1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Les 6 étapes pour parvenir à aimer ses parents

Parvenir à aimer ses parents en 6 étapes

Aimer ses parents peut parfois être quelque chose d’extrêmement difficile à réaliser. Pourtant, il est important de prendre conscience que nos parents sont notre fondation, qu’on le veuille ou non. Il faut savoir mettre de côté ce qu’ils ont fait, ou ce qu’ils n’ont pas fait, pour arriver à les aimer.

Car si l’on y pense : aimer ses parents, c’est apprendre à s’aimer soi-même. Cela peut sembler dur, surtout si vous avez été violenté ou abandonné par vos propres parents.

Par cet article, nous allons découvrir 6 étapes pour apprendre à aimer ses parents. Quelle que soit votre situation, il va vous falloir prendre du recul et analyser ce que vous allez lire en fonction de votre propre cas. Vous verrez qu’aimer ses parents quoiqu’il en coûte augmente l’estime et l’amour que l’on a de soi.

Étape 1 : remercier ses parents d’être en vie

aimer ses aimer s'apprend

Avoir de la gratitude et remercier ses parents de nous avoir donné la vie est la première étape pour parvenir à aimer ses parents. Pour commencer, ayez de la gratitude envers votre vie telle qu’elle est actuellement, vous verrez qu’ainsi il sera beaucoup plus facile de remercier vos parents de vous avoir mis au monde.

Beaucoup de personnes pensent à tort que le fait d’avoir eu ce qu’ils considèrent comme de mauvais parents leur a gâché la vie. En réalité, ces gens n’aiment pas leur vie et cherchent à en rejeter la responsabilité sur ceux qui la lui ont donnée.

Lorsque l’on regarde autour de nous, on s’aperçoit souvent que deux personnes ayant vécu la même situation délicate avec leurs parents réagissent totalement différemment. L’une des deux va réussir à mener une vie magique et inspirante tandis que l’autre va sombrer dans la négativité.

Bien sûr, parvenir à remercier et à aimer ses parents est un challenge pour certaines personnes. Il faut comprendre qu’ici, il n’est pas question de pardonner ou de se remettre en relation avec ses parents si on a décidé de couper les liens. Il s’agit avant tout de s’envoyer de l’amour à travers ses propres parents et de se faire un cadeau à soi-même.

Étape 2 : aimer ses parents et les remercier pour tout ce qu’ils apportent

La seconde étape est de remercier ses parents pour tout ce qu’ils nous ont apporté. Mais attention, il ne s’agit pas forcément d’apporter des choses matérielles et confortables. Par exemple, si vos parents n’ont pas été très présents avec vous, il se peut que vous ayez un grand désir d’être présent pour vos propres enfants.

En étant absents, vos parents vous ont donc apporté l’envie de devenir un meilleur père ou une meilleure mère pour vos enfants.

Il faut donc que vous appreniez à équilibrer vos perceptions. Bien sûr, peut-être qu’avec des parents plus présents, vous auriez tout de même été vous-même présent pour vos enfants. En réalité, vous avez le choix :

  • soit vous pensez que vous n’avez pas eu les parents que vous auriez voulus ;
  • soit vous prenez conscience que vos parents ont représenté un équilibre entre confort et inconfort, présence et absence ou plaisir et souffrance.

L’équilibre créé par nos parents nous a aidé à devenir la personne que nous sommes aujourd’hui. En cela, on peut dire que cet équilibre est parfait.

Réussir à remercier ses parents pour ce qu’ils vous ont apporté vous aidera à ouvrir votre cœur à vous-même et à l’humanité dans sa globalité en plus de vous ouvrir à vos parents en eux-mêmes.

Étape 3 : lâcher le fantasme du parent parfait

Sachez que le plus grand frein à l’amour de ses parents est cette espèce de construction hollywoodienne idyllique qu’on se donne de la parentalité. On s’imagine un parent parfait, bienveillant, soutenant à 100 % son enfant, etc. Mais il ne faudrait pas oublier qu’un parent est avant tout un être humain !

Les neurosciences nous ont appris que pour être performant, le cerveau a autant besoin de challenge que de soutien. Un bon parent n’a pas à soutenir son enfant coûte que coûte, il doit aussi être capable de le challenger pour lui permettre de grandir.

Parfois nous allons détester ce que va faire notre parent, qu’il le fasse consciemment ou non. Dans ces moments-là, il est primordial de se rappeler que ce n’est qu’un être humain et de faire la différence entre ce parent et soi-même. Car finalement, nous ne sommes pas la même personne.

Ceci aide énormément à lâcher le fantasme du parent parfait et à voir la véritable perfection qui se cache derrière notre père ou notre mère.

Puisque nos parents ne correspondent pas toujours à l’image parfaite que l’on se fait de la parentalité, on se dit quelquefois qu’on préférerait avoir eu d’autres géniteurs. Mais en serions-nous là où nous en sommes si nous avions eu un autre père ou une autre mère… sûrement pas !

Quelles que soient les épreuves que vous avez vécues et les challenges que vos parents vous ont apportés, avoir eu vos parents a forcément été une opportunité pour vous. Car finalement, vos parents vous correspondent vis-à-vis de ce que vous-même avez à apporter au monde et une fois que vous aurez intégré ce fait, vous vous sentirez plein d’énergie et d’amour-propre !

Étape 4 : lister toutes les forces développées

Que vos parents vous aient inspiré ou que vous ressentiez du rejet par rapport à eux, ils vous ont forcément obligé à développer certaines forces. Peut-être que vous avez ressenti certaines faiblesses chez votre père ou chez votre mère et que pour ne pas lui ressembler vous avez fait en sorte de ne pas faire pareil.

Vous avez alors fait en sorte que cette faiblesse devienne une force en vous.

Pour parvenir à aimer ses parents, il est donc utile de faire une liste des forces que l’on a su développer grâce à eux, que ce soit par mimétisme ou par opposition.

Dans tous les cas, il faut faire attention à ne pas agir soit par copie, soit par révolution. Agir par copie revient à reproduire les mêmes erreurs que ses propres parents. Agir par révolution, c’est vouloir faire parfaitement l’opposé, ce qui n’est finalement pas très constructif.

Si l’on observe une famille sur plusieurs générations, on s’aperçoit bien souvent que les comportements changent et reviennent d’une génération à l’autre. La première génération a fait d’une telle manière, ses enfants ont fait l’inverse et leurs petits-enfants reviennent à ce qu’ont fait leurs grands-parents et ainsi de suite.

Le secret pour aimer ses parents n’est donc pas de faire l’inverse de ce qu’ils ont fait, mais plutôt de prendre du recul et de se demander où il y a eu du challenge et où il y a eu du soutien.

Prenez conscience que devenir adulte, c’est un petit peu devenir son propre parent. Après tout, si vos parents avaient été parfaits, seriez-vous parti de chez vous et auriez-vous volé de vos propres ailes ?

Étape 5 : se connecter à sa mission de vie

Pour apprendre à aimer ses parents, se connecter à sa mission de vie est capital. En effet, comprendre ce pour quoi nous sommes faits ici-bas est l’un des meilleurs moyens de comprendre pourquoi nous avons eu ces parents-là et pourquoi ils étaient parfaits pour nous.

Une fois que vous avez trouvé votre mission de vie, vous réaliserez l’équilibre que vos parents vous ont apporté et en quoi cet équilibre était nécessaire pour vous permettre de devenir la personne que vous deviez devenir et réaliser les choses que vous deviez réaliser.

Quelle que soit votre mission de vie, vos parents ont su vous apporter l’équilibre dont vous aviez besoin. Peut-être que votre mère vous a trop protégé alors que votre père vous donnait trop de liberté. Peut-être que vos parents étaient absents et que vous avez dû trouver des parents de substitution au travers d’autres personnes de votre famille ou de modèles virtuels.

Quoi qu’il en soit, il y a forcément eu un savant mélange de chaos et d’ordre dans votre vie qui a été apporté par la présence ou par l’absence de vos parents. Et c’est l’équilibre résultant de ce mélange qui vous a mis sur le bon chemin pour accomplir votre mission de vie.

Étape 6 : se satelliser pour aimer ses parents

Se satelliser, c’est prendre du recul sur la situation. C’est savoir prendre de la hauteur non seulement pour analyser la situation, mais aussi pour parvenir à ressentir de la gratitude. Quand on comprend pourquoi la vie nous a donné ces parents-là, on ressent généralement de la gratitude pour elle.

Souvent, lorsque l’on souffre d’un manque d’estime de soi, c’est que l’on n’estime pas ses parents ni ses racines. Pourtant, avec du recul on arrive à détecter les leçons que nous avons su tirer de chaque membre de notre famille.

Maintenant, il faut savoir qu’il est différent d’aimer ses parents et de pardonner à ses parents. En d’autres termes : aimer n’est pas pardonner. Aimer, c’est reconnaître les avantages et les inconvénients qu’il y a eu à avoir les parents que nous avons eus. Ainsi, dans les cas les plus extrêmes, nous sommes capables de passer de l’état de victime de ses parents à celui d’une personne libérée.

De plus, aimer ses parents ne signifie pas non plus qu’il faille le leur dire ou reprendre contact lorsque les liens ont été rompus. Cependant, on peut tout à fait écrire une lettre de gratitude qu’on leur transmet ou non, peu importe.

C’est très libérateur de le faire et si ce qu’on éprouve est de la colère, voire de la haine, il est tout aussi libérateur de l’écrire. De plus, cela soulage l’enfant intérieur qui sommeille en nous.

En bref

Le message qu’il est important de retenir est que les parents sont comme les fondations d’un édifice. Comment construire un bel immeuble ou un beau palais sans donner de la valeur à ses fondations ?

Pour parvenir à aimer ses parents, les 6 étapes sont :

  • remercier ses parents de nous avoir donné la vie, car sans eux nous ne serions tout simplement pas là ;
  • remercier ses parents pour ce qu’ils nous ont apporté, que ces choses aient été confortables ou inconfortables ;
  • lâcher le fantasme du parent parfait, car un parent est avant tout un être humain, avec ses forces et ses faiblesses ;
  • lister les forces développées, sans le soutien ou le challenge que nous ont prodigué nos parents, nous n’aurions pas développé toutes ces forces ;
  • comprendre la contribution de nos parents dans notre mission de vie et savoir que quoi qu’il ait pu se passer, nos parents nous ont apporté l’équilibre dont nous avions besoin ;
  • savoir se satelliser pour prendre de la hauteur et comprendre à quel point nos parents nous ont aidés à devenir la personne que nous sommes.

Peut-être avez-vous des enfants et avez-vous déjà réalisé toute la mécanique qui se répète lorsque l’on devient parents ? Sachez qu’aimer ses parents est important lorsque l’on devient nous-mêmes parents, car c’est ainsi que l’on va pouvoir faire tout notre possible pour élever nos propres enfants. N’oubliez jamais que vous devez être leader et charismatique.

Au delà, l’équipe de David Laroche vous invite à reconnaître les bienfaits de la gratitude. Nous la devons à nos parents et c’est pourquoi vous êtes invités à faire passer votre bien-être au niveau supérieur et créer une vie inspirante ! Accédez à la formation gratuite 4 jours pour découvrir les outils indispensables pour votre bien-être et votre vie. Cliquez ICI pour y accéder

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de
Share This