1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,09/5 sur 453 votes)

Loading...

« J’AURAIS DÛ… Je REGRETTE… » – POURQUOI c’est un POISON et comment s’en LIBÉRER

Je pense qu’on est toujours au bon endroit, par contre, la bonne question c’est : est-ce que dans deux jours, un mois, un an, deux ans, j’ai envie d’être au même endroit ?

Moi, je ne crois pas à l’idée d’avoir des regrets, à l’intérêt même d’en avoir. Et je ne crois pas au fait de l’idée d’avoir fait des mauvais choix. Parce que je considère que tous les choix qu’on fait, on les a fait par rapport à qui on était, au niveau de conscience qu’on avait, à l’éducation qu’on a reçue. Il n’y a personne qui se lève le matin en disant : « Allez ! Je vais foirer ma vie. Allez yes ! ». Tu fais ce que tu penses être le mieux par rapport à qui tu es.

Donc c’est facile, 10 ans plus tard avec les connaissances que tu as et les apprentissages de tes erreurs, de te dire : « J’aurais dû. » Peut-être qu’effectivement mon spectacle que serait intéressant de ne pas passer de 380 à 1400 personnes. Je me suis stressé pour rien, j’étais trop vite. Mais en même temps, à cette époque-là, j’étais dans une frénésie de vouloir aller vite. Je n’aurai pas entendu qu’on me dise : « David, va moins vite. » J’avais besoin de me prendre une tarte. Le problème ce n’est pas tant de faire 380 à 1400 personnes, le problème ça aurait été de le faire et de continuer la même chose. Donc, moi je ne crois pas au fait que ça soit un problème de rater ou au fait que « là maintenant, je ne sois pas au bon endroit. » Je pense que je suis toujours, tout le temps et tout le monde au bon endroit. Par contre, l’erreur, ça serait d’y rester à cet endroit.

Et donc, c’est pareil en couple, je ne crois pas au fait : « Ah ! Je n’aurais jamais dû épouser cette personne. » Non, mais en fait tu as épousé cette personne, et il y a des choses à apprendre de ça, ce n’est peut-être pas, et c’est ça qui est super difficile pour le cerveau parce que les gens confondent la gratitude avec « j’accepte la situation et je ne change rien. » Je peux avoir de la gratitude d’être avec cette femme ou ce mari et me rendre compte que ça ne me correspond plus, mais de la gratitude de ce que ça m’a appris sur moi-même, de ce que ça nous a appris à tous les deux, de ce que ça m’a appris pour peut-être mes enfants, de ce que ça me permet peut-être d’écrire comme livre pour éviter à d’autres de « faire cette erreur et plus d’apprendre de moi. » Ils feront d’autres erreurs du coup. Et du coup, je peux changer de direction pour aller vers un autre couple tout en ayant de la gratitude de ma dite « erreur. » Donc c’est pareil professionnellement. Je peux me dire : « Tiens, je n’ai aucun regret d’avoir fait des études d’ingénieur. » Tu vois à un moment donné, j’ai eu cette pensée de :  » Et si à 12 ans, comme Warren Buffett qui était tombé sur des livres de psychologie. » Mais en fait, aujourd’hui déjà, la technologie et l’informatique me sert tout le temps, et j’aime. Est-ce que j’étais prêt ? Est-ce que je ne me serais pas attiré d’autres complications que je n’avais pas envie de vivre ? Il y avait aussi un confort à rentrer un peu plus dans le moule jusqu’à ce moment-là par rapport à ce que moi j’étais prêt, comment j’étais prêt à affronter « le regard des autres de faire un truc, un métier pas du tout conventionnel », qui toujours parle trop conventionnel, mais alors il y a 10 ans encore moins, je pense qu’on est toujours au bon endroit, par contre la bonne question c’est : est-ce que dans 2 jours,1 mois, 1 an, 2 ans j’ai envie d’être au même endroit ? Et en fait, la réponse c’est toujours non. C’est toujours, ce n’est jamais exactement cet endroit-là. Ça peut être par contre radicalement différent ou un peu différent. Chaque année d’ailleurs, je commence avec cette question que m’a transmise Darren Hardy qui était l’ex-PDG de Success magazine aux États-Unis, je lui ai demandé : « C’est quoi la question la plus importante à se poser pour se créer la vie qui nous inspire ? », il m’a dit : « C’est simple David. Tu dois démarrer chaque année en te demandant : Qu’est-ce que tu arrêtes ? »

Un des trucs les plus douloureux pour moi, parce que j’ai une tendance à être, comme le chien fou qui court après les croquettes, j’ai une nouvelle idée, j’ai envie de la réaliser. » Toi, tu parlais de la série … C’est une victoire pour moi. C’est une des rares séries à l’époque que j’ai annoncée et que j’ai réellement terminé. J’ai fait démarrer tellement de trucs. J’ai eu plein de vidéos qui ont été au stade d’écrite, tournée et montée, cite près et jamais diffusé. J’en ai pleins et des séries que j’ai annoncées, je dis qu’il y en aurai trente et j’ai diffusé deux épisodes et je démarre chaque année en me disant : « Qu’est-ce que cette année j’arrête même si c’est un tout petit peu pour aller un peu plus vers une vie qui m’inspire. »

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font » et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule de ces cinq erreurs va t'empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux. Clique sur le lien dans la description, va voir la vidéo. C’est un indispensable. On se dit à très vite, on avance ensemble. Cette année, c’est notre année. C’est parti !

4
2
votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
4 2 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Share This