1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,30/5 sur 473 votes)

Loading...

Soyons PESSIMISTES ! – L’un des SECRETS de ma réussite

Bonjour à vous ! J’espère que vous allez bien, que vous êtes en pleine forme et que vous êtes prêt à passer à un autre niveau.

Aujourd’hui, je vais parler de quelque chose de très important pour vous permettre d’atteindre ce qui est important pour vous : vos objectifs, vos projets et vos rêves.

C’est quelque chose qui va peut-être vous déranger et qui va à l’encontre de choses auxquelles vous croyez. C’est important pour moi de parler de cela parce que je pense qu’il y a beaucoup de personnes qui s’intéressent au développement personnel, à des sujets comme la loi d’attraction, réaliser ses rêves, et qui se perdent dans cet énorme piège qui nous empêche de réaliser nos rêves.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de cette loi d’attraction qui consiste dans le fait que ce sur quoi je porte l’attention, je l’attire à moi, qui consiste à dire que c’est important d’être dans la pensée positive, d’avoir des phrases positives, des mots positifs, d’être orienté sur une vision optimiste des choses, et de voir le bon côté des choses – c’est-à-dire voir ce verre à moitié plein et à moitié vide – et de voir uniquement que le verre est à moitié plein.

Pendant des années, je me suis formé sur ces méthodes, je les ai apprises et les ai même enseignées. C’est la raison pour laquelle vous pouvez voir ces sujets dans mes vidéos précédentes.

Maintenant, j’ai pu évoluer par rapport à cette vision de ce qui est pour moi la loi d’attraction, la pensée positive, et l’idée d’être optimiste. Aujourd’hui, j’ai une vision beaucoup plus nuancée grâce à ce que j’apprends sur le terrain, en rencontrant des sportifs, des champions, des entrepreneurs sur ce qui a l’air de vraiment marcher, et non ce qui me semble marcher dans la théorie et que j’aimerais croire.

Avant, je me disais : « Oui, je ne vais être qu’optimiste et positif, et je vais réaliser les rêves que j’ai envie de réaliser. » Mais la réalité, c’est que cela marchait dans une certaine mesure. Cela marchait mieux qu’avant où je n’étais concentré qu’uniquement sur ce qui n’allait pas, n’être que pessimiste, mettre mes pensées sur ce que je le voulais pas, me plaindre et râler. C’était mieux, mais ce n’était pas « waouh ! ».

En rencontrant des champions, des conférenciers internationaux, des producteurs comme celui du « Seigneur des anneaux », en essayant de regarder leurs vies, j’avais un conflit interne dans les dernières années parce que je me disais : « J’enseigne des choses sur la loi d’attraction et la pensée positive, mais ils n’ont pas l’air d’être uniquement dans la pensée positive et d’être orientés loi d’attraction ». Et je me disais : « Mince ! Cela ne correspond pas ! Ceci ne correspond pas à mon modèle du monde. » Donc, j’avais la tentation de poser des questions à ces personnes en vidéos pour que cela renforce mon modèle de croyance, et que je me sente cohérent.

Aujourd’hui, mon approche est de réintégrer – j’ai un parcours à la base qui est scientifique – cette idée d’être pragmatique et être au contact de la vraie vie, et non seulement de la vie dont je veux rêver. Rassurez-vous, c’est important pour moi de continuer d’ouvrir les portes, de m’ouvrir à des choses que je ne connais pas encore car il y a des choses que, peut-être, la science n’a pas encore prouvé. Mais c’est également important pour moi de ne pas aller à l’extrême là-dedans et d’avoir une vision la plus objective possible.

Je crois, aujourd’hui, qu’être quelqu’un de pragmatiquement pessimiste, c’est quelque chose d’intéressant et d’utile. Je m’explique. Je pense qu’il y a effectivement des personnes qui sont trop pessimistes. De ce fait, elles vont voir tout ce qui pourrait mal se passer. Alors, elles vont se stresser et se faire peur. En effet, ce sont souvent des personnes qui vont avoir du mal à croître et aller vers de nouvelles choses parce que souvent, la partie limbique de leur système est davantage développée, ou en tout cas, elles écoutent davantage. Elles vont avoir l’habitude de reproduire ce qu’elles connaissent et éviter un maximum de prendre des risques. Souvent, ces personnes stagnent.

À l’autre extrême, on va avoir des ultra-optimistes qui vont souvent être focalisés sur « croire, se dépasser, rêver ». Mais quand on regarde la réalité de leurs vies, et non pas ce qu’ils disent de leurs vies – ce qui est autre chose puisqu’ils sont ultra-optimistes – on se rend compte que ce sont des personnes qui attirent énormément de difficultés et de challenges. Alors, ils créent une histoire qu’ils se racontent que parce qu’ils sont très positifs, c’est normal qu’ils aient des difficultés.

Il y a une partie vraie là-dedans parce qu’effectivement, ils prennent des risques, et c’est normal qu’ils s’attirent des difficultés. Mais il y a également des difficultés qu’ils s’attirent seulement parce qu’ils ne sont qu’optimistes et que positifs.

Cela veut dire que si tu as envie de traverser l’Atlantique et que tu dis simplement : « J’y crois. Je vais y arriver », alors la loi d’attraction et les dieux vont m’aider, le vent et la mer vont être corrects. Personnellement, je n’aurais pas envie d’être à bord de votre bateau parce qu’on croit ce qu’on voit. Les gens qui traversent l’Atlantique ne sont pas des gens qui n’ont aucune formation, qui ont fait leur premier tour en bateau dans l’Atlantique, ce sont des gens qui, avant, se sont formés, ont eu des milliers d’heures d’expérience, qui sont entourés d’autres personnes qui ont vécu des expériences, qui ont des fois lu des biographies, et ont rencontré des gens. Donc, il y a une énorme quantité de travail.

Bien sûr, je ne suis pas en train de dire qu’ils ne sont que pessimistes, mais il y a une vision plus réaliste des choses. Dire « Je vais traverser l’Atlantique sans me former, sans me créer un nouvel entourage, sans anticiper toutes les choses qui pourraient mal se passer » pour moi est une hérésie et une erreur.

Quand je dis d’être pessimiste de manière pragmatique, ce n’est pas se mettre dans une énergie de plaintes « je ne vais pas y arriver », mais c’est dire « Qu’est-ce qui pourrait se passer sur le chemin, qui pourrait entraver ma capacité à atteindre cet objectif et mon résultat ? » Il faut donc voir toutes les choses qui pourraient mal se passer, et ce que je peux faire en face.

Quand ils forment des astronautes pour aller dans l’espace, ils leur demandent de lister tous les scénarios de catastrophes du plus petit au plus grand, et en face, de trouver des solutions sur ce qu’ils pourraient faire si cela arrivait, de répéter ces solutions à l’intérieur d’eux-mêmes. Certains peuvent les faire jusqu’au moment où on leur dit : « Il se passe ceci ». Cela devient un réflexe d’agir de telle manière.

Donc, aujourd’hui, ma vision et ma compréhension de l’optimisme et de la loi d’attraction, c’est cela. Ma vision est de dire « effectivement, je crois que si tu mets une énergie pauvre, de plainte, de tristesse et de peur dans ce que tu fais, et qu’en plus tu y mets tes pensées ; alors ton énergie et tes pensées vont en conséquence créer des contre-opportunités, vont te créer des problèmes et vont utiliser cette forme de loi d’attraction à l’envers.

Je crois le fait qu’il est important d’être optimiste, de voir ce qui pourrait bien se passer, et d’avancer (j’ai changé d’avis grâce à cela). Mais là où j’en suis aujourd’hui, c’est me mettre dans une énergie qui est riche, et depuis cette énergie riche, voir tout ce qui pourrait bien se passer et mal se passer, mais pas en mode « énergie pauvre ». C’est dans une énergie riche : être pessimiste, voir tous les scénarios qui pourraient mal se passer, et ce que je peux faire en conséquence. Si je vois un scénario qui a de grandes chances d’arriver, que je ne vois pas ce que je peux faire en conséquence, et que je ne suis pas prêt à le vivre, alors c’est que peut-être le projet n’est pas bon pour moi maintenant.

J’aime l’idée qu’avant de partir pour un projet, il est intéressant de savoir le pire qui pourrait arriver, pas pour être effrayé, mais seulement pour être conscient.

Quel est le pire qui peut arriver ? Et si – je ne parle pas de partir en délire, je parle d’un pire vraiment cohérent – je ne peux pas imaginer transformer le pire qui peut arriver, il ne faut pas que j’y aille.

Par exemple, le pire qui puisse arriver dans mon développement de la francophonie internationale, c’est que dans le développement international, la boîte française s’écroule et meurt parce que je fais des mauvais choix. Mais je suis prêt à vivre le pire de tout perdre : perdre mes entreprises française, anglaise, et américaines qu’on a créées ; je suis prêt à tout perdre si cela doit arriver. Ce n’est pas ce que je veux, et c’est la raison pour laquelle je me dis : « Qu’est-ce qui pourrait faire que cela arrive ? Et que puis-je faire ? Comment pourrais-je me former ? À qui puis-je poser des questions ? Comment je peux m’entourer ? Quelles stratégies et quel plan d’actions pourrais-je mettre en place ? Et en parallèle, qu’est-ce qui pourrait bien se passer et comment augmenter les chances que cela se passe ? »

Une fois que j’ai fait ce travail d’être pragmatiquement pessimiste, je peux mettre mon attention sur le fait que cela va bien se passer, me lever le matin dans une super énergie, et mettre les actions en place.

Au moins, je ne suis plus comme avant à me dire : « Oui, allez, je suis positif. Les choses vont bien se passer.  » Mais au fond de moi, avoir comme une boule de peur, de pression, de « et si ce n’était pas le cas ? Et si ceci se passait comme cela ? »

En fait, j’aurais mon corps qui va dans un sens et mon corps qui part dans l’autre sens, parce qu’on sait aujourd’hui, scientifiquement, qu’ils prennent un IRM, qu’ils mettent la tête de quelqu’un dedans, et ils demandent à la personne d’être extrêmement positif.

Ils se rendent compte qu’aussi fort qu’elle essaie d’être extrêmement positive, il y a un équilibrage qui se passe au niveau neurologique, et elle se met à avoir des pensées négatives. Ce qu’on commence à faire et à comprendre aujourd’hui, c’est qu’on a besoin de ces deux parties, la partie pessimiste et celle optimisme pour construire notre vie (c’est le sujet d’une autre vidéo).

En tout cas, le propos aujourd’hui, c’est que oui, je crois dans le fait que plus tu mets tes pensées vers ce que tu as envie de te créer dans ta vie, plus tu seras créatif, productif, efficient et résilient, plus tu vas en parler, plus tu vas générer des opportunités dans ta vie. J’y crois à 200%. Mais je crois que dans ces sept dernières années à ne faire que cela, d’accompagner des personnes en coaching individuel, en séminaire, via des formations en ligne et en conférence, voir des milliers de personnes être à l’extrême dans la pensée positive et dans la loi d’attraction, et avoir du mal à réaliser leurs rêves, ils essaient de vivre dans un monde Bisounours qui n’est pas la vraie vie de ce qu’on expérimente.

Alors, ils ne se forment pas, n’apprennent pas de leurs erreurs, et essaient seulement de transformer les choses en positif.

C’est très bien de transformer ce qui t’arrive en positif, mais c’est également très bien d’apprendre, de mettre en place un plan d’actions, de faire ce qu’il faut pour que les choses se passent. C’est la raison pour laquelle je crois au pouvoir de l’énergie, tout comme je crois au pouvoir de l’action. Mais c’est le sujet d’autres vidéos de voir comment on utilise ces paradoxes.

J’espère que cette vidéo vous a inspirés. C’était important pour moi. J’ai mis des années, plus de 10 ans à être à l’aise avec ces notions d’actions, loi d’attraction, et énergie. Comment je m’y retrouve entre « je vais être perché, je vais être trop concret, je vais être scientifique », et « je vais peut-être partir dans le trop pessimiste »? Là ! C’est l’endroit où je m’y retrouve le plus. Et je pense que c’est pour cela qu’aujourd’hui, j’ai des entrepreneurs qui font plus d’un million de chiffres d’affaires et qui me veulent en coaching individuel.

Avant, ils ne me voulaient pas parce que j’étais en mode « oui, on y croit simplement ». Maintenant, c’est « yes, je vais t’aider à être dans une énergie où tu vas être inarrêtable ». Bien sûr que je vais t’aider à avoir cette flamme en toi que j’aie depuis que je fais ce métier. Mais en plus de cela, on va être pragmatique, mettre en place des plans d’actions, être organisé et structuré, et anticiper tout ce qui pourrait mal se passer. Et pour moi, on va exploser les chances que ton objectif et tes rêves se réalisent.

Donc, voilà où j’en suis. Cela m’intéresse d’avoir votre vision du monde. Dites-moi ce que vous en pensez et la réflexion que vous avez en commentaire. Posez-moi n’importe quelle question parce qu’une fois par mois, je prends une de vos questions et j’y réponds sur Youtube. Laissez un maximum de commentaires. Surtout, on avance ensemble. Sachez que je suis là pour vous, pour que tous ensemble, on aille jouer sur un autre niveau.

Si vous avez aimé la vidéo, partagez-la. Cliquez sur le bouton « j’aime », mettez-en un maximum et un maximum de partages pour que cette vidéo serve au monde – et je pense que vous connaissez du monde qui ont tendance à pencher d’un côté ou de l’autre. 

Je vous dis à très vite !

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This