1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,40/5 sur 470 votes)

Loading...

Comment croire en ses RÊVES – WUC #184

Bonjour à vous, ici David Laroche de la série WakeupCalls, au rendez-vous quotidien pour booster et inspirer votre vie. Aujourd’hui, voyons comment vous pouvez croire en vos rêves, en ce qui est profondément important pour vous.

Alors, qu’est-ce qu’un rêve ? Pour moi, un rêve n’est pas un fantasme, quelque chose au loin qu’on ne réalisera jamais. Pour moi, un rêve, c’est profondément quelque chose d’important, du même ordre que le rêve de Martin Luther King quand il a dit : « I have a dream. » Pour moi, un rêve n’est pas un fantasme qu’on met au loin et qu’on ne réalisera jamais. Un rêve, c’est quelque chose d’important pour moi, en accord avec mes valeurs, mon cœur, par rapport à un service ou une performance que j’ai envie de réaliser dans ma vie.

La première clé pour pouvoir croire en ses rêves, c’est de faire la distinction entre les fantasmes et les vrais désirs. C’est difficile finalement de se convaincre qu’on va réaliser quelque chose qui est de l’ordre de fantasme. Qu’est-ce que j’appelle un fantasme ? C’est finalement une attente exagérée par rapport à la vie, dans quelque chose qui ne me correspond pas vraiment. Par exemple, pour moi, je peux dire qu’avoir une ferrari, c’est un fantasme, alors que le fait de créer une vidéo qui fait un million de vues et qui inspire des millions de personnes à croire en leurs rêves, c’est un rêve.

Je pense qu’on peut réaliser des fantasmes, mais que simplement, les chances de réaliser un fantasme sont très, très faibles, vu que ce n’est pas important pour nous. Donc, faisons la distinction entre ce qui est vraiment important pour vous et ce qui l’est peu. Concentrons-nous dans les projets profondément importants. C’était la première clé.

La deuxième clé, c’est que vous n’êtes pas sûr que c’est impossible. A chaque fois que j’ai quelqu’un qui me dit : « Oui, mais non, je ne vais pas y arriver. », je lui dis : « Est-ce que tu es à 100% sûr que c’est impossible ? » Et la réalité, c’est qu’on est 100% sûr que c’est impossible. Donc, quelque part c’est possible. Rien que le fait d’ouvrir cela, donne de la confiance, de l’énergie, de l’espoir. À chaque fois que je me dis : « Ouais, mais je vais arriver aux États-Unis. C’est trop dur. Je ne sais pas comment je vais faire. » Je me dis : « David, est-ce que tu es 100% sûr que c’est impossible ? » Et la réponse est « non ». Alors je dis : « Donc, c’est que, quelque part c’est possible. »

La troisième clé, qui me permet de croire en mes rêves, c’est de lister chacune des petites réussites de ma vie pour me rendre compte que j’ai été en capacité de réaliser des choses que j’ai rêvées. J’ai envie d’entraîner mon système nerveux via l’expérience, pas seulement le fantasme de me dire : « J’ai réussi cela. J’ai réussi cela. J’ai réussi cela. J’ai réussi cela. » Plus je le fais, plus c’est facile d’y croire, et plus je vais pouvoir facilement croire en des rêves de plus en plus grand.

Cela m’amène sur la quatrième clé qui est finalement la conséquence de la troisième. Je vais découper les grands rêves, les grandes visions, en des plus petits rêves, des plus petits projets, pour pouvoir me concentrer sur des projets à trois mois, six mois. Peut-être que, même si trois mois, six mois, c’est long pour vous. Concentrez-vous sur un mois, deux semaines, une semaine. Pourquoi ? Parce que j’ai envie d’avoir des projets que je sais à au moins huit sur dix de certitude que je vais pouvoir les réaliser. Comme cela, je vais pouvoir me dire : « J’ai imaginé cela. Je l’ai créé. » Et cela va être un capital supplémentaire à la liste des victoires que j’ai. Et je vais pouvoir, au quotidien, renforcer le sentiment de « J’imagine une chose : Je la réalise ». Donc finalement, s’il y a deux ans, j’ai fait la liste des victoires, et depuis deux ans, cela veut dire : dans deux ans par rapport à ce WakeUpCalls là, vous avez réalisé : « J’ai fixé cela, et je l’ai fait. J’ai fixé cela, et je l’ai fait. Même si c’est petit, vous allez renforcer la croyance de « je peux y arriver ».

Vous savez que chez les enfants, c’est fondamental de leur donner des petits défis qu’ils vont pouvoir réaliser. Si on leur donne que des grands défis, ils vont perdre confiance. J’ai appris cela avec mon chat. Quand je jouais avec mon chat et qu’il n’arrivais jamais à toucher la balle, au bout d’un moment, il me laissait tomber, et il n’avait plus envie de jouer. Donc, j’ai envie de jouer avec moi comme si j’étais mon propre chat, et de finalement, toujours trouver la frontière où c’est inconfortable puisque c’est nouveau et que je ne l’ai jamais fait, mais c’est confortable parce que je sais que je peux le faire et de jongler là-dessus. J’ai envie de droguer mon système nerveux à atteindre de petits rêves, de petits projets.

La cinquième clé pour croire en ses rêves, c’est de s’inspirer des gens qui ont réalisé des rêves qui leur semblaient impossibles. Cela peut être dans n’importe quel domaine. Cela peut être un chef cuisto. J’ai lu récemment quelqu’un qui, pendant des années, pour arriver à maîtriser ses sushis, s’est entraîné et s’est entraîné à faire les meilleurs sushis au monde à tel point que c’est quand les gens, ils goûtent à ses plats, à ses aliments, à ses sushis, ils vivent une forme d’orgasme spirituel. C’est pour cela qu’il se lève le matin. C’est sa mission. Quand je prends le temps de m’inspirer des gens qui réalisent leurs rêves dans des domaines complètement variés, cela m’arrive de me dire : « Si eux, ils l’ont fait, je peux le faire. » Et là, j’insiste. Écoutez-moi bien. Mettez la vidéo en pause si vous avez besoin de temps pour l’intégrer.

S’il vous plaît, inspirez-vous des gens qui ont fait des choses qui leur semblaient impossibles. Faites cela votre nourriture au quotidien, presque avant les aliments. Nourrissez-vous d’inspiration. Nourrissez-vous de réalisateurs qui ont réalisé des rêves qui leur semblaient impossibles, d’acteurs, peut-être de foot-balleurs, de peut-être des personnes qui ont voyagé, des personnes qui ont une forme de pédagogie avec les enfants qui ont été différents. Plus vous allez ancrer cela dans votre système, plus vous allez vous créer un cocon d’inspiration. Et je vous garantis que cela fait la différence.

Entre mes dix-huit ans et mes vingt-un ans, j’ai été presque intransigeant là-dessus. Des citations au murs, des livres qui m’inspiraient, des biographies qui m’inspiraient, des films qui m’inspiraient, des musiques qui m’inspiraient. Pourquoi ? Parce que je voulais me créer un écosystème où tout ce que j’avais appris à l’extérieur, toutes les croyances de la société, des gens, de mes amis. Je pouvais les casser et me dire : « Si eux l’ont fait, même si cela ne représente que zéro un de la population, si ce zéro un de la population a pu le faire, je peux faire partie du zéro un pourcent. » Si vous regardez cette vidéo et que vous faites ce que vous dit, de vous inspirer des gens qui vous inspirent, vous pouvez faire partie de ce zéro un pourcent des gens qui réalisent leurs rêves, et qui plus tard, disent : « Si j’ai pu le faire, vous pouvez le faire. »

La sixième clé, elle est simple, et j’insiste tout le temps là-dessus : créez-vous une équipe de gens qui réalisent leurs rêves. C’est plus facile de réaliser n’importe quoi quand il n’y a que des gens autour de soi qui se disent : « J’ai envie de le faire. Cela m’inspire. Cela m’excite. J’ai envie d’aller faire cette chose que je n’ai jamais faite. » Imaginez : Vous êtes entouré de personnes qui, dès que vous dites : « Ah je veux faire cela. », disent : « Oh, non, cela va être compliqué. il y aura trop de vents. Il y aura cela. Cela va être dur. » Si vous êtes la seule personne dans votre délire, cela va être dur. Alors encore une fois, essayez d’avoir une excuse. Dans mes débuts, j’étais seul, seul dans mon délire. Mais, à force d’être seul dans mon délire et de me dire : « Je vais aller traverser la jungle, même seul. », tu trouves d’autres personnes dans leur délire, dans cette même jungle qui disent : « Oh, je ne suis pas seul. » Et au bout d’un moment, cela devient plus facile. Au début, si vous êtes seul, soyez prêt à rentrer dans cette jungle seul, et allez réaliser vos rêves. Je vous garantis que c’est une expérience incroyable de le faire, et cela devient de plus en plus stimulant de rencontrer des gens fous comme vous. Car le monde qu’on a, il a été bâti, imaginé, dessiné, désigné, inventé par des gens qui se sont dits : « C’est impossible, et ben, je vais le faire. »

J’aime cette phrase, sur mon mur dans ma chambre, qui est : « Il y a des gens qui, quand on leur parle de quelque chose, se disent : « Pourquoi le faire ? », mais il n’y a pas un « pourquoi » inspirant, et d’autres qui se disent : « Pourquoi pas ? », ou alors « Cela n’a jamais été fait ? Pourquoi pas le faire ? »

Finalement, les six clés dans cette vidéo :

La première : Faites la différence entre le fantasme qui ne vous touche pas vraiment et les vrais rêves qui vous stimulent, qui vous animent, qui vous prennent au ventre et vous sentez de l’énergie. Quand on vous en parle, vous devenez allumé. Quand vous êtes fatigué et qu’on vous en parle, cela vous donne de l’énergie. Vous savez que c’est un rêve quand vous êtes prêt à faire des choses inconfortables. Par exemple, ce n’est pas forcément confortable de faire ces WakeUpCalls. J’ai du vent dans le dos. J’ai froid. Et la raison pour laquelle on est là. C’est parce qu’il y a forcément quelque chose qui nous inspire. Sinon, on se dirait : « Pourquoi faire cela, autant rester sur son canapé  et regarder d’autres personnes réaliser leurs rêves ? » Donc on a le choix : soit être sur le canapé en train de regarder les autres réaliser leurs rêves, soit se dire : « Je vais aller réaliser mes rêves. » Je vais aller faire ce chemin parfois inconfortable, parfois difficile, mais qui est tellement nourrissant et inspirant et qui pousse les autres à se dire : « Allez, je vais le faire aussi. »

La deuxième chose qu’on avait vue, c’est qu’on n’est pas sûr que c’est impossible — on n’est jamais sûr que c’est impossible. C’est pour cela que j’aime dire : « Je ne sais pas ce qui est possible ou non. Alors vue que je ne sais pas, autant agir comme si tout est possible. » Non pas que je suis en train de me dire que tout est possible. Mais je me dis seulement que c’est un peu possible. Et dès lors que c’est un peu possible, j’ai envie de le tenter. J’adore ce que Elon Musk a dit : « Peut-être qu’on peut aller vivre sur Mars ! Peut-être ! Peut-être pas ! Mais tant que c’est possible, on y va : On fonce. » C’est cela qui donne de l’énergie aux hommes et aux femmes de ce monde. C’est d’être connectés à un rêve qui les stimule.

La troisième chose qu’on a vue, c’est de se créer une bibliothèque des réussites. Listez les victoires, les petites victoires du quotidien. Je veux que vous vous entraîniez à réussir, que vous vous programmiez, en réalisant que je suis une machine à réussir depuis mon enfance. Cela, c’est un facteur numéro 1, aux gens qui réalisent leurs rêves. Ils se sont persuadés, eux-mêmes, que ce sont des gens nés pour réaliser leurs rêves. Au final, pas plus que les autres, c’est seulement qu’ils y croient. Ils y croient plus que les autres dans leurs délires. Donc, listez-moi ces victoires.

La quatrième chose : découpez le grand rêve complètement fou en petits projets. Moi, j’aimerais faire des vidéos avec un hélicoptère. Pour l’instant, ce n’est pas dans nos budgets. Et là, on rajoute des caméras, et on teste des choses différentes. Donc, cela, c’est accessible. Alors, j’ai un projet qui est accessible, je vais au bout, cela renforce mon estime de moi, ma confiance, et je me dis : « Prochain pas, on va rajouter cela. » Et peut-être, c’est progressivement qu’on fera des WakeUpCalls dans l’espace. C’est possible, et cela m’inspire.

La cinquième chose, c’est de vous inspirer des gens qui réalisent l’impossible. Je vous ai parlé d’Elon Musk, mais il y a plein qui réalisent des choses impossibles. Les gens disent : « Dix ans après : c’est la norme », et après, il y a d’autres personnes qui disent : « Il m’inspire. Je vais réaliser cette chose-là, qui est impossible. » Les gens disent : « Arrête, ce n’est pas possible. » Mais en fait, à chaque fois, comme dit Gandhi, tu es, d’abord, ignoré, puis, tu es rejeté pour ton idée, puis tu es accepté, enfin tu es admiré. C’est un cycle normal. Moi, j’ai envie de faire partie des personnes qui rêvent, qui croient en leurs rêves, et qui foncent vers leurs rêves.

La sixième clé : créez-vous une équipe de rêve, une équipe de gens qui vous inspirent. Il y a un film, qui m’a mis des larmes aux yeux. Je l’ai peut-être vu il y a huit ans. Je ne savais même pas que je deviendrais entrepreneur. Je ne savais même pas que je deviendrais conférencier. Et cela s’appelle « The Aviator ». Il y a Leonardo DiCaprio dans le film, et il dit : « Je veux les meilleurs de la planète. Je veux le meilleur météorologue. Je veux le meilleur cela, cela, cela, cela. » Et cela m’a inspiré. Je me suis dit : « Tiens, le mec, ils ont réalisé des grandes choses, mais il a compris qu’on ne réalise rien de grand en étant la seule personne grande. » J’aime cette idée que, si tu es la personne la plus intelligente de la pièce, tu as un problème. Inspirez-vous des gens qui font des choses qui vous surprennent et qui sont, même des fois, meilleurs que vous. Mais soyez prêt à traverser le chemin seul d’abord.

Croire en ses rêves n’a pas pour but même de les réaliser. Croyez en vos rêves seulement parce que vos rêves vous rendent vivant, et qu’à la fin de votre vie, vous ferez partie des cinq pour cent des gens qui disent : « J’ai au moins essayé. Je suis fier de moi. Je n’ai peut-être pas réussi, mais j’y ai cru. » Et en le faisant, il y a peut-être quelqu’un qui, lui, va réussir en s’inspirant de vous. Il y a peut-être quelqu’un qui, après votre mort, dira à aux petits enfants : « Ton grand-parent m’a inspiré. Je me suis dit en le voyant que, moi aussi, je pouvais réaliser mes rêves. » Peut-être qu’on va mourir sans savoir l’impact qu’on a eu. Je vais vous laisser finir sur cette phrase de Gladiator : « Nos actes résonnent dans l’éternité. » Alors laissez un petit ricochet qui peut avoir un impact dans le monde en croyant en vos rêves. Vous pouvez le faire. Lâchez-moi toutes ces excuses pourries, et foncez vers vos rêves. Merci à vous. Si cette vidéo, elle vous inspire, partagez-la. Il y a peut-être un de vos amis, quelqu’un qui vous connait, qui va se mettre à croire en ses rêves. Je pense que c’est une belle raison de partager la vidéo. Dites-moi en commentaire ce que vous inspire, si vous aimez ce décor qui est quand même fou : on s’est déplacé pour que vous le voyiez. Et cliquez sur « J’aime » aussi.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This