1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,99/5 sur 413 votes)

Loading...

Comment avoir CONFIANCE EN SOI

Bonjour à vous ! Je suis David Laroche. J’espère que vous allez bien et que vous êtes en pleine forme !

Bienvenue dans la saison 4 de WakeupCalls ! Une série pour booster et inspirer votre vie !

Aujourd’hui, on va voir une question très importante : « Comment faire pour avoir confiance en vous ? »

J’imagine que parfois vous avez envie d’oser faire des choses !

Mais, vous n’osez pas si vous vous sentez un peu timide ou stressé. Vous avez peur et vous n’avez pas la confiance de faire ce qui est important pour vous.

J’imagine que parfois vous avez envie peut-être d’être plus à l’aise et parler en public, de donner un message, de passer à l’action, de raconter une blague, mais vous ne la racontez pas, de dire non à des gens, mais vous ne le faites pas, d’avoir le charisme d’une personne, mais vous ne sentez pas l’avoir. Je connais par cœur ces questions-là.

D’ailleurs j’ai une autre vidéo qui s’appelle : « Comment ne plus être timide ? » La timidité est un sujet qui m’a passionné parce que, moi-même, je me considérais comme timide.

Dans cette vidéo, j’ai envie de vous partager sept clés qui vont vous permettre de développer votre confiance en vous. La confiance en vous finalement c’est cette capacité à oser passer à l’action et à mettre en place des actions vers ce qui est important pour nous.

On peut aussi voir la confiance en soi en une confiance qui est plus large et qui est même une confiance en la vie.

Sept clé donc pour vous y aider !

La première clé est de : « Réaliser les victoires que vous avez déjà eues ».

Il n’y a rien de mieux pour développer la confiance en soi que de capitaliser sur toutes les victoires passées que vous avez déjà eues. Parce que finalement, on commence à construire une croyance au niveau de notre cerveau. Une croyance où on a construit par le filtre qu’on a par rapport à la réalité qu’on est en train de vivre.

Cela veut dire que finalement, si je filtre tous les jours, depuis dix ans, le fait que j’ai régulièrement des moments où je me sens plus confiant que d’autres moments, ou des moments où j’ai eu des victoires, je vais capitaliser sur toutes les victoires et avoir la croyance que je suis quelqu’un de confiant.

Finalement, l’identité que je crois avoir est étroitement liée avec ce que je crois que j’ai été dans le passé.

Plus souvent, j’arrive à me remémorer et à mémoriser des moments dans ma vie où j’ai su être confiant, à l’aise, traverser la peur, avoir du courage, dire non, raconter une blague, lever la main en cours, aborder quelqu’un dans la rue — un homme, une femme, aborder une célébrité et aller postuler à l’entretien d’embauche qui me faisait rêver.

Plus je vais capitaliser sur ces souvenirs-là, plus je vais créer la croyance que non seulement c’est dû « faire », mais si c’est dû « faire » à répétition. Cela devient de l’être.

Il y a une partie en neurosciences qui nous montre que, finalement, on tend à être cohérent avec ce qu’on croit qu’on est. Donc, si je crois que je suis confiant, je vais avoir tendance à agir en personne confiante. C’est indispensable et c’est déterminant que vous preniez le temps de lister les fois où vous avez été plus à l’aise, plus confiantes, les victoires que vous avez eues, les moments de fierté, de courage et où vous avez osé.

Et j’insiste « être confiant n’est pas être quelqu’un sans peur »  et le cliché d’un acteur hollywoodien qui a répété la scène 42 fois et qui, dans le film, avec la musique et les effets spéciaux, paraît être sans peur. Être confiant c’est arriver à chercher les ressources à l’intérieur de moi pour oser faire ce qui est important pour moi.

La deuxième clé pour être plus confiant est, c’est un basique, « la préparation ».

Je peux vous garantir que plus vous vous entraînez, plus vous vous préparez et plus il y a des chances d’avoir de la confiance.

Récemment, il y a quelqu’un dans le coaching, un entrepreneur, qui est fasciné de tous les sportifs de haut niveau « les tops trois de chaque discipline. » Il me disait : « Mais comment font-ils pour avoir autant de confiance ? » Et déjà, un des ingrédients qui leur donne cette confiance est l’entraînement à répétition. Quand tu as répété mille fois ton geste, les chances d’être plus à l’aise à la mille et unième fois sont beaucoup plus élevées.

Il y a beaucoup de personnes qui ne se préparent pas. Si tu as envie d’être plus à l’aise dans un entretien d’embauche, tu as de grandes chances si tu te prépares.

Alors, se préparer veut dire quoi ? Cela a plusieurs facettes :

• La première est : « Une préparation technique »

Par exemple, si je veux être à l’aise à faire des vidéos, j’ai une technique oratoire et une technique pédagogique.

• Ensuite, j’ai une préparation mentale.

Le fait, par exemple, que demain j’ai un entretien d’embauche important et de prendre le temps de m’imaginer dans les étapes clés de mon entretien d’embauche en pouvant voir : « OK , j’arrive dans le bureau, comment je me tiens, respire et bouge, qu’est-ce que je me dis, comment je regarde la personne, à quoi je pense, quelles sont les questions que je me pose et où est-ce que je regarde dans la pièce ?! » Et je vais prendre chaque grande étape de l’entretien en imaginant comment moi, je me sens, j’interagis, je respire et je réagis.

Je peux aussi inclure dans la préparation mentale, une préparation avec des scénarios possibles : les scénarios tops, moyens et pires en me disant : « Tiens ! par exemple, ça serait quoi les cinq phrases les pires qui peuvent m’arriver ? » Par exemple, la personne me dit : « Vous n’êtes pas à la hauteur dans l’entretien d’embauche. »

En cas de phrase comme ça, mon réflexe serait quoi ? Je vais me redresser, respirer, regarder la personne dans les yeux, prendre un temps de silence, me reconnecter à moi, créer les stratégies pour répondre aux scénarios les pires, ceux qui m’effraient le plus, de sorte que j’ai pu répéter les scénarios et que s’ils arrivent, il y a une partie de moi qui dit : « Quelque part, je l’ai déjà vécu et transformé. »

C’est comme cela aujourd’hui qu’il y a une partie de notre cerveau qui, quelque part, ne fait pas la différence entre la partie limbique entre « passé, présent et futur », et la partie « réelle ou imaginaire ».

On sait aujourd’hui que quand on demande à deux groupes de personnes : l’une qui tire sur un ressort pour développer les biceps et l’autre qui s’imagine être en train de tirer sur le ressort, les deux ont des parties du cerveau qui sont sollicitées et qui sont les mêmes. Et les deux ont une sollicitation au niveau des biceps. Bien sûr, ceux qui le font réellement ont davantage de sollicitation. Mais ce qui est intéressant, c’est que pour une partie du cerveau, l’activation neurologique est sensiblement la même entre quelqu’un qui fait quelque chose et quelqu’un qui s’imagine être en train de faire quelque chose.

Cela veut dire quoi ?! Cela veut dire : s’imaginer régulièrement dans des situations en s’imaginant avoir la confiance de réagir, d’interagir, de communiquer, de faire ce que j’ai à faire et d’augmenter mes chances.

Le sous-message derrière cela c’est que : « Oui ! En répétant mille fois quelque chose ; la mille et unième fois, j’ai des chances d’être plus à l’aise. » Mais si je cumule cela avec de la préparation mentale, je peux peut-être le faire cent fois plus de préparation mentale et être aussi à l’aise que quelqu’un qui a pris le temps de le faire mille fois.

Je ne dis pas qu’il s’agit de ne le faire que via le mental, mais les deux réunis et cumulés peuvent apporter un vrai plus.

Petit détail important, les gens confondent cela avec la loi de l’attraction ou avec toutes formes de principes qui peuvent être perçus comme ésotérique ou perchée. On n’est pas là dedans. Là, on est vraiment dans la préparation mentale, physiologique et émotionnelle de sportif de haut niveau où on le fait sur une action concrète.

On n’est pas sur « Je pense à quelque chose et je me l’attire ! », mais on est sur « J’imagine une situation réelle de ma vie ! Et j’imagine les sous-subtilités et les différences de comment, moi, j’interagis dans la situation ?! »

Donc, entraînez-vous, préparez-vous. Et je peux vous garantir qu’avec la répétition, vous serez plus à l’aise !

La troisième clé, si vous voulez développer votre confiance en vous, et cela va vous permettre d’acquérir le deuxième niveau de confiance puisque le premier est très conditionnel, lié à la répétition et au fait de faire les mêmes choses, c’est de « faire de nouvelles choses. » De vivre des expériences qui sont nouvelles et que vous ne connaissez pas puisque là, vous allez créer le deuxième pont, le deuxième muscle de la confiance en soi ; qui est cette capacité à être confiant et à l’aise dans des situations que je ne connais pas.

Finalement, si on faisait une équation très simple : « confiance en soi, c’est 30 % de préparation, 30 % d’état d’esprit + 40 % liés au projet où pourquoi c’est important pour vous. » Là, on est dans le troisième clé. Et que si je fais régulièrement des expériences nouvelles, je vais commencer à créer le muscle et la confiance. Je suis en capacité de me relever des situations dont je n’ai aucune maîtrise.

Ma vie a changé en faisant des choses nouvelles, en osant aborder des gens dans la rue. Et je peux vous garantir que les premières fois que j’ai fait cela, je m’étais trouvé un prétexte très simple. C’est que j’avais un calepin et j’abordais des inconnus, je posais cinq questions inutiles dont je négligeais complètement des réponses. Mais l’objectif était juste d’aborder une personne en disant : « Voilà, j’ai un petit questionnaire pour vous ! »

Je posais les cinq questions et je notais les réponses. Cela me permettait d’oser aborder.

La première fois, j’étais dans un centre commercial à Lyon : La Part Dieu. J’ai peut-être passé deux heures à laisser passer beaucoup de personnes avant de parler à une seule personne. La première fois que je me suis dit : « Je vais prendre le porte-voix et parler dans le métro », j’ai laissé, je ne sais pas combien de métros, avant de parler .

À force de faire de nouvelles expériences, lever la main, parler à des gens, raconter une blague et voyager, au bout d’un moment, il y a une partie de toi qui dit : « Même si je stresse, même si c’est inconfortable, je trouverais le moyen de me relever ! » Ce qui donne le plus de confiance en la vie et que tu peux te relever.

La quatrième facteur pour développer votre confiance en vous c’est de vous aimer dans vos faiblesses, dans vos forces, pour qui vous êtes, tel que vous êtes et de vous donner de l’amour. Vous méritez de vous aimer.

La confiance en soi et l’estime de soi sont intriquées et étroitement reliées. Plus je m’aime, plus mon estime de moi monte. Plus je m’estime, plus c’est facile de faire des choses en confiance parce que je suis moins sensible de ce que les autres vont penser de moi. Je m’aime trop pour mettre trop d’importance à la vie des autres.

Donc vous aimez, vous donnez de l’amour, parlez correctement, parlez avec bienveillance, encouragez vous-même et valorisez vous-même. Cela dit autrement, cela serait de vous comporter vous-même comme un papa ou une maman qui est bienveillant(e).

J’aime bien dire aux parents que j’accompagne en coaching individuel qui sont bienveillants avec leurs enfants : « Comporte-toi comme tu te comportes avec tes enfants et leur demander si cela ferait une différence ». Bien sûr que cela ferait une différence ! Arrêtons le fouet, posons-le et donnons-nous un peu plus d’amour. Je vous garantis que vous aurez plus de confiance en vous-même.

De même, la confiance, je vous disais, n’est pas un acte de « ne pas avoir peur » ou de « tout réussir. » Ce n’est pas cela être confiant. Si j’ose faire quelque chose et raconter une blague, et qu’il y a un gros vide, c’est le moment de m’aimer, c’est le moment de me dire, comme avec un enfant : « Écoutes ! Je suis fier de toi, tu as essayé. Bravo ! Tu fais partie de ces gens qui essayent. Au dernier jour de ta vie, tu pourras être fier de toi. Tu pourras inspirer, toi-même, ton propre fils d’avoir osé faire cela ! »

La cinquième clé importante pour la confiance est d’embrasser votre vulnérabilité. Il n’y a pas de plus beau, et j’insiste, il n’y a pas de plus cool et magique que quelqu’un qui ose être lui-même. Il n’y a pas de plus fort, et j’insiste, « il n’y a pas de plus puissant que quelqu’un qui ose être vulnérable, qui s’aime tellement, qui quelque part, est tellement confiante, qui est capable de pleurer devant quelqu’un, qui est capable d’être triste devant quelqu’un, qui est capable de partager ses échecs et ses victoires, ses réussites et ses doutes. Et elle prend le masque, elle le pose et elle se dit : « Je suis moi-même ! »

Quand tu as posé ton masque et que tu es toi-même, de quoi peux-tu avoir peur ? Pour moi, c’est la confiance ultime quand tu es toi-même. Plus j’arrive à être moi-même en vidéo, là face à vous, plus je me sens bien !

Là, par exemple, cette vidéo et dans celle qu’on vient de tourner juste avant, je me sens très bien, je me sens être moi-même. Forcément, ma confiance monte.

Oser être vulnérable, parler de vos échecs, douter et que cela se sache que vous doutez sont les meilleurs moyens de vous aimer et d’être à l’aise. Il n’y a pas de plus beau qu’un orateur qui ose avoir peur. Il n’y a pas plus beau que quelqu’un qui ose stresser.

Vous savez qu’il y a des études scientifiques qui montrent que le stress est une des variables qui peuvent favoriser la connexion à l’autre. Ce n’est pas inspirant quelqu’un qui est un genre de Ken comme dans Ken et Barbie qui peut nager et rester coiffé et qui peut vivre tout un tas d’aventure sans émotions.

On n’est pas attiré par des robots, par des clichés de personnes parfaites. On est attiré par des vrais héros ! Le vrai héros a le talon d’Achille. Il a la kryptonite de Superman et il a quelque chose qui le rend vulnérable. On est tous des héros en puissance avec une zone de vulnérabilité. Osons la montrer au monde, l’aimer et être nous-mêmes.

Plus vous le ferez, plus vous serez à l’aise et plus vous allez voir, contrairement à ce qu’on pourrait se dire : « Oh la ! Qu’est-ce qui va se passer ? Je vais perdre des gens. »

Si tu perds des gens puisque tu as été toi-même, c’est qu’ils ne t’aimaient pas.

Le sixième moyen de développer votre confiance en vous, là je pourrais en faire une vidéo et une formation à part entière, d’ailleurs, j’ai des formations plus avancées sur la confiance en vous, c’est un sujet qui me passionne, qui est déterminant et indispensable pour votre vie, c’est la physiologie respiration et posture, la façon de regarder, de vous tenir, de bouger et de créer l’énergie dans votre corps.

Mais ce qui est à retenir, c’est se tenir droit, lâcher le ventre et les épaules ouvertes. Le plexus solaire vers le haut et plutôt regarder vers l’horizon. Globalement c’est quelque chose qui va plus donner de l’énergie et vous permettre de vous sentir mieux. Le sourire peut aussi, énormément, favoriser la transformation de la biochimie, qui est dans votre corps, puisque les émotions ne sont que de la chimie.

La septième et j’en parlais : je vous disais 30 % de préparation, 30 % de « mindset » ou d’état d’esprit qui est derrière cela et 40 % d’un projet qui vous inspire. Je peux vous garantir que si vous prenez la personne la plus timide au monde et que vous la connectez à quelque chose qui est très importante pour elle, elle va être confiante. Parce qu’on est confiant pour les projets importants pour nous.

J’ai bien dit aux personnes qui ont peur et qui disent oui ! Mais je ne sais pas, et je ne vais pas y aller, je ne vais pas y arriver, j’ai une dame que j’accompagnais qui me disait cela, et je lui disais franchement : « S’il s’agit de la vie de tes enfants, est-ce que tu le ferais ?! » Elle a répondu : « Bien sûr que je vais le faire ! »

S’il s’agit du projet le plus important pour toi, dans ta vie, est-ce que tu le fais ? Bien sûr que je le fais ! S’il s’agit d’inspirer des jeunes, des milliers d’enfants dans le monde, est-ce que tu le fais ?! Bien sûr que je le fais !

Donc, arrêtons de nous raconter des bêtises : « Oui, j’ai peur ! … Non, je ne sais pas ! »

S’il y a un projet qui te touche suffisamment, tu trouves de l’énergie. Tu suis quelqu’un qui a régulièrement de la peur, qui, des fois, a du mal à oser faire des choses. Mais ce qui le rend plus puissant et qui active une autre partie d’elle c’est de me connecter à mes projets, à ce qui m’inspire et au message que je veux donner au-delà de moi. C’est simple ! Retenez cela !

Si tu as comme vision, quelque chose qui s’arrête uniquement à toi, ta motivation, ta confiance va s’arrêter à toi. Si tu as pour projet d’inspirer, d’accompagner, d’aider, de véhiculer quelque chose au-delà de toi et de contribuer à un projet qui est au-delà de toi, tu auras de l’énergie et de la confiance au-delà de toi.

Donc, je suis quelqu’un qui peut avoir peur, mais quand je me connecte aux projets les plus importants pour moi, je deviens inarrêtable et c’est valable pour toutes les personnes de la planète.

Vous avez un potentiel à être inarrêtable si vous vous connectez à votre intérieur et à « pourquoi c’est indispensable que je fasse ce qui m’honore, que je fasse ce qui m’inspire, que j’aille vivre la vie extraordinaire que je mérite de vivre, que j’ose être moi-même, que j’ose parler comme j’ai envie de parler, que j’ose bouger comme j’ai envie de bouger, que j’ose m’habiller comme j’ai envie de m’habiller et que je sois vraiment moi. »

Vous pouvez vraiment le faire. Donc, choisissez-vous et connectez-vous à des projets qui vous inspirent. Je vous garantis que votre confiance va grimper. Elle va exploser en vivant vos valeurs à vous et pas les valeurs de la société, du monde ou celles de vos parents.

Pour terminer sur la confiance en soi, j’aimerais donner cette citation de Sénèque : « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles. » Effectivement, plus je vais oser et plus les choses difficiles vont devenir faciles. C’est cela qui me fascine !

Qu’est-ce qu’on a vu ensemble par rapport à la confiance en soi ?!

• La première clé , c’est de réaliser toutes les victoires que vous avez, de vous remémorer des moments de confiance, des moments de puissance.

Je vous mets au défi, pendant les trente jours qui viennent, de prendre le temps de vous souvenir de trois moments où vous avez été confiant, tous les jours. Et je vous garantis que votre confiance va grimper.

• La deuxième clé : « Préparez et entraînez-vous ! »

Répétez quelque chose. Préparez-vous mentalement et réellement pour que vous soyez prêt le moment où vous devez avoir cette confiance qui arrive.

Aujourd’hui, même stressé et même pas confiant, je peux faire une vidéo qui est mille fois meilleure que la vidéo au top de ma forme, il y a dix ans.

Cela montre bien que je peux être moins bon certains jours, mais, avec l’entraînement, je suis quand même meilleur. Je peux avoir une conférence qui est moins bonne que d’habitude, mais elle sera mille fois meilleure que les conférences que j’aurais pu faire il y a douze ans grâce à l’entraînement.

• La troisième clé c’est de tester les choses qui sont nouvelles, c’est-à-dire de vivre des nouvelles expériences régulièrement, étendre votre zone de confort et explorer la zone d’inconfort.

• La quatrième clé c’est de vous aimer, choisir, et de renforcer votre estime de vous-même.

Peu importe vos échecs, vos victoires, ce que pensent les autres de vous, si ça marche ou si ça ne marche pas et si vous osez ou pas. Envoyez-vous de l’amour !

• La cinquième chose : osez être et faire partie des personnes qui, pour moi, sont les plus confiantes et les plus puissantes de la planète : celles qui osent être puissantes et vulnérables !

Si tu n’es addict qu’à une polarité, tu es limité par cette polarité. Si tu n’es addict qu’à être puissant, tu es limité dans ta puissance par le fait d’interdire d’être vulnérable.

Et, quand tu as la puissance et de la vulnérabilité, là tu es vraiment en puissance, authentique, toi-même, tu t’aimes tellement et suffisamment que tu oses être toi-même face aux autres.

• La sixième clé est la physiologie : on respire, sourit, ouvre le corps, bouge, se remplit et on met de l’énergie à l’intérieur de soi.

Je peux vous garantir que ça fait une différence dans les situations où vous avez besoin de vous oxygéner !

Beaucoup de fois, j’étais stressé parce que je n’avais pas respiré depuis une heure donc, forcément, sans oxygène, c’est difficile d’avoir de la créativité et des idées.

• Et la septième clé, presque la plus importante : si tu oses vivre une vie qui t’inspire, si tu oses aller vers des projets qui te touchent ; tu auras plus de confiance que tu peux l’imaginer.

Je connais des gens qui sont peureux, stressés et timides qui, quand tu les connectes à leurs enfants aux projets qui les inspirent, ils deviennent des machines inarrêtables. Un homme ou une femme connecté(e) à sa mission de vie est littéralement inarrêtable.

Vous pouvez avoir plus de confiance en vous. Je vous le souhaite. Utilisez ces clés et regardez la vidéo plusieurs fois !

En tout cas, c’est un vrai plaisir de démarrer cette saison, avec cette première vidéo. On est parti pour dix-neuf autres vidéos #wakeupcalls. Suivez et commentez-les. Mettez un maximum d’énergie !

On est parti ensemble pour vingt jours, donc mettez le paquet parce que j’ai envie qu’on installe une norme : de se dépasser, d’apprendre, d’être à l’aise avec sa vulnérabilité. On commente à maximum ! Diffusez à maximum les vidéos autour de vous !

À très vite et on avance ensemble !

Partagez !

Je vous aime !

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font », et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule de ces cinq erreurs va t’empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux.

Clique sur le lien dans la description, et va voir la vidéo. C’est un indispensable !

Je te dis à très vite ! On avance ensemble.

Cette année, c’est notre année ! C’est parti !

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This