1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,40/5 sur 399 votes)

Loading...

Les 3 niveaux de GRATITUDE

Bonjour à vous ! J’espère que vous allez bien et que vous êtes en pleine forme.

Je viens de me lever, j’ai démarré avec cinq minutes de cohérence cardiaque, cinq minutes où on inspire et expire. Je vous invite à le faire parce que c’est vraiment excellent pour le corps.

J’ai eu envie de vous faire une petite vidéo. D’ailleurs, je fais souvent des vidéos juste après avoir ressenti de la gratitude.

Sur trois types de personnes dont je peux observer autour de moi, je vous propose de vous demander de quel groupe vous faites partie, ou vous désirez faire partie.

Nous vivons toujours des moments qui sont agréables, confortables, faciles ; et d’autres moments qui sont inconfortables et difficiles, où nous sommes challengés. Tout le monde le vit, je ne connais pas une personne qui ne vit pas cela ; peut-être parce que nous sommes critiqués, rejetés, nous vivons des échecs, une séparation, un deuil, une faillite, un licenciement ou la perte de quelqu’un. Dans ces moments, il y a trois types de personnes.

Les premiers types de personnes que je peux observer autour de moi, jusqu’au dernier jour de leur vie, vont dire : « Je n’ai pas eu de chance. J’ai été licencié et à cause de cela, je suis déprimé. » Jusqu’à leur dernier souffle, ils vont dire : « Finalement, j’ai eu une malchance, c’était un “dos d’âne” de la vie. Je n’ai vraiment pas eu de chance. »

Les deuxièmes types de personnes sont des personnes qui, après cinq, dix, vingt ou trente ans, au moins avant le dernier jour de leur vie, disent : « Maintenant, je comprends, je vois pourquoi j’ai vécu cela, je vois ce que j’ai appris de cette situation. »

Dans mes conférences ou séminaires, j’aime bien demander : « Qui a déjà été en couple ? Levez la main ! Qui a déjà été en couple, s’est séparé et l’a mal vécue ? Levez la main ! Qui a déjà été en couple, s’est séparé, l’a mal vécue, et aujourd’hui se dit “merci ! Merci ! Tu as tellement bien fait de me quitter et de partir” ? » Souvent, il y a nombreuses personnes qui lèvent la main. Ce qui est très bien c’est que, effectivement, sur le moment, cette séparation était un moment dur dans leur vie. Un, deux, cinq ou dix ans après, ils rencontrent quelqu’un d’autre — un autre homme ou une autre femme — qui leur correspond mieux. Finalement, ils ont de la gratitude par rapport à ce qui s’est passé il y a dix ans parce qu’ils se rendent compte que c’était nécessaire. Aujourd’hui, ils ont la personne qu’ils veulent, mais en plus de cela, souvent, ils vous disent qu’ils ont appris de la précédente relation, qu’ils ont compris des choses de la précédente relation, et qui sont devenue une nouvelle personne de la précédente relation.

J’aime beaucoup l’exemple de Steve Jobs qui dit : « Avoir été viré d’Apple était le médicament le plus douloureux de ma vie, mais le patient en avait besoin. »

Ces deuxièmes types de personnes sont des personnes qui, au bout d’un moment, finissent par voir le cadeau qu’il y avait dans cette situation horrible, inconfortable et à rejeter. Ces types de personnes m’inspirent beaucoup. Dans l’histoire, il y a beaucoup de personnes qui ont eu un handicap, ont vécu des licenciements, ont été battues, et qui ont été malade. Ces personnes m’inspirent beaucoup parce qu’elles ont cette faculté/capacité à avoir de la résilience, à transformer ce qui leur arrive en opportunité, et pouvoir dire « merci ! »

Il y a un troisième type de personne, peut-être représentant 1 ou même 0,1 % de la population. Il est très rare de rencontrer ces personnes. Ce sont des personnes qui, quand elles ont une difficulté, vous disent : « Je ne sais pas en quoi c’est génial. Je ne vois pas encore en quoi c’est un cadeau, je ne vois pas en quoi je devrais dire “merci” à ce qui m’arrive parce que j’en souffre. Mais je sais qu’un jour, je dirai “merci”. Je sais qu’au-delà de ce que je vois, de ce que je comprends aujourd’hui, si cela m’arrive, c’est pour faire quelque chose pour moi et pour d’autres personnes, pour me rendre plus fort, m’apprendre des choses, me forcer à élever mes compétences, servir des gens qui ont eu la même difficulté que moi, pour partager un message, et pour créer quelque chose à partir de cela. Je sais qu’un jour, je dirai “merci”. Je ne sais pas si c’est dans un, cinq, dix, vingt ans ou même au-delà, mais je dirai “merci” parce que je sais que tout ce qui m’arrive est, si on personnifiait la vie comme un parent, finalement, comme un acte d’amour d’un parent bienveillant, qui sait parfois me faire souffrir pour me faire grandir ». J’aime l’exemple de la maman/du papa, qui a un petit garçon qui dit : « Maman/papa, je voudrai une troisième glace. » La maman dit : « Non mon chéri, tu n’auras pas une troisième glace ! » Alors le petit garçon dit : « Maman, je ne t’aime pas, tu es méchante ! » Ce qui est intéressant c’est qu’aux yeux de l’enfant, elle est méchante parce qu’il souffre de ne pas avoir une troisième glace. Mais la maman fait cela par amour parce qu’elle a envie de le faire grandir, le faire évoluer, lui apprendre une leçon, et l’aider à mieux gérer son corps. Des fois, parce que nous ne voyons pas en quoi ce qui nous arrive est bien, nous faisons un peu comme ce petit garçon qui dit à la vie « je ne t’aime pas, je ne suis pas content ». Ce troisième type de personne me fascine. C’est comme si c’était un petit garçon qui dit : « Je ne suis pas content d’avoir une troisième glace, mais je sais que maman/papa, tu m’aimes. Je sais que tu fais cela pour me faire grandir. Un jour, je comprendrai. » (Il n’y a pas de petits garçons ou de petites filles qui font cela)

Mais en revanche, il y a des adultes qui développent cette faculté de dire « un jour, je dirai merci ». Le paradoxe, c’est que le moment où ils disent « un jour, je dirai merci », ils sont déjà en train de dire : « merci à ce qui m’est arrivé. Finalement, j’ai de la chance. »

J’ai vraiment envie de vous partager cela parce que c’est vraiment inspirant, et je désire faire de plus en plus partie de ce troisième type de personne.

Il y a des jours où c’est facile, des jours où c’est moyen et je me dis « la vie me challenge bien et j’y arrive plus ou moins », et des jours où c’est très dur. Paradoxalement, il y a des fois où c’est très dur et j’y arrive mieux que les fois où c’est moyen ou petit. En tout cas, j’aime poser l’intention de faire partie de ce troisième type de personne qui dit « merci » à la vie avant de comprendre. Ce qui est très bien, et c’est ce que j’ai compris en ayant la chance de rencontrer des gens de ce troisième type de personne, c’est que même si quelque part, ils étaient complètement dans leur délire, rien que le fait qu’ils disent « un jour, je dirai merci » leur donne plus d’énergie. Le jour même, ils se mettent à faire des choses qu’ils n’auraient jamais faites, que ni le premier ni le deuxième type de personne ferait. Finalement, ils créent des cadeaux, et ils créent les raisons de pouvoir dire « merci ». C’est la personne qui, par exemple, est licenciée, et décide de faire de ce licenciement une opportunité d’aller faire le tour du monde qu’elle rêve de faire. En soi, il n’y a aucun rapport ; mais le fait qu’elle décide de le faire, fait que deux ans plus tard, vous lui dites : « alors, c’était comment le licenciement ? » Elle te dit : « un cadeau dans ma vie parce que je me suis autorisé à faire le tour du monde que j’avais envie de faire. »

La question que je me pose pour vous et pour moi, c’est : « de quel groupe aimeriez-vous faire partie ? » Vous avez envie de faire partie du groupe qui finit sa vie en se disant : « je n’ai pas eu de chance dans ma vie, je n’ai pas été aimé », le deuxième groupe qui finit par ouvrir les yeux un jour, ou le troisième qui dit : « Même si je ne vois pas encore, je ne comprends pas encore, je sais que la vie est là et me pousse à grandir et à évoluer ; et je vais m’assurer de faire de ce qui m’arrive, une opportunité pour grandir, inspirer d’autres personnes, et faire des choses pour d’autres personnes ? Quitte à vivre des moments difficiles, autant que cela me serve à moi et à d’autres.

Si cette vidéo vous a inspiré, je vous invite à mettre en commentaire sous la vidéo ce qui vous a inspiré, ce que vous vous dites, et posez-moi des questions. Surtout, cliquez sur le bouton “j’aime” et partagez au maximum. Nous avançons ensemble. En tout cas, merci à vous pour tout ce que nous sommes en train de construire.

A très vite !

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This