1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,00/5 sur 1 votes)

Loading...

Comment résoudre ton problème de motivation ?

Et si je te disais que chercher à éliminer la procrastination est le meilleur moyen de procrastiner.

Que vouloir faire preuve de motivation et de volonté pour ne plus procrastiner est souvent contre productif. Et que pour nombre d’entre nous, s’efforcer de réussir est juste un moyen de s’auto-saboter.

Certains mécanismes inconscients d’auto-protection nous limitent et nous plongent dans les affres de la déception, voire de la dépression. Alors voici 10 erreurs qui t’empêchent de réussir que tu dois absolument connaitre. 

Prendre conscience des pièges communs qui anéantissent ta motivation est simplement fondamentale.

Pour comprendre comment avoir une motivation inarrêtable je te laisse visionner la vidéo ci-dessus.

L’être humain, ses cycles et sa motivation

Comment se motiver

Pendant longtemps, j’avais du mal à aller à la piscine, et il y a deux lectures à ça. Il y la lecture de se fouetter : « David, tu as un problème. David, tu es nul. » Et il faut vraiment faire attention, on compare notre monde intérieur au monde extérieur des autres, qui n’est pas la vraie vie des gens. Ce que j’aime bien faire pour moi-même et pour les autres, c’est de prendre du recul et dire : « Tiens (…)

Comment se motiver dans la vie

Déjà, je pense qu’il s’agit d’arrêter de se mettre la pression de vouloir être constant, parce que l’être humain a des cycles. Juste les saisons influencent comment on se sent, la chaleur influence comment on se sent, la météo influence comment on se sent.

Donc, chercher à être constant, je pense que c’est le meilleur moyen de ne pas l’être du tout. Pareil, chercher à éliminer la procrastination, c’est le meilleur moyen de vraiment beaucoup procrastiner. Pourquoi ? Parce que ce qui est un peu dérangeant dans cette industrie du coaching et du développement personnel, c’est de présupposer que beaucoup de choses sont des problèmes.

Je veux dire que la vie a plusieurs millions d’années, et nous, l’humanité, notre civilisation est relativement récente. Et là, on commence à raconter que telle chose est un problème. En fait, toute chose est un problème en fonction du contexte, et toute chose est une opportunité en fonction du contexte.

La procrastination, ça peut être une vraie bénédiction en fonction de comment on le regarde. Par exemple, si tous les jours, j’essaie de me mettre sur les réseaux sociaux et je n’y arrive pas, une première lecture pourrait dire : « Je manque de volonté, je procrastine, je ne fais pas ce qui est important pour moi. »

C’est possible que ce soit ça.

Mais il y a un autre niveau de lecture qui est peut-être, il y a une partie intelligente de moi qui me dit juste : « David, ce n’est pas pour toi. »

C’est normal de s’auto-saboter pour les choses qui ne sont pas pour nous.

C’est-à-dire que si là tu me dis : « Tiens David, je voudrais, par exemple, que ton nouveau métier, c’est de t’occuper d’un jardin tous les jours. » C’est beau de s’occuper d’un jardin. Il y a des gens passionnés, mais pas moi. Et donc, si tu me demandes de faire ça, c’est normal, je vais me lever plus tard.

Je vais vouloir me coucher plus tôt. Je vais trouver des excuses pour faire d’autres trucs. Et là, on va dire : « Mais David, tu manques de volonté. Tu manques de confiance. Tu manques de régularité. » Non, peut-être que je suis en train de vouloir me forcer à faire quelque chose qui, au fond, n’est pas pour moi.

Tout n’est pas qu’une question de volonté

Comment se motiver

Et donc, pour moi, la première question que je vais poser en coaching, et typiquement, j’ai eu la chance d’avoir des « leaders » de marketing de réseau, qui essayaient parfois, malgré le résultat, de s’imposer des stratégies qui n’étaient pas pour eux, avant de prendre le prisme de la volonté, avant de prendre le prisme « tu dois faire ça », j’essaie d’avoir la lecture de : « Pourquoi vraiment tu dois faire ça en fait ?

Parce qu’il y a d’autres voies, il y a d’autres manières de faire. » Demande à Bill Gates de réussir dans l’informatique comme Steve Jobs, c’est mort. Bill Gates, et il suffit de voir que sa vie n’a jamais été intéressée par le design.

La clé de la réussite de Steve Jobs, ça a été d’avoir un amour particulier pour le design, la beauté et en particulier, la calligraphie.

Il dit lui-même que son amour de la calligraphie qui, à l’époque, paraissait – et c’est important –, une distraction, paraissait être un truc inutile, s’est avéré être quelque chose d’indispensable pour réinventer l’informatique et rendre beau l’informatique, que ce soit par le design des iMac à l’époque, avec les couleurs, que ce soit par les polices.

Mais Bill Gates aurait procrastiné pour ça, puisqu’il n’était pas inspiré pour ça. Donc, avant de vouloir éliminer la procrastination par la volonté, déjà, explorons : est-ce que le projet, il est bon pour moi ? Première question.

Deux, si je me dis : »Oui, il est quand même bon. » Il y a 1 000 manières de faire le même projet de 1 000 manières différentes. Peut-être que je ne suis pas dans la bonne ville, peut-être pas avec les bonnes personnes, peut-être pas sur le bon produit, peut-être pas sur le bon marketing de réseau, peut-être pas sur la bonne approche.

Je me force à faire de l’Instagram, alors que je suis une machine à connecter avec les inconnus, parce que ma force n’est pas le one-to-many, c’est-à-dire de un à beaucoup, du one-to-one.

Dans ce cas-là, pourquoi m’embêter à vouloir faire du one-to-many parce que c’est la mode ? J’ai des amis, ils gagnent plus d’argent que beaucoup de gens. Ils ne sont pas sur les réseaux sociaux, ils n’ont pas de carte de visite, ils n’ont pas de site, ils n’en auront jamais.

Mais c’est des machines. Tu les mets n’importe où dans le monde, ils sont amis avec tout le monde en 25 minutes. Ce n’est pas mon cas. Par contre, je suis extrêmement bon, – en tout cas par rapport à la norme –, je suis extrêmement bon pour savoir comment tu véhicules une idée à plein de personnes.

C’est mon talent. Mais tu me mets en compétition dans une salle en réseau, je suis nul. Je suis vraiment nul. Alors je me suis formé, j’ai appris. Mais moi, j’ai appris, lui, il est passionné.

Si lui, il essaie de faire ce que je fais, il ne va jamais y arriver. Si j’essaie de faire ce qu’il fait, je ne vais jamais y arriver. Donc, un, est-ce que c’est mon projet ? Deux, est-ce que je peux construire ce même projet, mais d’une manière qui me correspond plus ?

Le secret pour avoir une motivation régulière

Comment se motiver

Moi, j’adore l’idée d’au lieu de se fouetter, d’essayer de, justement, se découvrir soi-même et construire en fonction de sa personnalité.

Par exemple, pendant longtemps, j’avais du mal à aller à la piscine pour le faire du sport et il y a deux lectures à ça. Il y a la lecture de se fouetter : « David, tu as un problème. David, tu es nul », et il faut vraiment faire attention.

On compare notre monde intérieur au monde extérieur des autres. C’est-à-dire que je compare ma vie, que je connais de l’intérieur avec la vie, que je vois sur Instagram, qui n’est pas la vraie vie des gens, qui est juste 1 % de la vie des gens.

Et donc, vu que je compare le mur Instagram de telle personne, de telle nana que je vois qui cartonne, avec ma vie privée où moi, j’ai conscience de mes pensées, où je me dévalorise, où j’ai peur, où je n’ai pas confiance en moi, j’ai l’impression que moi, je suis une merde.

Ce que j’aime bien faire pour moi-même et pour les autres, c’est de prendre du recul et dire : « Tiens, plutôt que de penser que j’ai un problème de motivation, et si ça devenait facile d’aller à la salle de sport, ça serait comment ? »

Et peut-être que tout mon problème, ce n’est pas un problème de volonté, c’est qu’au moment où j’ai envie d’aller à la salle de sport, à ce moment-là, j’ai des résistances, j’ai des freins sur ce chemin-là.

Par exemple, et c’est bête, c’est prouvé dans la mécanique de l’habitude, que la moindre résistance pour installer cette habitude, surtout au début, ça peut te faire dévier.

Le simple fait pour moi d’avoir fait en sorte d’avoir un sac de sport avec un maillot de bain, des lunettes de piscine et une serviette, qui est toujours prêt devant la porte fait que d’un coup, je n’ai pas la résistance de : « Il est où mon maillot de bain ?

Non, mince, il n’est pas propre, il faut que je trouve une serviette. » Tout ça, vu que de base, ça ne va pas être un réflexe, fait que je ne vais pas y aller. Je mets ça en place, ça devient plus facile.

Pour moi, ça a été de faire en sorte de vivre dans des endroits où il y a une piscine, parce que le fait de me dire « il faut que je prenne la voiture ou que je prenne les transports en commun pour aller à la piscine », fait que je vais me dire : « Ah non, je vais finir tel projet. »

Tous ces trucs-là, c’est de la gestion de la résistance en amont qui fait que ça devient beaucoup plus facile.

Je vais prendre un autre exemple. Je me suis acheté un bureau debout, c’est des bureaux qui se lèvent là, puisqu’il y a beaucoup d’études qui montrent que l’être humain n’est pas fait pour rester dans une même position longtemps.

D’ailleurs, on n’est pas fait non plus pour rester debout longtemps. On est fait pour être régulièrement en changement de posture, de mouvement statique ou mouvement assis, debout, allongé, être régulièrement en mouvement.

Pendant un an et demi, j’avais un super bureau debout qui fait cette taille-là de dingue. Et en réalité, sur 365 jours, j’ai dû le mettre debout deux jours, parce qu’en fait, je suis bien sur ma chaise, même si ce n’est pas bon pour mon dos et je suis confortable.

Et je suis là et je me dis : « Dans 10 minutes, dans 10 minutes, dans 10 minutes » et 10 minutes se transforment en un an. Et le seul truc que j’ai changé, ce n’est pas d’essayer de faire preuve de volonté, c’est de me dire : « À quel moment de ta journée, je peux le rattacher à une autre habitude que j’ai ? »

Typiquement, je démarre ma journée, je vais exclure ma première routine du matin, mais par une fois, je suis au bureau, la première chose que je fais, je clarifie c’est quoi le truc le plus important que j’ai envie d’accomplir de cette journée ?

Et donc ça, je le fais assis et j’ai ritualisé qu’une fois que j’ai fini ça assis, la première chose que je fais, la première tâche de la journée que je vais faire, je vais la faire debout.

Je suis passé d’une journée pendant 365 jours à, quand je suis chez moi, – puisque là, je n’ai pas de bureau debout, je ne peux pas lever ce truc-là –, mais quand je suis chez moi, on va dire sur 100 % du temps chez moi, à 90 %, je le mets debout, parce que dans mon esprit, je me dis juste : « David, au minimum, c’est qu’une heure par jour, tu commences par ta journée » et ça devient facile.

Et ce n’est pas je dois me forcer. Très peu de gens ont réussi par la volonté.

La volonté est un stock par jour et qui le seul moyen, l’unique moyen de réaugmenter ce stock de volontés, c’est de faire quelque chose que tu aimes profondément, d’une manière que tu aimes profondément.

Et vu, qu’ils ne s’en rendent pas compte, ils font des speechs avec beaucoup d’amour et plein de bonne volonté en disant : « Il vous faut de la volonté. Il vous faut de la motivation », et tu crées une génération de gens dépressifs, parce qu’ils vont se comparer à quelqu’un qui, en réalité, il est motivé parce qu’il fait ce qu’il aime.

Tu peux essayer de faire ce que je veux, je n’aurais jamais la volonté de Léonard de Vinci. Les gens disent : « C’est incroyable la volonté qu’il a mise ! » Mais la volonté qu’il aurait dû mobiliser, c’était pour ne pas faire ce qu’il faisait. Ça ne lui demandait pas de volonté.

Pour moi, on n’a pas assez de conversations autour de ce truc-là. On voit des gens qui réussissent et on se dit : « Il faut faire pareil », mais surtout pas. Va découvrir ce que tu aimes. Einstein scolairement, ce n’est pas terrible. Et on pourrait dire : « Oui, il devait aimer la science. »

Il n’aimait pas tant que ça. La science était bien, mais ce qu’il adorait le plus, c’était dès qu’il y avait un élément physique qui bougeait, sans comprendre, qu’est-ce qui générerait le mouvement ?

Typiquement, il était passionné par tout ce qui était force magnétique. Tu vois un aimant, tu ne vois pas ce qui se passe et pourtant, ça bouge. Comprendre comment les choses bougent alors que tu ne les vois pas, c’était ça son amour et sa passion.

Marie Curie, les vaccins. Une fois, elle passe devant un laboratoire et elle voit comme ça les substances chimiques, elle a un coup de cœur. Tu peux essayer de regarder Marie Curie sur Instagram – si à l’époque, il y avait Instagram et dire : « Je vais faire pareil », mais c’est mort. Elle était amoureuse.

Concentre-toi sur ta zone de coeur pour être motivé(e)

Comment se motiver

Alors, avant même ta zone de génie, je dirais que c’est ta zone de cœur. Et cette zone de cœur, vu que tu es tellement amoureux, tu vas y mettre des années : Darwin, Marie Curie, Einstein, Steve Jobs, Bill Gates, les cinq ne faisaient pas ça pour réussir.

Ils faisaient ça, parce qu’ils ne voyaient pas autre chose de plus stimulant à faire.

Quelqu’un qui se dédit dans quelque chose qu’il aime pendant des années, il est capable d’apporter une valeur qu’aucune autre personne n’est capable d’apporter et qu’aucune personne, avec aucun raccourci au monde ne peut apporter.

On n’est pas en train de dire que ça suffit. Généralement, il y a besoin d’apprendre à communiquer, à commercialiser, à faire du marketing, mais tu as une base qui est essentielle et qui crée de la motivation.

Moi, pourquoi je peux passer des heures et des heures à travailler alors que ma mère disait que j’étais une loque à l’époque ? C’est parce que je suis amoureux de la psychologie.

Je veux dire que je ne me vois pas faire d’autre chose jusqu’à la fin de mes jours. J’adore la psychologie, j’adore comprendre les perceptions des gens, j’adore comprendre comment les gens pensent.

Je suis fasciné de me dire que tu peux souffrir pendant 20 ans et que je peux avoir une heure avec toi en coaching et que ta vie est transformée après. C’est incroyable. Mais je ne cherche pas à être motivé pour ça. Il faudrait que tu me forces à arrêter.

Comment se motiver pour travailler

Comment se motiver vite

Si tu as envie d’aller plus loin, j’ai réalisé une formation complète et gratuite : les 10 prérequis à la réussite. Vraiment 10 choses que si tu les fais et si tu les pratiques, ça va changer ta trajectoire de vie, mais pas de 10 %.

Ça va faire passer ta vie de là à là. Et en plus de ça, on verra ensemble 10 schémas internes limitants qui t’empêchent de réussir sans même que tu en aies conscience. Clique sur le bouton qui apparaît juste là. Cette année, c’est notre année.

0
0
votes
Évaluation de l'article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,00/5 sur 1 votes)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0 0 votes
Évaluation de l'article
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Share This