1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3,00/5 sur 335 votes)

Loading...

Manque de MOTIVATION ? Devine pourquoi ?

Aujourd’hui, on est dans une société où on voit plein de formes de réussite : une réussite sociale dans les réseaux sociaux, une réussite financière dans les médias ou pareil dans les réseaux sociaux ou sous plein de formes. Je vais avoir un manque de motivation, je vais procrastiner, je vais me comparer à cette personne en me disant qu’elle a quelque chose de spécial que je n’ai pas. Je vais commencer à chercher des solutions de motivation alors qu’en fait, le vrai problème que j’ai, ce n’est peut-être pas de manquer de motivation.

On a tendance, voilà, à croire que la procrastination c’est un problème qu’il faut éradiquer, il y a plein de vidéos là-dessus, dont les miennes. Donc il faut arrêter de procrastiner. Pour ceux qui ne connaîtraient peut-être pas le terme, le fait de reporter au lendemain ses projets et comme quoi, c’est le syndrome de notre vie, parce qu’on rêve d’écrire un livre, on n’écrit pas, on rêve de voyager, on ne le fait pas. Donc tu as un peu ce truc que « Je dois trouver le moyen de supprimer la procrastination. » La procrastination, ça peut être une bénédiction, parce que si tu procrastines, ça te dit quelque chose. Et que quand tu es profondément inspiré, profondément de l’intérieur par quelque chose, naturellement tu vas beaucoup moins procrastiner.

Tu prends n’importe quel être humain. Tu prends même un être humain qu’on va considérer comme étant quelqu’un de motivé et à un autre comme n’étant pas motivé. Tu lui fais faire quelque chose qu’il n’aime pas et qui n’a pas de sens pour lui. Sa motivation va baisser, sa procrastination va monter, son auto-sabotage va monter. La croyance profonde, spirituelle, c’est que les choses que notre corps fait et ce qui existe dans la vie, ce n’est pas parce que je ne les comprends pas, ce n’est pas parce qu’elles sont désagréables qu’elles sont un problème. Et donc, du coup, plein de fois en coaching, quand la personne me dit : « Ah ! Je ne sais pas. J’aimerais lancer ma chaîne YouTube. J’aimerais faire Instagram, etc. » Et je dis : « Mais en fait, si tu ne l’as pas fait, c’est peut-être que tu n’as pas envie, en fait. » Est-ce que tu as déjà pris le temps d’avoir cette conversation avec toi-même de « Est-ce que tu en a réellement envie ? » Parce que pour rencontrer un des champions olympiques, des sportifs de haut niveau, tu regardes que très souvent ces gens- là, la question ne s’est même pas posée. Ils ne se sont pas posés la question de : Est-ce que je voulais être sportif ou est-ce que j’avais envie d’être connu ? Non, en fait, c’était évident, ils ne se voyaient pas faire autre chose. Ce qui m’importe, c’est que les gens vivent la vie qui les inspire. Et aujourd’hui, on est dans une société où on voit plein de formes de réussite qui ne sont pas forcément la nôtre : une réussite sociale dans les réseaux sociaux, une réussite financière dans les médias ou pareil dans les réseaux sociaux ou sous plein de formes. Et donc, du coup, je vais courir, réaliser un rêve qui n’est pas le mien. Je vais avoir un manque de motivation, je vais procrastiner, je vais me comparer à cette personne en me disant qu’elle a quelque chose de spécial que je n’ai pas. Je vais commencer à me fouetter en me disant que j’ai un problème, mon estime de moi a baissé. Et je vais commencer à chercher des solutions de motivation alors qu’en fait, le vrai problème que j’ai, ce n’est peut-être pas de manquer de motivation. C’est que je cours vers le rêve qui n’est pas celui que je veux.

Ce n’est pas binaire, c’est-à-dire que peut être que la personne procrastine, non pas que ce n’est pas le bon métier, absolument, mais il y a mille manières de vivre le même métier. Et si ça se trouve, il y a un détail qui manque dans ce métier. Peut-être qu’au fond de toi, tu es en train de t’associer avec quelqu’un ; au fond de toi, tu sais que ce n’est pas la bonne personne. Donc c’est peut-être le bon projet, mais tu te dis : « Je ne sais pas, je n’arrive pas à m’y mettre. » Mais si ça se trouve une partie de toi qui, parce que tu ne le sens pas et c’est un peu comme les tests de kinésio, quand on perd de la certitude mentale, notre corps perd de la rigidité. C’est la même chose, je vais perdre de la motricité quand au fond de moi, il y a quelque chose qui sonne un peu faux quelque part. Donc, ça ne veut pas dire que c’est tout faux, mais ça se trouve, ce n’est pas la bonne personne. Peut-être que je me mets la pression à devoir absolument faire mon voyage, mon tour du monde tout de suite, maintenant et d’un coup.

La personne qui va entendre la vidéo, elle va dire : « Mais si David, je ne comprends pas, mais moi, je procrastine. Mais j’ai vraiment envie de voyager. » Et peut-être qu’elle a vraiment envie de voyager et peut-être qu’elle s’impose d’un voyage de 12 mois, d’un coup, parce que c’est la seule chose qu’elle a en tête, vu qu’elle voit ça sur les réseaux, alors qu’en fait, au fond d’elle, elle sent qu’il est temps de voyager les deux semaines ou un mois. Et en coaching, plein de fois en créant cette conversation de : « Peut-être que ce n’est pas ça. Et si ce n’était pas ça, ce serait quoi ? » D’un coup, la personne va dire en fait : « Je le sais, j’ai envie de faire deux mois au Brésil et revenir. » Et là, d’un coup, la personne qui a l’oxygène et la personne m’écrit deux semaines plus tard : « Ces billets d’avion, ils sont pris en fait. » Là où elle me disait : « Il faut que tu me motives. » Je ne suis surtout pas un motivateur parce que si je dois te motiver pour faire quelque chose, c’est que je suis en train de t’imposer un rêve qui n’est pas le tien.

Alors maintenant, la conversation, elle est plus complexe dans la réalité, parce qu’effectivement, on peut avoir des peurs, effectivement, il peut y avoir plein de facteurs qui t'empêchent d’y aller. Mais quand-même dans beaucoup de cas, c’est que c’est soit, pas le bon rêve du tout ou alors il manque quelque chose. Un autre facteur de procrastination, ça peut être que c’est le bon rêve, ce sont les bonnes personnes, mais ce n’est pas le bon rythme. Tu veux que ça arrive tellement vite.

Tu vois, je vais donner un exemple d’un moment donné où j’ai eu une énorme procrastination, au point que ma chérie ne me reconnaissais pas. Quand j’ai eu ma proposition de faire mon TED, 1er TED. J’avais beaucoup de mal à écrire ce TED, à le faire et pourtant, plein de gens diraient : « Non mais David, il ne manque pas de motivation. » Et pourtant, je n’arrivais pas à l’écrire, je n’arrivais pas à m’y préparer, je m’étais fixé un objectif qui n’était pas celui que je voulais dans mon cœur. Je me disais sans m’en rendre compte, c’était très inconscient. Je me disais qu’il fallait que je fasse un TED qui fasse des millions de vues et que les gens soient impressionnés. En fait, ce truc-là, il me mettait une telle pression que, du coup, c’était une bénédiction que je n’arrive pas à y aller parce que ce n’était pas le bon truc et quand j’ai commencé à avoir une vraie conversation avec moi en me disant : « Et si ce n’était pas le vrai objectif ? » Et je me suis dit : « OK, c’est quoi l’objectif ? Est-ce que c’est faire des millions de vues ? » Ça aurait pu, mais ce n’était pas ça. Ce qui était le vrai objectif à ce moment-là, c’était de me dire : « C’est ton premier TED, va faire de ton mieux. Et si tu impactes une personne dans la salle, c’est déjà cool. Et là, juste besoin d’être moi, j’ai retrouvé l’énergie et j’ai retrouvé le désir de le faire. Je n’essaie pas de faire ce qui fait bien aux yeux des autres, que ce soit en termes de réussite sociale et je ne s’essaie même pas non plus de faire ce qui fait bien aux yeux des gens en termes de : »Oh ! Il a du cœur !  » Parce que le problème de ces questions-là c’est que ce qui pour moi a du sens, n’en a pas forcément pour toi. Et donc moi, c’est ça mon message, va faire ce que tu aimes et il y aura de grandes chances que tu procrastines moins.

On parle de procrastination, j’ai le même message sur le reste. Si les critiques t’arrêtent, c’est peut-être que ce n’est pas exactement ce que tu as à faire. Si les échecs t’arrêtent, ce n’est peut-être pas exactement ce que tu as à faire. On doit faire des choses pour « apprendre à mieux s’organiser » et parfois se challenger soi-même à passer à l’action et faire des choses qui nous font peur parce qu’on grandit de ça, mais parfois aussi, la question, c’est : Est-ce que j’ai réellement à le faire ?

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font » et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule des cinq erreurs va t'empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux. Clique sur le lien dans la description voir la vidéo. C’est un indispensable, je te dis à très vite. On avance ensemble. Cette année, c’est notre année. C’est parti !

0
0
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0 0 voter
Évaluation de l'article
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x
Share This