1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,69/5 sur 395 votes)

Loading...

« Osez vivre la vie qui vous inspire » Conférence avec David Laroche

Animateur : Alors, c’est vrai que… David…, on a du mal à imaginer que quand il avait 18 ans, c’était une personne timide, introvertie, qui n’osait pas aller vers les autres. Voilà, donc rien que pour ça, on est heureux de l’accueillir ici dans le premier congrès du développement personnel avec comme thématique : “La confiance en soi”. Parce que s’il y a bien quelqu’un qui incarne la confiance en soi, c’est bien David ! Donc, on est ravi de l’avoir parmi nous.

Animateur 2 : Donc, il est parti dans une exploration de rencontrer les meilleurs, dans leur domaine, dans le monde entier. Et d’identifier chez eux, ceux qui font leurs facteurs d’excellence et de bien-être. Pour pouvoir ensuite vous les transmettre. Il nous montre que tout est possible, et pour ça, on a beaucoup de gratitude pour lui. Et donc, merci David.

David : Déjà, c’est un véritable honneur pour moi d’être avec vous. A chaque fois que je démarre une conférence ou juste avant de démarrer une conférence, j’aime me rappeler que je ne suis là que pour une personne, je suis là pour cette personne que je vais pouvoir recroiser dans un mois, une semaine, un an, cinq ans plus tard… et elle va me dire combien cette conférence l’a aidée à réaliser des choses qu’elle n’avait pas réalisées. Et en arrivant ici, j’ai la chance d’avoir déjà de la gratitude parce que j’ai déjà croisé une personne qui m’a dit avoir vu une vidéo, il y a je ne sais pas combien de temps, quelques mois? Oui? Deux ans ! Mais qui m’a dit combien cette vidéo l’a inspirée et impactée. Et donc voilà, j’aimerais vraiment… j’ai envie qu’on ait les 30 minutes ensemble pour voir une clé, une histoire, une idée qui peut peut-être faire une différence dans votre vie, dans votre capacité à oser vivre la vie qui vous inspire. Je vais me concentrer sur ce qui peut vous aider à avoir davantage confiance en vous et de réaliser vos rêves. Pour ça, j’aimerais vous raconter l’histoire d’une personne qui s’occupe de son arbre. Imaginez une personne qui s’occupe de son arbre, c’est un arbre qui est petit et fragile. Il est tellement petit et fragile que tout pourrait lui arriver. Peut-être qu’il va manquer d’eau, peut-être qu’il va y avoir une tempête? Peut-être que la personne qui s’en occupe pourrait faire des erreurs. Et du coup, elle n’est pas sûre qu’elle va pouvoir y arriver. Et elle se pose tout le temps une question qui est : “Mais pourquoi s’occuper de mes arbres? Pourquoi s’occuper de mon arbre, alors que je n’ai aucune certitude qu’un jour il devienne un grand arbre?” Pourquoi s’en occuper, alors qu’il pourrait avoir plein d’erreurs et qu’au final après tous ces efforts, toutes ces énergies, tous ces séminaires, toutes ces conférences, tous ces audios, tous ces livres, toutes ces discussions, tout ce dépassement de soi… et bien, rien au final. Cette question, dans ma propre vie, je me la posais tout le temps. Et c’est la raison pour laquelle, je ne faisais pas grand-chose. J’étais tout le temps concentré sur : “Est-ce que c’est 100% sûr que c’est possible?” Et vu que me demandais tout le temps “Est-ce que c’est 100% sûr que c’est possible?” et que la réponse était toujours “non” ! Eh bien, du coup je ne faisais rien ! Je ne parlais aux personnes à qui je pouvais parler, je n’osais pas lever la main en cours quand je le pouvais, je n’osais pas dire “non” aux gens à qui je pouvais dire “non”, je n’osais pas dire la blague qui pouvait faire rire par peur que peut-être, on ne sait jamais, personne ne rigole. Je n’osais pas créer mon entreprise, je n’osais pas aborder une femme qui me plait. Ma chérie, elle est là. Et j’étais même persuadé que j’allais faire “40 ans, toujours puceau 2” Tellement, je ne parlais à aucune femme. Et c’est ce qui m’a amené d’ailleurs à me poser des questions : “Est-ce que je vais mettre fin à ma vie?” “Est-ce que je vais me suicider?” Parce que je trouvais que ma vie, elle n’avait aucun sens et qu’elle était fade. Et à chaque fois, j’essayais de me dire : “je vais faire quelque chose.” Je revenais à la conclusion que, vu que c’est pas sûr que je vais y arriver, autant ne rien faire en fait. Puis, je suis tombé sur une vidéo, une vidéo que vous connaissez certainement, de Martin Luther King. Martin Luther King, dans cette vidéo, quand il faisait son discours “I have a dream”. Il a une forme de détermination, un amour, et en même temps, une colère dans son discours. Et à force de l’écouter en boucle dans la chambre de ma mère à mes 15 ans, je finis par avoir des larmes qui me coulent au visage. Pas des larmes de tristesse, des larmes d’inspiration, des larmes de gratitude. Je commence avoir des frissons, et je me dis, mais “soit tu mets fin à ta vie maintenant, mais vraiment ! Ou alors, tu donnes une chance à ta vie.” Et ça m’a amené sur ce chemin là, grâce à Martin Luther King et à toutes les personnes qui ont pu m’inspirer à faire cinq découvertes. Cinq découvertes que je vais partager dans les 25 minutes qu’on a ensemble.
Est-ce que ça vous va déjà?

Public : Oui

David : La première découverte qui paraissait tellement simple mais qui a fait juste la différence de ma vie, c’est de passer de la question “est-ce-que c’est 100% possible?” à “est-ce que c’est 100% impossible?”
Et dès que je me demandais : “est-ce que c’est sûr David que tu vas échoué? Est-ce que c’est sûr que tu ne vas pas y-arriver? Est-ce que c’est sûr que dans la salle (je ne sais pas combien vous êtes, on va dire 400, par exemple). Est-ce-que c’est sûr que les 400 personnes, tout le monde va détester? Et à chaque fois, du coup, la réponse était : Non ! Et donc si quelque part, ce n’est pas 100% sûr que c’est impossible, c’est que quelque part c’est possible !”.
Et ça a fait toute la différence de ma vie à chaque fois de me dire :”oui, mais je n’ose pas, à chaque coup, cela ne va pas marcher ! Est-ce que t’es 100% sûr que ça ne va pas marcher? Est-ce que t’es 100% sûr que si tu crées ton entreprise ça ne va pas marcher? Est-ce que t’es 100% sûr que si tu parles à cette femme, elle va te mettre un énorme râteau? Non!!!
Et à me poser cette question en boucle, j’ai observé quelque chose chez moi, j’ai vu les personnes que j’ai pu accompagner, c’est qu’à chaque fois que je pose cette question à quelqu’un qui a peur de faire quelque chose, son niveau de confiance monte instantanément.
On est même allé interviewer sur Internet, je ne sais plus exactement le nombre de personnes qu’on a interviewé puisqu’il y a plus de 1000 personnes. En leur posant cette simple question : “pensez à un rêve, pensez à quelque chose qui est important pour vous, mesurez votre niveau de confiance sur 10”. Et ensuite, une fois qu’ils l’avaient mesurer, on leur demandait : “est-ce que t’es 100% sûr que ton rêve est impossible?” La réponse, à chaque fois, à 92% des personnes c’était “NON” et on leur demandait à nouveau : “ton niveau de confiance maintenant, à combien il est sur 10?” Et en fonction des personnes, on avait entre 5% jusqu’à 30 à 40% de confiance qui montait juste avec une question.
Donc, combien de fois dans notre vie, on n’ose pas faire quelque chose sous prétexte que c’est impossible? Et pour en revenir à cet arbre, imaginez cette personne face à son arbre. Un petit arbre comme je vous disais, et sous prétexte qu’elle n’est pas sûre qu’un jour il devienne un grand-arbre, prenne son pied et écrabouille elle-même son arbre. Et là, c’est simple! Si j’écrase moi-même mes rêves, si j’écrase moi-même ce qui m’inspire, c’est fini !
Je ne peux pas vous dire que si vous-y croyez vous allez réussir, mais je peux vous garantir que si vous arrêtez d’y croire, vous allez échouer. Je ne peux pas vous garantir que parce que j’ai des rêves aux États-unis de ce que je vais accomplir, que ça va marcher. Mais, je me peux me garantir à moi-même que si j’arrête d’y croire, et que tous les jours, j’écrase cette arbre là. L’histoire, elle est finie. A ce sujet, il y a des personnes qui m’ont inspirées. Il y a quelqu’un qui est viré de son équipe de basket, considéré comme “trop mauvais”, Michael Jordan. Il y a une femme à qui on va refuser 30 fois, lui disant que son livre n’a pas les ingrédients d’un bon livre, J.K Rowling de “Harry Potter”. On va lui refuser 3 fois l’école de cinéma lui disant qu’il n’a pas les compétences et le potentiel pour réaliser de grands films, Steven Spielberg. On va le refuser de son journal, le licencier de son journal pour manque d’imagination, Walt Disney. Ses professeurs de chant lui déconseillent de chanter, lui disant qu’il n’a ni la taille ni la voix, ni la culture, Charles Aznavour. Mon propos là-dedans, n’est pas de dire que parce qu’ils y ont cru, ils y sont arrivés. Ce serait trop facile et ce serait un message trop à l’américaine. Mon propos est que s’ils avaient arrêter d’y croire, on ne connaîtrait même pas leur nom, on ne saurait même pas qui c’est. Et donc pour en revenir à cette personne avec son arbre, cette personne qui m’inspire, c’est que je ne suis pas sûr que je vais y arriver. Mais dès lors que je commence un peu à y croire, mon énergie monte. C’était ma première découverte dans ma vie. Ma deuxième, c’est que ne sachant pas comment changer ma vie. J’avais été inspiré par Martin Luther King, j’avais ouvert cette fenêtre, j’avais mes larmes d’inspiration, j’avais hurlé dehors à travers la fenêtre. Mais une fois que j’avais fait ça, que faire? C’est quoi le plan d’action pour être plus heureux? C’est quoi le plan d’action pour réaliser ses rêves ou créer l’entreprise de ses rêves? Je ne sais pas. Et d’ailleurs, à chaque fois qu’on me demande comment faire pour être plus heureux et comment faire pour réaliser ses rêves, il y a plein de choses dont j’ai pas la réponse. Mais, rentrer dans cette dynamique où tous les jours je fais un petit pas, cette promesse que je me suis faite de me dire : “allez!” Tous les jours, tu vas faire quelques choses qui te font un peu peur.” Peu importe que pour les autres ça paraît petit ou grand. Comme je vous disais, un de mes premiers pas a été de lever la main en cours, j’avais 14 – 15 ans. Et quand, je levais la main en cours, il n’y avait personne pour crier : “Wahou ! Bravo David, tu vas changer le monde comme ça hein!” J’ai personne qui me dit : “t’as tout compris, voilà le secret pour avoir plus confiance en soi.” Mais en fait, comme je vous le dis, je n’ai aucune certitude d’y arriver, tout comme je n’ai aucune certitude de ne pas y arriver. Et je vais passer de “vouloir la meilleure idée avant d’agir” à “utiliser la meilleure idée que j’ai maintenant”. Vous voyez la différence entre “attendre que j’ai l’idée du siècle” genre : je marche comme ça et j’ai l’inspiration “tiens! Ça y est, j’ai trouvé”. À passer “dans les idées que j’ai, qu’est-ce que je peux faire? Qui peut peut-être marcher maintenant?” Pas demain, pas après demains, maintenant! Est-ce qu’il y a des choses qui vous font peur que vous ne faîtes pas? Est-ce qu’il y a des choses que vous sentez depuis un jour, un mois, deux mois, un an, dix ans ? Si je le fais, peut-être que ma vie pourrait passer à un autre niveau. Qui a ce genre de petits détails ou petites actions?
Levez la main! Ça me permet de voir le nombre de menteurs. Ok. Il y en a qui sont semi-menteur, ils lèvent la main comme ça! Derrière l’épaule de leur voisin. Alors, on a tous des choses qui nous font peur. J’en ai encore plein. D’ailleurs, on parlait de confiance en soi, ça me fait sourir parce que les gens, ils pensent qu’avoir confiance en soi, c’est devenir le cliché de Ken. Vous savez, Ken et Barbie. Tu peux nager coiffé, tu peux parler en public sans avoir aucune émotion. On n’a pas envie d’être comme ça en fait, on a envie de devenir des êtres qui ont des émotions. Et pour moi, avoir confiance en soi, ne veut pas dire “ne pas stresser”. Parce que je peux être stressé et être avec vous, être en relation avec vous. Le plus important de ma conférence, ce n’est pas que je me sente bien, ou que je sois 100% confiant. Le plus important, c’est que je sois à votre service. Et d’ailleurs, dès que j’arrête de penser un peu à mon cul, et que je pense un peu plus à vous, bien naturellement mon stresse diminue et je me sens mieux. Ça, vous pouvez le noter en gras : “Si je pense trop à mon cul, je vais stresser!” Comme ça quand vous sortirez, vous direz : “t’as retenu quoi? j’arrête de penser à mon cul.” Non, mais c’est vrai ! Combien de fois je stressais avant de monter sur scène parce que je me disais : “est-ce que t’as la bonne voix?Est-ce que tu connais assez ton discours? Est-ce que tu vas être assez percutant, pertinent? Est-ce que t’es bien habillé? Est-ce que ta voix, elle est bonne?” Et quand je focalise mon attention sur moi, et bien normal, je stresse. Mais, si je viens en me disant : “j’ai une personne”, juste une, peut-être toi, peut-être toi, peut-être toi. Juste une, qui peut être en sortant de la conférence va faire quelque chose qu’elle n’a jamais faîte. Là, je reviens de Malaga hier, et d’ailleurs je partirai rapidement parce que j’ai une conférence après ; À Malaga, j’ai une personne qui ne me connaissait pas il y a deux mois. Quelqu’un qui travaille pour des grands économistes dans le monde, et qui me dit : “j’ai vu une de tes vidéos”. Et j’ai pris une décision suite à cette vidéo. “J’ai décidé de démissionner et d’aller créer mon entreprise.” Et j’adore ça ! En fait, je me lève le matin, pour ne serait-ce qu’aider au moins une personne à prendre le genre de décision qui fait que ça peut changer sa vie. Et donc, quand tu fais un petit pas, tu n’as aucune certitude à quel point ça va changer ta vie. Mais le réflexe quotidien de faire des choses nouvelles qui te font peur, qui te sont inconfortables. Ça peut être faire du chant, ça peut être voyager, ça peut être de marcher autrement, de bouger autrement, ça peut être oser faire quelque chose qui vous touche peu importe ce que les autres pensent. Tout à l’heure tu m’avais parlé de « peu importe ce que les autres pensent, peu importe que les gens t’aiment ou t’aiment pas. C’est ok. » Et d’avoir le courage de vivre les choses qui vous correspondent. Combien de personnes ne s’habillent pas comme ils aimeraient s’habiller sous prétexte du regard des autres? Combien de personnes ne vont pas vivre la vie de leur rêve, peu importe leur âge, que ce soit 12 ans, 20 ans, 30 ans, 40 ans, 50 ans, 60 ans, 70 ans sous prétexte que les parents, même parfois décédés, n’auraient pas aimé. Avoir le courage de faire ce petit pas tous les jours, ça change une vie. J’aurais eu, ça me touche rien que d’y penser, j’avais aucune idée que ces petits pas en série : de lever la main en cours, d’aller oser aux États-unis, d’oser me prendre trois râteaux avec cette femme que j’aime profondément, et d’aller quand même me remettre devant elle. Faire des choses qui me font peur, je n’avais aucune idée que ça m’aide à devenir la personne que je suis. Et ça, c’est ma troisième découverte, ça va être la deuxième bis. Qui est qu’au début, je faisais les choses pour plus tard. Au début, je faisais les choses dans l’idée que je réalise un jour un rêve. Vous me suivez? Qu’un jour, l’arbre, il devient grand. Mais là, j’ai compris qu’il ne s’agit même pas de ça. Quand tu t’occupes de ton arbre tous les jours, même s’il y a une tempête, même si ça s’écroule. Même si un jour, dans 10 ans, l’arbre il est fini, la personne que tu deviens, est-ce qu’on peut te l’enlever? Ce que tu as appris, les gens que tu as rencontré, la personne que tu es devenue, est-ce qu’on peut te l’enlever? Combien ça vaut d’être devenu la personne que vous êtes aujourd’hui? Combien ça vaut? Là, financièrement comme ça. Combien ça vaut de pouvoir devenir la personne que vous méritez d’être? Demain, après demain et dans 10 ans. Et ça, ça a été la plus grande prise de conscience que je suis passé dans l’impatience de vouloir réaliser des trucs plus tard, branché sur tous les mentors américains. À d’un coup, il ne s’agit même plus de réaliser ses rêves. Le but des rêves n’est même plus de les réaliser. Le but d’un rêve, c’est de me donner de l’inspiration, là, maintenant. Créer de l’énergie là, maintenant ! Et me faire faire des choses là, maintenant qui me font devenir une nouvelle personne là, maintenant. Et donc, du coup, mon arbre, je peux tout donner dans cette arbre. Foirer et être content quand même. Est-ce que c’est pas magnifique ça? Je peux tout donner dans une relation, et même si cette relation, elle ne marche pas. L’homme que je vais devenir, la femme que vous allez pouvoir devenir, vous la gardez à vie. Combien il y a de parents ici, par curiosité, dans la salle? Est-ce que vous êtes d’accord que vos enfants, ils vous font grandir? Avec confort et inconfort? Avec plaisir et souffrance? Vous avez remarqué? Et c’est ça d’ailleurs de tomber amoureux de quelque chose. Quand on est vraiment amoureux, on aime l’inconfort et le confort. Sinon, ça s’appelle un fantasme. Quand tu tombes amoureux de quelqu’un et qu’il est que parfait, que plaisir, que soutien, que confort. Mais généralement, tu vis une semaine avec et tu dis : « je n’avais pas vu. » Donc ça, ce n’est pas tomber amoureux. Tomber amoureux, c’est quand la personne te saoule, et tu restes quand même. Tomber amoureux d’un projet, d’un business, d’une entreprise, de quelque chose… C’est quand, même si ça te fait chier, tu continues quand même. Mais pour ça, c’est pour ça que le titre de la conférence c’est : « Osez vivre la vie qui vous inspire ». Et ça m’amène sur cette troisième clé. Il y a plein de gens, ils me parlent de confiance en soi et ils veulent des clés pour être confiants. Et ils veulent être plus à l’aise. Mais si je vis la vie qui ne me correspond pas, si je m’occupe d’un arbre qui n’est pas le mien ; qui ne m’inspire pas, comment je peux être confiant? Une fois j’ai assisté à une conférence d’un neuro-scientifique, et avant d’assister à la conférence je l’ai vu entrer de la salle. Et par rapport à sa posture, à sa physiologie et comment il se tenait, je me suis dit : « Oulala, je vais vraiment m’ennuyer! » Et puis il monte sur scène, je me redis :  » Oulàlà, je vais vraiment m’ennuyer! » Il parlait très bas, se repliait sur lui-même. Tout sauf ce que, sur le papier, il faudrait pour être charismatique. Et puis, d’un coup après son introduction, dont on sentait bien que ça le faisait chier, il nous parle du cerveau. Et là, j’ai vu ses yeux s’illuminer, son corps se redresser ; sa respiration changeait, un sourire se met sur son visage. J’ai vu quelqu’un naître, une deuxième personne. Mais, combien de personne se demande pourquoi ils ne sont pas motivés ? Et ça, c’est le truc que j’entends à longueur de journée quand je sers des mains avant mes conférences, je demande : « Pourquoi vous êtes là? » « Je veux être plus motivé. Je veux être plus confiant. » Mais tu es naturellement motivé, productif, créatif, confiant quand tu fais ce qui t’inspire naturellement. Donc, on a le courage d’être un pas sur le côté un peu plus vers nous-même, plutôt qu’un pas sur le côté un peu loin de nous-même. C’est avoir des amis qui nous correspondent vraiment, s’habiller comme on a vraiment envie de s’habiller, manger comme on a vraiment envie de manger, parler comme on avait vraiment envie de parler. Dire ce qu’on a envie de dire, gérer notre emploi du temps comme on a envie de le faire, et aller vers les rêves qui nous correspondent vraiment. Bah, c’est dingue comme la motivation, elle augmente. Je suis passé, selon ma mère, de léthargique (c’est que je me rapprochais du stade de larve à l’adolescence) à avoir des milliers de personnes. Partout dans le monde, dès fois qu’on croise comme ça et puis : « Ah, je regarde tes vidéos. » Dans des pays où on ne parle même pas français. Qui me disent : « j’adore ta motivation, j’adore ton énergie. » Comment ça se fait que j’ai passé du stade de larve au stade où il y a des milliers de personnes qui me disent : « comment tu fais pour être motivé? » Parce qu’il y a ce truc là qui m’inspire et qui me fascine. Si on te met un milliard d’euros sur le compte en banque. Un milliard! On t’assure même un toit et à manger pour tes 40 prochains descendants. Tranquille. C’est un peu le Keno mais un peu version : « 40 ans tu as tout ». Bah, qu’est-ce que tu fais de tes journées? Une fois que tu as fais ton petit truc à la plage, deux semaines à la plage. Que tu t’es dis : « Bon. Ça fait longtemps. » Tu fais tes deux semaines à la plage. Une fois que tu as fais ça, pour le reste de ta vie, tu fais quoi? Et là, pour moi, si ce que tu fais avec un milliard d’euros sur le compte en banque c’est ce que tu fais aujourd’hui. C’est que t’es au bon endroit. Sinon, c’est qu’il y a quelque chose à changer. Je peux 48 zéros de plus sur mon compte en banque, eh bien, je fais des conférences. Je fais des vidéos, je me passionne du cerveau comme le disait Jeff : « Je vais voyager au train de la planète. Rencontrer les meilleurs sportifs, athlètes, conférenciers, neuro-scientifiques, avec ma soeur on est passionné de… « comment le cerveau marche? Qu’est-ce qui peut aider quelqu’un à être plus inspirant? Plus inspiré? » Et donc, quand tu vis une vie qui t’inspire vraiment, mais tu es confiant.Ça ne veut pas dire que tu n’as pas peur, mais tu es courageux. J’ai vu beaucoup de mains se lever pour les parents. Si votre enfant est en danger, vous dites : « j’ai un peu peur, je ne suis pas très confiant aujourd’hui. Je le sauverai demain. »

Public : (rire)

David : Vous dites ça? Non, quand c’est vraiment important pour vous et que c’est vraiment quelque chose qui presse que dans votre chaire. Vous mettez presque votre vie en jeu. Martin Luther King, il dit cette phrase qui est que « tant que tu n’as pas trouvé quelque chose pour lequel tu es prêt à mourir. C’est que tu n’a pas trouvé ta mission de vie. » Alors c’est extrême, il est hard, le coco. Mais dans l’idée, il a tout compris. Quand tu as un projet auquel tu es presque prêt à mourir pour ça, tu es confiant. On me décrit comme quelqu’un de confiant et pourtant vous n’imaginez pas le nombre de fois où j’ai peur, le nombre de fois où je stresse, le nombre de fois que j’ose pas. Et ce qui me fait oser, c’est ce que je vous ai dit tout à l’heure. Et ça me met des frissons rien que de sentir ça. Le fait de me lever et pouvoir aider une personne de cette salle. Une personne dont je sais, toutes mes conférences je croise quelqu’un, une journée, dix jours, un mois, un ans, dix ans après… cinq ans après, pour l’instant pas dix ans mais cinq ans après. Et qui me dit : « j’étais là à cette conférence. J’ai fait, j’ai pris une décision. Décision que j’avais peut-être déjà prise avant, mais cette fois, je l’ai vraiment prise. Je suis sortie de la conférence et j’ai fait quelque chose que je n’avais jamais fait. J’ai pris ce coup de téléphone et j’ai dit à mon père que je l’aimais ou j’ai créé cette entreprise, j’ai voyagé et j’ai fait ce qui me correspondait vraiment parce que c’est dans mes tripes, je suis prêt à mourir pour ça. Aujourd’hui, je sais que pour aider quelqu’un à s’aimer davantage, à aimer sa vie davantage, à profiter de sa vie, à aimer ses parents, à se créer une vie extraordinaire, je suis prêt à mourir pour ça. Et pour plein de choses, j’ai peur. Ma chérie, elle allait voir des tigres. Elle se met dans des cages avec des tigres. Mais je ne suis pas confiant pour ça. Moi, je la regarde en webcam, c’est tout. Parce que le concept m’inspire, mais pas la réalité de ce que ça implique. Vous me suivez. Et ça, ça a été ma quatrième découverte. J’ai reçu un matin, un SMS de ma mère. Ma mère qui me dit : « mon fils, tu m’inspire. » Ça fait 25 ans que j’ai un rêve. (soupire) Putain ! Ça fait 25 ans que j’ai un rêve, « tu m’inspires, je démissionne et je crée mon entreprise. » Quand tu t’occupes de ton arbre, tu ne te rends pas compte qu’il y en a d’autres qui te regardent. Tu le fais pour toi, tu le fais parce que quand tu t’occupes de ton arbre, tu ne le fais même pas pour ton arbre, tu le fais pour devenir quelqu’un d’autre. Et là, il y a des gens qui te voient. Tu n’as même pas vu qu’ils te voyaient. Ils se disent : « Tu m’inspires. Si toi, tu peux le faire, je vais le faire! » Combien ça vaut de se lever le matin et d’inspirer nos enfants, notre femme, notre mari, nos parents, les gens dans le monde, nos clients, la planète? Combien ça vaut, comme dit Ghandi « Ma vie est mon message », combien ça vaut de se lever le matin, de faire tout pour se créer une vie inspirante et que sans rien faire, il y ait des gens qui se disent : « Ouaou! S’il peut le faire, si elle peut le faire, je vais le faire aussi. » Ça vaut combien? Et encore une fois, on peut stressé, timide, ce que vous voulez. Si j’appuie sur le bon levier, il y a un lion qui sort. Si j’appuie sur le bon levier, il y a une lionne qui sort. Ça va m’amener, parce que je vois que j’ai encore quelques secondes, sur ma cinquième clé. Qui est que, et ça, ça me fascine. On parlait de nos ressources, chez tout le monde. J’insiste, « Chez tout le monde ».,Même ceux qui pensent que ce n’est pas le cas, il existe une question. Un levier où il suffit juste d’appuyer et il y a de l’amour qui sort de vous, de la confiance qui sort de vous. Vous savez, dans le couple on appelle ça « les boutons ». Vous savez les endroits où quand votre mari ou votre femme appuie, ça vous met en colère tout de suite. Vous connaissez ce bouton. Il n’y a pas que des boutons de colère, Il y a aussi des boutons d’inspirations. Il y a aussi des endroits où il suffit d’appuyer, et d’un coup tu es énergisé. j’aimerais qu’on prenne le temps, si on peut mettre la musique. On va faire un tout petit exercice rapide, ça va durer deux minutes. Je vous invite à le faire pour vous même. C’est un cadeau que j’aimerais vous faire. (Musique) Je vous invite à décroiser les bras, vous encrez sur la chaise. Inspirez, inspirez et fermez les yeux. Et tout en inspirant et en fermant les yeux, je vais vous inviter à penser à quelqu’un que vous aimez profondément dans cette vie. Inspirez et expirez. Et imaginez une personne que vous aimez profondément face à vous. Face à vous. Et que c’est le dernier jour de votre vie et que vous avez envi de lui dire, au dernier jour de votre vie, combien cette personne est importante pour vous. Vous imaginez que ce sont les derniers souffles de votre vie et vous avez envi de la remercier de tout ce qu’elle vous a apporté. Vous connectez à ça, votre sentiment de richesse intérieur, votre sentiment d’inspiration. Est-ce qu’il monte ou est-ce qu’il descend? Je voudrais que vous imaginez qu’on est au dernier jour de votre vie. Et là vous allez répéter après moi en regardant droit dans les yeux cette personne et dire : « je t’aime, merci ». Allez-y : « Je t’aime, merci. » Et de sentir l’énergie que ça crée à l’intérieur de vous. Inspirez et maintenez les épaules en arrière. C’est important même si l’énergie pousse et que c’est inconfortable pour certains.
« oser vivre la vie qui vous inspire »

Dès que vous imaginez une deuxième personne qui a su vous inspirer, un mentor, une source d’inspiration, un oncle, une tante, quelqu’un qui fait des vidéos, quelqu’un qui écrit des livres, quelqu’un qui est musicien. Trouvez-moi une personne qui a su vous inspirer. Et quand vous l’avez, vous faites un signe de la main les yeux fermés. Retrouvez le jour où cette personne a su vous inspirer. Le jour où quelqu’un vous a montré que « tu peux le faire aussi » même si vous ne l’avez pas vu directement. Cela peut être un ami, un parent, un mentor, un oncle, une tante, quelqu’un qui, quand vous l’avez vous a dit « waouh, moi aussi je peux le faire, j’ai envie de le faire. » Vous sentez l’énergie que vous avez, la gratitude que vous avez vis-à-vis de cette personne. Maintenant imaginez que le dernier jour de votre vie, cette source d’inspiration qu’elle soit vivante ou non, elle est face à vous, elle a des larmes de gratitudes, et elle est inspirée par qui vous êtes devenus. Inspirez avec moi, expirez ! Imaginez que le dernier jour de votre vie, votre mentor, les gens quoi vous ont inspirés sont inspirés par vous. Combien cela vaut ? Maintenant vous pouvez ouvrir les yeux et sentir l’énergie de votre corps. Cherchez moi un levier , une question, une phrase, une affirmation, rien que d’y penser, cela vous donne envie de vous dépasser. Pour ma part, j’ai envie de me dépasser pour ma chérie. J’ai envie de me dépasser pour Alban qui est mon associé, j’ai envie de me dépasser pour mes deux parents. J’ai envie de me dépasser pour ces millions de personne qui regardent mes vidéos et qui me font confiances. Pour eux , je suis prêt à tout donner. C’est quoi vos leviers ? Donnez-moi un levier ! Un levier qui rien que vous y pensez, cela vous donne de l’énergie dans votre ventre. Est-ce que vous êtes d’accord qu’il y a un levier chez tout le monde qui rien d’y penser, vous donne une confiance ? Maintenant imaginez une chose ! imaginez une vie où tous les matins, vous êtes connectés à cela. Quand j’accompagne quelqu’un en coach individuel, je l’entraine à connecter à cette énergie tout les matins. Je peux vous garantir, il ya autant de potentiel de destruction que de création, autant de potentiel de vivre une vie inspirante que de vivre une vie qui ne l’est pas. La différence est « qu’est-ce que j’active tous les matins ? est-ce que tous les matins, je me connecte à mes levier, à mes rigueurs ? est-ce qu’il me donne envie de tout donner dans ce monde là ? ». Et chez tout le monde, il en existe un. Ce n’est pas forcément le même que le voisin, ce n’est pas forcément la même façon de le dire, Mais la semaine dernière, j’étais à Malaga, j’avais un entrepreneur qui vient d’acheter un immeuble de 11 millions d’euros. Il me dit « je n’ai jamais eu de larmes d’inspirations dans ma vie ». En trois jours, il a connecté à ça et m’a dit : « c’est dingue, j’étais connecté à une énergie que je n’ai jamais senti dans ma vie. J’ai déjà pu réussir sans cela, avec plus d’amour, plus de gratitude et plus de confiance en la vie. Qu’est-ce que cela être pour mon couple ? ma relation avec mes enfants ? qu’est-ce que cela va être pour le monde ? » J’aimerais juste vous partager l’idée que nous ne savons ce qui est possible ou non. Alors agissons comme si tout est possible. Non parce que c’est facile, ni même parce que c’est difficile. Mais tout simplement parce qu’il existe des milliers d’arbres qui nous attendent. Des milliers d’arbres que si on s’en occupe pas, notre vie va être plus inspirante et va inspirer d’autres personnes. Et je peux vous garantir qu’en donnant juste une partie de chance à un arbre, dans 10 ans on peut se recroiser en disant ma vie s’est transformée au delà de ce que j’imaginais. Et j’ai découvert des parties de moi que je ne connaissais même pas encore. Je vous souhaite de prendre une idée dans cette conférence et de prendre la décision aujourd’hui d’aller faire quelque chose que vous n’aviez jamais fait pour vous, pour vos enfants, pour le monde, pour vos rêves, pour des gens que vous aimez, pour vos mentors, pour votre corps, pour ce que vous voulez. Mais prenez cette décision. Je vous remercie, Belle journée à vous. Merci.
Merci à vous d’avoir visionné cette vidéo. J’espère qu’elle vous inspirée, qu’elle vous a touchée. Si c’est le cas, je vous invite à la partager à vos proches, aux gens qui sont important pour vous. On a créé cette vidéo parce qu’on voulait sensibiliser un maximum de monde sur l’importance de réaliser ses rêves. Et si c’est un sujet qui vous touche, qui est important pour vous ; On a créé une série de vidéos gratuites, six vidéos. Pour vous donner les outils pour augmenter vos chances de réaliser vos rêves. Il vous suffit de cliquer là, et c’est parti pour six jours avec moi. Et on va réaliser nos rêves ensemble. En tout cas, merci à vous et on avance ensemble.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This