1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,70/5 sur 10 votes)

Loading...

Les secrets de la maîtrise – Quel type de leader êtes-vous ?

Dans cette vidéo, je voudrais qu’on parle des six secrets de la maîtrise, des six points communs que je retrouve dans toutes les personnes qui sont maîtres dans un domaine. Cela peut être dans un art martial, en développement personnel ou par rapport à leurs motivations. On va parler des six points communs que l’on retrouve chez toutes les personnes expertes dans leurs domaines.

Avant de vous donner ces six étapes, je voudrais que l’on discute un petit peu de trois types de personnes — trois typologies de personnes — qui sont en train d’évoluer.

En faisant une représentation sur un repère orthonormé, sur l’axe des abscisses, on va mettre le temps (T), tandis que sur l’axe des ordonnées, on va mettre les résultats (R).

On va avoir quatre types de personnes différentes.

La première catégorie regroupe l’ensemble des personnes qui ne savent pas vraiment ce qu’elles veulent, ne passent pas à l’action, ne font rien pour changer et qui ne se forment pas.

Je ne vais même pas les représenter sur le repère. Au fil du temps, ne sachant pas ce qu’elles veulent et ce qui est important pour elles, ne faisant rien pour changer, ne se formant pas pour apprendre les nouvelles techniques et les outils pour changer, ces personnes sont en décroissance.

Si vous sentez que vous êtes dans ce schéma-là, la bonne nouvelle, c’est qu’il est encore temps de décider de changer. Je sais très bien que si vous regardez cette vidéo, c’est que vous n’êtes pas dans ce schéma-là, ou en tout cas, il y a une grande partie de vous qui fait au moins partie des trois autres catégories.

La deuxième catégorie de personnes rassemble celles qui sont plutôt claires sur ce qu’elles veulent, mettent en place des actions, et ont vraiment envie d’avoir des résultats. Ce qui se passe, c’est que l’objectif étant stimulant, ces personnes commencent à mettre en place des actions. Alors là, tout se passe bien dans cette fameuse phase où tout est fluide, on a l’impression que tout marche et des résultats arrivent. C’est l’enthousiasme du début de projet.

On continue et on se trouve confronté à un obstacle. Cela peut être un obstacle, une difficulté ou un challenge dans votre vie, c’est quelque chose qui ralentit, peut-être quelque chose d’extérieur — comme la météo qui ne va pas, une livraison qui n’est pas faite, un retard de train, une séparation —. Bref, il y a un vrai obstacle qui vient intervenir dans la catégorie de vie ou dans une autre catégorie.

Ce qui va se passer, c’est que cet obstacle va dégoûter les violets. Au premier obstacle, ces personnes vont se dire qu’elles n’y arriveront pas. Au mieux, elles vont essayer une deuxième fois, vont faire face au même obstacle, et au bout de la troisième fois, elles vont répéter qu’elles ont tout essayé. Alors, elles vont abandonner et rejoindre la première catégorie.

La bonne nouvelle, c’est que si vous sentez que vous faites plutôt partie de la deuxième catégorie, c’est que vous avez déjà compris l’importance de savoir ce que vous voulez et d’agir.

Donc, aujourd’hui, vous avez l’opportunité de passer dans le stade de la troisième catégorie — le troisième profil. Je vais les représenter en vert.

Le troisième type de personne regroupe les personnes qui sont très claires sur ce qu’elles veulent. Elles sont vraiment focalisées sur ce qui est vraiment important pour elles. Elles mettent en place de bonnes actions, et en plus de cela, elles ont l’état d’esprit de la personne qui ne s’arrête pas au premier mur, et qui savent que cela fait partie du processus de la réussite et de l’apprentissage.

Ces personnes-là ont généralement la même croissance au début, voire légèrement moins parce qu’elles connaissent le jeu. Elles montent et là, il y a un obstacle ; sauf qu’elles n’ont pas envie d’arrêter. C’est ce qu’on appelle des « achievers » en anglais, ce sont des personnes qui sont décidées à avancer, des leaders. J’imagine que vous vous reconnaissez en cette catégorie.

Même face à un obstacle, elles vont continuer à se dépasser, à y croire et à agir parce qu’elles savent qu’elles veulent aller vers leur objectif — qu’on va appeler B —. Elles savent qu’elles veulent B et sont déterminées à l’avoir. Rien ne les arrêtera et elles vont y arriver.

Je vais vous dire que les verts vont y arriver. Seulement, face à l’obstacle, elles devront trouver une solution, c’est là qu’elles essayent plusieurs choses et elles passent un palier. Elles ont réussi à passer un premier palier, après cela elles continuent de progresser. Waouh ! Les verts dépassent les difficultés et les problèmes parce qu’elles ont tellement envie d’avoir B qu’elles vont y aller.

Elles savent que les problèmes font partie du jeu, puis elles vont faire un effet réflectif pour apprendre de leurs challenges et vont à nouveau continuer de croître. Savez-vous ce qui se passe ? Peu de temps après, il y a un nouveau challenge. Est-ce qu’elles arrêtent ? Non ! Elles n’arrêtent pas. Elles ont compris. Puis elles se démènent, elles essayent tout puis rien ne marche. Des fois, cela dure des mois, pour certains un an, avant de sortir de cette fameuse année — où l’on descend, on n’est pas dans les bonnes émotions —.

Bref, il y a un temps où vous ramez, c’est dur et douloureux, mais rien ne vous arrêtera. Vous êtes décidé à vous dépasser, à avancer et à avoir B, alors que se passe-t-il ? Vous dépassez la difficulté. C’est comme dans « Qui va gagner des millions ? », vous avez passé un plateau. Que se passe-t-il après ? Ces personnes apprennent et continuent d’avancer.

C’est pour cela que je vous dis que les verts vont y arriver. Elles ont compris les fondamentaux de la réussite. Elles ont l’objectif, savent qui elles sont, ont l’état d’esprit, mettent en place des actions, et sont persévérantes. Vous vous doutez bien que les verts vont y arriver, mais pour les traverser, ils ont vécu de la souffrance, de la douleur et de la remise en question. Ces choses-là ne les arrêteront pas, mais on sait que c’est extrêmement douloureux.

En soi, cela ne s’évite pas complètement. Tout le monde — tous les gens qui ont des résultats — passe par ces phases de challenges. Ce n’est pas pour rien que lorsqu’on interviewe toutes les personnes qui réussissent — vous savez que j’ai fait un nombre important, avec plus d’une centaine d’interviews de leaders Français et Américains, tous avec un parcours extraordinaire étant partis d’une vie ordinaire, pour quasiment 80 % des personnes que j’ai interviewées — qu’elles sont toutes passées par ce qu’on appelle des « struggles », c’est-à-dire des luttes et des difficultés qu’elles ont surmontées. Mais, je connais plusieurs personnes qui ont eu ces luttes et ces difficultés, et qui, pourtant, n’ont pas la vie extraordinaire. Donc, ce n’est pas un facteur clé unique — ce n’est pas LE facteur clé —. Les challenges à répétition sont des indicateurs du fait que la personne est décidée à y arriver même si elle traverse des challenges.

Dans votre vie, si vous êtes décidé à avoir B, ce qui est important pour vous, le couple, la relation avec vos enfants, le corps, l’entreprise que vous voulez, alors vous mettez en place des actions, vous êtes persévérant, vous avez l’état d’esprit, vous êtes enthousiaste. Vous êtes de nouveau confronté à un challenge.

Si vous avez des challenges différents cette année, cela veut dire que vous faites partie de cette catégorie-là. Parce que les deux disent qu’ils ont plusieurs challenges, mais c’est le même qui ne dépasse pas. On sait que l’on vient de dépasser un challenge quand on rentre dans cette phase de plateau, dans cette phase où on respire.

J’imagine que vous avez hâte de découvrir le quatrième groupe de personne. Ce quatrième groupe, je vais le mettre en noir, je l’appelle le « Maître ». Imaginez le maître chinois — ceinture noire, la corde noire en capoeira — des arts martiaux. Ce maître-là est passé par ce processus-là.

Vous savez ce qui fait la différence entre le maître et la personne qui vient juste de décider de s’initier au sport — souvent on les voit des clubs de sport — , ils sont décidés à avancer. Néanmoins, ils n’ont pas des résultats extraordinaires pour l’instant. Ils vont y arriver, mais bien longtemps après.

Pour le maître, au début, il a vécu la même chose — les challenges —. En fait le maître a son propre maître — quelqu’un qui, pour l’instant, est au niveau supérieur. Tous les maîtres ont un maître.

Si, par exemple, on demandait à Einstein : « Cela fait quoi d’être la personne la plus intelligente de la planète ? » et il répondrait : « Demandez à Nicolas Tesla ».

Peu importe de savoir qui est le plus intelligent, ce qui est intéressant dans cette histoire, c’était que Einstein s’inspirait d’une autre personne, au moins par rapport à une science donnée. Toutes les personnes qui ont des résultats fulgurants sont des personnes qui ont une source d’inspiration, un entraîneur et un maître.

Prenez tous les sports, tous les sportifs qui ont une croissance fulgurante ne sont pas seuls. Ils sont surentraînés et surentourés. Deux personnes qui ont des résultats extraordinaires dans leurs vies, des entraîneurs qui savent aider ces personnes-là. Le maître, au lieu de passer autant de temps à souffrir, il sollicite quelqu’un qui a déjà atteint B. Alors il atteint son palier.

Plus que cela. Vu qu’il a un maître, il ne reste pas aussi longtemps dans le palier — en prenant son souffle — parce que le maître est également là pour lui poser des questions et le pousser. C’est comme l’entraîneur dans la salle de sport, le coach qui vous pousse.

C’est un peu pareil dans mon rôle de coach, je pousse les personnes à se dépasser, à aller chercher les deux millimètres qui font la différence.

La personne qui est maître — qui fait partie de la quatrième catégorie et qui a elle-même un maître — commence à croître au plus vite. Ce qui est intéressant, c’est que cela devient exponentiel. Elle s’attire d’autres challenges. Elle a plus de challenges que les autres parce que sa croissance est plus rapide, mais des plus petits parce qu’elle les dépasse plus rapidement. Ils ne sont pas plus petits en soi parce que les challenges sont de plus en plus complexes au fur et à mesure que la personne avance ; mais ils sont plus petits grâce aux capacités que la personne a pour gérer la difficulté.

Si on prenait par exemple Obama. A-t-il des challenges dans sa vie ? Est-ce qu’il a des difficultés dans sa vie ? C’est une certitude.  

Les difficultés que peut avoir un président ou un grand patron, ce sont les difficultés qui, pour la plupart d’entre nous — moi y compris —, sont ingérables pour l’instant. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas, cela veut juste dire que pour l’instant, on ne peut pas parce qu’on n’a pas traversé les challenges qu’eux ont dépassés.

Donc, je ne dis pas que le challenge d’un maître est petit, mais ils ont dépassé cela rapidement. Ceux qui dépassent cela ont in mini-plateau, ils n’y croient plus et puis y croient. Ils ont plein de petits challenges qui les aident à apprendre. Je sais que vous aussi, ce sont vos difficultés qui vous ont aidé à progresser plus vite. Ce sont vos difficultés qui ont fait que vous avez une croissance qui est plus rapide parce qu’on apprend beaucoup plus vite suite à un échec ou une difficulté.

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts. Vous connaissez cette fameuse phrase.

Regardez votre vie, regardez votre passé. S’il vous a rendu fort aujourd’hui, c’est grâce à vos souffrances et vos difficultés. Donc, plus vous allez dépasser des difficultés et des challenges, plus vous allez progresser vite. Vous pouvez faire la méthode numéro trois vous-même. Vous allez y arriver avec le degré de souffrance que cela représente.

Imaginez apprendre à conduire tout seul, apprendre un instrument tout seul. Pour tous ceux qui le font, c’est possible. Mais combien de temps cela prend-il ? C’est pareil pour apprendre à dessiner, faire du ski, du surf, de l’équitation. Cela va toujours plus vite quand on sollicite quelqu’un d’autre. Ceux qui sont des maîtres ou des futurs maîtres le savent.

Et qu’est-ce qui se passe ? Un nouveau palier. Vous remarquerez que la croissance est de plus en plus rapide, non seulement plus de challenges, mais aussi plus de croissances et d’apprentissages.

Savez-vous ce qui est génial pour le maître ? C’est que généralement, il obtient C. Il obtient plus que ce qu’il a imaginé. Pourquoi ? Parce que sur le chemin, il est devenu une autre personne. Ce n’est plus la même personne, il est devenu un maître. Et quand on devient un maître, on a un niveau de pensée et de réflexion qui n’est plus le même que quand on était un apprenti/l’élève. On n’a plus la même imagination, ni les mêmes idées, ni les mêmes stratégies.

Du coup, qu’est-ce qui se passe ? On obtient plus parce qu’arrivé à C, on était incapable de l’imaginer quand on était à A.

Les rêves, les objectifs et les idées que j’ai aujourd’hui qui font que mon entreprise, en période de crise, est en pleine croissance, c’est parce que j’ai des idées que je ne pouvais pas avoir au début. Mais si j’ai les idées que j’ai aujourd’hui, c’est parce que :

– J’avais un objectif très précis, même s’il a changé depuis, qui était B ;

– Je mettais en place les actions ;

– J’avais mon état d’esprit qui était extrêmement clair ;

– J’étais persévérant ;

– J’apprenais de tous mes échecs et difficultés ;

– Je suis allé me former auprès des personnes qui étaient capables de m’aider à développer cette confiance en soi, ma capacité à être focalisé, à gérer mon énergie, à être vraiment stratégique, à créer et à développer une entreprise.

J’ai fait autant d’interviews pour me connecter auprès des maîtres. Et les gens me demandent : « Comment cela se fait David qu’à 24 ans, alors que tu parles de quelqu’un d’extrêmement timide et mal dans ta peau… »

J’avais une maladie psychosomatique tous les mois, toute l’année, et j’étais frustré. Je pourrais vous montrer mon carnet de santé. C’est une histoire. Mon carnet de santé contient des maladies qui arrivent tous les mois. Les gens se moquaient de moi parce que mes premiers petits pas ici, c’était de lever la main une fois en cours.

J’ai su passer par toutes les phases. J’étais d’abord un 1 qui descendait, et j’étais frustré. Si c’est votre cas, combien de temps voulez-vous attendre à descendre avant de décider de changer ?

Moi, j’ai décidé de changer parce que ma mère m’a fait le cadeau de me dire : « David, si ta vie ne te convient pas, tu la changes. Mais arrête de te plaindre. » Et j’ai détesté ma mère. Donc je sais que si vous me détestez dans cette vidéo, c’est complètement OK pour moi. Je ne suis pas ici pour être aimé, mais peut-être pour mettre ce déclic pour vous dire : « Vous êtes incroyables. Je crois en vous. Vous avez un potentiel qui est extraordinaire. Je sais que vous sentez qu’au fond de vous, il y a du potentiel. » Peu importe que vous soyez un, deux, trois ou quatre, vous sentez qu’il y a du potentiel en vous, et des fois où vous sentez que vous n’avez pas les résultats en cohérence avec tout ce potentiel, vous avez envie de libérer cela.

Ensuite, je suis passé à deux. J’ai commencé à me motiver parce que je venais de commencer à comprendre l’importance des objectifs. Au premier obstacle, j’ai commencé à démotiver, j’ai abandonné, et je suis descendu.

J’ai fait plusieurs fois du deux, à continuer de descendre. Et en fait, en faisant cela, je devenais un trois, avec une certitude absolue.

Les gens qui m’ont connu il y a trois ou quatre ans savent que j’étais un trois. Il n’y avait rien qui pouvait m’empêcher de persévérer, mais cela mettait longtemps, parce qu’entre 18 et 20 ans, cela mettait longtemps. Pourquoi ? Parce que j’avais mon ego qui m’empêchait d’apprendre, de me poser des questions à mon grand-père, à mes parents, d’aller me faire du coaching.

Je voulais coacher des gens sans accepter de me faire coacher moi-même. Je voulais faire des formations sans accepter de faire des formations.

J’ai commencé à vraiment m’offrir ce cadeau de me faire accompagner individuellement et de suivre des formations. À 20 ans, j’en étais déjà à 5000 euros de formation que j’avais dépensé. Je ne dis pas que c’est ce qu’il faut faire, mais je me suis fait le cadeau d’être en contact de maîtres au travers de coachings, de formations, d’interviews, et pour la plupart aujourd’hui, ils sont devenus des amis.

Je suis entouré de gens qui ont des maîtrises que je n’ai pas, parce qu’on n’est pas maître de la vie, on est maître d’une catégorie, et ensuite, on devient maître de sa propre vie. Comprenez bien cela.

Voici les quatre profils. J’imagine que vous avez envie maintenant de découvrir les six secrets, les six points communs des personnes qui sont les noires, qui ont la ceinture noire par rapport à leurs objectifs.

À tout de suite pour découvrir les six secrets de la maîtrise.

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This