1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,98/5 sur 440 votes)

Loading...

Réalisez vos rêves avec Poisson Fécond

– Salut à tous, c’est Poisson Fécond et aujourd’hui je voudrais vous parler d’un sujet hautement intéressant, c’est l’argent. Qui n’est pas intéressé par l’argent ? Et pour ça je vous ai concocté un petit schéma, regardez, plus le temps passe, et…

– T’es qui toi ?

– Bonjour, c’est Poisson Fécond, je fais des vidéos sur YouTube…

– C’est quoi YouTube ?

– Mais merde putain on est sur YouTube, tu es à la masse toi regarde.

– Pourquoi toi tu es là ? Et pourquoi moi je suis là ?

– Mais détends-toi, je n’ai pas forcément dit que c’était toi, regarde plus le temps passe et plus l’argent, tu peux augmenter.

– Tu es un gros con ou tu parles d’argent ?

– Merde, c’est le premier sujet, effectivement, j’espère que je suis un gros con.

– L’argent c’est sale, l’argent c’est sale.

– Maintenant tu inaudible (0:36) pas forcément et ensuite on parlera de la réalisation des rêves. Tu dois avoir des rêves toi dans la vie ? Non ? Et le troisième point c’est le regard des autres. Je crois que tu as un problème avec les autres toi, mais bon, en tout cas on le verra dans le sujet en question.

– Tu es un gros con.

David Laroche : Alors vous venez de voir une petite scénette avec Poisson Fécond qui décrit ses youtubers donc il est avec moi, je vais pouvoir lui poser quelques questions sur les trois thèmes que vous avez vus un peu plus sérieusement et ça va nous permettre de voir qu’est-ce qu’il fait qu’il est entrain de réaliser ses rêves.

Salut Chris !

Chris : Salut David !

David Laroche : Comment ça va ?

Chris : Très bien.

David Laroche : En pleine forme je suis content qu’on puisse parler de ces thèmes-là.

Pour les personnes qui ne savent pas ce que c’est un youtuber, qui ne te connaissent pas, tu te décrirais comment ?

Chris : Alors je me décrirais de manière un peu plus calme qu’avec l’autre personnage un peu agressif. Je fais des vidéos instructives et avec de l’humour qui durent à peu près cinq dix minutes sur des tas de sujets différents. Il y en avait une par exemple sur l’amour, au début de l’année il y en avait eu sur les dinosaures, Harry Potter, Les Sims, enfin il y a vraiment sur tous les sujets différents et toujours avec un peu d’humour pour mieux faire avaler tout ça comme de la crème quoi, c’est toujours plus facile à faire passer.

David Laroche : Qu’est-ce qui te passionne dans le fait de faire de la vidéo sous ce format-là.

Chris : Moi c’est le fait d’enseigner aux gens c’est vraiment quelque chose qui me tripe beaucoup, pouvoir me sentir quelque part un peu utile, ils ont vu une vidéo, mais ils ont ressorti quelque chose comme quand même dans leurs têtes quoi, c’est pas juste de l’humour pour se détendre. Il y a un peu un aspect assez instructif quoi.

David Laroche : OK, en fait l’humour c’est juste un des moyens que tu as trouvés pour justement que l’essence du gâteau y passe, tu mets beaucoup de crème autour et (Poisson fécond : Voilà) et c’est fluide.

Chris : Beaucoup de crème, un petit peu de coulis à la chantilly, enfin tu mets ce que tu veux dessus, mais ouais voilà c’est un peu l’idée.

David Laroche : Donc on pourrait dire finalement, c’est le futur de l’éducation, de la pédagogie. Tu penses que dans dix ans, l’école c’est avec des formats comme ça ?

Chris : Non, pas du tout. Je pense que dans dix ans l’école n’aura strictement pas changé et je suis sérieux et ça m’attriste beaucoup de le dire, mais…

David Laroche : Alors l’école, toujours pour être plus spécifique, l’école tu l’imagines dans la tête.

Chris : Ah si je l’imaginais l’école, vraiment il y aura un coup de karcher, mais ce serait terrible, mais parce qu’il y a tellement de trucs qui ne vont pas, mais pratiquement tout est à refaire. Moi je voulais être professeur à la base finalement je ne lui suis pas et c’est pour ça que j’ai été youtuber dans ce style-là où j’apprends des choses, que je voulais vraiment être prof, enseigner aux élèves, leurs faire passer la passion alors que maintenant je me souviens des profs que j’avais eus, j’en ai eu peut-être une centaine, mais il n’y en avait que quelques-uns qui étaient vraiment passionnants, passionnés par le métier et passionnants.

Mais bon, ce n’est pas évident, on ne peut pas le leur reprocher, mais c’est un peu affligeant, mais bon, il y a de l’espoir, je pense.

David Laroche : Donc tu viens de parler d’espoir. Avant qu’on parle des rêves, on va focaliser un peu sur l’argent. C’est quoi ton rapport à l’argent comme ça, il y a beaucoup de personnes qui ont des croyances limitantes comme quoi c’est sale, ce n’est pas bien, c’est dur d’en gagner où tout le monde ne peut pas vraiment avoir de l’argent et que voilà. Il y a pleins de croyances c’est quoi toi ton rapport avec l’argent ?

Chris : J’essaie d’avoir un rapport sain après il y en a qui trouvent que c’est malsain. Dans mes vidéos, je ne parle pas tant que ça d’argent, le fait que je parle moi d’argent alors qu’en réalité sur YouTube les youtubers ne parlent jamais d’argent, d’une manière générale en France on évite d’en parler, c’est un sujet tabou et je trouve ça vraiment dommage et j’aimerai que ce soit quelque chose de plus public. Je veux dire voilà tu gagnes… je gagne ça et basta c’est…

David Laroche : Ce serait à l’américaine.

Chris : À l’américaine quoi ce tout comme sur les vidéos YouTube, on voit le nombre de vues, voilà. Par exemple cette vidéo a fait deux millions pourquoi on ne saurait pas pourquoi la personne qui a fait cette vidéo combien il a gagné et grâce à ça.

Voilà, moi ça ne me gênerait pas du tout et j’aimerais bien faire changer la mentalité là-dessus que ce soit… l’argent fait partie de la vie et c’est bête de le rendre tabou et comme si c’était quelque chose de mauvais quoi.

David Laroche : Et si tu complétais la phrase, pour toi là ce qui te vient l’argent c’est… tu mettrais quoi au bout ?

Chris : L’argent ça fait partie d’un tout en fait. J’avais utilisé cette métaphore avant, il y a un fromage et puis le fromage il y a plein d’aspects il y a la passion, il y a l’enfance, la famille et puis il y a l’argent. Ca fait partie, il y a une part et si on retire cette part le gâteau n’est pas complet quoi enfin le fromage, et donc tu remets la part et puis voilà.

David Laroche : cool. Comment tu utilises l’argent toi justement pour aller vers tes rêves ?

Chris : C’est pour m’acheter des conneries, pour m’acheter des bouts de pain et prostituer tout ça évidemment. Non, pour réaliser mes rêves ben… plus on veut réaliser des rêves ambitieux, plus il faut d’argent et moi j’essaye vraiment de réinvestir l’argent que je peux gagner dans mon entreprise que j’ai créée pour déjà payer un monteur vidéo.

Salut Félix !

Et ensuite pour essayer d’embaucher d’autres personnes pour réaliser, j’ai un jeu vidéo en cours, on en parlera après, je pense, au niveau des rêves.

Et donc, voilà, l’argent pour moi c’est un moyen pour accomplir ce que j’ai envie de faire, les rêves que j’avais quand j’étais gamin par exemple ou que j’ai imaginé plus tard.

C’est vraiment un moyen de faire, c’est comme des rames.

David Laroche : Donc finalement dans ta vision du monde et donc pour les personnes qui sont avec nous, tu as un rêve et du coup pour le réaliser il va y avoir besoin d’argent donc naturellement tu mets des choses en place pour avoir de l’argent, tu réutilises cet argent pour aller vers ton rêve et c’est une dynamique en fait qui est vertueuse.

Chris : Ouais, après rien ne t’empêche de te faire plaisir, d’aller au resto. Ça, c’est aussi le bon aspect des choses. L’argent, ça permet d’accéder à pas mal de trucs.

Mais vraiment moi dans l’idée principale, l’argent ça permet… c’est un moyen pour accomplir ses rêves et il faut trouver comment obtenir cet argent à travers ces vidéos ou quoi que ce soit.

David Laroche : Et tu dirais quoi à un jeune qui a entre 15 et plus pour ne pas donner de limite à la jeunesse, tu dirais quoi justement à quelqu’un qui dit moi je voudrais de l’argent, mais je ne sais pas quoi faire, ce n’est pas possible, je ne peux pas y arriver.

Chris : Ben il ne faut pas dire je veux de l’argent, il faut dire je veux quelque chose, c’est un rêve, ça n’a rien avoir avec l’argent ce rêve. Par exemple j’aimerais être acteur ou j’aimerais bien faire une pièce de théâtre tout ça, et pour faire ça il faut obtenir, généralement, de l’argent et donc, voilà, comment atteindre ce but.

Parfois on n’a pas forcément besoin d’avoir de l’argent de manière cash, mais en tout cas l’argent ça peut être un moyen pour accéder à ce rêve et il faut essayer de réfléchir à ça, ne pas hésiter à se remettre en question, à faire des formations comme tu peux le faire.

Voilà, il y a pas mal de trucs finalement qu’on ignore souvent puisqu’on ne parle pas de l’argent, évidemment c’est tabou en France, pour réaliser ses rêves.

David Laroche : inaudible (07:00) toi tu inverses ? Et donc là c’est pour un jeune qui nous regarde, qui est entrain de se demander c’est d’abord qu’est-ce qui me fait vibrer ? C’est quoi mes rêves ? Qu’est-ce que j’aimerais faire ? Et une fois qu’il y a un truc qui me parle de me dire c’est combien j’ai besoin d’argent pour aller vers ce truc là en fait. Et là du coup tu as le montant financier dont tu as besoin pour réaliser la première étape.

Chris : Voilà tout à fait.

David Laroche : cool.

Chris : Pas de commentaire.

David Laroche : parfait.

Pour cette deuxième partie, ce deuxième point, nous allons parler des rêves là, la réalisation des …

Pardon, excuse-moi, tu n’as rien à faire ici. Là c’est beaucoup trop… on va redescendre un peu sur terre.

Les rêves, justement sur terre, parlons des rêves.

Mais t’es qui pour réaliser des rêves toi ?

Je ne sais pas qui je suis moi. En tout cas j’en ai réalisé quelques-uns, faire mon bouquin, jeux vidéos, tout ça, aller faire une entreprise. Tout ça fait…

Tu es prétentieux.

 Ambitieux, je pense, ce serait le terme le plus approprié.

Les rêves, ce n’est pas possible, j’ai déjà essayé

 Tu as déjà essayé, vraiment ?

Ça ne marche pas.

Attends, tu t’y es pris comme un manche. Quand on te voit, on se dit que ça ne peut pas être possible pour toi, mais c’est possible de faire…

 Tu es un gros con.

Non, non, ce n’est pas vrai. On peut faire ses rêves.

David Laroche : Alors justement Chris, donc vu que là… d’abord tu passes par les rêves et tu as l’argent dont tu as besoin pour y aller. C’est quoi toi tes rêves ?

Chris : Alors moi mes rêves, je les appelle comme des rêves pour les gens puisque c’est facile à mémoriser, mais en réalité c’est des projets et en les disant projets ça les rend beaucoup plus concret et on sait qu’ils seront faits donc au niveau des projets, de mes rêves, j’ai un bouquin que j’ai mis en stand-by puisque je veux faire aussi un jeu vidéo, j’ai aussi à prendre soin de ma chaîne YouTube, et puis… vraiment j’ai pas mal de trucs. J’ai une entreprise à faire tourner. En fait j’ai pas mal de petits projets, de rêves, mais qui sont un peu dispatchés dans le temps et le plus dur, pour moi ce n’est pas d’en avoir puisque j’en ai une inaudible (08:47), mais c’est plutôt de me focaliser sur un certain nombre restreint et de réaliser cela avant de passer sur d’autres quoi.

David Laroche : Et avant qu’on parle de focalisation, il y a plein de personnes aussi qui se disent voilà moi je ne peux pas y arriver, je n’ai pas l’éducation, je n’ai pas le réseau, je ne suis pas à la hauteur, t’aimerais dire quoi à jeune qui a des rêves, il les a, il les a sur le papier, il a fait la première étape, mais au fond de lui il se dit moi j’ai pas la confiance, je n’y arriverai jamais, je ne suis pas comme Chris quoi, je ne peux pas faire des vidéos avec autant de vues, je ne peux pas écrire un livre, je ne peux pas faire ça. Tu aimerais lui dire quoi ?

Chris : Justement dans l’un de mes EDK, l’un des derniers, j’avais conclu par une jolie petite phrase c’était qu’importe l’éducation, la famille dans laquelle vous êtes, le milieu dans lequel vous êtes issu, n’importe qui peut réussir puisque la vie, la réussite c’est comme un gratte-ciel et même si certains ont commencé à un étage supérieur, tout le monde peut le gravir puisqu’il y a des escaliers, il faut gravir les marches tout simplement.

David Laroche : Yes, et donc quand tu dis gravir les marches, c’est l’idée de se dire par quoi je peux commencer pour réaliser mes rêves en fait.

Chris : Ouais, peut-être que certains auront plus de marche à accomplir puisqu’ils auront un milieu un peu pourri s’ils sont d’une famille pauvre ou qu’ils n’ont pas eu la culture qu’il fallait et en s’instruisant, en développant certaines choses, ils pourront combler leurs retards et monter tout autant que les autres leurs gratte-ciels.

David Laroche : Et donc toi, pour ton gratte-ciel, c’est quoi les premières marches que tu as franchies ?

Chris : Moi c’était il y a très longtemps, je crois que c’était il y a dix ans maintenant où les marches je les avais bien sentis quoi. Je crois que c’était la méthode Bonaparte où j’essayais d’aider les profs puisqu’on en a parlé au début, je voulais être prof et en essayant d’être prof, je voulais vraiment être un bon prof. Le problème c’est qu’avec les profs que j’avais bons ils avaient du mal à se faire respecter en cours donc j’avais vraiment observé les choses pour faire en sorte que ça ne se reproduise pas avec moi.

Donc j’avais réussi à écrire une méthode qui existe toujours et que vous pouvez aller voir gratuitement en ligne pour aider vraiment les profs à faire ça. Donc j’avais écrit cette méthode, c’était l’une vraiment des premières marches, il y avait aussi la chaîne YouTube et puis pendant longtemps je me suis questionné comment réussir ses putains de rêves que j’ai depuis longtemps et pour ça il faudrait de l’argent, il faut être un peu plus populaire.

Voilà, il y a pas mal de facteurs et puis… Donc il y avait la chaîne YouTube, j’avais fait… je suis vraiment passé par pas mal d’étapes, par des échecs, par des remises en question, mais c’était formateur.

David Laroche : Tient et quand il y a un échec pareil, plein de personnes quand ils ont un échec ils se disent voilà j’ai tout essayé alors qu’ils ont essayé deux fois, mais ils disent j’ai tout essayé, ça ne marche pas, du coup j’y arriverai pas. On en parlait encore hier, voilà avec un jeune qui a un rêve dans le bodybuilding, qui… tout le monde le dit autour de lui, mais tu sais c’est trop dur comme milieu, c’est trop compliqué.

Qu’est-ce qui fait que toi, ta toute première vidéo, elle n’a pas tout de suite fait des millions de vues, qu’est-ce qui fait que tu ne t’es pas dit ben voilà j’ai essayé ça ne marche pas en fait.

Comment…

Chris : La première vidéo j’ai dû la supprimer au bout de quelques semaines puisqu’elle était navrante, mais, la deuxième aussi, ensuite j’avais a commencé à sortir des vraies vidéos qui étaient sur ma chaîne YouTube, mais c’est vrai qu’au début ce n’était pas du tout évident et il y avait des échecs, alors t’as un échec tu fais putain tu te sens tellement mal donc pendant quelques semaines ou quelques mois t’es là, tu boudes, tu penses à autre chose et puis un jour tu te sors les doigts du cul quoi, ils n’ont rien à faire là de toute façon et puis tu te dis il faut vraiment changer et donc tu te poses, tu prends une feuille de papier ou qu’importe et puis tu essayes de réfléchir. Prends le temps de réfléchir, ça ne va pas forcément venir tout seul, tu réfléchis à ce qu’il faut faire et tu gardes toujours espoir au fond de toi, une sorte d’étincelle, il ne faut pas qu’elle s’éteigne et vraiment en tout cas avec moi ça avait fonctionné puisque tu finis par trouver un moyen. Ce moyen, ça sera un nouveau moyen, peut-être il ne marchera pas, mais qu’importe puisque… imagine-toi sur une route et tu avances, tu vas peut-être chavirer, tu tombes, mais tu te relèves, tu continues à marcher donc t’avances et tôt ou tard tu sais qu’il y a le terminus. Tu ne sais pas quand tu vas l’atteindre, t’es comme dans le brouillard, mais au moment où tu vas l’atteindre tu sais que tu l’auras atteint quoi.

David Laroche : donc en fait ce que tu dis là peut être pareil avec les personnes qui nous regardent c’est que la limite peu importe que mon idée soit une bonne idée ou pas, j’ai fait quelque chose, ça a eu des résultats ou pas de résultats, peu importe, ou peu de résultats , je réessaie quelque chose réessaie quelque chose une fois à droite et une fois à gauche et j’ai cette petite étincelle que j’entretiens, cette flamme au bout de moi je me dis qu’à force de modifier la chose il y des grandes chances que … dans mes rêves.

Chris : Il ne faut pas foncer bête peut être baissé. Ce n’est pas non plus ce qu’on en train de dire, faut pas foncer tête baissée en disant que je me fous de tout le reste non, il faut prendre en compte l’environnement, vraiment prendre en compte le milieu et essayer de s’adapter au milieu et essayer de l’adapter à soi. Donc par exemple pour reprendre l’exemple du chemin, s’il y a l’image des arbres, tu ne vas pas foncer sur l’arbre : s’il y un arbre tu baisses et tu l’esquives et tu passes à d’autres choses, donc vraiment prendre en compte tout autour de toi pour bien avancer quoi et à mesure que tu comprends un peu mieux l’environnement, tu marches de plus en plus vite pour tes objectifs quoi.

David Laroche : Pour revenir sur ce que tu disais tu dis que tu as plein d’idées pleines de rêves et la question c’est de choisir. J’ai deux questions, je veux voir comment tu vas répondre. Il y a peut être des gens qui disent que tu as déjà un et tu n’as pas le droit de faire…tu ne peux pas réaliser trop de rêve en même temps. Et l’autre question c’est : comment tu fais ton tri toi dans tous tes rêves ? Sur quoi tu mets toute ton attention?

Chris : ouais, moi je suis vraiment intimement convaincu que je réaliserai vraiment une grande partie de mes rêves quand bien même s’ils sont complètement fous d’ailleurs j’évite de trop en parler parce que les gens ils vont me prendre comme un dingue. On a un peu de limites là, mais donc pour ta question, tu ne peux pas faire tout en même temps puisque sinon tu vas te noyer. C’est comme un grand poisson : bonjour ! Enfin les poissons ça ne se voit pas c’est absurde . Et bon, il faut que tu choisisses un rêve. Moi, j’essaie de voir ce qui est plus rapide à faire, et ce qui coûte le moins d’argent quoi, donc la chaîne YouTube cava c’est assez light et donc je peux le faire en parallèle d’autres choses et donc je choisis les jeux vidéo.

David Laroche : donc tu veux un jour développer en jeu vidéo?

Chris : je voudrais développer en jeu vidéo, là je vais faire un petit jeu vidéo…c’est une sorte de marche en fait il y a la grosse marche et là je veux faire un petit jeu qui va bientôt terminer avant de faire le plus gros et le plus haut puisqu’on avait parler d’argent au début, il me coutera à peu près cinq mille euros, cinquante milles à cent milles et donc pour ça j’ai imaginé les étapes nécessaires pour le réussir. Je vois que c’est un petit peu haut donc je vois qu’il va falloir gravir ça.

David Laroche : OK donc si je résumais un peu pareil pour tout le monde, c’est un peu comme si je fais là un brainstorming je liste tous mes rêves peu importe qu’ils soient possibles / pas possible, très grand/ très petit pour toi, une fois que j’ai ces trucs-là qui sort, je vais commencer à dire OK dans ces rêves-là qu’on a eu un moment de prendre du temps de l’énergie de l’argent on va dire je les positionne dans le temps et en hauteur. Je prends ceux sur quoi je peux commencer, ça me donne un projet en premier et à partir de ce projet-là quelle est la petite action que je peux faire tous les jours pour franchir des marches, atteindre le premier projet, ouvrir une deuxième porte pour les plus grands projets et ainsi de suite jusqu’à la réalisation de tes rêves, si on résumait ta stratégie c’est ça?

Chris : c’est ça. ben après tout, c’est vrai que j’ai beaucoup de trucs, mais après avoir un rêve c’est déjà très bien, mais après avoir accompli un autre, on pourrait encore avoir un autre.

David Laroche : Il y a une petite action qui me vient par rapport aux personnes, aux personnes qui me disent que je ne trouve pas mes rêves, comment tu les trouves toi?

Chris : ben au début on n’en a pas forcément, mais il faut simplement se poser et réfléchir à ce qui nous font vibrer , regarder le monde autour, faut pas dire je ne ferai jamais ça, tu dis que c’est peut-être bien de faire ça aussi, qu’est-ce qui te fais plaisir à toi, qu’est-ce que tu aimerais accomplir, en quoi tu te sentiras utile.

David Laroche : super, donc toi en fait tu ouvres et peu importe pour l’instant si je vais ou pas le faire, tu ouvres l’idée que j’aime faire ceci

Chris : Ouais tu dis, j’aimerais faire ça donc je fais en sorte, je réfléchis à tous les moyens possibles pour que ça soit possible.

David Laroche : Yes, et ça tombe bien, car on va parler un peu du regard des autres, car des fois c’est ce qui bloque c’est ce que les autres pensent de toi, parce que beaucoup de personnes disent ça, critique et en tant que youtubeur, tu t’es exposé et je veux qu’on en parle.

Et pour ce troisième point, dans cette troisième partie nous allons parler du regard des autres et excuse-moi c’est pas ici qui se passe t’es toujours un petit peu à la bourre

– Tu n’as pas honte?

– Honte de quoi?

– De parler de tout ça, c’est quoi les autres?

– Mais les autres c’est le regard des autres, comment tu es traité, les critiques et tout ça tu vois c’est important quand tu veux réussir dans quelque chose

– Tu peux être normal comme tout le monde ?

– Je suis normal, je suis comme tout le monde tu sais, juste un peu différent

– T’es prétentieux

– Non, ce n’est pas ici que ça se passe

– T’es un gros con

David Laroche : Alors, on a parlé d’argent et de rêve, et c’est vrai que des fois ce qui limite c’est ni l’argent ni le fait d’avoir des rêves c’est ce que les autres pensent de toi, les critiques, en décidant de devenir youtubeur tu t’es exposé à de l’autorité et qui dit autorité dit aussi des critiques, du rejet, des gens que tu connaissais ont peut être jugé un peu ton travail…déjà toi, tu l’as vaincu comment? On va se résumer rapidement l’ascension, comment toi tu as vaincu le retour des gens ?

Chris : Ce n’est pas vraiment le travail qui juge, c’est surtout la personne enfin c’est la personne c’est un peu plus difficile, quand les personnes nous disent par exemple : je crois que t’as connu ça toi aussi, on va le prendre, ce n’est pas le travail qui juge c’est juste toi qui vas le prendre, il ne faut pas le prendre personnellement et il faut dire quelque part même si ça se fera toujours mal et même moi ça me passe le coeur quand je reçois une critique négative même si je peux comprendre voilà que la personne est slash, mais dans tous les cas si tu  veux grandir et avoir plus de popularité automatiquement tu augmentes le nombre de personnes qui te connaissent et forcément tu as une personnalité et ta personnalité ne peux pas plaire à tout le monde. Quand tu grandis, il y a toujours une part de personne qui ne vont pas aimer ça parce qu’ils sont différent, trop différents et en étant trop différents il faut dans une sorte de cercle différent et ils sont à l’écart et ça fait qu’il va se sentir mal et peut être qu’en t’insultant ils sentiront un peu mieux donc voilà.

David Laroche : Donc ce que tu dis en fait ce qui ce que ça découle c’est que ça peut parler au lycée, à l’école, au travail c’est de se dire : au lieu de vouloir être aimé par tout le monde, je vais faire ce que j’ai envie de faire, je vais réaliser mes rêves, générer argent que j’ai envie de générer, et plus, je vais faire du bon travail et il y aura une partie des gens de plus en plus grande qui va m’aimer et il y a aussi une partie de plus en plus grande qui va pas aimer mon travail ou quoi que ce soit et le truc que tu dises c’est qu’ils vont peut-être te critiquer toi, mais au fond ça envoie des choses à eux en fait, juste toi t’avances

Chris : Exactement c’est comme un miroir en fait et il se voit eux-mêmes et une part d’eux-mêmes qu’il n’apprécie pas ou qu’ils ont du mal à assumer un peu comme l’homosexualité pardon, mais l’homosexualité c’est fou, mais c’est vrai qu’il y des théories là-dessous qui disent que les gens qui n’aiment pas l’homosexuelle c’est que quelque part il n’assume pas leur propre part d’homosexualité. Donc pour rebondir sur notre propre sujet et voilà c’est un peu l’idée. Et donc qu’importe ce que vous fassiez quoi que ce soit, que vous êtes comme ça dans tous le cas toutes personnes ne pourra aimer ce que vous faites tout le monde en fait il y aura toujours des personnes qui n’apprécient pas. Autant faire en sorte de faire le mieux pour soi et tant pis hein…

David Laroche : quitte à le détester, autant le faire en faisant ce que tu aimes et entre-temps …t’amuser quoi. J’imagine Chris qu’il y a des personnes qui t’ont envoyé de belles critiques bien salées, ça peut aider des personnes qui nous regardent, t’as eu quoi comme genre de critiques et comment tu les a transformés?

Chris : waouh waouh eh ben les critiques on en a tous et j’avais une vidéo j’avais un peu compilé des commentaires haineux c’est un peu sympa à lire et je pense que ça fait plaisir à lire, les gens qui t’aiment bien, quelques parts ils aiment bien avoir les commentaires négatifs que tu as pu recevoir et c’est un peu divertissant, ils se disent oui, mais bon moi je pense pas ça, tout ça donc quelque part ça peut renforcer leur amour qu’ils ont pour toi quoi

David Laroche : Tu ne supprimes pas les commentaires haineux ?

Chris : Surement pas, moi je suis pour que tout le monde s’exprime tant que voilà ça dépasse pas un peu la limite où ils vont critiquer ta mère, il faut brûler en enfer tout ça, mais non non non c’est vrai ça va quoi c’est que moi j’apprécie les commentaires constructifs et négatifs et j’adore discuter avec les gens qui ne sont pas d’accord avec moi. C’est avec eux qu’on peut discuter le plus. Non, mais les commentaires négatifs ça fait partie des règles du jeu, il faut se dire ça quoi. Ça ne fait jamais plaisir qu’on les lise, mais bon …

David Laroche : en fait ce que j’entends la dans tout ce que tu me dis et c’est pareil ça peut parler à tout le monde c’est que tu mets plus ton intention sur le fait que ça va t’aider à grandir, avancer et évoluer plus que ça fait mal ou quoi que ce soit. Toi si tu dis OK il y a un truc à apprendre de ce truc-là et je vais me prendre je vais grandir avec un pas et on avance.

Chris : Ouais, parfois, le commentaire négatif soit c’est un truc cash t’es nul, t’es pourri, bon ben tu ne peux pas vraiment réagir à ça, bon tant pis, excuse-moi, voilà, excuse-moi de vivre, mais après quand c’est un peu plus constructif ou il dit voilà j’aime pas ta façon de parler, là tu parles trop vite, là ta blague je n’ai pas aimé. C’est un commentaire négatif, mais c’est juste son avis et parfois quand il fait cet avis, il peut donner l’impression qu’il a raison, lui il est convaincu que tu devrais faire ça, mais toi tu dis ben non puisque c’est toujours comme ça que j’ai fait, ça a toujours marché avec les autres donc je n’ai pas forcément de raisons de changer, peut-être ça ferait plaisir à toi, mais je perdrai beaucoup de mon public en faisant ça donc tu dis merci pour ton commentaire, mais… voilà, ça ne peut pas aller plus loin.

David Laroche : parfait, tient pour conclure Chris, imagine qu’on a une machine à remonter le temps, je fais ça des fois dans mes séminaires, tu puisses rentrer dedans et qu’on puisse partir cinq ans en arrière ou même dix ans en arrière et t’ailles voir Chris dans les moments de doute où il se disait je vais peut-être pas y arriver, peut-être quelques secondes comme ça et qu’il était là derrière la caméra, tu lui parles, t’aimerais lui dire quoi ?

Chris : Ben pas grand chose hein, c’était sur la bonne voie, mais je voulais dire quelques parts j’avais déjà ce chemin à tracer et je savais… je voyais une lumière à la fin, une sorte de phare et  je continue à avancer, là j’étais un peu dans la tempête, mais je lui dis ben continue. Et là tu as les vagues, bon il y a un peu de mousse tout ça, mais continue puisqu’à un moment ce sera plus calme et puis ce sera beaucoup plus… il fallait continuer. Si j’avais abandonné ça aurait été foutu quoi. Et j’ai beaucoup abandonné dans ma vie d’autres projets et en les abandonnant je ne savais pas si ça allait marcher et c’était un grand tort c’était d’avoir abandonné quoi.

David Laroche : Il y une phrase qui va te plaire, je pense, c’est le seul moyen d’échouer c’est d’abandonner  avant d’avoir réussi, c’est une phrase que je me suis répétée en boucle toutes les fois où je me disais ça ne marche pas, je n’y arriverai pas. Voilà, je te la donne, tu pourras l’utiliser aussi.

Chris : Merci. Et j’en ai une autre, c’est un peu comme la tienne, c’est que le seul véritable échec c’est quand on ne se relève plus quoi.

David Laroche : Exactement.

Et du coup la deuxième question, imagine que j’ai fait le bon exercice, mais avec le Chris du futur que j’ai vu dans dix ans, là en fait il apparaît, il vient de…

Chris : Salut, Chris, c’est quoi cette barbe.

David Laroche : C’est ça, il vient du futur, lui qu’est-ce qu’il te dirait ?

Chris : Je pense qu’il dirait la même chose que j’ai dit au Chris du passé, c’est-à-dire ben c’est bien continu, voilà, tu es sur la bonne voie, tu vas faire des échecs sans doute, mais tu es sur la bonne voie mon gars. Merci Chris.

David Laroche : OK donc si Chris tu résumais la ce qui te vient ou si tu as un message à donner à la personne qui nous regarde, tu voudrais lui dire quoi ?

Chris : Ben j’aimerais dire tout simplement que si vous avez des rêves, vous pouvez les réussir, ça ne veut pas dire que demain vous les réussirez, ça ne veut pas dire que dans un an non plus, peut-être pas dans cinq ans, mais vous avez un rêve, vous avez un phare au bout de la ligne, vous avez un bateau, vous allez traverser une petite tempête, sans doute plusieurs, vous verrez certains moments vous ne verrez peut-être plus trop ce phare, mais continuez à avancer et tôt ou tard vous finirez par l’atteindre, je pense. Ouais.

David Laroche : cool. Retenez une petite chose de cette vidéo et utilisez-là et voilà.

Merci Chris en tout cas.

Chris : Merci David.

Chris : Et bien voilà cette petite interview est terminée, j’espère que ça vous a plu. Pour récapituler, l’argent peut permettre de réaliser vos rêves, mais en contrepartie il faut se foutre du regard des autres.

Qu’est-ce que tu fais là toi ? Viens ici, viens ici.

David Laroche : Mais tu racontes des conneries là encore.

Chris : Non, ce n’est pas des conneries. Toi aussi tu peux réaliser tes rêves.

David Laroche : J’ai toujours été comme ça.

Chris : Tu peux changer. Au revoir.

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This