1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Comment réussir tes projets à coup sûr ?

Les trois clés pour lancer le projet de tes rêves !

« Comment réussir un projet à coup sûr ? », des milliers de vidéos, articles et interviews avancent l’idée selon laquelle le succès ne tient qu’à une chose : une motivation sans faille.

Mais est-ce vraiment suffisant pour s’assurer de la réussite d’un projet ?

Si ce n’est pas tout à fait faux, les choses sont un peu plus complexes que ça.

Et pour t’aider à y voir plus clair, voici les trois outils qui te permettront de réaliser un projet à la hauteur de tes ambitions.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelle-toi que le plus dur reste d’oser se lancer.

Tu trouveras peut-être des difficultés dans la construction de ton projet – surtout si tu vois grand et remets en question le statu quo – mais une fois que tu seras passé(e) à l’action, tu auras déjà fait une grande part du travail.

Et comme le disait Peter Drucker, professeur, consultant en management d’entreprise, auteur et théoricien américain :

« Chaque fois que vous voyez une entreprise qui réussit, dites-vous que c’est parce qu’un jour quelqu’un a pris une décision courageuse. »

Prêt(e) pour faire partie de ceux qui font la différence ?

Découvre dès maintenant comment y parvenir !

 

Pour lancer ton projet, fais-toi confiance, fais confiance aux autres et à la vie

Comme le montrait déjà Adam Smith au début des années 90, la confiance est depuis longtemps une alliée dans les échanges commerciaux.

C’est cette même confiance qui crée le capital social, atout aussi puissant que le capital économique, tant dans la vie quotidienne que dans la vie professionnelle.

Mais plus surprenant, une recherche de 2006 a montré un lien de corrélation entre la confiance accordée aux autres et les chances de monter son entreprise.

Car comme le dit Jean de la Rochebrochard – conseiller pour plus de 900 entreprises par an – dans cette entrevue :

« Un bon entrepreneur, faut que ce soit quelqu’un d’optimiste. Si t’es pas optimiste… t’es mort ! »

Et à quoi tient l’optimisme, si ce n’est à faire confiance aux autres, à la vie et à soi-même ?

Pour qu’un projet fonctionne et que tu t’y accroches, il faut donc d’abord que tu y crois.

Sauf que rien ne se construit dans la solitude totale : sur ta route, tu croiseras des dizaines, voire des centaines d’opportunités.

Un optimisme réaliste te permettra de les reconnaître et une confiance accordée aux bonnes personnes, de les saisir.

Et si tu penses que donner ta confiance aux autres est un choix risqué, rappelle-toi que des entreprises au succès planétaire ont bâti leur réussite sur ce principe.

Pour ne citer qu’un exemple, inspire-toi de Netflix et de sa transparence totale. N’est-ce pas aujourd’hui l’une des compagnies les plus rentables et les plus appréciées du monde entier ?

Ce modèle montre bien qu’il est possible d’ériger un empire sur la notion de confiance.

Certes, c’est une prise de risque.

Mais quel projet se construit sur une totale certitude ?

Ça n’existe tout simplement pas, surtout si tu questionnes le statu quo !

Tu hésites encore ?

Voici un dernier argument qui pourra t’aider à faire davantage confiance aux autres et à la vie.

Une recherche effectuée par John F. Helliwell et Shun Wang en 2011 a montré que les personnes qui accordent facilement leur confiance se sentent plus heureux que les autres.

Encore plus dingue ? 

D’après une autre étude réalisée en 2012 par Giuseppe Nicola Giordano, Jonas Björk, et Martin Lindström, accorder sa confiance agit positivement sur la santé physique.

Et le pouvoir de la confiance ne s’arrête pas là, car il peut même s’additionner !

Ainsi, tu pourras aller jusqu’au bout de tes projets si tu arrives à croire en toi et à t’entourer de personnes bienveillantes.

Pour ne citer qu’un exemple parmi toutes les personnes qui ont su se saisir de cette double confiance, connais-tu l’histoire de Beyoncé ?

À une époque où seules les femmes extrêmement minces étaient célébrées, Beyoncé souffrait de ne pas correspondre aux canons de beauté. Elle faisait partie des Destiny’s Child, dont elle était la seule à avoir des formes.

Pour se conformer aux standards, elle suit un régime draconien qui aura des conséquences sur sa santé physique et son bien-être mental.

Elle finit par craquer et prendre un peu de poids – élément que son entourage ne manque pas de lui faire remarquer. Les stylistes sont agacés de voir qu’aucun des vêtements qu’ils ont en stock ne lui va, et ils la somment de réagir rapidement, car ses formes risqueraient de mettre fin à sa carrière.

Voyant sa fille subir de telles pressions, son père – qui était aussi son manager – l’encourage plutôt à s’assumer : « Crée ta propre vision ! », lui suggère-t-il.

Ce conseil bien avisé va engendrer un déclic : alors qu’elle avait jusqu’ici cherché à se conformer aux standards, Beyoncé se rend compte qu’il existe une autre solution.

Celle de croire pleinement en elle-même et en son authenticité, pour créer son propre standard !

Utilisant sa confiance en elle et la confiance que son père lui accorde, Beyoncé écrit sa chanson « Bootylicious », dans laquelle elle explique que si certains n’arrivent pas à apprécier son corps tel qu’il est… c’est leur problème, pas le sien !

Sa chanson est un succès planétaire, et marquera le début d’une nouvelle ère dans la carrière de Beyoncé.

C’est donc grâce à cette confiance en elle, en les autres et en la vie que la chanteuse a construit sa réussite mondiale :

« C’est ainsi que j’ai commencé à utiliser tout ce que la vie m’offrait, et à le transformer en quelque chose de valorisant pour d’autres personnes qui faisaient face aux mêmes challenges que moi. »

Alors, convaincu(e) par ce pouvoir insoupçonné de la confiance que tu t’accordes et que tu accordes aux autres ?

Avant de tirer tous les bénéfices d’un tel avantage, voici deux autres suggestions.

croissance état d'esprit réussir un projet

Pour réussir ton projet, apprends à faire les bons choix 

Lorsque tu te lances dans un projet avec passion, tu es souvent tenté(e) d’en faire TON bébé. Tu veux qu’il soit un prolongement de tes idées, de tes convictions, de tes rêves.

Et c’est évidemment possible.

Cependant, il te faudra faire des choix pour que celui-ci fonctionne.

C’est un peu flou ?

Tu vas vite comprendre.

Au sein de ton projet, il y a de fortes chances pour que tu cherches à tout accomplir seul(e), allant par exemple de la partie créative au management.

Et c’est bien normal de vouloir faire le plus possible, de souhaiter que ton projet te ressemble à 100%.

Mais si ton projet prend vie et grandit, tu devras probablement choisir de te concentrer sur certains points et accepter de déléguer sur d’autres.

Si par exemple, tu as de brillantes idées et que tu sais les mettre en pratique, cela ne veut pas forcément dire que tu es fait(e) pour accompagner une équipe, et inversement.

Parfois, tu devras aussi prendre les bonnes décisions, choisir entre deux éléments qui te tiennent à cœur.

Tu seras amené(e) à te poser des questions fondamentales comme :

« Est-ce que je priorise l’excellence ou la vélocité ? »

Le meilleur moyen pour trancher ?

Trouver l’approche qui te ressemble, tout en acceptant que l’équilibre puisse venir de l’extérieur : si tu te sais excellent(e) et perfectionniste, embauche quelqu’un dont la vélocité est hors du commun.

Car lorsque nous sommes bloqués dans une situation, il suffit parfois d’ouvrir son champ de vision et d’élargir les possibles. Si la réponse n’est pas en toi, il y a de fortes chances pour qu’elle se trouve à l’extérieur.

Ne cherche pas à jouer les super-héros et accepte de déléguer.

Tu seras surpris(e) de voir tous les bénéfices que tu pourras en tirer. 

Autre conseil avisé de Jean de la Rochebrochard :

« Quand tu ne sais pas quelque chose, dis-le. »

Personne n’est omniscient et les gens aiment apprendre aux autres. Le fait de déléguer et d’être ouvert(e) à l’apprentissage est une façon de créer un lien enrichissant et de diminuer les rapports de force au sein d’un projet.

La dernière clé du succès : trouve l’équilibre qui te convient

S’il n’est pas toujours facile de déléguer, il peut être tout aussi complexe de trouver un équilibre au sein de ton projet et à l’extérieur de ce dernier.

Dans un premier temps, tu devras apprendre à prioriser les éléments au sein même de ton projet.

Afin de ne pas te surmener, il te faudra donc apprendre à dire non.

Quel que soit le domaine, la sur-sollicitation peut être gérable si tu es passionné(e) et si tu as l’impression que ce que tu accomplis a du sens.

Pourtant, si ton projet se met à fonctionner, tu devras tôt ou tard choisir ce qui compte vraiment pour toi.

Demande-toi à qui tu dois dire oui, ce que tu dois traiter en priorité et pourquoi tu souhaites réaliser cette tâche plus qu’une autre.

L’équilibre se fera entre la rentabilité – en quoi ton projet est viable, ce qu’un client ou collaborateur t’apporte – et le plaisir qui en découle, à savoir les émotions agréables que procurent le fait de réaliser cette tâche, de travailler avec cette personne ou cette entreprise.

Pour t’aider à faire le point, utilise des ressources comme la loi de Pareto et l’essentialisme.

Si concepts ne te disent rien, tu peux en apprendre davantage dans cette vidéo

Pour finir, n’oublie pas que même si tu es capable d’accomplir de grands projets, tu as parfois besoin de te reposer et de te ressourcer.

Pour certain(e)s, couper avec le travail est facile. Ils rentrent chez eux et ne pensent plus à leur vie professionnelle.

Pour d’autres, cette séparation demande un effort constant. Et ce peut être ton cas, surtout si un projet te passionne.

Il te faudra donc trouver un équilibre au sein duquel ton projet et le reste de ta vie peuvent cohabiter.

trouver l'équilibre pour réussir ses projets

Laisse de la place à tes relations amoureuses, familiales et amicales, aux nouvelles expériences, au temps pour toi… et à la gratitude !

Et si tu veux aller plus loin sur ce sujet, découvre cette formation pour activer le pouvoir de la gratitude. 

Ça y est, tu as toutes les clés pour t’assurer de la réussite d’un projet et vivre ta passion à fond !

Car comme le disait l’écrivain Henri-Frédéric Amiel :

« Sans passion l’homme n’est qu’une force latente, qu’une possibilité, comme un caillou qui attend le choc du fer pour rendre des étincelles. »

Alors, prêt(e) à allumer le feu d’artifice qui sommeille en toi ?

Sources et références

Smith A (1991) An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations. David Campbell Publishers Ltd., London. Book 4, Ch. 2.

Gusio L, Sapienza P, Zingales L (2006) Does culture affect economic outcomes? J Econ Perspect 20: 23–48).

Helliwell J, Wang S (2011) Trust and wellbeing. Int J Well 1: 42–78.

Giurdano G, Bjork J, Lindstrom M (2012) Social capital and self-rated health – a study of temporal (causal) relationships. Soc Sci Med 75: 340–348.

0
0
votes
Évaluation de l'article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Share This