1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,32/5 sur 471 votes)

Loading...

Comment retrouver L’ESTIME DE SOI en 7 étapes – WUC #199

Bonjour à vous ! Ici David Laroche de la série Wake Up Calls, votre rendez-vous pour booster et inspirer votre vie.

Aujourd’hui, voyons comment retrouver votre estime de vous-même.

Tout d’abord, définissons ce qu’est l’estime de soi. L’estime de soi est notre capacité à mettre de la valeur sur nous-même, à nous estimer, à reconnaître qu’on est important pour nous-même.

Il est important de préciser que l’estime de soi ne veut pas dire minimiser les autres, il ne s’agit pas de se dire : « Je suis au-dessus des autres », mais reconnaître que j’ai une valeur différente à apporter au monde, tout comme d’autres personnes ont de la valeur à apporter. Il s’agit de savoir que, tel que je suis, tel que vous êtes, vous êtes important.

D’ailleurs, j’aimerais vous dire droit dans les yeux que peu importe ce que vous avez fait ou pas, vous méritez de vous aimer, vous méritez d’aimer et d’être aimé.

On a parlé de retrouver l’estime de soi. Cette notion est intéressante.

Finalement, on ne peut pas vraiment perdre l’estime de soi ; le seul moyen de la perdre, c’est de vivre l’opposé des six clés qu’on va voir dans cette vidéo. À peine vous commencerez à agir à nouveau en accord avec vous-même, alors l’estime de soi va revenir.

C’est différent de la confiance en soi. La confiance est soit dans notre capacité à agir, soit dans une confiance plus large en la vie, par exemple, ou même dans ce que certains appellent la foi, qui peut être la confiance dans une forme d’univers ou autres.

Voyons les six clés.

La première clé, c’est de savoir vous dire « je t’aime » ou alors « je m’aime », reconnaître que vous pouvez vous aimer même dans des actions qui peuvent paraître des erreurs.

Par exemple, vous faites quelque chose qui ne vous correspond pas dans une performance sportive, au travail ou dans votre couple, et peu importe ce que vous avez fait, vous arrivez à vous aimer.

Ce qui est intéressant, c’est que peu importe l’âge qu’on a, on va toujours avoir trois parties en nous-même : la partie enfant, la partie adulte et la partie papa/maman.

La partie papa/maman en nous a le pouvoir de nous aimer, peu importe qui s’est passé dans notre enfance, peu importe comment étaient nos parents. Aujourd’hui, en tant qu’adulte, on a le rôle de devenir notre propre papa/maman. Il est important de savoir se parler correctement. Quand j’accompagne des personnes, je me rends compte que peu importe leurs âges, elles sont souvent en train de se répéter des choses qu’elles ont entendues dans leurs enfances via leurs parents – papa ou maman -.

Par exemple, quand elles font tomber un stylo, elles continuent de se dire : « Je suis nulle. Je n’ai pas de valeur. Je ne suis pas à la hauteur. C’est à cause de mon père/ma mère. » Je leur réponds : « Non ! Tu as 30, 40 ou 50 ans, ce n’est pas à cause de tes parents. C’est juste que tu as appris à fonctionner comme cela. Aujourd’hui, par amour pour toi, mobilise la partie « parents » en toi pour te parler autrement, et envoyer de l’amour à cet(te) enfant qui est à l’intérieur, qui, peu importe ce qu’il fait, mérite d’être aimé. »

D’ailleurs, c’est une question que j’adore. Quand j’ai une personne qui a du mal à s’aimer, et qui, souvent, est parent, je lui dis dit :

« – Si ton enfant faisais cela, Continuerais-tu de l’aimer ?

– Mais bien sûr que je continuerai de l’aimer. »

– Alors comporte-toi avec toi-même, comme toi, tu te comporterais avec tes propres enfants. Et ton estime de soi va augmenter. »

La deuxième clé, c’est de vivre en accord avec ses valeurs. Le meilleur moyen de détruire votre estime de vous-même, c’est d’essayer de vivre la vie des autres. Emerson dit : « Imitation = suicide ». Si vous faites ce qui est important pour vous, votre estime de vous-même va monter naturellement. C’est une des clés les plus incroyables.

C’est comme un terreau, c’est-à-dire que la meilleure graine au monde dans un terreau qui ne lui correspond pas ne poussera pas. Donc, si je ne prends pas moi-même le pouvoir de me mettre dans le bon écosystème, je ne vais pas pousser.

Vivre en accord avec ce qui est important pour soi, c’est-à-dire nos valeurs, va immédiatement augmenter l’estime de soi parce que c’est un acte d’amour de savoir se dire, : « Ceci est important pour moi. Donc, peu importe ce que la société veut de moi, ce que mes parents veulent de moi, ce que le monde veut de moi, je vais agir en accord avec moi-même. »

Encore une fois, il y a nombreux exemples : le voyage, le travail, le couple, la façon de vous habiller, de parler, de faire ce que vous faites … Vivez en accord avec vous-même, mettez ce qui vous touche. Quelles sont les valeurs ? C’est quand vous ne voyez pas le temps passé, quand vous êtes inspiré, quand vous êtes naturellement motivé depuis l’intérieur – et pas par l’extérieur -.

La troisième clé pour augmenter votre estime de vous-même, c’est de vous mettre au service des autres. Un des bons moyens de se dire : « Waouh, j’ai de la valeur », c’est de faire la différence dans la vie des autres.

J’ai rencontré un américain, que j’ai pu interviewer, qui m’a dit qu’une des clés qui a plus marqué sa vie était cette phrase simple que lui a dit la personne qui l’a accompagné : « It’s not all about you (ce n’est pas tout à propos de toi) ».

Parfois, on est en train de se dire : « Il faut que je corrige ma timidité. Il faut que je corrige ceci, cela … », mais un des bons moyens, c’est plutôt de se dire : « Comment je vais utiliser ce que je suis, tel que je suis, le corps que j’ai, la personnalité que j’aie, au service des autres ? » Quand on réalise que le corps et la vie qu’on a peuvent servir d’autres êtres humains, naturellement, cela booste notre niveau d’estime de nous-même.

Peut-être qu’en ce moment, vous regardez la série « Games of Thrones » par exemple. Je suis fasciné par un des acteurs : un nain. Pourquoi suis-je fasciné par lui ? Parce que je trouve qu’il dégage un niveau de confiance en lui, un niveau d’estime de lui-même, qui est incroyable ; d’autant plus que nombreuses personnes pourraient se dire : « C’est un nain, donc ce n’est pas facile pour lui. » J’ai envie de l’interviewer parce que je pense que pour en arriver là, soit il a eu des parents qui l’ont aidé à mettre de la valeur sur ce qu’il est, soit il a fait un chemin pour mettre de la valeur sur ce qu’il est. C’est beau. Aujourd’hui, il arrive à avoir des rôles grâce à sa taille.

Naturellement, quand j’utilise ce que je suis au service de l’humanité, mon estime de moi monte. Aujourd’hui, j’ai appris à utiliser ce que je suis pour pouvoir aider un maximum de monde, à les inspirer, à croire en leurs rêves. Et naturellement, cela monte mon niveau d’estime.

En revanche, si je ne pense qu’à moi et que ma motivation s’arrête à moi, alors je vais avoir du mal à sentir que j’ai de la valeur, parce que la valeur est un médium qui s’échange et n’est pas censé stagner.

Le quatrième moyen de booster l’estime de soi – et j’insiste sur « booster l’estime de soi » -, c’est d’aimer ses parents.

J’insiste sur ce qu’est « aimer ». « Aimer » n’est pas « pardonner », ni « rester en relation » ou « être en relation », « aimer » c’est reconnaître qu’avec leurs présences et leurs absences, avec ce qu’ils ont fait ou pas, dit ou pas, vos parents vous ont aidé à développer certaines forces.

En disant cela, je ne suis pas en train de dire qu’avec les parents, c’est toujours du confort, peut-être même qu’ils vous ont abandonnés ou qu’ils étaient violents avec vous, je suis juste en train de dire quelque chose de très simple, c’est que les parents que vous avez eus vous ont permis d’être la personne que vous êtes avec vos faiblesses et vos forces. Si vous êtes parent, il y a des choses que vous faites avec vos enfants que vous ne feriez pas si vous n’aviez pas les parents que vous avez eus.

C’est ce qui est incroyable, plus j’accompagne les personnes sur l’estime soi, plus je me rends compte que le lien avec les parents est fondamental peu importe l’âge de la personne, parce que demandez-vous comment vouloir bâtir un grand bâtiment – et là encore, c’est un bâtiment avec un seul étage ; mais imaginez un building de cent étages – de cent étages si les fondations ne sont pas fiables ? Plus je veux avoir un grand bâtiment, plus les fondations doivent être importantes. Les fondations de notre vie sont nos parents, nos grands-parents et nos ancêtres. Et là, il y a une subtilité importante : il n’y a pas besoin de connaître ses parents, il faut seulement se connecter à eux, peu importe que je les connaissent ou pas, et me demander ce que mes parents m’ont apporté. Comme dit Einstein, aimer c’est embrasser les deux parties : ombre et lumière, confort et inconfort.

Il y a d’autres vidéos dans les Wake Up Calls, et on va en faire une dans cette série (saison 3), sur « Comment aimer ses parents ? ». Regardez-la s’il vous plaît, c’est un des plus beaux cadeaux que vous pouvez vous faire. Encore une fois, cela ne veut pas dire être en relation avec eux.

La cinquième chose, c’est de se détacher de l’admiration parce que si je suis addict à l’admiration, je vais être addict au rejet, parce que je ne peux pas avoir un pôle sans l’autre pôle. Par exemple, dans le cadre de mon métier, j’avais souvent de l’admiration comme : « Oh ! David, tu as progressé. Waouh ! C’est incroyable ce que tu sais à ton âge. » J’étais addict, quelque part, à ce qu’on appelle en anglais « pride », le fait de se sentir fier, pas dans le sens « je mets de la valeur », mais dans le sens « je suis à la hauteur et un peu au-dessus des autres. »

Si je me rends addict à l’admiration, mon système nerveux pour m’équilibrer va m’attirer des personnes qui vont me critiquer. Il est très important de, peu à peu, se détacher quand une personne vous met sur un piédestal. Parfois même, j’aide les personnes à me faire tomber d’un piédestal. Comment je fais cela ? Je lui raconte une partie de ma vie qui n’est pas inspirante. Et elle va finalement se dire :  » Il n’est pas qu’inspirant, il a une partie inspirante et une autre pas inspirante. Il est intelligent, mais également bête. » Quand quelqu’un me trouve trop intelligent, je lui raconte toutes les fois où je suis bête pour qu’elle me baisse d’un piédestal.

Donc, c’est très important pour arriver à s’estimer parce que sinon, je ne vais faire qu’osciller avec « je suis le meilleur » et « je suis nul ». En fait, je suis les deux, vous êtes les deux. C’est un des bons moyens de s’estimer. Quand quelqu’un vous dit : « Tu es nul », vous dites : « Oui je suis nul, mais je suis également extraordinaire. » Quand on vous dit : « Tu es égoïste », vous dites : »Oui, je suis égoïste, mais je suis également altruiste. » On a tous les traits de caractères. Donc, au lieu de se dire : « Je veux que les autres me voient comme cela », dites-vous : « J’ai tout en moi. Qu’est ce que je veux exprimer au monde ? » Donc, lâchez l’admiration et recentrez-vous !

La sixième clé qui est une des clés que j’adore, c’est de reconnaître que vous êtes aimé par la vie.

Peut-être que ceci va vous paraître bizarre comme façon de fonctionner. Steve Jobs disait : « Si vous voulez créer de grandes choses, je vous souhaite de vous sentir connecté à quelque chose qui vous dépasse. » Cela peut être la science – elle peut vous dépasser -, une religion, ou la connexion à la vie/l’univers (de croire en l’être humain). Plus vous allez avoir la confiance que quelque chose de plus grand vous aime, plus cela vous donne un vrai sentiment de puissance. Pourquoi ? J’imagine que dans beaucoup de situations de votre vie, vous vivez des évènements qui vous dépassent, vous ne comprenez pas pourquoi vous les vivez.

Mon grand-père est agriculteur. Il fait un travail extraordinaire toute l’année, et il va y avoir une tempête. Pourquoi cela arrive ? Cela nous dépasse.

Il y a deux types de personnes : ceux qui se disent : « Je n’ai pas de chance », et ceux qui se disent : « Je suis aimé par la vie. » Qui a raison ? Je n’en sais rien. En revanche, ce que je sais, c’est que celui qui croit qu’il est aimé par la vie – même si ce qu’il vit est dur – va se recentrer en se disant : « D’accord, je ne comprends pas pourquoi cela m’arrive, mais un jour, je comprendrai. Et le jour où je comprendrai, je pourrai dire aux gens pourquoi je l’ai vécu. » Généralement, la personne qui se dit qu’un jour, elle comprendra, elle n’attend pas de comprendre pour se dire que c’est génial, elle se dit : « C’est génial ! Un jour je comprendrai pourquoi c’est génial. Et vu que c’est génial, je vais en faire quelque chose de génial. Je vais me mettre à faire ce que je ne faisais pas d’habitude. Je vais me mettre à lire les livres que je ne lisais pas d’habitude. » En fait, elle devient créateur et acteur. Et deux jours plus tard, on lui demande :

« – Mais comment tu trouves toute cette énergie ?

– J’ai vécu quelque chose qui n’était pas facile, mais j’ai décidé de croire que c’était un des plus beaux cadeaux de ma vie.

– En quoi est-ce un cadeau ?

– Je n’en sais encore rien, mais j’ai décidé de le croire. »

Qu’est-ce qui se passe ensuite ? Elle est en train de se créer des cadeaux parce qu’elle s’attire des amis, des partenaires, un couple et une vie différents.

Aujourd’hui, je me sens aimé par la vie même quand elle me fait vivre des choses dont je n’ai pas envie. Mais je me dis que la vie est comme un parent bienveillant.

Qu’est-ce qu’un parent bienveillant ?  

Imaginez un enfant qui dit : « Maman, je veux ma troisième glace ! » Des fois, une maman bienveillante va dire : « Écoute mon chéri, j’entends, mais non, tu n’auras pas de glace, et je t’aime. »

Aimer, ce n’est pas donner uniquement du confort. Je crois que cette vie – cet univers –  nous aime suffisamment pour ne pas céder à nos caprices. Elle nous aide à grandir.

C’est inconfortable de ne pas avoir ce que l’on veut maintenant, mais c’est quelquefois le meilleur moyen d’apprendre quelque chose et une belle leçon de vie.

Vous avez le choix : vous dire que cette théorie est bizarre, ou bien de la tester et voir ce que cela donne de se dire qu’on est aimé par la vie. Un des bons moyens de l’ancrer – faites-le -, c’est de prendre chacun des évènements de votre vie, voir ce que cela vous a appris et comment cela vous a fait grandir. Réalisez – cela est imparable – que peu importe ce que vous avez vécu, il existe un autre être humain sur cette terre qui l’a soit vécu, soit le vit, soit va le vivre. De toutes façons, tout ce qu’on vit peut être un cadeau qu’on va servir à l’humanité ou à au moins une personne.

Chaque fois que je demande à quelqu’un d’imaginer qu’il peut inspirer quelqu’un d’autre, je lui demande : « Finalement, est-ce un cadeau ou un problème ? », alors, il a beaucoup plus de mal à savoir. Cela booste l’estime de soi.

Qu’a-t-on a vu ensemble ?

La première clé, c’est de savoir dire et se dire « je t’aime ». Reconnaissez également que, peu importe ce que vous avez fait ou pas, dit ou pas, vous méritez d’être aimé. J’aimerais vous dire que je vous aime. J’aimerais surtout que vous vous aimiez aujourd’hui.

La deuxième clé, c’est de vivre en accord avec vos valeurs et ce qui est important pour vous, peu importe l’illusion de la société. La société nous conditionne à vivre en accord avec ses valeurs, et faire de nous des suiveurs plutôt que des leaders. Vivez en accord avec vous-même.

La troisième clé, c’est de vous mettre au service des autres par de petites choses, en mettant vos talents et votre temps au service des autres.

La quatrième clé, c’est d’apprendre à aimer vos parents, peu importe leurs présences ou leurs absences.

La cinquième clé, c’est de vous détacher de l’admiration, sentez que vous êtes à la fois admiré et rejeté. Cela fait partie du processus.

La sixième clé, c’est de reconnaître que la vie vous aime même quand elle vous fait vivre quelque chose d’inconfortable. J’aime bien dire que la vie est généreuse même si des fois c’est inconfortable.

Si cette vidéo vous a déjà inspiré, mettez-moi en commentaire ce qui vous a touché, ce que vous avez retenu, et les questions que vous vous posez en ce moment.

Partagez-la. Je suis absolument sûr que cette vidéo peut faire la différence dans la vie d’au moins une personne qui vous connaît. Cliquez sur le bouton « j’aime », non pas pour monter mon estime de moi – maintenant je suis beaucoup moins sensible qu’il y a des années au fait qu’il y ait des « j’aime » et des « je n’aime pas » -, mais cela me permet de savoir si vous aimez les vidéos et de les partager un maximum.

On avance ensemble ! Merci à vous ! Je vous aime !

 

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This