1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,00/5 sur 412 votes)

Loading...

Les 2 modes de vie ! – Bébé ou LEADER ?

Salut à vous !

J’espère que vous allez bien et que vous êtes en pleine forme.

J’avais envie de vous faire un petit live. Là, je suis en voiture. Je viens d’arriver à Paris depuis Londres. Ce week-end sera incroyable et je me suis dit je pense à vous. Et, il faut absolument que je vous parle des deux modes de vie.

Dans la vie, on a le choix d’être dans le premier mode ou le deuxième. L’un des deux va condamner et détruire notre vie, ce qui nous permettra de rater notre vie. L’autre va nous permettre d’avoir la vie qui nous inspire, ce qui va nous permettre d’être vraiment épanoui et de créer des résultats.

J’ai vraiment envie de vous en parler – quelque part vous le savez – mais le réentendre peut faire une différence. En fait, tous les jours, on a la possibilité d’être dans le mode N°01 et/ou le mode N°02.

Je vais attendre qu’il y ait plus de personnes qui soient connectées en live – je vois qu’on est déjà vingt et une personnes -. Je vous dis bonjour, j’espère que vous êtes en pleine forme.

C’est vendredi et c’est une vraie opportunité de se dépasser ce week-end. Nous pouvons aller faire des choses qu’on a jamais faites pour réaliser ce qui est important pour nous, nos rêves et nos projets dans une énergie incroyable.

Salut Cathy ! J’espère que tu vas bien !

Trente personnes en live, je vais attendre qu’on soit soixante-dix personnes en live et je vous donne les deux modes qui font la différence.

Salut Mickaël ! Salut Jordan !

Donc, deux modes de vie déterminent si tu vas détruire ta vie ou si tu vas te créer une vie incroyable. Deux modes qui déterminent ton couple, tes finances et tellement de choses.

On est quarante neuf, je démarre très prochainement.

Salut Olivier !

Mettez un maximum de « j’aime » et de « j’adore », comme cela, Facebook se dira qu’il faut qu’il diffuse la vidéo à un maximum de personnes. Donc, un maximum de « j’aime » et de « j’adore ». Et surtout, laissez un maximum de commentaires. Facebook est un peu bête là-dessus, s’il ne voit pas assez de commentaires, il se dit que ce n’est pas assez intéressant. Donc, il ne le diffuse pas.

On est cinquante cinq, alors, d’ici quinze personnes, je vous donne les deux modes de b vie qui font la différence.

Salut Sabrina, Brigitte, Cathy, Olivier, Vanessa, Steven, Iman, Mickaël, Jordan, Anna Maria… J’espère que vous allez bien.

Il y a Sophie, Julie et Sabrina qui viennent d’arriver.

Il y a soixante-deux, dans huit personnes, je démarre.

Je vois un maximum de j’aime. Merci à vous !

Je suis vraiment content de faire ce live.

C’était deux semaines intenses avec le lancement « D’entraîner pour réussir ». J’ai reçu tellement de commentaires dans tous les sens, c’est une chose incroyable. La vidéo, avait trois millions de vue et je vous remercie de l’avoir partager. On est soixante quatorze, donc c’est parti pour les deux modes de vie.

Le premier mode, c’est le mode du bébé, c’est-à-dire que d’un coup, on fait sa victime, on se plaint. Généralement, c’est le mode où tu as envie de parler de tes problèmes pour que les gens veillent te soutenir et on fait tout ça quelque part. On joue un petit peu le mode bébé pour que notre femme ou notre mari s’occupe de nous.

J’adore les États-Unis parce que les Américaines sont très expressives. Quand tu parles d’un problème, elles font « ooohhh…. » Et si tu veux un petit « shoot » de reconnaissance, tu parles de tes problèmes.

Pourquoi on joue tous, le mode bébé de temps en temps ? On se plaint par rapport à notre président, à notre pays, à notre corps, on se plaint ! Cela m’arrive plusieurs fois et tout le monde le fait. Pourquoi on le fait ? Parce que quand on le fait, on s’attire  des sauveurs, des gens pour aller à notre rescousse, des gens pour nous aider et nous permettre d’aller mieux (pour se sentir un petit peu aimé et pour être reconnu ).

Je suis sûr que cela t’est déjà arrivé. On est comme des enfants. Tu as un petit manque de reconnaissance, consciemment ou  inconsciemment, tu provoques un conflit avec ta femme, ton mari, tes enfants, quelqu’un que tu aimes, un business partenaire, etc. Parce qu’on préfère être en conflit que de se sentir inexistant.

Le mode bébé, on le pratique tous parce qu’on veut attirer de l’attention et on veut attirer des sauveurs.

Le problème, c’est que dans le premier mode, tu attires des gens pour te sauver. Quant au deuxième mode, c’est le mode de leadership, c’est le mode de la construction, le mode où tu prends ton pouvoir,  où tu es acteur de ta vie, où tu dis « d’accord », les choses ne se passent pas exactement comme on veut et qu’est-ce que je peux faire pour les changer.

Le monde n’est pas exactement comme je le veux, comment je peux participer à le changer, Martin Luther King ou Mandela.

Je n’aime pas la dynamique qui est dans mon open space au travail, qu’est ce que je peux faire pour la changer ?

Je n’aime pas mon corps, qu’est ce que je peux faire pour le changer?

Je n’aime pas ma santé, qu’est ce que je peux faire pour la changer? 

On avait une personne  dans “s’entraîner pour réussir” qui disait : « Je prends la décision d’arrêter de fumer. » Elle est partie là depuis quelque jours.

C’est le deuxième mode – c’est le mode du leadership – tu prends ton pouvoir.   

Sais-tu pourquoi on n’est pas si souvent dans le mode de leadership ? C’est parce qu’à court terme, le mode du leadership, il paraît moins sexy en fait.

On dit tous : « J’ai envie d’être un leader, d’avoir des responsabilités et plus d’argent. » Mais à court terme, être en mode un leader cela implique plusieurs choses qu’on n’a pas envie de vivre. Qu’est-ce qui se passe? Quand tu prends ton leadership et que tu arrêtes de te plaindre, les sauveurs qui étaient là pour t’aider avant ne sont plus là.

Et tu as l’impression d’être un peu seul. Je suis sûr que cela t’est déjà arrivé. Tu es avec des amis, tu étais malade ou tu as vécu une difficulté – que tu gardes pour toi -. Tu as un autre ami qui t’expose tous ses problèmes et il y a une partie de toi qui se dit que tu as vécu la même chose que lui, mais il joue le rôle de la victime. Des fois, on voit cela et on se dit qu’il faut faire pareil parce qu’on pense qu’elle a reconnaissance.

À court terme, quand tu es un leader que se passe-t-il ? Les gens n’ont pas envie de t’aider. C’est normal. Personne n’a envie d’aider quelqu’un qui n’a pas besoin d’aide. Donc, tu as moins de soutien. Mais, il va y avoir des gens qui auront tendance à vouloir s’appuyer sur toi.

Ce qui est intéressant, c’est qu’à moyen et long terme, quand tu bascules dans le deuxième mode – le mode du leadership – tu as quelque chose que le premier mode n’a pas.

Dans le premier mode, cela ne t’arrive jamais d’avoir de la fierté. Cela ne m’est jamais arrivé en séminaire de demander à quelqu’un, donne-moi un jour de ta vie où tu t’es senti fier de toi et qu’une personne te dise : « Je sais, je l’ai ! Un jour, je râlais comme un vrai gros bébé et j’étais vraiment fier de moi ! » Personne ne m’a dit cela.

Par contre, j’ai entendu que certains étaient allés au bout de leur marathon, d’autres ont arrêté de fumer, sont allés en voyage, ont abordé une fille dans la rue. J’ai entendu plusieurs choses de leadership où la personne te dit qu’elle est fière d’elle. Mais à court terme, cela a demandé de traverser l’inconfort en faisant quelque chose d’inconfortable.

(Mettez un maximum de j’aime, je vois qu’on est déjà à 125. Ce serait dommage qu’on ne soit pas plus nombreux).

Qu’est-ce qui se passe ?

Dans le premier mode – le mode du bébé – tu attires des sauveurs. Dans le deuxième mode, tu attires également des gens, pas forcément dans l’immédiat, pour vivre un rêve, un voyage ou une aventure ensemble.

Par exemple, si tu as une start-up et que tu bascules en mode sauveur, alors tu attires des gens qui se disent que la conjoncture est dure. Et tu t’entoures d’autres personnes pour baisser ton énergie et elles viennent te sauver.

Si tu es en mode leader, à court terme, les gens ne vont pas vouloir t’aider forcément. Mais à moyen et long terme, il y aura des gens qui voudront travailler avec vous, de devenir votre comptable, d’être votre business partner, d’être votre avocat. Et également de construire une entreprise avec vous.

Par exemple, si tu es un célibataire et tu es en « mode bébé », tu vas t’attirer potentiellement un conjoint qui va être dans le même état d’esprit. Cette personne n’est pas là parce qu’elle t’aime, mais c’est parce qu’elle va se sentir importante souvent. Si tu es en mode leader. Tu vas t’attirer un homme ou une femme qui a ce niveau-là. C’est valable dans tous les domaines de notre vie.

En mode bébé, tu attires des sauveurs. En mode leader, tu attires d’autres leaders. Quand tu es en mode leader, tu te construis ta vie, tu avances, tu te dépasses et tu passes à l’action, tu ne te mets pas à avoir les mêmes amis, les mêmes opportunités, les mêmes trajectoires financières et les mêmes trajectoires de vie.

C’est quelque chose de basique. Je sais que tu vas dire : « David, je le sais. Je l’ai déjà entendu. » Mais tu as beau le savoir, je suis sûr que tu fais encore ton bébé et tu joues la victime parfois. Même moi, je le fais aussi. Mais la clé, ce n’est pas si je le fais ou pas, c’est de décider aujourd’hui que je vais prendre le leadership et mon pouvoir sur une chose qui me dérange.

Qu’est-ce qui te dérange aujourd’hui ? Mets-moi dans le chat, dans les commentaires, quel est le domaine où tu te sens un peu victime de cela. Y a-t-il une chose à ton travail qui ne te plaît pas ? Est-ce que tu en as marre de ton supérieur ?

Qu’est-ce qui te dérange aujourd’hui ? Mets-moi dans le chat, dans les commentaires, quel est le domaine où tu te sens un peu victime de cela. Y a-t-il une chose à ton travail qui ne te plaît pas ? Est-ce que tu en as marre de ton supérieur, la relation avec ta femme ou tes enfants ? Dis-le-moi en commentaire ou dans le tchat !

Peut-être que tu es un peu plus en mode rien ne se passe pas comme tu veux. Il se peut que ton problème se situe au niveau de tes finances, ta santé. Peut-être que tu ne te trouves pas beau ou belle, qu’est-ce qui bloque ? Mets-moi en commentaire le domaine de vie ou c’est un peu plus la flemme comme je disais, quand j’étais un poil plus jeune « c’est un peu la flemme ».

Je pense qu’il y a un décalage entre le moment où je pose la question et le moment où vous répondez.

Les relations sociales amoureuses ne sont pas au top pour toi Sophie.

Pour Audrey, c’est un sentiment de dépression.

C’est le fait de trouver une compagne pour Alexandre.

Donc là on a tous un endroit dans notre vie, peut-être que c’est développer ton entreprise, ça ne se passe pas comme tu veux, peut-être que tu veux avoir des clients en ce moment, tu dis peut-être que j’en ai marre, je ne sais pas de quoi tu en as marre.

Mais ce qui est sûr, tant que tu restes en mode bébé et franchement il n’y a pas grand chose qui change et pour terminer cela, je vais terminer sur une notion qui est super importante, je sais que c’est basique mais moi ça m’aide.

Einstein est vraiment une source d’inspiration pour moi, il est vraiment top ce petit Albert, il dit cette chose que j’aime beaucoup : “si tu veux résoudre mon problème, il va falloir que tu te mettes dans un autre niveau de conscience que le niveau de conscience qui engendrait ce problème”.

C’est-à-dire que, sous entendu on a différent niveau de conscience dans notre vie et quand tu es à un certain niveau de conscience, tu ne crées pas les mêmes problèmes quand tu es dans un autre mode.

On pourrait transposer ça  à l’énergie. Quand t’es fatigué et que t’as faim, on est comme des bébés, on est de mauvaise humeur. Généralement quand on est fatigué et que t’as faim, tu crées des problèmes, que tu n’avais pas d’habitude.

J’ai remarqué que quand j’étais fatigué et que j’ai faim, alors j’ai l’impression que les gens dans le métro ils puent plus.

Est ce qu’ils puent plus ? Non! mais vu que je suis fatigué, cela me saoule plus.

Donc notre état interne comme notre sens cela détermine vraiment nos perceptions et comment ça se passe dans notre vie.

Quand t’es au top et que tu te sens vraiment bien, paradoxalement, même le casse-couille de l’entreprise ce jour là, il gêne moins. Ca va. Et donc ce qui est intéressant c’est que les trucs qui nous gène dans notre vie -j’ai vu – trouver un compagnon – me mettre en couple – améliorer mon business – des choses comme çà.

Quand c’est vraiment un  problème et dans le sens mathématiques, on doit le résoudre et ce qu’on à tendance à faire c’est basculer en mode bébé : se plaindre, râler, faire chuter notre énergie et c’est paradoxale parce que c’est un problème qui est extraordinaire dans le sens qu’il est non ordinaire, dans le sens qu’on n’a pas l’habitude de le résoudre, par exemple, faire tes lacets, logiquement, c’est un problème ordinaire que tu as l’habitude de résoudre donc ce n’est plus un problème.

Ce qu’on appelle problème, c’est souvent en réalité : une équation qu’on n’a pas l’habitude de résoudre, on n’a pas encore résolu.

On est face à un problème qu’on encore jamais résolu et on se met dans une énergie de bébé, pourri et on pense que cela va le résoudre. Alors que le paradoxe, c’est que c’est justement, face a un problème extraordinaire face à une difficulté non ordinaire que cela demande de mobiliser de l’énergie extraordinaire.

Donc par rapport à ce qui te dérange dans ta vie aujourd’hui, peu importe ce que c’est,  le couple, les finances, le business, la santé, le bien être, c’est encore plus important de te mettre dans une super énergie. C’est encore plus important de te redresser et de faire quelque chose qui t’aide.

Par exemple, j’ai rencontré des entrepreneurs qui excellent dans leurs domaines et leurs secrets c’est le sport. Ils vont faire du sport plusieurs fois par semaine et cela leur donne la patate. On a chacun notre truc, peut-être que toi c’est marcher en forêt ou peut -être que c’est faire du trampoline chez toi.

En tout cas, c’est super important que tu aies une stratégie pour avoir de l’énergie, parce que c’est justement en mobilisant l’énergie qui est non ordinaire que tu va résoudre les problèmes extraordinaires.

Et c’est comme cela que tu va transformer ton couple, ta santé, tes finances en tout cas ce qui est important pour toi.

Donc on a le choix aujourd’hui : entre le mode du bébé (je râle, c’est dure, je n’aime pas mon président, je n’aime pas mon corps) on est très bon pour faire cela, ou le mode de dire « ok ce n’est pas exactement comme j’aurais voulu c’est vrai mais qu’est ce que je peux faire ? « 

Et je vais terminer sur une citation de notre ami Marc aurèle (Marcus Aurelus).

Mettez un maximum de j’aime et partagez là. Parce que Facebook est devenu très bête Là je ne sais pas, on a un peu près 170000 personnes sur la page Facebook mais il décide de ne pas montrer mes vidéos. Pour moi et pour tout le monde, si il n’y a pas assez de commentaires et de j’aime. Donc voilà, il faut mettre du commentaire et du j’aime.

Bref notre amis Marcus, il disait un truc que j’aime beaucoup et cela m’a beaucoup  aidé dans les moments ou j’étais un peu pas bien. Il y en a eu plusieurs. Il dit :

« donne moi la force de changer les choses que je peux, donne moi la sérénité d’accepter les choses qui sont et donne moi la sagesse de distinguer l’une de l’autre »

Cette phrase je ne sais pas si tu t’en rendes compte, mais elle est dingue.

Par exemple, il y avait les attentats, j’avais vraiment été bousculé  en France. Cela m’avait vraiment aidé cette citation parce que je me suis dit: « OK », il y a des choses qui sont là, je veux dire je ne vais pas passer huit ans à péter un câble. La météo n’est pas comme je veux, bon c’est comme ça. C’est important que je l’accepte, que j’apprenne à grandir de cela

Et moi aujourd’hui, plus l’acceptation pour moi, c’est un premier niveau. J’aime mieux le mot « transformer » dans l’idée de ressortir grandi de cela.

Avec les attentats, je me suis dit : »ok qu’est-ce-que cela m’apprend?, comment je peux grandir de cela, comment j’accepte cela ? » et la deuxième chose c’est me dire : « OK, qu’est ce qui est mon mon pouvoir ? ».Mon pouvoir, là tout de suite, c’est déjà de prendre dans mes bras les gens que j’aime qui sont en vie.

J’avais fait une vidéo parce que j’avais envie de partager ce message d’union de l’humanité.

J’aime beaucoup Malalas qui a dit, j’ai perdu sa citation exacte donc je vais la paraphraser, mais comme quoi : « avec des armes tu tues des terroristes et avec l’éducation tu tues le terrorisme » ça doit être une chose comme ça

Bref, je ne vais pas changer l’ambiance, cette citation elle m’a vraiment beaucoup aidé dans des moments comme ça où c’était difficile peu importe le domaine de vie. Cela m’a aidé pour me dire : « OK, j’arrête de faire la victime, je me bascule en mode pouvoir, j’avance et je construis « 

Et rappelles-toi que même quand tu as la tête dans le tunnel ou même quand tu as l’impression que c’est difficile, que c’est dur, que ça ne se passe pas comme tu veux, tu n’as pas le résultat que tu veux, cela vaut vraiment la peine de continuer, cela vaut vraiment la peine de persévérer, de se dépasser.

En fait, tu ne t’en rends pas compte parce que tu fais beaucoup de choses pour dépasser et tu ne vois pas ce que cela produit pour l’instant parce que c’est un peu comme si tu semais de graines, tu te dis: « tiens, les graines elles n’ont pas germé « .

Tu mets tes actions en place et tu avances. Tu te formes et tu développes tes compétences et deux ans plus tard, tu te réveilles et tu dis « Purée ma vie elle a changé en fait, sauf que ça c’est passé tranquillement »

Donc,  c’est bien de notre ami Marc Aurèle, j’en suis certain) après peut-être qu’elle a été reprise et paraphrasé mais c’est bien notre ami.

En tout cas, si ce live il t’a plu, je pense qu’il peut vraiment inspirer du monde.

J’étais vraiment heureux de le faire, j’ai eu la bonne intuition, on avance ensemble.

Je tiens encore une fois à vous remercier pour toute l’énergie que vous mettez dans les commentaires, les j’aime, les partages.

C’est une chose incroyable, la dernière vidéo, trois millions de vues, grâce à vous. Il y a des personnes qui nous ont écrit:  » je la regarde tous les jours « , si vous ne l’avez pas vu, la vidéo s’appelle « tout donner  » c’est vraiment une vidéo pour se dépasser.

Voilà, on avance ensemble ! Dépassez-vous, faites quelque chose aujourd’hui que vous avez jamais fait, c’est peut-être une petite chose, aller aborder quelqu’un dans la rue, faites quelque chose qui vous honore ce soir ! C’est votre journée ! On avance ! On se dépasse ! 2018 c’est notre année, nous allons tout faire pour ça !

Et dans les sept jours qui viennent, j’ai un nouveau format de vidéos qui arrive sur Youtube, vous allez adorer ! Et j’insiste, vous allez adorer. C’est une nouvelle formation. Allez voir sur Youtube , surveillez, cela arrive dans les sept jours qui viennent.

J’ai fais cela parce que j’ai vraiment envie de vous remercier – c’est quand même une chose incroyable qui me rappelle ma première vidéo ! – C’était en 2011, et voilà, j’ai galéré à avoir dix abonnés et là nous allons avoir trois cents mille bientôt sur Youtube.

Donc, merci ! On se dépasse ! On avance ! Donnez-tout ! Et encore une fois, donnez un maximum de “j’aime”, de “j’adore”, partagez la vidéo parce que les lives comme ça je ne sais pas, il y a une autre énergie que les vidéos, c’est plus facile de me sentir proche de vous quand je le fais.

Donc, je vous aime ! On avance ! Et c’est parti ! C’est votre année !

 

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This