1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Comment avoir des relations plus épanouissantes ?

Tu as l’impression que tes relations ne te comblent pas sur tous les plans ?

Il t’arrive de trouver les conversations trop superficielles ?

Tu ne te sens pas très entouré(e) ou pas totalement comprise(e) par tes proches ?

Ou tu te demandes si tes relations sont saines ?

Découvre dès maintenant 4 astuces qui rendront tes relations plus épanouissantes !

La première clé pour améliorer tes liens sociaux est la pratique de la communication non-violente.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce type de communication est d’abord un dialogue avec soi-même.

Pour la pratiquer, il te faudra identifier et nommer tes émotions de la façon la plus précise possible. Cela te permettra d’être à l’écoute de ce que tu ressens, mais surtout de pouvoir le communiquer à ton entourage.

Tu te rendras vite compte que le fait d’exprimer avec exactitude tes émotions est le meilleur moyen pour :

  • Être mieux compris(e) par tes interlocuteur(ice)s
  • Eviter des malentendus et des conflits inutiles 
  • Mieux connecter avec tes proches

Cette démarche est donc une première manière d’entretenir des relations plus apaisées, sereines et bienveillantes.

Dans un second temps, il te faudra dire adieu au jugement et au reproche.

Même si quelqu’un t’agace profondément, même si tu penses avoir raison, même si c’est justifié… La critique est un poison relationnel.

Tu découvriras donc pourquoi il est primordial d’éviter au mieux de critiquer ton entourage. Et cela concerne tout le monde : famille, amis, relations amoureuses et professionnelles.

Ensuite, tu apprendras comment et pourquoi te détacher des attentes extérieures.

Grâce à une étude réalisée par le psychologue Robert B. Cialdini, tu verras que la pression sociale peut avoir de lourdes conséquences sur la qualité de tes relations.

Pour mieux interagir avec autrui, déleste toi du besoin de reconnaissance et des expectatives de tes proches.

Tu en sentiras rapidement les bénéfices : tes choix seront bien plus libres et authentiques… à l’image de tes relations !

Dans un dernier temps, nourris ton estime personnelle et apprends à t’aimer.

Car comme le disait l’écrivain et cinéaste Roger Fournier :

« Le miracle de l’amour, ce n’est pas d’aimer un homme ou une femme : c’est de s’aimer soi-même, juste assez pour être capable d’aimer vraiment une autre personne. »

L’étude que tu découvriras dans la dernière partie de cet article le montre bien. Pour entretenir de meilleures relations, il faut cultiver sa compassion envers soi-même et envers les autres.

Afin d’accroître encore davantage ton bien-être et tes relations, apprends aussi à activer le pouvoir de la gratitude. Grâce à cette formation de 4 jours, tu pourras dire adieu au regret et à la comparaison… pour ouvrir les portes de l’épanouissement personnel !

Pratiquer la communication non-violente pour avoir de meilleures relations

La communication non-violente – ou CNV – est un monde à part entière.

Elle comporte donc ses propres règles, bien différentes de celles auxquelles nous sommes habituées.

Plus précisément, ce type de communication est basé sur trois grands points :

  • Identifier ses émotions et être capable de les communiquer à son interlocuteur(ice)
  • Sortir de la logique récompense/punition
  • Assumer ses choix et fuir la notion de sacrifice

Tu verras qu’en combinant ces différentes approches, tu développeras des relations de qualité avec ton entourage.

Comment te mettre à utiliser la CNV ?

Commence d’abord par être conscient(e) de tes émotions, puis tente de les définir avec le plus de justesse possible. Pour t’aider à y parvenir, tu peux utiliser cette liste des émotions.

Imagine par exemple, que tu te sentes triste.

Certes, cette émotion est réelle, mais que ressens-tu, plus exactement ?

Es-tu déçu(e) ? Anxieux(se) ? Epuisé(e) ? Frustré(e) ? Morose ?

Le fait de cerner ton état émotionnel a un double avantage :

  • Prendre du recul et apprendre à te connaître
  • Pouvoir expliquer à ton interlocteur(ice) ce que tu ressens réellement

Et devine quoi ?

C’est un excellent outil pour rendre la communication saine et fluide !

Car bien souvent, les conflits sont le fruit d’une incompréhension mutuelle.

Être capable de nommer ce que tu ressens et de le partager résout déjà une partie du problème.

Ensuite, tu pourras sortir de la logique de la récompense et de la punition.

Qu’est-ce que ça signifie, exactement ?

C’est le fait de développer un amour inconditionnel.

En effet, notre système relationnel fonctionne souvent sur un principe d’amour conditionnel.

Je t’aime si tu :

  • Es gentil(le)
  • Fais ce que j’attends de toi
  • Réponds à mes besoins
  • Calme mes incertitudes

Ainsi, la communication non-violente propose de sortir de cet amour conditionnel (et conditionné !)

C’est donc aussi abandonner l’idée de vouloir avoir raison ou peur d’avoir tort.

Dans la pratique de la CNV, il n’y a ni gagnant, ni perdant. Uniquement deux individus qui cherchent à avoir un échange authentique et désintéressé.

C’est ici que le fait d’assumer ses responsabilités entre en jeu.

Si tu développes cette nouvelle façon d’interagir, tu ne pourras plus reprocher à l’autre de ressentir telle ou telle émotion.

Au contraire, tu sauras que chaque sentiment répond à un besoin spécifique que toi seul(e) peut combler.

Cette approche rend les relations bien plus saines et pérennes… Et c’est ce que tu vas découvrir tout de suite !

ameliorer-relation-amoureuse-vie-sociale-saine-interagir

Pour améliorer ses relations : dire adieu à la critique et au reproche

Le célèbre psychologue John Gottman a mené des recherches pour cerner les effets de la critique.

Pour ce faire, il s’est intéressé au fonctionnement relationnel de plusieurs équipes au sein d’une entreprise de gaz et ingénierie.

Il s’est rendu compte qu’une grande majorité des managers suivaient la même logique :

  • Attendre des employé(e)s qu’ils suivent scrupuleusement leurs ordres
  • Les juger, blâmer ou critiquer lorsque ce n’était pas le cas

Mais le problème, c’est que Gottman a aussi démontré qu’une critique omniprésente mène forcément une relation à l’échec.

En effet, qui aurait envie d’être couvert de reproches à longueur de journée ?

Plus encore, le chercheur a montré que très peu de relations survivaient à la critique constante. Ainsi, lorsque le reproche devient le style de communication principal, la relation est en péril.

Gottman a montré que la critique répétée – sur une longue durée – voue la relation à l’échec dans 90% des cas.

Alors… N’oublie pas, même lorsque tu es irrité(e) ou énervé(e), qu’accabler ton entourage de reproches n’est pas une solution !

Cela ne t’empêche pas de communiquer si quelque chose ne te convient pas.

Simplement, fais-le en ayant d’abord réfléchi à ta propre responsabilité et à ne pas blesser ton interlocuteur(ice).

Se détacher des attentes extérieures pour s’épanouir

Certes, Pascal faisait preuve de clairvoyance lorsqu’il disait :

« Le cœur a ses raisons que la raison ignore »

Mais parfois, utiliser notre matière grise pour entretenir des relations plus épanouissantes, ça a aussi du bon !

Et il arrive que nos relations soient guidées par des éléments plus grands que nous… des facteurs qui – si on ne tente pas de les déconstruire – peuvent nous dépasser et engendrer des relations moyennement saines.

Pour dompter ces facteurs extérieurs, il s’agit de prendre du recul avec :

  • La pression sociale
  • Les attentes de tes proches
  • Le besoin de reconnaissance

L’histoire de Roméo et Juliette illustre parfaitement les dégâts relationnels que peuvent causer ces facteurs externes.

Comme tu dois le savoir, ces deux personnages de Shakespeare sont amoureux.

Malheureusement, leurs familles respectives sont ennemies depuis plusieurs générations. L’amour qui unit Roméo et Juliette exacerbe donc une querelle familiale longue date.

Les attentes extérieures – et surtout la pression parentale – sont claires et unanimes : ces deux-là ne pourront jamais vivre pleinement leur amour.

Défiant toutes les tentatives parentales de les séparer, les adolescents finissent par s’unir éternellement… en se suicidant.

Mais pourquoi tomber dans de tels extrêmes ? Se donner la mort pour un amour de jeunesse, est-ce bien sérieux ?

L’intensité des sentiments et des actes du couple est depuis plusieurs siècles une source d’étonnement et de perplexité pour les spectateur.ice.s de cette pièce.

Si un(e) romantique parlera d’amour parfait, ce n’est pas la réponse donnée par le psychologue Robert B. Cialdini.

Pour lui, il s’agit d’une réaction psycho-logique due à l’influence familiale extrême.

En d’autres termes, la passion de Roméo et Juliette est si dévorante, car elle est avant tout un acte de rébellion.

Car en plus d’exprimer leur amour, les adolescents ont franchi des barrières formellement interdites. Ils ont ainsi transcendé l’autorité… au point d’en mourir.

Mais d’un autre côté, ne s’affirment-ils pas en se rebellant ?

S’ils refusent effectivement le sort qui leur a été imposé, ils ne se libèrent pas pour autant de l’influence extérieure.

Cette dernière est même le fondement principal de leur amour, ainsi que de leur mort.

Pour autant, l’histoire de Roméo et Juliette reste une fiction. Peut-on donc prétendre que les choses se dérouleraient de la même façon dans la réalité ?

Et bien oui !

C’est ce que révèle l’étude menée par Robert B. Cialdini et son équipe auprès de 140 couples américains.

Ils montrent que plus l’interférence parentale est importante, plus le sentiment amoureux se cristallise.

Et si cet élément peut exacerber l’amour, il peut aussi être compris comme le fruit d’une influence extérieure.

Cette dynamique peut alors dégrader des relations et mener à des choix déraisonnés.

Par exemple, tu peux entretenir une relation avec quelqu’un, car ton entourage :

  • T’y encourage ouvertement ou indirectement
  • T’en dissuade de façon explicite ou implicite

Le problème, c’est que ce type de relation peut devenir malsain et qu’il est rarement épanouissant.

Mais alors… à quel moment aimons-nous véritablement et cherche à prouver quoi que ce soit ?

C’est ici l’élément sur lequel tu peux questionner tes relations.

Car que tu entretiennes une relation par conformisme ou par rébellion participe du même schéma : t’éloigner de tes propres désirs.

Comme pour ta carrière professionnelle, ne choisis pas tes relations par besoin de reconnaissances.

Ecoute tes aspirations profondes et accepte d’atteindre le bonheur que tu mérites !

entretenir-bonnes-relations-amicales-relations-familiales-mieux-communiquer-

S’aimer soi-même pour entretenir de bonnes relations

Qu’il s’agisse de développer les neurones miroirs, d’accroître la gratitude ou la capacité à entrer en connexion avec les autres… De nombreuses études montrent que pour aimer autrui, il faut d’abord s’aimer soi-même.

Alors, afin d’aimer et d’être aimé(e), apprends d’abord à développer ton estime de toi.

Si de nombreuses techniques peuvent t’aider à augmenter la bienveillance que tu te portes, le Pr Paul Gilbert propose une approche novatrice.

En effet, il explique que notre cerveau se nourrit d’amour et de compassion… Qu’importe la source de cet amour !

Cela implique deux choses :

  • Notre besoin d’amour est à la fois physiologique et biologique, c’est donc un besoin primaire
  • Il est possible de « s’auto-alimenter »

En d’autres termes, le cerveau ne fait pas la différence entre l’amour venant des autres et l’amour de soi.

Ainsi, tu peux cultiver toi-même la compassion, de façon à te nourrir de ses bienfaits !

Tu verras alors que l’estime de soi n’est pas une forme de complaisance envers toi-même. Au contraire, c’est un excellent moyen de mettre ton cerveau en mode « positif ».

Tu seras prédisposé(e) à une sorte de tranquillité qui sera bénéfique pour toi, comme pour ton entourage… Et tu pourras alors entretenir ou développer des relations épanouissantes.

Une chose est sûre, tu ne regretteras pas d’avoir ouvert ton cœur à plus d’amour !

Si tu en doutes encore, ces quelques mots de Charlie Chaplin devraient finir par te convaincre :

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle RESPECT.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

Aujourd’hui, j’ai découvert l’HUMILITE.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.

Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.

Aujourd’hui, je sais que c’est de l’AMOUR PROPRE. »

Sources et références

 

0
0
votes
Évaluation de l'article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Share This