1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,37/5 sur 423 votes)

Loading...

La QUALITÉ INDISPENSABLE pour PROGRESSER au quotidien !

Notre meilleur coach, c’est nous-même. Et ce que je vois qui bloque plein de gens, ce sont des gens qui n’arrivent pas à se regarder suffisamment eux-mêmes objectivement. Le problème c’est que dès fois la personne ça fait quinze ans que personne ne lui dit. La plupart des gens, même les gens que tu aimes et je dirais même surtout les gens que tu aimes, ils ne te disent rien.

Tu vois, il y a plein de super qualité. Je pense qu’une que j’adore c’est cette idée de Self awareness : c’est la capacité à se regarder soi, parce que notre meilleur coach c’est nous-même. Même si je crois au coaching, c’est pour ça que je paie des coachings, pour me faire coacher l’information, mais notre meilleur coach c’est nous-même. Et ce que je vois qui bloque plein de gens et tu dois le voir autour de toi, c’est des gens qui n’arrivent pas à se regarder suffisamment eux-mêmes objectivement.

Je prends un exemple concret. J’ai eu un client comme ça, là il cartonne et je lui ai dit hier, je lui ai dit : « Franchement, bravo, parce que tu démontres la self-awareness. » Je lui demandais : « pourquoi? » La manière dont il s’habillait, la manière dont il parlait, la manière dont il interagissait avec les autres, faisaient que de bases, il pouvait pour certaines personnes avoir un côté repoussant. Et ça demande une extrême self-awareness que d’être capable de se regarder soi objectivement et de se dire : « Si je ne me connaissais pas, qu’est-ce que je penserais de ce gars-là ? » Parce que même si effectivement tu peux cartonner et réussir sans du tout prendre soin de ce que tu dégages, de ta communication. Bien sur, il y a des exemples de ça et je ne suis pas du tout pour le fait d’être à l’extrême dans l’apparence puisque je pense que c’est mauvais pour soi.

En revanche, c’est quand-même dommage de se tirer une balle dans le pied parce qu’on ne va pas se mentir. On a cinq sens et l’ordre par lequel on juge en premier, c’est les yeux. Et c’est normal parce que c’est le sens qui voit le plus loin. Le deuxième, le sens par lequel on juge, c’est ce qu’on entend. Parce que d’abord on juge ce qu’on voit ensuite on juge à la voix. Le troisième, on va juger à l’odeur. Et d’ailleurs il prends pour l’odeur et il y a des clients à qui je leur dit : « Écoute, vraiment tu te sens mauvais en fait. » Et ce n’est pas agréable d’entendre mais si la personne ne se rend pas compte elle-même que son odeur fait que quand la nana l’approche, elle a envie de partir, quand le mec l’approche, elle a envie de partir ou quand le partenaire a envie de l’approcher, elle a envie de partir. C’est quand même c*n d’être brillant, d’avoir un cœur comme ça, d’avoir envie d’apporter énormément et que la personne parte parce que tu te sens mauvais. Et donc ce qui est dur, c’est que moi quand je dis à la personne, par exemple : « Écoute son odeur, ce n’est pas forcément le top. » Moi ça me donne une dose de courage énorme. Il y a très peu de gens qui vont avoir le courage de te dire les choses que tu vas détester. Et donc vu que très peu de gens vont le faire pour toi, soit tu paies des gens comme moi qui vont être prêts à te dire des choses désagréables pour t’aider par amour, comme je dis à mes titaniums, c’est un groupe d’entrepreneurs, je leur dis : « Vous avez choisi d’être avec moi, pas seulement pour que je vous dise des trucs agréables aussi pour que je vous dise des choses qui ne seront pas confortable. » Et d’ailleurs, premier exercice qu’on fait au troisième jour, on a une immersion ensemble. Ils sont en train de manger face à face par groupe de six et on fait un exercice où ils vont tous se dire leurs premières impressions, à la fois ce qui les a impressionné mais aussi leur jugement : qu’est-ce qu’ils se sont dit ? Tu as des gens qui se rendent compte que bizarrement ou pas tu as vingt personnes qui ont eu le même jugement négatif sur eux et tu en as qui se rend compte …

En fait, la première impression que je dégage c’est on n’a pas envie de me parler. C’est important de savoir ça. Mais vu que mise à part payer les gens comme moi ou faire partir de groupes que je crée ou d’autres gens, d’autres groupes, la plupart des gens, même les gens tu aimes, et je dirais même surtout les gens que tu aimes, ils ne te disent rien. Donc, la capacité à se regarder soi. Moi, par exemple, il a fallu que je me regarde, j’étais mauvais en communication, j’articulais mal, je faisais plein de fautes de français, j’avais une mauvaise gestion de mon énergie. Ça impactait énormément ma capacité à transmettre mon message aux gens. Donc il y avait des gens que j’avais envie de servir et leur donner ce message que justement tu peux transformer ta vie mais parce que j’étais incapable de véhiculer ce message, il ne l’entendait pas.

C’est un exemple que je prends souvent qui m’a beaucoup fait souffrir. Un ami à l’école, quand j’étais en école d’ingénieur. On a 18 ans, on lui annonce qu’il a une maladie dégénérescente. Et je veux le voir progressivement d’avoir de plus en plus de mal à marcher et à utiliser et juste le stylo et l’ordinateur. Mais moi je suis passivement à assister à ça. Tu as 18 ans, c’est horrible de vivre ce truc-là. Sa copine le quitte. Moi en ce moment-là, je lis en permanence des trucs sur la psychologie, la performance, le coaching et l’humain. Et comme toute personne qui découvre quelque chose qu’elle adore, je suis extrêmement maladroit, et j’essaie de l’aider et non pas à guérir ça. Je ne suis pas médecin, mais j’essaie de l’aider à mieux le vivre. Et depuis 3 mois, pendant 3 mois, j’essaie des trucs, il me fait comprendre : « écoute, pas comme ça mais ça veut dire ça, écoute et dégage. » Et je comprends pourquoi il me dit : « dégage. » Qui je suis-moi ? Je suis en pleine santé, personne ne m’annonce que je vais être en fauteuil roulant. Qui je suis pour lui donner des leçons. Et je rentre le soir chez moi et je me trouve nul parce que je me dis : « J’ai dans mes mains des outils qui réellement peuvent l’aider, au moins aller mieux. » Mais parce que je suis incapable de communiquer, il arrive qu’il n’entend pas. Et le lendemain, je vais lui prendre complètement autrement et tester quelque chose que je n’ai jamais testé. Et le surlendemain, il vient me voir et me dit : « David, mais qu’est-ce que tu as fait hier ? Ce que tu m’as dit, ça m’a tellement remué. Je vais créer un blog qui va s’appeler « Se relever » et je vais me battre. J’ai passé 3 mois à galérer. » Il suffit que je lui prenne autrement pour que ça marche.

Si tu ne te regardes pas toi en réalisant que tu es nul sur quelque chose mais sauf qu’en France on a – en France c’est grave d’être nul. Moi j’ai envie de créer un espace où être nul c’est cool. Je suis nul à plein de choses. J’ai envie que mon équipe puisse me dire : « David à la dernière interview, tu as été nul à ça », c’est la classe d’être nul parce qu’être capable de reconnaitre que tu es nul c’est la première étape pour pouvoir devenir bon. Et moi ce que je veux c’est devenir bon. Je veux aider les gens à exprimer leur potentiel au maximum et je veux aider les gens à réaliser leurs rêves. Et tu as besoin d’être capable, s’il y a bien un truc se regarder soi. À un moment donné, je m’étais donné le défi de faire One Man Show, mais si tu n’es pas capable de faire rire, tu as un problème. Et donc il a fallu que je me forme, que je m’essaie d’être plus drôle, et j’avais un besoin d’apprendre. J’étais nul. J’étais nul. Ce n’est pas grave j’étais nul. Si on prend la sexualité, mes premiers rapports sexuels, c’était tellement stressé, j’étais puceau, j’étais précoce. J’étais nul. Ce n’est pas grave. J’étais nul mais tu peux t’entrainer. Mon message il est là, reconnais où tu es moins bon. Prends un rêve qui te fait vraiment rêver qui te prend aux tripes. Ose rêver aussi grand que tu veux et on va s’entrainer et avec l’entrainement, je te garantis, tu peux être excellent dans tout ce que tu veux.

Donc,
1 : La self-awareness.
2 : L’entrainement
3 : Fais ce que tu aimes. Arrête de courir après des rêves qui ne sont pas les tiens.

Ça c’est vraiment des compétences qui sont indispensables.

1- « Ton meilleur coach c’est toi-même. »
Regarde-toi objectivement et demande-toi : si je ne me connaissais pas, qu’est-ce que je penserais de moi ?

2- On juge d’abord par les yeux, puis par ce qu’on entend, puis par les odeurs. La façon dont on se présente est donc importante.
Il y a très peu de gens qui vont avoir le courage de te dire les choses que tu vas détester.

3- Être nul ce n’est pas grave car reconnaitre que tu es nul sur tel ou tel point c’est la première étape pour pouvoir devenir bon.
« Reconnais où tu es le moins bon et entraine-toi »
Avec l’entrainement, tu peux être bon dans ce que tu veux.

Donc
Self-awareness (sois conscient de ce tu es, où tu es bon, où tu ne l’es pas)
Entraine-toi (Là où tu peux devenir meilleur)
Fais ce que tu aimes (Arrêtes de courir après des rêves qui ne sont pas les tiens)

0
0
votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Share This