1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

L’AUTO-SABOTAGE : Cet ami qui te veut du BIEN ! – VLOG #034

Quel est le sens de l’auto-sabotage ?

Au fait, sur un certain plan, je ne crois pas à l’auto-sabotage.

J’ai accompagné tellement de personnes sur des choses où ils m’ont dit :  » Non, mais c’est impossible de transformer cela, c’est un problème plus gros. »

La seule chose qui est un problème, c’est de croire que ce qui se passe dans notre vie est un problème.

C’est simple quand tu mets tout ton argent, tu es très émotionnel.

Tous les grands leaders au niveau financier le disent : « Tu n’arrives pas à gérer ton argent quand tu n’es pas stable émotionnellement » : si tu n’as pas créé les muscles.

C’est incroyable ! Il y a beaucoup d’études qui montrent que la perte de l’argent est associée dans les parties du cerveau à la mort. Donc, tu fais des décisions qui sont pures animales et complètement irrationnelles. C’est la raison pour laquelle 90 % des investisseurs savent, en investissant en bourse, que quand le marché s’écroule, il ne faut pas bouger mais, entre le savoir et arriver à maintenir tes émotions quand ce que tu as épargné sur 30 ans s’effondre en deux mois : tu passes de la théorie à la pratique.

Maintenant, tu es beaucoup plus stable si, déjà, ta base : ton toit, ton manger, est sécurisée par de l’épingle. C’est un ratio qui est subtil à définir mais, en tout cas, je vais commencer, peu importe le revenu, à mettre de l’épingle et vous challenger à l’augmenter, évidemment.

Et en vous challengeant à l’augmenter, cela te laisse moins de l’argent pour toi vu que tu veux maintenir ton « lifestyle » ; cela t’oblige à trouver des moyens de servir plus, d’apporter plus, de donner plus, de contribuer plus.

Mais, ce qui est sûr, c’est qu’en gros, les moyennes sont entre six à dix ans de  » crash « .

Le dernier, c’était en 2008. Donc, cela va bientôt faire 10 ans. Donc, statistiquement, on approche d’un prochain « crash ».

Il y a une super vidéo qui explique l’économie, ultra bien expliquée. En plus, tout dessiner et te montre pourquoi il y a des  » crashs  » et pourquoi on ne peut pas ne pas avoir de  » crashs « , que le principe même qui crée un  » crash  » provient de la dimension émotionnelle des êtres humains.

Il y a beaucoup de fantasmes sur l’immobilier, sur la bourse mais, les seules personnes que je connaisse qui, vraiment, s’enrichissent, soit tu as quelques coups de bols – les gens ont fait sans savoir ce qu’ils faisaient et cela a marché – mais je vais dire que c’est peut-être 1 % et ce pourcentage-là, trente ans plus tard, ils sont autant pauvres qu’avant parce qu’ils ont fait n’importe quoi de l’argent qu’ils ont gagné. Et les 99%, ce sont des gens : soient ils ont appris, ils sont formés ; soient ils ont fait beaucoup d’erreurs et il ont recommencé jusqu’à ce que cela marche.

Tu ne sais pas si cela ne va pas de nulle part l’expertise qu’ils ont développée.

Mais, en tout cas, crées le muscle d’épargner. Je trouve qu’il est vraiment important à faire rapidement.

Moi, je crois énormément au pouvoir de l’épargne. Je veux dire : c’est ce qui m’a stabilisé le plus en tant qu’entrepreneur. Ce qui me rend beaucoup moins émotionnel par rapport au haut et bas de l’entreprise, qu’il y ait plus de clients ou moins de clients, que le chiffre d’affaires soit plus élevé ou moins élevé.

Avant, j’étais émotionnel sur un mois mais, je ne le suis plus parce qu’il y a l’épargne qui stabilise cela et cela me permet de rester concentré sur la vision à long terme, et pas comment je fais pour avoir de l’argent là, tout de suite.

==================================================================

David Laroche : Il y a cela et après, il y a les bénéfices secondaires. C’est-à-dire qu’avoir cela comme bénéfice, il y aura d’autres bénéfices.

Interlocuteur 1 : Oui. C’est cela.

Les bénéfices, ce serait de ne plus me sentir comme cela parce que je me sens dévalorisée et je veux devenir une autre femme.

David Laroche : Oui. On n’est pas en train de penser à cela, là. Tu n’es pas sur ton business…

Interlocuteur 1 : Oui, c’est clair.

David Laroche : Donc, cela prend du temps.

Sur un plan, cela ralentit et cela se trouve qu’ils partent avec, peut-être, une bonne nouvelle hein !

      

Interlocuteur 1 : Oui.

David Laroche : Je ne dis pas que c’est agréable.

Interlocuteur 1 : C’est facile ? Non.

David Laroche : Mais, on ne sait pas !  

Après, une fois que tu auras vu les plus de bénéfices, tu vas être plus sereine.

Du coup, à te demander, non pas :  » Qu’est-ce que je veux de lui ?  » et lui demander qu’il soit comme cela ou comme cela mais,  » Quelle femme, toi, tu as envie d’être ? « 

Interlocuteur 1 : Oui, c’est cela.

David Laroche :  Après, lui, est-ce qu’il matche à ce que tu veux ?

Et cela lui appartient : s’il veut, tant mieux pour lui ; s’il ne veut pas, tant pis pour lui. Tu vois ?

Tu peux lui exprimer une fois, deux fois même s’il ne te le donne pas

Interlocuteur 1 : J’ai fait une fois.

David Laroche : Fais-le deux fois. Si tu vois que cela ne joue pas : c’est soit cela se joue ailleurs, soit cela se joue dans le fait qu’il y a une pression que tu exerces et lui, il n’aimait pas de pression à ce niveau-là.

Donc, cela me laisse l’espace pour moi, avoir eu envie de le faire.

Donc, c’est sûr que si toi, tu as une pression ; tu as une anti-pression de sa part qui rejette.

Interlocuteur 1 : Puis, de toute façon, plus tu mets la pression sur quelqu’un ; plus cela crée une frustration : plus tu as envie d’y aller. Donc, voilà.

David Laroche : Soit c’est cela, soit c’est que peut-être que lui, cela ne l’intéresse pas et que je disais ce n’est pas la bonne personne pour toi.

Mais tu ne le découvriras que si tu es à l’aise à le perdre, et que si toi, tu joues le rôle que tu as envie de jouer dans votre couple.

Si toi, tu joues le rôle que tu as envie de jouer dans votre couple et qu’il part ; tu n’as pas à te culpabiliser.

Interlocuteur 1 : C’est vrai

David Laroche : Si Julie, elle s’honore et que je la trompe ; c’est qu’on n’a rien à faire ensemble !

Interlocuteur 1 : Oui, on est d’accord.

David Laroche : Et je suis sûr que cela te fait grandir sur ces aspects qui n’ont rien à voir avec ton couple, qui sont au delà.

Certainement la valeur, la place que tu as. Donc, c’est top de vivre cela.

==================================================================

Comment trouver la légitimité d’impacter le monde ?

Cela présuppose que pour impacter le monde, il faudrait être légitime. Je pose la question autrement : « Pourquoi devrait-on être légitime pour impacter le monde ? Pourquoi devoir attendre d’être légitime pour le faire ? Et pas pourquoi juste avoir envie de la faire ? « 

 

Je pense que le problème vient de la question de comment elle est posée en fait.

Je ne me pose pas la question : « Est-ce que je suis légitime ? », je me pose la question : « Est-ce que j’en ai envie ? »

Et cela m’amène plus à me concentrer sur : « Par quoi je peux commencer ? Qu’est-ce que je peux faire ? Comment je peux servir ? » au fait.

Et après, je considère qu’à partir du moment où tu vis, tu es forcément légitime. Maintenant, ce qui est possible c’est avec une question du type « trouver la légitimité d’impacter le monde ». C’est possible que ce soit le reflet d’une pression d’impacter le monde à un niveau qui est trop grand. Mais, impacter le monde, cela commence par t’occuper de tes enfants et les servir au mieux comme tu peux.

Cela commence à être en couple et apporter ce que tu as à apporter à ta femme ou ton mari.

Il faut faire attention au fantasme de Gandhi, Martin Luther King et ces personnes-là.

On dit qu’il ont impacté le monde mais, impacter le monde ce n’est pas que faire cela. Te lever le matin et faire ce que tu as à faire pour ton entreprise : c’est impacter le monde.

Quel est le sens de l’auto-sabotage ?

Alors, au fait, sur un certain plan, je ne crois pas à l’auto-sabotage.

Je pense qu’en apparence, on s’auto-sabote mais, j’ai trop confiance en notre cœur, en notre inconscient.

Pour moi, l’auto-sabotage, quand on le pratique ; il a pour objectif de nous informer et de nous donner un message pour aller ajuster et faire ce qui est important pour nous.

On ne s’auto-sabote pas par hasard.

Encore une fois, la personne qui essaie de courir vers un fantasme, qui s’auto-sabote en direction de ce fantasme ; ce n’est pas pour rien qu’elle s’auto-sabote parce que ce n’est pas pour elle. Mais, quand tu vises une chose qui est simple pour toi , tu ne peux pas t’auto-saboter ! Tu t’auto-sabotes si tu te demandes des choses qui ne sont pas pour toi, ou un rythme qui n’est pas pour toi, ou avec des personnes qui ne sont pas pour toi.

Mais, le nombre de fois où j’ai vu des couples s’auto-saboter et au final, ils n’avaient pas envie d’être ensemble.

Donc l’auto-sabotage, c’est exactement comme le conflit. C’est un symptôme qui t’aide à ajuster, qui t’aide à avancer et tu n’es pas en train d’auto-saboter.

Quand tu es un entrepreneur qui est en train de détruire sa boîte, ce n’est pas par hasard. C’est qu’il n’y trouve plus quelque chose.

J’ai accompagné tellement de personnes sur des choses où ils m’ont dit :  » Non. Mais c’est impossible de transformer cela. C’est un plus gros problème  »

La seule chose qui est un problème, c’est de croire que ce qui se passe dans notre vie est un problème.

Tu commences à dire : « Tiens, pourquoi je m’auto-sabote ? Qu’est-ce que cela me demande d’ajuster ? Qu’est-ce qu’est-ce qui n’est pas pour moi ? » ; tu arrêtes de t’auto-saboter !

Donc, heureusement que je m’auto-sabotais parce que l’auto-sabotage était la conséquence du fait de me demander de faire un spectacle alors qu’au fond, ce n’est pas ce que je voulais.

Je me suis auto-saboté. Vous n’imaginez pas le nombre de fois, dans des projets entrepreneuriaux, qui n’étaient pas pour moi alors je me démotivais, je me trouvais des excuses, je me mentais à moi-même et je me fouettais jusqu’à comprendre, sortir du développement personnel classique de : « Il existe de l’auto-sabotage » et me dire : « Mais au fait, et si mon corps – et on peut rien me dire mon âme – était juste plus intelligent que toutes les personnes qui ont mis des étiquettes qu’il existe d’auto-sabotage, et que mon corps est seulement en train de me guider ».

Arrêtez de croire à « Je m’auto-sabote » ou je ne sais pas quoi, et de me dire : « Si je m’auto-sabote, c’est peut-être que j’ai quelque chose à comprendre. Et d’un coup, c’est, déjà mieux, rien que d’aborder le problèmes comme cela c’est-à-dire plus cool

La personne, Elisa, elle avait été en couple.

À partir du moment où elle s’est mise en couple, l’homme est devenu sexuellement agressif et le moyen qu’elle a trouvé de réduire cela, c’est de prendre du poids et grossir et que Elisa s’est rendu compte inconsciemment qu’elle était grosse, moins il avait envie et donc plus elle était sécurisée.

Donc on peut se dire qu’elle s’auto-sabote par rapport à l’alimentation ou alors on peut se rendre compte que l’inconscient, elle essaie seulement de trouver une stratégie pour que cela se passe bien.

Donc, en soi, j’y crois en l’auto-sabotage. Mais par contre, là où cela me dérange, c’est de penser que c’est un problème.

Si même j'emploie le mot « âme », pour moi, c’est mon âme qui essaie de me donner un message. S’il elle m’aide à m’auto-saboter, elle veut me dire quelque chose.

C’est comme je crois au Père Noël narcissique mais, pas au fait que ce soit un problème. Et je suis prêt, franchement, à débattre avec 500 spécialistes de Père Noël narcissiques et leur poser des questions.

Je suis sûr que s’ils s’ouvrent à mes questions, ils n’arriveront pas à me montrer qu’un Parallax c’est un problème.

Moi, ce que je crois, c’est que ce n’est ni un problème ni une opportunité. C’est toi qui choisis.

Il y a un livre : « Madness », il te montre que dans l’histoire, beaucoup de gens qui ont marqué l’histoire, ils étaient simplement fous, schizophrènes, dépressifs, burnout, churchill, plein hein !

Quand tu lis cela, d’un côté tu dis : « Mais, est-ce que vraiment la schizophrénie est un problème ? Est-ce que vraiment la dépression est un problème ? ».

Cela la remet en perspective. Cela ne veut dire que je souhaite au gens d’être schizophrènes ou  dépressifs mais, là, tu es face à des faits, de gens qui ont fait des choses incroyables à partir des choses étiquetées comme un problème.

Je veux dire : Einstein, il n’était quand même pas loin de la folie, hein !

Je veux dire : se lever le matin et se dire : « Tu sais quoi ? J’ai compris quelque chose en m’imaginant chevaucher en lumière ». Je veux dire : il fallait l’imaginer quand même !

La frontière, elle est pas facile.

Alors, quand Van Gogh, par exemple, qui était un peu fou, maintenant il se rend compte des choses qu’il peignait avec des appareils scientifiques. On est en train de se rendre compte que quelque part , c’était là.

Je veux dire : là, la frontière de « La personne, elle est folle ou alors elle voit des choses qu’on ne voit pas ». C’est tellement complexe.

Moi, je préfère croire – je suis peut-être dans mon délire – que s’il existe la schizophrénie, c’est que l’univers est trop intelligent.

Pour moi tout ce qui n’a pas de sens et les plus utiles disparaissent.

Donc, s’il existe encore de la dépression, c’est génial !

Cela m’arrive régulièrement quand les gens me disent : « Je suis en burnout »,  Super !

Vous n’imaginez pas le nombre de personnes que j’ai rencontrées, qui ont fait un burn-out et qui derrière, ont eu une vie extraordinaire.

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font », et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule de ces cinq erreurs va t’empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux.

Clique sur le lien dans la description, et va voir la vidéo. C’est un indispensable !

Je te dis à très vite ! On avance ensemble.

Cette année, c’est notre année ! C’est parti !

0 commentaires

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This