1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,80/5 sur 457 votes)

Loading...

Comment utiliser PLEINEMENT son POTENTIEL – WUC #190

 

Bonjour à vous !

Ici, David Laroche de la série Wake Up Calls, le rendez-vous quotidien pour booster et inspirer votre vie.

Aujourd’hui, voyons comment utiliser pleinement votre potentiel.

J’imagine que vous désirez exprimer pleinement votre potentiel, et que dans certaines situations, vous sentez qu’il y a un joyau à l’intérieur de vous, mais vous ne l’exprimez pas.

Je sais ce que c’est d’être dans une situation et de se dire : « J’aimerais dire ceci, j’aimerais faire cela”,  et ensuite ne pas avoir envie de le faire parce que l’on n’ose pas.

Vous avez un potentiel qui est exceptionnel et extraordinaire. Je suis absolument persuadé que tout le monde a un potentiel qui est largement supérieur à ce que l’on exprime aujourd’hui. Je pense que le jeu de la vie, c’est de chercher comment exprimer le meilleur de nous-même.

Dans cette vidéo, vous allez découvrir six clés qui vont vous y aider.

La première chose, c’est d’avoir un rêve et un projet.

Pourquoi exprimer son potentiel si ce n’est pas pour être connecté à quelque chose qui est vraiment important pour nous ?

Dans le cas de Martin Luther King, qui est un exemple que je prends souvent, il n’aurait pas pu exprimer clairement son potentiel s’il n’avait pas été connecté à un rêve ou s’il avait seulement fait un concours de prise de parole en public.

Donc, quel est votre rêve ? Quel est le projet qui est profondément important pour vous ? Si vous aviez un milliard sur votre compte en banque, qu’est-ce que vous aimeriez faire aujourd’hui ? Que feriez-vous dans votre vie ? Si ce que vous faites avec ce milliard est ce que vous faites déjà aujourd’hui, alors c’est que vous êtes connecté à un rêve. À l’inverse, c’est que vous ne l’êtes pas.

Par exemple, dans mon cas, si j’avais un milliard, je serais en train de faire des vidéos, des conférences et du coaching. Une fois, ma chérie m’a dit : « En fait, tu parles tout le temps. » Aujourd’hui, je suis payé pour parler parce que pour moi, c’est naturel et facile. C’est intéressant parce que j’ai passé une partie de mon enfance à ne pas oser parler, à avoir la gorge fermée et à me considérer comme un timide.

J’ai créé ce rêve qu’un jour, j’arriverai à m’exprimer avec aisance et que je pourrais inspirer un maximum de personnes à travers ma communication.

Quel est votre rêve ? Qu’est-ce qui vous touche ? Qu’est-ce qui vous passionne ? Je vous garantis que si vous avez le courage de vous connecter à ce que l’enfant à l’intérieur de vous désire, alors votre vie va changer.

Un rêve n’est pas forcément quelque chose de grand ou de petit. C’est seulement quelque chose qui vous touche et qui vous fait dire : « J’aimerais vivre cela ! »

Le but d’un rêve n’est même pas d’être réalisé, mais de créer cette énergie à l’intérieur de soi et de sortir le potentiel que l’on a en nous.

C’est cela qui est magique. Quand on va vers un rêve, notre potentiel s’exprime sur le chemin. Avoir un rêve, ce n’est pas forcément avoir quelque chose de confortable, mais quelque chose d’inspirant et de stimulant. C’est le propos de cette vidéo : vous aider à créer une vie inspirante.

Autorisez-vous à vous connecter à une vision. Si elle est floue, commencez par le ventre, et affinez-la comme un diamant qu’on travaille le reste de notre vie.

La deuxième clé, c’est de s’aimer suffisamment et d’avoir le courage de vivre en fonction de soi-même, et non en fonction des autres, de ses parents, de ses amis, ou de la société dans laquelle on vie. Vivre en fonction de vous-même.

Comment exprimer ce pour quoi je suis fait si je ne fais pas les choses en fonction de moi-même ? Plusieurs fois, on agit en fonction des autres : on s’habille comme les autres voudraient qu’on s’habille, on parle de la façon dont les autres voudraient qu’on parle. Mais si on n’ose pas être soi-même, je vous garantis que c’est impossible d’exprimer son potentiel.

Donc, exprimer pleinement son potentiel se fait au quotidien, dans les petites situations, comme avoir le courage de dire “non” à quelque chose et oui à autre chose. En faisant cela au quotidien, en vous entraînant à être à l’écoute de vous-même, votre potentiel s’exprimera de plus en plus. Faites des activités qui vous touchent de la façon dont vous les ressentez.

J’aime dire qu’il y a mille façons de faire le même métier, mais il y en a neuf cents qui ne sont pas agréables. Il y a mille façons de faire des vidéos, on peut les faire dans d’autres contextes, d’une autre longueur, d’un autre format, avec d’autres personnes, avec un autre message, avec un autre sujet, mais cela m’inspire beaucoup moins.

Il est important, peu importe si les gens nous disent ce qui est bien, que je me dise :  » Quel serait le format idéal pour moi ? Quel est le message que je veux donner ? » C’est grâce à ce sens que ma vie deviendra exceptionnelle.

Pour un réalisateur de films, il y a un ou dix millions de chances que le film soit ennuyant. Je crois que c’est le point commun des grands créateurs de ce monde, ils savent se connecter à eux-mêmes, être à l’écoute du monde et à vouloir le servir, mais avant tout sentir ce qui leur touche et qui leur inspire.

La troisième clé, c’est de faire des petits pas, d’avoir le courage de faire des petites actions au quotidien en direction de ses rêves, ou seulement avoir le courage de faire de nouvelles choses.

Quand j’étais mal dans ma peau et timide à mes 15 ans, je me suis engagé à faire tous les jours quelque chose de nouveau. Je vous avoue que je n’ai pas tous les jours réussi, mais cela est resté en moi comme un code d’honneur vis-à-vis de moi-même. Bien sûr, je n’ai pas fait tout ce qui me terrorisait, mais j’ai fait des petites actions comme de demander plus de haricots au restaurant, aller aborder quelqu’un, demander l’heure.

J’aime bien l’idée que quand on va dans des endroits où l’on ne se connaît pas, où l’on n’a pas l’habitude d’aller, on découvre des parties de nous-même qu’on ne connaissait pas encore, une partie qui est puissante.

Autorisez-vous à faire ces petites actions au quotidien, et je vous garantis que votre vie va changer, peut-être pas de façon perceptible aux yeux des autres, mais un an, trois ans ou 10 ans après, vous constaterez le résultat.

Aujourd’hui, cela fait 12 ans que j’ai pris cette décision, et des gens me disent :  » Comment tu fais pour être aussi à l’aise à l’oral ? » Je leur dis : “Tu n’imagines pas le nombre de petits pas que j’ai faits depuis 12 ans. Tu n’imagines pas les premières années où les gens me disaient : « En fait, tu ne changes rien, tu fais tout ceci pour rien. Ce que tu fais ne sert à rien, tu vois bien que tu ne communiques pas mieux, que tu n’es pas plus à l’aise avec les filles, avec les gens, avec ta famille ou au travail”.”

Mais comme la plante qui grandit progressivement, on ne la voit grande qu’après 10 ans. Nous pouvons faire de même, puis vous dire : “Waouh ! Je me suis construit un édifice.” C’est cela exprimer son potentiel : mettre des pierres tous les jours.

La quatrième clé que j’aimerais vous partager, c’est de vous autoriser à vivre l’inconfort. Grandir et évoluer n’est pas confortable. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un à la salle de musculation qui dit :  » Je veux me muscler, mais je ne veux surtout pas vivre d’inconfort. » Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui fait quoi que ce soit, un art martial, une passion, de la peinture, de la danse, du piano ou bien autre chose, qui dit :  » Je veux devenir excellent, je veux libérer mon génie, mais je ne veux pas vivre d’inconfort. » Je n’ai jamais connu un orateur dans le monde qui n’a pas vécu l’inconfort d’être stressé avant d’aller sur scène, d’avoir un trou ou un blanc, ou bien de vivre des critiques ; cela fait partie du chemin.

Il y a des gens qui me disent : « Mais, David, c’est dur ! Je n’arrive pas à faire cela. » J’aime bien leur répondre : « Tu sais, des fois, avoir une vie qui n’est pas agréable, c’est également dur ! »

Pendant des années, je me fouettais, je m’insultais et c’était dur ! C’était difficile de me demander : « Est-ce que je vais me suicider ce soir ? Je ne vaux rien, je ne suis pas assez… ma vie est nulle, je ne suis pas à la hauteur, je n’ai pas de valeur”, et toutes les phrases qui vont avec.

Oui, des fois, c’est inconfortable d’évoluer ! C’était inconfortable de me lever à 5h30 avec l’équipe afin de mettre en place tout le matériel pour faire cette vidéo. Mais, encore une fois, je suis connecté à un rêve, et je me suis dit que cela fait partie du chemin. C’est cela avoir quelque chose de fort pour soi.

Donc, autorisons-nous à vivre l’inconfort, bien sûr, l’inconfort qui est connecté à un rêve.

La cinquième chose, c’est de vous créer un nouveau circuit neurobiochimique. J’aime bien cette idée qui repose sur certains travaux scientifiques qui montrent que l’on devient ce que l’on est le plus souvent. Si je fais tourner régulièrement à l’intérieur de moi de la colère, mes récepteurs cellulaires deviennent addicted à la colère. Cela veut dire que je vais passer d’une émotion de colère à une humeur de colère, et je vais avoir la personnalité d’une personne colérique ; ou alors je vais passer d’une émotion de peur à une humeur de peur, et je vais avoir la personnalité d’une personne peureuse.

Quelle est la différence entre une émotion et une personnalité ? Une émotion vient et puis repart avec une raison extérieure à cela, par contre, pour une personnalité, il n’y a plus de raisons extérieures.

Quand tu as une personnalité d’une personne peureuse, cela va donner quoi ? Tu es sur ton canapé, il n’y a rien qui se passe, et tout seul, tu te mets à avoir peur. Si tu demandes à la personne pourquoi elle a peur, elle te répond : « Je ne sais pas, mais dans le doute, je me mets à avoir peur parce qu’une fois, il y a 10 ans, tout allait bien, puis quelque chose de grave s’est passé. Donc, je préfère m’inquiéter. »  

C’est pareil pour la personne qui est en colère, tout est apaisant et la personne se met quand même en colère, en étant dans le doute.

C’est la différence entre une émotion et une personnalité.

Donc, ce que l’on veut pour exprimer notre potentiel, c’est rendre notre corps addicted à l’expression de notre potentiel. Comment changer sa biochimie ? Cela doit se faire rapidement puisqu’on a peu de temps dans les Wake Up Calls.

Tout d’abord par la posture, en ayant une posture ouverte, un visage ouvert, des mains ouvertes et tout le corps qui respire – on n’en a parlé dans les vidéos sur la respiration -. Après, mettre des pensées sur ce qui a marché dans le passé, sur ce qui marche dans le présent, et des pensées qui pourraient marcher dans le futur.

Quand j’aligne mon corps et mes pensées dans la bonne direction, naturellement, mon potentiel s’exprime. À l’inverse, qu’est-ce qui se passe ? On se dit : « Je veux faire telle chose”, et le corps part dans l’autre sens. Par exemple, je veux prendre la parole, mais le corps dit “non, surtout pas”, et la gorge déglutit . Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que la pensée et le corps vont dans des sens différents, mais c’est toujours le corps qui est le plus puissant.

Si je veux aligner les deux, comment je reprogramme ma neurobiochimie ? En m’entraînant régulièrement et peu à peu, en faisant des exercices émotionnels et en me connecter à des niveaux d’intensités de plus en plus élevées de joie, de confiance, d’amour et de gratitude.

La sixième clé – vous m’avez déjà entendu le dire dans plusieurs vidéos, depuis la première vidéo des Wake Up Calls – c’est de décider. Je sais qu’elle semble être une clé bête. Mais en réalité, à 15 ans, j’ai pris une décision. J’en avais marre de me fouetter, de faire de ma vie une vie désagréable. Alors, j’ai pris une décision, pas celle de réussir parce que cela ne m’appartenait pas, mais c’était de donner une chance à ma vie, de me créer une vie extraordinaire, de me dire que j’allais tout faire afin de créer une vie inspirante selon mes critères, et peut-être, inspirer d’autres personnes à faire pareil.

Ce jour-là, j’écoutais Martin Luther King, j’avais des larmes de gratitude et d’inspiration. C’était douloureux, mais j’ai pris la décision de faire de ma vie quelque chose qui m’inspire.

J’espère que dans cette vidéo, il y a au moins une phrase, une idée ou un exemple qui vous touche. Peut-être que vous avez déjà pris mille fois la même décision, mais il se peut qu’aujourd’hui, cette décision soit différente parce que peut-être que vous allez la prendre  à partir du ventre.

Prenez une décision, pas une décision de faire quelque chose qui ne vous correspond pas, mais de prendre la décision qui vous correspond. Vous pourrez également décider de faire quelque chose de nouveau aujourd’hui, comme de prendre votre téléphone et dire « je t’aime » à votre père, créer une entreprise, faire un tour du monde, ou aller dire quelque chose à quelqu’un dans la rue.

En faisant cela, nous en reparlerons dans 12 ans quand vous serez peut-être en train de faire des vidéos et inspirer d’autres personnes à créer un film, écrire un livre ou parler à des gens dans la rue.

Je vous le garantis, comme le dit Gandhi :  » Votre vie est votre message. »

Si vous n’arrivez pas à le faire pour vous, faites-le au moins pour quelqu’un qui vous croisera un jour, et qui vous dira : « Si tu peux le faire, je peux le faire ! »

Alors qu’est ce qu’on a vu ensemble ?

1- Il faut se connecter à un rêve ou à une vision.

2- Il faut avoir le courage et s’aimer suffisamment pour vivre en fonction de soi-même, et non en fonction des autres et de la société. Cela se fait quotidiennement.

3- Il faut faire des petits pas, des petites actions inconfortables et de petits sauts dans l’inconfort.

4- On peut s’autoriser à vivre l’inconfort, se permettre de se dire : « Oui, évoluer, c’est inconfortable. »  Mais régresser ou stagner est aussi inconfortable.

La vie est composée de confort et d’inconfort, de plaisir et de souffrance. On n’y échappe pas, mais le but n’est pas d’y échapper. Comme le dit Einstein : « L’amour, c’est la synthèse des opposés. »

Le but de la vie, c’est d’apprendre à aimer ce qui est, de nous aimer tels que nous sommes.

5- Il est important de vous créer un nouveau circuit neurobiochimique,en vous rendant progressivement addicted à des émotions qui vous inspirent et qui vous aident à aller vers vos rêves.

6- Prenez cette décision, engagez-vous avec vous-même.

Un des exercices que je fais souvent faire à mes séminaires, c’est de promettre au petit garçon ou à la petite fille que vous êtes, que vous allez vous engager.

J’ai promis au petit David de faire de cette vie une vie extraordinaire. Un jour, je veux croiser un enfant qui ressemble à l’enfant que j’étais, et pouvoir lui raconter mon histoire pour qu’il puisse se dire : « Je vais le faire » tout comme Martin Luther King a su le faire avec moi sans même que je le rencontre ; donc, on peut le faire à quelqu’un qui est décédé.

C’est cela créer son potentiel : avoir le courage d’être suffisamment soi-même, de vivre en fonction de soi et non en fonction des autres.

Si cette vidéo vous a inspiré, partagez-la. Des fois, il suffit d’une vidéo pour qu’une personne prenne la décision de transformer sa vie.

Cliquez également sur le bouton « j’aime », cela me fait grandement plaisir. Et on avance ensemble !

Merci à vous !

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This