1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,50/5 sur 2 votes)

Loading...

Les pièges à éviter pour trouver ce qui t’inspire

Est-ce que tu définis toi-même le chemin que tu prends, ou tu te laisses influencer par des facteurs extérieurs, par l’avis de tes parents ou de tes amis ?

Est-ce que tes rêves, tes objectifs et les actions qui en découlent proviennent réellement de tes propres choix ?

La société à laquelle tu appartiens, tes parents, ta famille, les effets de mode, induisent inévitablement de nouvelles idées et préoccupations dans ton esprit.

Et lorsque ces influences externes contredisent nos aspirations profondes, nous nous orientons vers une voix dénuée de passion.

S’ancrer sur un chemin peu motivant, dans lequel tu seras très certainement en compétition avec des personnes passionnées est le moyen le plus sûr d’échouer.

C’est dans ce genre de situation que le principe de la motivation induite prend tout son sens. Si tu ne connais pas ce principe, ce guide changera définitivement ta perception de la motivation.

Les causes qui nous éloignent de nos inspirations sont tellement subtiles que nous tombons tous, plus ou moins, dans ce piège extrêmement destructeur.

Dans la vidéo ci-dessus, tu découvriras comment canaliser les facteurs extérieurs pour qu’ils n’entravent pas tes inspirations, tes passions, tes rêves.

AVANCER vers ce qui T’INSPIRE, les PIÈGES à ÉVITER

Il y a des gens qui ont vu des vidéos que j’ai faites qui ont très bien marché. Ce sont des vidéos qui ont été scénarisée, écrites. On a mis des équipes de tournage, on est allés tourner aux États-Unis, etc. L’erreur de jugement, ça serait de voir ça et de…

Et si tu ne suivais pas la mode ?

Plein de gens vont déprimer parce qu’ils sont en train de créer leur boîte, alors qu’en fait, ils n’ont, au fond, pas envie de créer une boîte. Mais juste, ils sont en train de créer une boîte parce que c’est en train de devenir cool de créer une boîte.

Creer sa boite effet de mode

Les entrepreneurs qui ont créé leur boîte il y a 40 ans, pour le coup, eux, il y a de grandes chances qu’ils étaient vraiment au bon endroit. Puisqu’ être entrepreneur il y a 40 ans, c’était être un gros con. Et c’est plutôt bon signe, tu vois ? Quand tu vas dans des endroits où la plupart des gens pensent que tu es un gros con, si tu le fais et que tu y vas quand même, c’est plutôt bon signe parce que ça montre que ce n’est pas le mirage de l’attention et de la reconnaissance qui pousse ta direction, tu vois ?

Quand tu suis un effet de mode, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que tu écoutes plus la voix de l’extérieur que ta voix à toi. Je suis allé vers le coaching dans un moment où c’était ridicule, où ce n’était pas du tout à la mode. Et l’entrepreneuriat, ce n’était pas du tout la mode comme ça l’est aujourd’hui. Et je suis content de ça parce qu’au final, les difficultés et les tartes que mettent la vie sur le chemin pour aller vers ça, ça m’a permis de vraiment m’aligner et me dire : « Oui, ça a beaucoup de sens pour moi et j’ai envie de faire ça. Non pas parce que c’est cool aux yeux des gens, mais parce que ça m’inspire vraiment. »

Le premier truc qui a beaucoup de sens pour moi, c’est : ne suis pas les modes et les tendances. Et c’est pour ça que le slogan de mon entreprise, c’est « Defy the Statu Quo ». Et c’est vraiment cette idée, non pas d’être un rebelle pour être un rebelle, pour moi, ça n’a pas de sens, mais sors des cases qu’impose la société, qu’impose ta religion, qu’imposent tes parents, qu’impose ta famille, qu’imposent même les gens autour de toi et trouve ta propre case, en fait. Trouve le truc qui t’inspire toi, qui a du sens pour toi et sur lequel tu es prêt à bosser, pendant dix ans, même si ce n’est pas si lucratif que ça.

Parce qu’en fait, si tu deviens vraiment excellent dans un endroit qui t’inspire pour toi, bien sûr, en vérifiant qu’il y ait quand même des gens qui en ont besoin, qu’il y a une demande, qu’il y a quelque chose, mais si tu es prêt à devenir excellent dans quelque chose sur dix ans, en fait, tu es sûr de réussir.

Et vu que la plupart des gens, ils vont dans des directions non pas parce que ça les inspire, mais parce qu’il y a une mode, et que qui dit mode dit souvent que c’est trop tard, c’est-à-dire que qui dit mode dit qu’en fait, il y a déjà une majorité de gens qui y sont allés, qu’il y a une compétition qui est dingue et que donc, quand je dis que c’est trop tard, ce n’est jamais trop tard, mais ça veut dire que le peu de gens qui vont réussir à percer après que la vague soit passée, ce sont des gens qui vont bosser comme des tarés, qui sont vraiment missionnés, qui sont vraiment talentueux. Eux, ils vont réussir à percer.

Donc, les gens y vont en se disant que c’est un effet de mode et donc, il faut y aller parce que c’est encore plus facile de réussir. Et paradoxalement, quand la mode est là, ce n’est justement pas facile de réussir, tu vois ? C’est exactement comme quand tout le monde se met à investir en bourse, c’est généralement qu’on approche pas loin du crash. Le meilleur moment d’investir en bourse, c’est quand personne n’a envie d’investir en bourse. C’est que, justement, tout le monde est en mode pessimiste. Et c’est pour ça qu’il y a des citations un peu trash de milliardaires à l’époque, qui disent que « c’est quand il y a du sang qui coule dehors qu’il faut investir ».

C’était une métaphore, à l’époque, pour dire : quand c’est la guerre et la crise, personne ne veut investir. Tout le monde est pessimiste et c’est là qu’il s’agit d’y aller.

C’est assez dingue, la vie que tu commences à avoir quand, peu importe les murmures et le bruit de l’extérieur, les critiques, l’avis des gens, si tel truc est à la mode ou pas, tu vas à la recherche de ce qui t’inspire, toi, qui a du sens pour toi et que tu joues sur le long terme. Le mieux, c’est de ne pas écouter les modes et de faire ce qui t’inspire, toi.

Quelles sont les limites à ne pas franchir ? 

Si Steve Jobs avait voulu suivre le parcours de Bill Gates, il n’aurait jamais eu son parcours. Les deux étaient passionnés d’informatique et de technologie.

Tu en as un qui était fasciné par le design depuis le début. Il n’a pas fait du design parce que c’était la mode, il a fait du design parce qu’il avait un amour du design, de la beauté. Il a pris des cours de calligraphie qui semblaient être une perte de temps.

Au final, il dit lui-même : cet intérêt pour le design lui a permis de révolutionner la manière de faire les polices de caractères. À l’époque, une police de caractères, elle prend le même nombre de pixels. C’est-à-dire qu’un i prend le même nombre de pixels qu’un l, à l’époque. Et donc, ce n’est pas harmonieux pour l’œil. Et lui, par ses cours de calligraphie, il se dit : « Mais en fait, ce qu’il faut faire, c’est qu’une lettre, elle doit être déterminée par une même taille d’espace entre les lettres. Finalement, un i prend moins de pixels. Par contre, l’espace qu’il y a entre la lettre avant-après est le même. Et du coup, c’est plus harmonieux pour le cerveau. Et il dit lui même, Steve Jobs, que son amour du design a créé une innovation au niveau des polices de caractères et que sans cette innovation des polices de caractères, il n’y aurait certainement pas eu le succès d’Apple. Mais la mauvaise lecture de ça, ça aurait été de se dire : imaginons que Bill Gates voit ça. Et de se dire : il faut que je mette de la valeur sur le design comme Steve Jobs.

aller vers ce qui t'inspire

Mais en fait, jamais tu ne peux gagner la compétition avec quelqu’un qui est passionné. Jamais ! C’est mort ! C’est comme : il y a des gens qui ont vu des vidéos que j’ai faites qui ont très bien marché. Tu vois, j’ai quatre-cinq vidéos qui ont dépassé, sur Facebook et YouTube cumulés, les dix millions de vues. Ce sont des vidéos qui ont été scénarisées, écrites. On a mis des équipes de tournage, on est allés tourner aux États-Unis, etc. Et l’erreur de jugement, ça serait de voir ça et de se dire : « Moi, je veux réussir dans le coaching donc, je vais faire comme David. » Mais ce serait une énorme erreur.

La raison profonde pour laquelle je les ai faites, c’est que j’aime le storytelling, j’aime vraiment la vidéo. C’est-à-dire : tu me mettrais cent milliards sur mon compte en banque, je ferais toujours des vidéos.

J’aime la technologie, j’aime les caméras, j’aime le cinéma. Et au-delà de mon business, c’était un vrai moyen d’expression qui s’est avéré… J’ai essayé de mettre à profit ma passion pour mon business.

Mais si tu essaies de faire ça alors que tu n’aimes pas le storytelling, le design, la vidéo, mais que tu n’aimes que la psychologie, autant que tu prennes ton iPhone et faire des vidéos très simples. Et si ça se trouve, tu pourras plus réussir que moi, avec des vidéos très simples parce qu’au fond de toi, tu n’es pas inspiré comme moi par le storytelling et le design.

Le seul intérêt de s’inspirer, c’est à court terme pour découvrir ce qui t’inspire. C’est-à-dire qu’en gros, OK que la personne, la première fois, elle se dise : « Je vais tester, faire une vidéo comme David. » Mais si après la vidéo, elle se rend compte que le processus de faire la vidéo, ça ne l’a pas inspirée, ça, ça dit quelque chose. Il faut qu’elle arrête.

Comment avancer vers ce qui t’inspire ?

Quand j’ai démarré sur internet, c’était la mode du blog et des articles. J’ai écrit douze articles à l’époque et j’ai eu l’impression que j’allais décéder. Je n’aimais pas écrire. Je n’étais pas bien.

Et tout le monde me disait à l’époque : « Mais David, si tu ne crées pas un article par semaine, jamais ça ne marchera pour toi. » Et j’ai dit : « Fuck, en fait. Tant pis. Moi, je veux faire de la vidéo. » Les gens m’ont dit : « Mais personne n’ira sur YouTube pour aller regarder du développement personnel. En plus, il vaut mieux que tu écrives parce que tu es jeune et qu’en plus, en vidéo, tu n’es pas top. Ça sera plus facile que tu sois meilleur à l’écrit. »

Je dis : « Oui, mais tant pis parce que j’aime la vidéo et je mise sur la vidéo. » Et ça a été drôle pour moi, le jour où j’ai eu des gens, qui ont été des formateurs sur le blogging qui, cinq-six ans auparavant, poussaient en disant « il ne faut faire que des articles », qui se sont mis à m’appeler en disant : « David, tu ne peux pas me donner des conseils sur YouTube et les vidéos ? »

Mais encore une fois, il y a des gens aujourd’hui qui sont en train de se mettre à la vidéo et qui n’écrivent pas d’articles alors qu’ils ont un talent présent ou caché, mais en tout cas, ils ont un amour de l’écrit.

le tresor est en toi pour aller vers ce qui t'inspire

Et il vaut mieux qu’ils ne fassent jamais de vidéo de leur vie, mais qu’ils mettent dix ans à écrire des articles de malade et ils réussiront beaucoup plus, parce qu’il y a une compétition de dingue sur YouTube ! Et ce n’est que le début.

Moi, j’ai démarré, j’étais tout seul.Donc, même si j’étais un peu nul, j’étais tout seul. Donc, ça a fini par marcher. Mais le David qui a démarré, s’il démarrait maintenant, il n’aurait pas eu le même succès. Le David d’aujourd’hui, il aurait certainement plus ou moins le même succès parce que j’ai développé une aisance orale, je sais ce qui marche sur YouTube. J’ai développé plein de compétences. Mais le David du début, ça aurait été la galère aujourd’hui. Ça ne veut pas dire que ça aurait été impossible, encore une fois. Et je pense que j’aurais fini par réussir tout autant parce qu’encore une fois, tout comme il y a dix ans, j’adorais la vidéo, je l’adorerais tout autant si je démarrais maintenant. Donc, ça marcherait parce que je suis prêt à mettre trente ans s’il le faut, pour que ça marche. J’aime la vidéo, j’aime la psychologie, j’aime le coaching, j’aime voir les gens réaliser leurs rêves. Et donc, je suis prêt à tout donner jusqu’à la fin de ma vie pour ça. Mais quelqu’un qui irait là-dedans juste parce qu’il se dit : « C’est à la mode, c’est lucratif. » Ou alors, nuance de ça, quelqu’un qui serait réellement inspiré par le coaching, mais qui voudrait réussir dans le coaching de la mauvaise manière, c’est mort.

Trouve ce qui t’inspire, pas seulement la destination, mais trouve aussi le chemin qui t’inspire. Il y a des millions de manières d’aller vers ce qui t’inspire. Gary Vee, c’est un bel exemple. Mais ne deviens pas Gary Vee si tu n’es pas comme lui, parce qu’en fait, tu vas décéder. Gary Vee, c’est Gary Vee. Ça marche parce que c’est lui et qu’il est lui-même.

Le message de fin, c’est ça : sois toi-même et va vers un rêve qui est le tien, et mise sur dix ans, bosse tous les jours et ça va payer.

Comment avoir une motivation grâce à la motivation induite ? 

J’espère que la vidéo t’a plu. En tout cas, je partage un message qui, pour moi, est vraiment important. Mets-moi en commentaire un rêve que tu as. Si tu le réalises d’ici la fin de ta vie, tu seras vraiment fier de toi. Je vais lire chacun des commentaires. Et si le sujet de la motivation t’intéresse, tu vois, pendant des années, moi, j’ai eu des difficultés à trouver de l’énergie, à être motivé. Ma mère disait : « Tu es léthargique. » Et j’ai découvert un principe qui m’a beaucoup aidé. Je l’ai appelé, depuis, la motivation induite.

J’ai créé un guide qui s’appelle Le Guide pratique de la motivation induite. Ça a aidé déjà des centaines de personnes. Si ça t’intéresse, tu cliques juste sur le bouton qui apparaît. Je te l’envoie gratuitement. Vraiment, ça va t’aider. Et ça change encore une fois la vie de dizaines de personnes. En attendant, je te dis à très vite. Et surtout, rappelle-toi : cette année, c’est notre année.

0
0
votes
Évaluation de l'article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,50/5 sur 2 votes)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Share This