1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,40/5 sur 343 votes)

Loading...

Comment prendre une DÉCISION ?! – Prouvé scientifiquement

Il vaut mieux parfois faire un choix même si c’est le mauvais parce que t’as 75 % de chance de faire partie des gens qui sont plutôt satisfaits.

Comment prendre une décision ? On est tous face à ce genre de question. On a le choix A (inaudible) B on est perdu. On envie de savoir où est-ce qu’on doit partir en vacances. Est-ce qu’on doit se mettre en couple avec cette personne ? Est-ce qu’on doit créer notre entreprise ? Est-ce qu’on doit étudier ou non ? Quelle est la matière à étudier ? Est-ce qu’on doit négocier ? C’est vraiment le bordel la prise de décision. 

Sigmund Freud nous dit : « S’agissant de prendre une décision mineure, mieux vaut poser le pour et le contre, mais face à une décision vitale, la décision doit venir de l’inconscient, du plus profond de nous ». 

Donc ce que nous dit notre ami Freud, c’est que pour les petites décisions c’est que t’as juste à demander c’est quoi les avantages et les inconvénients ? Mais quand c’est complexe, le choix d’une carrière professionnelle, avoir des enfants ou non ? C’est super important d’avoir accès à l’inconscient. Mais il est gentil, comment on fait ?  

Alors il y a deux études scientifiques qui sont intéressantes que j’aimerais partager avec toi.

La première, les psychologues Ap Dijksterhuis et Zeger Van Holden ont voulu savoir pourquoi vous choisissez un poster plutôt qu’un autre ? Alors du coup ce qu’ils ont fait ces trois groupes. 

Trois groupes qui devaient choisir un poster préféré et les noter par ordre de préférence. Le premier groupe devait se mettre devant les cinq posters, avait 1 minute 30 pour choisir, devait énumérer les raisons pour lesquelles ils aimaient les posters, devait ou non analyser leur pensée et faire leur choix. Un deuxième groupe devait simplement jeter un coup d’œil sur les posters et faire un choix rapide. Le troisième groupe devait jeter un coup d’œil rapide sur les posters, ensuite faire 5 minutes d’anagramme et enfin jeter un dernier coup d’oeil. Et l’ensemble des participants devaient attribuer une note à chacun des posters. Ensuite on offrait à tous les participants le fait de revenir avec le poster préféré à la maison. Et enfin un mois après, avec une proposition.

On leur rappelait pour leur demander s’ils étaient contents de leur choix et à quel prix ils accepteraient de s’en séparer. Ce qui est super intéressant c’est que le jour même de l’expérience, qu’on leur demandait s’ils étaient certains de leur choix, ceux qui avaient pris le temps de voir le pour et le contre, étaient le plus sûr d’avoir fait le bon choix par rapport à ceux qui avaient fait l’anagramme ou ceux qui avaient eu quelques secondes pour choisir. Mais qu’on les rappelait un mois plus tard, là c’était vraiment différent.

Donc un mois après c’était l’opposé. Ceux qui avaient eu quelques secondes pour choisir, 5 minutes d’anagramme et à nouveau quelques secondes pour choisir, c’était eux qui étaient les plus contents et qui demandaient la plus grosse somme bien plus importante que les autres pour se séparer de leur poster. Tu vas me dire David t’es gentil mais là c’est qu’une étude scientifique par rapport à des posters ça n’a rien à avoir avec la vie réelle. 

En fait les chercheurs ont reproduit les mêmes expériences par rapport à un choix d’appartement ou choix d’un job et se sont rendu compte qu’ils arrivaient à  reproduire les mêmes résultats.

La conclusion de ça c’est que quand le choix est complexe. Le choix est complexe quand tu fais la liste des avantages et des inconvénients. Tu vois pleins d’avantages, pleins d’inconvénients. Et t’es perdu. On est tous à des moments de notre vie face à ce genre de décision. Et donc ce que propose l’étude, c’est justement de favoriser la réponse de l’inconscient. Parce qu’on se rend compte c’est que quand l’inconscient fait un choix, il est capable d’ingérer une petite quantité d’information. Mais il n’arrive pas à avoir une vision d’ensemble. Or, des choix complexes prennent souvent une vision d’ensemble.

Ça va impacter notre couple, notre famille, notre santé, pleines de choses. Ce qui est un bon choix, c’est en fait un choix équilibré. Mais ça notre mental ne peut pas le faire.

Donc ce qu’il propose pour accéder davantage à l’inconscient, c’est de prendre les éléments rationnels et qui est un bon équilibre donc tu étudies le pour et le contre, tu fais tes recherches. Ensuite, tu t’arrêtes et tu fais une tâche qui va permettre à ton cerveau de réfléchir sur autre chose donc c’est une tâche qui demande de la complexité sous deux quoique ce soit. Et tu vas faire ça pendant 5 minutes ou plus et ensuite tu reviens à la décision. 

Moi personnellement, ce qui marche pour moi, c’est prendre toute l’information et essayer de le faire le plus possible avec mon mental, faire autre chose, aller marcher, dormir, faire de la piscine et réfléchir sur d’autres choses et ensuite je reviens et ça m’aide vraiment à la prise de décision.

La deuxième étude c’est l’étude de Thomas Gilovich. Il a demandé à un volontaire de se remémorer le plus grand regret de leur vie. Et près de 75 % des personnes ont un regret pour quelque chose qu’ils n’ont pas fait contre 25 % des gens qui ont un regret par rapport à quelque chose qu’ils ont fait. « Près de 75 % des volontaires regrettent quelque chose qu’ils n’ont pas fait », notamment ne pas avoir assez travaillé l’école, ne pas avoir saisit une chance ou ne pas avoir consacré suffisamment de temps à leur famille ou à leurs amis. « Et seuls 25 % regrettent quelque chose qu’ils ont fait comme prendre une mauvaise orientation professionnelle, se marier sans être amoureux ou avoir un enfant à un moment mal choisi.

Pourquoi c’est comme ça ? C’est parce qu’en fait par rapport à un choix que tu as fait et que tu regrettes, et bah tu peux mesurer les conséquences négatives facilement. Et donc tu vas les limiter. Tu vas éviter souvent d’exacerber. Alors qu’un choix que tu n’as pas fait, tu as tendance à fantasmer toutes les conséquences positives que ce rêve peut avoir. Si j’avais pris ce job, si j’avais parlé à cette femme, si j’avais postulé, si j’avais créé mon entreprise et là, t’imagines un roman. Et tu compares ta vie d’aujourd’hui avec un mirage. Et vu que tu la compares avec un mirage, bah tu trouves que ta vie elle est pourris.

La conclusion de cette histoire et de cette deuxième étude c’est qu’il vaut mieux parfois faire un choix même si c’est le mauvais. Parce que t’as 75 % de chances de faire partie des gens qui sont plutôt satisfaits. Bien sûr il ne s’agit pas de faire ça bêtement. Et si tu cumules ces deux études, je trouve que c’est un (inaudible) pour prendre de bonne décision.

J’ai encore pleins d’autres choses à te dire sur ça. Si cette vidéo elle t’a inspirée, partages-la autour de toi. Laisses-moi un commentaire sur une autre thématique que t’aimerais que j’étudie sur le côté scientifique. 

Abonnes-toi pour recevoir d’autre vidéo et cliques sur la cloche et si tu veux aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs qui t'empêches de réussir, que t'empêches d’être heureux ». En sachant qu’une seule de ces cinq erreurs va littéralement causer l’échec de ton projet, de ton bien-être et plus largement de ta vie en quelque sorte. Donc c’est une vidéo gratuite, cliques sur le bouton qui apparaît ou dans le lien de la description. 

 Et je te dis à très vite.

On avance ensemble, cette année c’est notre année.

 

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This