1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,91/5 sur 155 votes)

Loading...

Comment faire un choix ? Thierry Boiron – David Laroche

David : Une question que j’avais absolument envie de te poser, je la pose maintenant, c’est comment on fait un choix ? Alors on part bien du principe que le choix a l’air super intéressant et le choix B est aussi super intéressant. Alors comment on s’y prend? Comment tu t’y prends ?

Thierry : On est souvent face à des choix et des choix qui ne sont en effet pas faciles à prendre. Alors moi j’ai une façon de faire qui me convient bien.

David : On l’appellera le processus Boiron !

Thierry : Oui ! (rires) Je l’ai même appelé différemment, je l’ai appelé PDG, pour Processus de Décision Globale. Ce qui est très important pour moi, c’est de ne pas se refuser au choix que l’on doit faire. Quand on bloque sur un choix et qu’on commence à se rigidifier et à stresser, parce que là le matériel commence à se transformer, parce que la pression de faire un choix est énorme : quand on ne choisit pas, on tend à être dans l’immobilisme, tendu, dans une crise, et là ça commence à faire mal. Donc il faut faire un choix. Alors pour moi je me prépare déjà en essayant de rassembler tous les éléments ,que j’ai à ma disposition, qui concernent ce choix-là.

David : Donc là on est plus dans un processus intellectuel pour l’instant ?

Thierry : Oui, dans un processus plus intellectuel et émotionnel parce que dans les éléments dont je dispose, il n’y a pas que des éléments objectivés, objectivables, il y a aussi tout mon subjectif. Je ne sais pas comment interpréter tel facteur, si je dois faire un choix par exemple entre deux pays par exemple dans lesquels je dois ouvrir une filiale, c’est un investissement sur plusieurs années qui va nous coûter très cher. Est-ce que je vais en Russie ou est-ce que je vais au Brésil ? Waouh, comment est-ce que je fais ? Là j’ai un choix à faire. On me présente des tableaux, « voilà la croissance moyenne du PIB dans un », « la sécurité ici », « la corruption dans un », « la corruption là », « les frais d’administration : l’administration brésilienne c’est une catastrophe, la Russie c’est… » Tous ces critères, si je ne sais pas comment les interpréter, qu’est-ce que j’en fais ? Ils sont fades, ils sont plats, ils n’ont que deux dimensions. Il faut que je leur mette une troisième dimension, il faut que je les accueille et que mon subjectif vienne leur donner une couleur, une vibration, une priorité, un ressenti. Et là, pour ça, il faut que je rassemble tous les éléments objectifs et que je respire. Voilà, moi je respire.

David : Tu respires, ça donne quoi ? (rires)

Thierry : Ça donne que je ferme les yeux déjà pour bien respirer, et je laisse l’air rentrer. On oublie de respirer et l’inspiration est très importante. Quand je veux réfléchir à une véritable problématique, je prends le temps qu’il faut, mais je vais laisser tranquillement l’ensemble de ces éléments-là me rentrer dans le corps, m’habiter complètement, et je vais accepter la réflexion. Quand j’ai des moments de décisions à prendre, parfois ça peut prendre des jours, parfois ça va se faire en une ou deux secondes. On me propose deux packagings et on me dit : là c’est comme ça qu’on écrit le nom « Camilia » ou comme ça. Il y a un élément rationnel là-dedans ? « Oui tu comprends la couleur bleue, c’est machin, etc., oui, mais là le graphique ça serait super là, le point rouge ça serait la douleur… » Il y a des tas d’éléments qui rentrent en compte ! Il y a un moment donné ou il faut regarder les deux packagings et dire je prends celui-là. Pourquoi est-ce que tu as pris cette décision ? Parce que j’ai senti, c’est comme ça.

David : Pour résumer, j’ai deux choix, j’ai A et j’ai B, le premier truc que j’ai entendu c’est je prends le temps, j’accepte le fait d’avoir ce choix à faire, d’ailleurs il y a trois choix finalement, il y a A, B et rien. On prend le temps, première chose, et deuxième chose que tu dis c’est rassembler les informations intellectuelles, logiques, pour voir qu’est-ce que ça donne déjà et une fois qu’on a ces éléments devant nous, de bien les regarder, les laisser s’intégrer, fermer les yeux et respirer. Et ensuite de choisir, bon allez, A.

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This