1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,20/5 sur 340 votes)

Loading...

L’histoire de Batman – Comment transformer vos difficultés en opportunités

J’espère que vous allez bien et que vous êtes en pleine forme. Aujourd’hui, je suis dans une salle de sports à Paris avec une bonne énergie et j’ai envie de vous parler de vous, surtout de vous raconter une histoire, celle de Batman, ainsi qu’en quoi cette histoire de Batman peut transformer votre vie.

Le but de cette histoire et l’objectif à la raconter est de découvrir à quel point les événements de notre vie, qu’elle soit agréable ou désagréable, parfois ont le pouvoir de façonner qui on va devenir et notre destinée.

C’est une histoire que j’ai racontée hier, dans un coaching individuel, pour aider une personne justement qui avait du mal avec certains événements de sa vie passés. À voir en quoi ce qui s’est passé dans sa vie pouvait être une ressource.   

J’aime beaucoup Batman. D’ailleurs, quand j’étais au lycée, je citais des citations du film Batman en remplaçant le nom, parce que je me suis dit que si je disais que c’était Batman, cela n’allait pas trop le faire. Mais j’étais beaucoup inspiré par son histoire. Et je voulais vous raconter une métaphore autour de cette histoire qui peut transformer votre vie.

Si vous avez certains événements de votre vie que vous trouvez douloureux ou que vous avez du mal à accepter, si vous avez du mal à trouver le sens de votre vie ou votre mission de vie ou votre projet ou ce que vous avez à faire dans cette vie, alors cette vidéo est vraiment faite pour vous.   

Ce qui est intéressant dans l’histoire, quand on regarde quand même le « Batman begins », celle qui raconte le début de Batman c’est qu’étant enfant, Batman, alors qu’il se balade dans sa propriété, il va tomber imprudemment sur un trou vers sol, et en se penchant pour regarder ce qu’il y a dans l’obscurité, ce qu’il y a dans l’ombre, il va tomber et va se retrouver dans cette grotte. Dans cette grotte, il va voir toutes les chauves-souris qui vont commencer à lui tourner autour et l’attaquer. De ce jour-là, il va vivre un événement qui est traumatique pour lui et qui va faire qu’il va grandir avec une phobie, avec une peur du noir, du sombre et des chauves-souris. Pendant toute sa vie, au début, il grandit adolescent avec cette croyance que finalement, cet événement dans sa vie a été juste traumatisant et qu’il n’aurait pas dû avoir lieu. Donc, Bruce Wayne n’est pas en train de se dire qu’il a eu de la chance de tomber dans ce trou, mais simplement en train de se dire qu’il n’a pas eu de chance et qu’il a eu une enfance plutôt difficile.

Parfois, dans notre vie, on vit des événements qu’on ne comprend pas, qui nous dépassent, qui sont plus ou moins douloureux et on a l’impression que ces événements-là n’auraient pas dû avoir lieu. Peut-être que vous avez eu une maladie adolescent ou enfant, que vous avez eu des difficultés avec vos parents, que vous avez subi de l’agressivité, du rejet, de l’absence ou des attaques de vos parents ou d’autres personnes comme des amis à l’école, des professeurs, des entraîneurs, des inconnus… Peut-être que vous avez connu des événements comme cela, qui ont été difficiles.

Pour ma part, moi dans mon enfance, j’ai eu beaucoup du mal à m’exprimer, à communiquer, à arriver à m’aimer au-delà de ce que les autres ont pensé de moi, à arriver être moi-même, pleinement moi-même, et j’étais effrayé à l’idée de m’exprimer ou de communiquer. Et donc, c’est la raison pour laquelle, enfant et adolescent, je préférais le choix de ne pas communiquer pour ne pas prendre le risque de ne pas être aimé ainsi que d’être critiqué. Et c’est ce qui faisait que j’ai grandi avec cette timidité. J’ai grandi adolescent avec la croyance qu’à cause de mes parents, de ma vie, de certaines difficultés que j’ai eus dans mon enfance, que c’était la raison pour laquelle je souffrais et que finalement, mon passé aurait dû être autrement, que je serais plus heureux si j’avais eu une autre enfance, d’autres parents et si je ne n’avais pas eu cette timidité ou cette difficulté à communiquer.

En fait, ce qui va se passer est que Batman, Bruce Wayne, en grandissant va être confronté à revivre ce qui le traumatisait dans son enfance. C’est-à-dire qu’il a deux choix, soit il essaye de passer sa vie à essayer d’oublier le fait qu’il est tombé dans ce trou et qu’il a été face à ses peurs, à cette ombre et à des chauves-souris, soit il fait face à ses peurs et les regarder en face. Ce qui est aussi intéressant dans le film est qu’il a des cauchemars, il repense souvent à ce moment où il est effrayé par les chauves-souris et c’est quelque chose qui le traumatise des années plus tard. Il a beau essayer d’oublier, mais cela revient dans ses cauchemars ou parfois quand il ferme les yeux.

Parfois, des souvenirs de notre passé reviennent quand on ferme les yeux. On a beau les oublier, mais on n’arrive jamais à oublier les événements traumatiques de notre vie.

Puis, dans le film, parce qu’il est entraîné, poussé à retourner dans cette grotte, à se redresser, à regarder sa peur en face, à respirer jusqu’à ce qu’il puisse voir que face à sa peur, il est la seule personne qui maîtrise sa vie. Et au moment où il est capable de regarder droit dans les yeux sa peur, peu importe les chauves-souris qui sont autour de lui, l’obscurité, à quel point c’est sombre autour de lui, à quel point ce fut traumatique dans le passé, à ce moment-là, il découvre son projet, sa mission de vie et il devient Batman. Il passe de Bruce Wayne à Batman, au moment où il est capable de retourner dans cette grotte, de regarder sa peur en face, de réaliser que cette histoire est finie. Il n’a plus besoin d’avoir peur de ce qui s’est passé à cette époque-là. Il est devenu une nouvelle personne, et ce qui a été pendant un temps, n’est plus aujourd’hui. Et que finalement, l’événement qui a été traumatique à l’époque, l’événement qui a été douloureux, puisqu’il ne nie pas que c’était douloureux, fait de lui l’homme qu’il est en train de devenir, Batman, et qui va pouvoir utiliser sa métaphore de la chauve-souris, cette compréhension de l’obscurité, du noir pour se mettre au service des autres.

Ce qui est intéressant, c’est qu’on a toutes les capacités à devenir, nous aussi, Batman. On a tous vécu des événements qui ont été difficiles durant notre enfance, qui ont été plus durs, qu’on a du mal à accepter et les moments où on ose voir en face ce qui nous font peur, on découvre que ce qui est derrière, ce qui était peut-être les événements les plus durs de notre vie, il y a souvent, le projet de notre vie.

Le moment où j’ai commencé à regarder en face, mon enfance, mon adolescence, mes peurs de communiquer, j’ai réalisé qu’au final, aujourd’hui, je voue ma vie, le reste de ma vie à maîtriser, à masteriser l’art de la communication et l’art d’aider les gens à traverser leur peur, à prendre leur confiance dans leur vie et à réaliser leur projet. 7 h 39  

Et j’ai découvert au final que ce que j’ai rejeté pendant des années dans ma vie, le fait d’être timide, d’être mal dans ma peau est peut-être le plus beau cadeau que la vie m’a fait. Ce qui est incroyable, c’est que j’ai réalisé et découvert le projet de ma vie au moment où j’ai été capable d’aller voir en face mon enfance ainsi de me rendre compte que même si c’était difficile, douloureux ou inconfortable, au final, aujourd’hui, j’ai une énergie plus développée que d’autres personnes dans ce domaine-là. Parce qu’il n’y a pas une blessure dans ton enfance sans qu’il y ait de l’énergie qui est associée. Et vu que j’ai eu la blessure d’avoir du mal à communiquer, cela a fait aujourd’hui, ma passion et mon engagement à maîtriser de plus en plus la communication, à devenir un meilleur communicant, à exprimer mieux mes idées. Aujourd’hui, sans me rendre compte et inconsciemment, j’ai choisi le métier de conférencier, de coach, de réalisateur de vidéo me permettant de m’exprimer de plus en plus.

Donc, ce qui aujourd’hui fait la richesse de ma vie est finalement lié aux événements difficiles de ma vie. Je n’aurais pas pu découvrir à quel point j’avais des choses à créer pour les autres dans cette vie si je n’avais pas été capable de regarder en face les peurs que j’avais.

Ce qui est drôle, c’est qu’aujourd’hui, en ayant le projet d’aller aux États-Unis, c’est comme si inconsciemment, je me reconfronte à nouveau à la peur de mon enfance. Une de mes peurs de mon enfance était d’être perçu comme bête ou inintéressant parce que je n’arrivais pas exprimer mes idées aussi bien que je les ai à l’intérieur de moi.

En ayant le défi de recommencer tout à zéro en anglais, je me remets dans des situations, et je le vois bien, où j’ai la frustration d’être perçu comme inintéressant ou pas intelligent parce que je n’ai pas encore les vocabulaires, les mots et les anses en anglais pour exprimer mes idées comme j’aimerai les exprimer.

Ce qui est intéressant et ce qui me donne de la forcer de traverser à nouveau ce challenge de ne pas être compris, d’être perçu comme inintéressant et d’être bête, c’est cette blessure de mon enfance qui me donne l’énergie aujourd’hui et de me dire que j’ai la capacité à apprendre à communiquer, à exprimer au mieux mes idées et à m’entraîner. En plus, cela me force et m’oblige, ce qui est en train de se jouer dans le développement des États-Unis en anglais, à casser la croyance que c’est en communiquant mieux que je vais être plus aimé, parce qu’en communiquant mieux j’apprends juste à être intéressant, alors que si vraiment j’ai envie de m’aimer et bien je m’aime, peu importe que la personne me trouve intéressante ou non, intelligente ou non.

En osant regarder les peurs de mon enfance, en faisant comme Batman, Bruce Wayne, qui va dans sa grotte, regarde ses peurs et voit que tout ce qui s’est passé dans sa vie l’aide à devenir qui il est devenu. En faisant la même chose, j’ai découvert combien tout ce qui se joue dans ma vie est aussi grâce à ce qui s’est joué dans mon enfance. Mais je n’aurais pas aujourd’hui ce désir d’accomplir et d’apporter aux autres, dans cette forme-là, parce qu’il y a pleine manière d’apporter aux autres, par exemple, tu peux être un super boulanger, avocat, juriste, architecte, technicien, ouvrier, ingénieur, etc. Moi j’ai envie, depuis des années, d’être un super-communicant, pédagogue, enseignant sur l’être humain, coach, réalisateur de vidéo sur le domaine du bien-être et de la performance humaine.

Donc, je n’aurais pas eu cette passion, ce projet et ce désir autant d’accomplissement là-dedans si je n’avais pas regardé à quel point, dès mon enfance, la vie m’a fait vivre cet événement pour me préparer à être qui je suis aujourd’hui.

C’est incroyable, parce que cela me donne de l’énergie d’apprendre une nouvelle langue, pour arriver à étendre mon message à une plus grande échelle, mais cela me force aussi à arriver à m’aimer moi-même, peu importe que l’autre ou la personne me trouve intéressante ou intelligente.

Plus dans votre vie, vous allez être capable d’aller voir et vraiment aller regarder tout ce qui s’est passé dans votre vie, agréable et désagréable, vous allez voir qu’au final, cela vous dépasse. Quand Bruce Wayne tombe dans la grotte, il a l’impression que c’est la poisse. Deux ans plus tard, il a toujours eu l’impression que cela n’aurait jamais dû avoir lieu. C’est qu’une fois qu’il devient Batman qu’il se rend compte que finalement, il n’aurait pas pu devenir Batman sans cet événement-là.

Il existe deux types de personnes, ceux qui deviennent des Batman et ceux qui auraient pu en devenir. Il y a ceux qui vont passer leur vie à se répéter que l’événement de leur passé, aussi douloureux qu’ils soient n’aurait jamais dû avoir lieu et que parce qu’il n’aurait jamais dû avoir lieu, cela explique pourquoi ils sont frustrés dans leur vie, la destination de vie qu’ils sont en train de prendre n’est pas celle qu’ils auraient aimé avoir et qu’ils n’aiment pas leur vie. Cela parce qu’ils n’osent jamais regarder et après il y a un cercle vicieux qui s’installe. Le fait qu’ils n’osent jamais regarder ne leur permettent jamais de découvrir leur projet de vie, leur mission de vie. Du coup, ils n’arrivent jamais au stade où ils peuvent se dire : « Maintenant, je comprends ! »

Alors que la personne qui est en phase de devenir Batman, elle a une autre stratégie. Elle est capable de regarder son enfance, de dire : « Oui, c’était douloureux, oui c’était parfois agréable, il y a eu les deux, il y a eu soutien et challenge, souffrance et plaisir ». Ce sont des expériences et dans toutes ces expériences-là, il y a eu des apprentissages, des forces qui se sont développées, des capacités que la vie m’a poussé à développer en moi et donc je suis devenu une nouvelle personne. En apprenant à utiliser cette énergie-là, même parfois, il y a l’énergie de colère, de frustration pour aller créer ce que j’ai envie de créer pour moi et pour les autres, sans m’en rendre compte, je suis en train de devenir Batman et c’est a posteriori que je me regarde, que je regarde le passé et que je me dis : « waouh ! je ne serais jamais devenu Batman si je n’ai pas eu cet événement-là ou ces événements-là dans ma vie ».

La question pour vous est : « qu’est-ce que vous avez vécu dans votre vie, dans votre enfance qui a été difficile, que parfois vous avez tendance à rejeter, à avoir du mal à accepter et qui peut-être si vous apprenez à maîtriser ce qui se joue, vous allez être en capacité d’inspirer et de rendre service à d’autres personnes ?

Par exemple, j’ai eu en coaching, hier, une personne qui dans son enfance a été battue, puis a eu des maris qui l’ont battu et elle a souffert de tout cela. En fait, depuis son enfance, la difficulté qu’elle rencontre et qui est évidente, c’est avoir du mal, parce que petite elle n’avait pas forcément la compréhension qu’elle a aujourd’hui, à trouver le curseur entre quand est-ce que ce qui se passe est normale, d’être battu, ou quand est-ce que ce n’est pas normal, et je dois dire non. C’est ce qui fait qu’elle s’est attiré des couples, des maris agressifs et violents, parce que c’est pareil.

Ne sachant pas ce qui était normal ou pas, lié à son enfance, elle a accepté des situations qui ne la respectaient pas, ne sachant pas quand dire non et comment dire non. Et de relation en relation douloureuse, elle a de plus en plus appris à trouver le curseur de : à quoi je dis oui, à quoi je dis non, quand est-ce que j’accepte, quand est-ce que j’essaie, quand est-ce que j’arrête, quand est-ce que je démarre même pas. C’est ce qui fait qu’après, elle s’est attiré des relations professionnelles compliquées ou pareilles il y avait ce jeu de pouvoir entre je suis victime où je prends le lit parce que j’ai peur et comment je trouve le curseur entre dire oui ou dire non, me respecter, respecter l’autre et c’est une danse qui est à chercher toute notre vie.

Et je lui disais, je lui expliquais et je l’aidais à réaliser qu’au final, toute sa vie, se joue sur ce truc-là, quand dire non, quand me respecter, quand on fait les choses, et trouver cette danse-là. Je lui disais, si tu apprends à maîtriser cela, à regarder à quel point depuis ton enfance, la vie t’entraine à devenir cette superwoman. Si tu arrives à voir que la vie t’aide, depuis le début, à devenir une maîtresse, un maître. En masterisant cela, comme le sens d’un maître, tu vas pouvoir servir beaucoup de personnes.

Au final, depuis son enfance, la vie lui confronte à la même difficulté et elle a la capacité, depuis des années, d’en faire de plus en plus une force, une ressource et une capacité. Et j’ai la certitude qu’en apprenant à regarder en face ses peurs et grandir de cela, elle va pouvoir servir de plus en plus de personnes.

On a tous cette capacité-là. La capacité à découvrir notre projet de vie, de lui donner un sens, de trouver notre mission de vie en allant voir en quoi les événements de notre vie, aussi sombre ou aussi lumineuse qu’ils soient, contribuent à nous aider à devenir qui on est. Si on n’avait eu que des événements faciles dans notre vie, on serait faible comme un enfant que tu fais grandir dans une pièce aseptisée, il n’aurait pas la capacité à développer les défenses immunitaires pour devenir quelqu’un qui va être en capacité de vivre dans un environnement où il y a du challenge.

Par amour pour nous, on pourrait imaginer, dire que la vie nous fait vivre des événements agréables, désagréables, difficiles et plaisants dans l’objectif qu’on devient qui on a besoin de devenir pour réaliser notre projet ainsi de devenir un Batman. Devenir quelqu’un qui est grand grâce à son passé et qui rend service aux autres et à lui-même, grâce à son passé.

Je vous pose la question : c’est quoi pour vous les forces que la vie vous pousse à développer et que vous avez déjà commencé à développer grâce aux événements difficiles de votre vie et aussi peut-être grâce aux événements agréables ?

Du coup, qui vous seriez capable de devenir si tous les événements de votre vie passée étaient une ressource pour ce que vous avez à faire dans votre vie ?

Qui vous deviendrez si dans dix ans, vous êtes capables de dire, je suis devenu cette personne parce que chacun des éléments de ma vie, et pas qu’un peu, de mon enfance jusqu’à maintenant, tous, agréables et désagréables, m’ont poussé à devenir la personne que j’ai envie de devenir ?

Même si des fois, j’ai détesté cela, même si des fois, comme dit Steeve Jobs, c’était un médicament douloureux, mais par contre le patient en avait besoin, qui vous avez envie de devenir et qu’est-ce que la vie est en train de vous murmurer ? (Il y a des gens qui disent que l’intuition est un murmure).

La vie vous murmure quelque chose via ces événements-là, qu’est-ce que la vie vous essaie de murmurer de qui vous avez à devenir, pour devenir, vous aussi, un héros ?   

Un héros n’est pas quelqu’un de parfait. Batman a peur, a des fragilités, a du mal à faire les choses, mais ce qui le rend héroïque et c’est ce qui rend tous les héros des héros, c’est à quel point il transforme leur difficulté en opportunité pour eux, pour les autres. Superman le fait, chacun des héros le fait. Tous les héros ont une fragilité, mais ils utilisent cette fragilité au service des autres et à celles de leur vie. Ils sont autant égoïstes parce qu’ils pensent à eux et altruistes parce qu’ils pensent aux autres. Ils sont les deux, et c’est ce qui les rend héros, héroïque.

On est tous en capacité de devenir des héros en apprenant à transformer les événements difficiles de notre vie. Et cela n’existe pas quelqu’un qui vous inspire qui n’a pas eu un événement challenge dans sa vie et qu’il a transformé.  

Donc, si vous avez des événements difficiles dans votre vie et que vous dites que vous n’avez pas de chance, eh bien, c’est une histoire pourrie que vous racontez. Parce qu’avoir des événements difficiles dans votre vie, c’est en réalité la graine qui fait de vous, plus tard, peut-être, un héros, un Batman.

Encore une fois, il n’y a pas besoin de vivre des événements traumatiques, si c’est le cas, ce serait une ressource, si ce n’est pas le cas, il y a d’autres événements cumulés qui seront des ressources. Je ne dis pas qu’il faut souffrir pour être heureux. Je dis juste que vous avec vécu plaisir et souffrance depuis votre enfance, il y a juste à utiliser la vie, le corps, les parents qu’on vous a donnés, même si parfois entendre une phrase inconfortable et peut-être que vous avez envie de dire : « David, tu ne sais pas ce que moi j’ai vécu ». C’est clair, je ne sais pas ce que tu as vécu, ce que je sais en revanche, c’est que je ne connais aucune personne qui m’inspire et qui inspire les autres sans avoir transformé la vie qu’il a eue.

Ce que je sais, c’est qu’il existe des héros de notre vie, des vrais héros, pas Batman, des femmes, des hommes qui nous inspirent, qui ont vécu tout ce qui est inimaginable. Cela va de petites aux grandes difficultés, la perte d’un enfant, une maladie, un viol, un licenciement, une tromperie. Et les vrais héros sont les gens qui transforment ce que la vie leur a donné. Ce ne sont pas des gens qui disent que c’était facile, ce sont des gens qui transforment, qui deviennent des héros.

Vous pourrez aussi devenir un héros. La dernière chose que je vais vous dire est que si vous étiez inspiré par des héros, virtuels, comme Batman ou réel comme vos parents, oncle, tante ou des gens qui font des vidéos, qui écrivent des livres, des scénaristes, des danseurs, des compositeurs peu importe, qui vous ont montré que c’était possible, le meilleur moyen de les honorer et de les remercier, parce qu’ils vous ont inspiré et parce qu’eux, s’ils vous inspirent c’est parce qu’ils se sont donné l’autorisation de transformer leur vie et de vous inspirer, est de devenir, vous aussi, un héros. Et peut-être un jour de pouvoir leur dire : « Merci, grâce à toi, je suis moi-même devenu, une source d’inspiration pour d’autres personnes et ma façon de t’honorer est de me construire une vie extraordinaire, de me promettre de me créer une vie extraordinaire, d’aller vivre la vie que je mérite, d’aller inspirer les gens autour de moi, d’aller faire le maximum pour aimer ma vie, mon corps, mes parents. Même si aimer les parents ne veut pas dire les pardonner ou être en lien, je vais réaliser la chance de vivre ma vie et de réaliser que mes parents m’ont aidé à devenir qui je suis. Je vais réaliser une vie extraordinaire, pas selon ce que pensent les autres, mais ce qui est important pour moi ».

Donc, je vous encourage à aller vous créer une vie extraordinaire. Et encore une fois, si je fais cette vidéo, si je prends du temps dans la salle de sports, c’est parce que ces histoires transforment ma vie et j’ai envie de vous partager ce qui me transforme et ce qui aide les gens que j’accompagne en coaching individuel à transformer leur vie. j’ai envie d’avancer avec vous, qu’on réalise des choses de dingues ensemble, qu’on s’autorise à créer une vie extraordinaire. Et que dans 40 ans, j’aurais 68 ans, j’ai encore envie d’être en train de faire des vidéos avec vous et qu’on puisse se rappeler de tous les chemins qu’on a parcourus en 40 ans et de dire : « waouh ! c’est dingue ! ». j’ai envie qu’on soit fier de ce que l’on est devenu, qu’on inspire des millions et des milliards de personnes à vivre une vie extraordinaire. Chacun a notre niveau, chacun a notre façon.

Voilà ce qui m’inspire, voilà pourquoi je fais des vidéos et je vous remercie tellement. On reçoit tous les jours des messages des gens qui participent aux séminaires, aux conférences, aux coaching et qui transforment leur vie. Cela transforme la mienne quand vous transformiez votre vie. Donc, j’ai de la chance, profondément de la chance de vous avoir. On avance ensemble, dépassez-vous, écrivez-nous vos victoires et à quel point vous transformez votre vie. j’ai envie de faire d’une norme le dépassement de soi, de profiter de sa vie, d’apprendre à s’aimer, d’avoir un impact dans le monde, de créer une vie extraordinaire, de créer une vie sur mesure.

Donc, voilà ! On avance ensemble et je vous aime. Gros bisous à vous.

 

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This