1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,67/5 sur 483 votes)

Loading...

Mieux communiquer : MA STRATÉGIE PARADOXALE !

Comment tu trouves l’équilibre, tu vois, entre être ouvert, considérer plein d’options et en même temps ce truc de ma vérité est la vérité, c’est-à-dire que tu as deux types de personnes. Comment tu construis ta pensée ?

C’est une des questions qui m’obsèdent le plus dans ma vie, c’est-à-dire que tu as deux types de personnes. Je vais exagérer. Tu as ceux qu’on appelle en référence interne et ce qu’on appelle en référence externe, c’est-à-dire comment tu construis ta pensée ? Tu as des gens qui construisent leurs pensées en étant très à l’écoute de l’extérieur. Par exemple, si tu veux être hôtesse de l’air ou steward, si tu es en référence interne, tu vas être très mauvais. Puisque référence interne, c’est je construis ma vérité à partir de mon monde intérieur seulement. Encore une fois, c’est extrême, on est les deux plus ou moins. La personne qui est en référence interne, on va lui demander : « Je peux avoir un thé ? » Elle n’a pas envie maintenant, elle va dire au client : « Non. » Référence externe, si la personne, elle va tellement à l’extrême, rentrer dans le modèle du monde de l’autre, si elle sent que c’est important pour l’autre, elle va vouloir le servir.

Et ce qui est génial, c’est que référence externe et référence interne ont des avantages et des inconvénients. La référence externe, ce qui est incroyable, c’est la capacité à rentrer dans le modèle du monde de l’autre, de comprendre l’autre, de comprendre son besoin, de comprendre qui il est. La force de ça, les gens référence externe sont souvent très très bon pour créer la relation, connecter avec les personnes, puisqu’ils sont capables de connecter avec quelqu’un de très différent. Moi, tu peux me mettre au milieu de politiques, tu peux me mettre au milieu de milliardaires, tu peux me mettre au milieu de jeunes de cité vu que je considère vraiment le modèle du monde des gens, je peux connecter avec eux. Quelqu’un qui aurait référence interne, il va avoir dès fois beaucoup de mal à connecter avec d’autres personnes parce que ma vérité est la vérité. Mais la référence interne, elle a un rôle à jouer parce que l’être humain en a besoin de certitudes, c’est-à-dire que si je veux t’enseigner quelque chose, mais imaginons je veux t’apprendre le karaté ou je veux t’apprendre – et qu’en fait à chaque fois je te dis : « Tu peux faire ça, mais tu vois en même temps, il y a peut-être une autre option. » Si je ne te mets pas de certitude dans mon enseignement, je vais te perdre.

Et donc comment tu trouves l’équilibre entre à la fois être ouvert, considérer plein d’options et en même temps ce truc de voilà comment ça se passe. Il y a un truc qui est super important, c’est que tu ne peux pas être pédagogue si tu n’as pas un minimum de certitude. Donc il y a un truc que j’ai compris avec le temps, c’est que pour enseigner quelque chose à quelqu’un, il vaut mieux une certitude inexacte à court terme, vaut mieux dégager de la certitude même si ce n’est pas sûr. Imaginons que je vais entraîner les gens sur le développement de la confiance en soi et que je leur dis : « Voilà, il y a peut-être cette stratégie qui marche, mais vous voyez, je n’en suis pas sûr parce qu’il existe en ce moment des études qui remettent ça en question et en même temps il existe d’autres études qui disent que c’est bon » et en fait les gens, ils vont me dire : « ça me fait peur. » Ils ont besoin qu’à un moment donné je leur dise : « tu veux développer ta confiance en toi, la seule chose et unique chose que tu as à faire, c’est toujours : Sors de ta zone de confort. » Il y a besoin de ça.

Donc paradoxalement, pour passer un message et faire grandir d’autres personnes, il y a besoin d’être prêt à dire un truc même si au fond de toi peut-être qu’il y a une partie de toi qui dit : « je n’en suis pas 100% pas sûr » et c’est la raison d’ailleurs pour laquelle ce qui arrive à créer des mouvements, de personne autour d’eux, autour d’idée, c’est souvent des personnes qui en fait sont réellement 100% sûr d’eux et peut-être qu’il ne se pose peut-être pas la question parfois de : est-ce que j’en suis si sûr d’à ce qu’il existe des études scientifiques qui démontrent l’opposé, est-ce que réellement j’ai pris le temps d’aller voir des gens brillants pas d’accord avec moi, c’est assez marrant parce qu’il y a besoin de gens qui ont des idées très très fortes, mais qui en fait ne se remettent plus en question parce qu’ils vont les véhiculer. Il y a d’autres gens qui vont remettre les choses en question, qui vont donner une autre perspective, mais souvent ces gens-là vu qu’ils remettent les choses en question et qu’ils essaient de trouver la vérité, ils ont beaucoup de mal à dire : « Voilà comment ça se passe. » il y a besoin des deux, il y a besoin des gens qui disent des trucs faux avec certitude et des gens qui disent des trucs qui approchent la vérité, mais avec plus d’incertitude pour faire réfléchir.

Donc moi ce que j’essaie de faire, c’est les choses dont même si peut-être ce n’est pas 100% exact, vraiment dans mon cœur et dans les études que j’ai fait et les recherches que j’ai fait. Les chances que ça soit vrai sont très très élevées. Ça, je vais le dire avec une totale certitude, les gens ont besoin d’entendre ça. Et de l’autre côté, pour moi-même je vais remettre en question tout ce que j’enseigne parce que je cherche à améliorer mon enseignement et de temps en temps, je vais pouvoir dire : « voilà ce que j’ai dit dans cette vidéo, il y a trois ans et avec du recul, ce n’est pas exact. » Il vaut mieux que je fasse ça et qu’on avance ensemble avec les gens qui travaillent avec moi et qui me suivent plutôt que d’être tout le temps en train de leur dire : « je ne suis pas sûr, je ne suis pas sûr », puisque la réalité si tu veux vraiment te poser la question tu n’es sûr de rien. Si on va vraiment en mode philosophie, parce que tu es sûr que c’est réel tout ce que tu vois. Est-ce que tu es sûr que tu es vivant ? Si tu vas très loin là-dedans, il y a des gens d’ailleurs très intelligents et très brillants que tu retrouves dès fois sous des ponts qui sont brillantissimes, mais en fait tu peux te perdre à faire que remettre les choses en question. Moi, je le vois si tu vas très loin, même quand tu dis par exemple : « L’astronomie, l’étude de l’espace, tu peux d’un coup avoir l’impression que tu n’es plus rien, tu as besoin de l’équilibre entre certitude et incertitude. » Pour être heureux, notre cerveau, il a besoin de ça, c’est prouvé aujourd’hui tu as besoin d’une dose d’ordre et une dose de chaos pour être épanoui. J’essaie d’apporter ça aux gens. Un truc qui m’avait surpris quand j’étudiais des mathématiques, c’est qu’à un moment donné, tu arrives à un cours. J’ai démarré des études d’ingénieur en informatique et le prof de math arrive, il dit : « Voilà ce qu’on vous a appris au collège, c’est faux. » Je dis : « Mais pourquoi vous avez fait ça ? » En fait, il explique, j’avais trouvé ça vraiment brillant si on vous avait dit : « Le truc que je vais vous enseigner maintenant, vous n’auriez rien compris. » Donc, c’est important qu’on vous donne une réponse inexacte avec certitude pour que vous passiez le prochain niveau. Je te donne un exemple : être gentil et être méchant avec les gens, avec un enfant, si tu commences à lui dire : « Il va falloir que parfois tu sois gentil, mais en même temps parfois que tu saches dire non et en même temps trouver la bonne dose. » Être gentil, ce n’est pas non plus dire oui à tout. Si tu commences à lui donner un schéma complexe, il va te perdre. Tu as besoin d’être au début de lui dire : « Écoute, c’est important que tu sois gentil avec les autres autour de toi. Et au début tu lui donnes une vérité et peut-être que deux mois plus tard, tu vas lui dire : « parfois, c’est aussi important que tu saches te respecter » parce qu’il y en a des gens qui à vouloir être tellement gentil, s’oublient eux-mêmes. Tu as des gens qui on vouloir à être tellement avec eux-mêmes oublient les autres.

La vie, elle est paradoxale, la vie, c’est des nuances, mais tu as besoin, pour apprendre, d’avoir quelqu’un en face de toi qui te dises : « Voilà comment ça se passe. » Si par exemple, tu veux devenir un bon communicant et tu vas voir des maitres en communication, un jury va te dire : « Tu sais quoi pour être un bon communicant ? Il faut que tu sois souple dans la relation. » Et le lendemain tu viens le voir, il dit : « Il faut tu sois ferme », et tu dis : « Mais attends mec, mais qu’est-ce que – c’est quoi le bordel ? Comment je peux être souple et ferme ? » Mais l’excellence naît dans les paradoxes, l’excellence naît dans le fait d’être capable de faire deux choses qui semblent opposées. Par exemple, tu veux être un bon séducteur. Pour être un bon séducteur tu vas avoir besoin d’être capable d’y aller, d’aller vers la personne, d’aller dans la relation, d’être dans une énergie qui pousse, mais si tu ne fais que pousser, soit tu fais peur, soit tu repousses. Donc tu as le lendemain, le maître en séduction va te dire : « il faut que dès fois, tu sois capable de te reculer, de disparaître » parce qu’il n’y a rien de plus attirant que d’être attiré par quelqu’un et que cette personne s’éloigne. Donc le paradoxe de la séduction en neurosciences, c’est qu’il n’y a rien de plus séduisant que quelqu’un qui est capable d’y aller et quelqu’un qui est capable de partir. Tu vas dire : « Mais comment je peux faire pour faire les deux ? » Mais la clé pour apprendre si tu en es à zéro, c’est qu’un jour on te dise : « Tu sais quoi, tu veux être un bon séducteur, il faut que tu ailles parler aux gens » et peut-être que l’année suivante, je vais te dire : « Tu sais quoi pour être un bon séducteur, il faut parfois que tu n’y ailles pas. » Donc tu as besoin, pour apprendre qu’on te donne de la certitude.

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une vidéo qui s’appelle « Les cinq erreurs que la majorité d’entre nous font » et qui va nous causer l’échec de nos projets, nos rêves et notre réussite. Une seule de ces cinq erreurs va t'empêcher littéralement de réussir et d’être pleinement heureux. Clique sur le lien dans la description, va voir la vidéo. C’est un indispensable. On se dit à très vite, on avance ensemble. Cette année, c’est notre année. C’est parti !

0
0
votes
Évaluation de l'article

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Share This