la vie. Je peux croire que c’est le cas, mais de toute façon, je suis aimé. Cela ne sert à rien de chercher à être quelqu’un d’autre ou de vouloir faire croire à qui que ce soit et à quelque chose parce que de toute façon : « Je suis aimé tel que je suis. »

Voilà, c’est un sujet que je n’avais pas abordé encore aujourd’hui. C’est fascinant, mais, mon propos de tout cela, c’est d’envoyer beaucoup de bienveillance puisqu’il y a beaucoup de pression autour de l’ego de : « Il faut que je le détruise et j’extermine mon ego ! » Non, ça va aller.

Donc, voilà. Si vous avez aimé cette vidéo, je vous invite à partager et à la diffuser autour de vous. Je pense que cela va aider beaucoup de personnes qui se fouettent toute la journée. « C’est l’ego qui fouette l’ego. »

Et on avance ensemble. À très vite !

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé la vidéo qui s’appelle : « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font et qui vont nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. »

Une seule de ces cinq erreurs va t’empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux.

Clique sur le lien dans la description, va voir la vidéo « c’est un indispensable ! »

Je te dis à très vite. On avance ensemble. Cette année, c’est notre année !

C’est parti !

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This