1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4,59/5 sur 413 votes)

Loading...

UN SEUL MOT peut te permettre de découvrir ce qui t’inspire VRAIMENT !

Moi, je suis passé d’avoir une vie qui ne me correspondait pas à me dire : « soit tu te suicides » ce qui était vraiment mes pensées de l’époque, « soit tu donnes une chance à ta vie. » Au début, la vie qui m’inspire, ça parle d’un truc qui est très flou. Je veux être plus heureux, je veux être plus confiant, je vais arriver à m’exprimer. Et après, progressivement, en vivant des expériences, je me rends compte de ce qui me plait un peu plus si je peux affiner. Moi, ce que je conseille aux gens…

COMMENT TROUVER CE QUI NOUS INSPIRE

Il y a plein de manières de découvrir ce qui t’inspire. Déjà la première chose, c’est de regarder ce que ta vie elle démontre. J’adore les Américains sur beaucoup d’aspects mais il y a un endroit où j’ai tendance à regarder un petit peu ce qu’ils font de loin, parce que, pour moi, ils vont un peu trop vite, c’est que c’est très facile de confondre l’excitation avec ce qui t’inspire vraiment, c’est très facile de confondre le fantasme de voir quelqu’un sur Instagram ou à la télé et te dire : « Ah, c’est ça mon rêve, parce que ça paraît cool » et ce qui t’inspire véritablement. Et c’est pour ça que souvent, je n’écoute pas ce que les gens me disent ce qu’ils veulent, je regarde ce que leur vie démontre.
Je vais prendre un exemple, ce qui m’intéresse, ce n’est pas que la personne, elle me dise : « Moi, je veux une Ferrari », ce qui m’intéresse, c’est « où est-ce qu’elle dépense son temps et son énergie, ses pensées et son argent ? Naturellement, sans s’en rendre compte. Peut-être que naturellement, elle va regarder à une typologie de films et peut-être qu’elle se juge dessus en disant : « Mais non, mais les films, ce n’est pas utile, c’est du divertissement », ouais mais tu choisis quand même un type de film plutôt qu’un autre. Qu’est-ce que tu vas chercher dans ces films-là ? Tu choisis un type de relation avec des amis plutôt qu’un autre type de relation. Qu’est-ce que tu vas chercher quand tu voyages ? On voyage pour des raisons différentes : certains voyagent pour le paysage, d’autres, ils voyagent pour la culture, d’autres, ils voyagent pour les relations, d’autres ils voyagent parce qu’ils veulent juste explorer ; et ça, ça dit beaucoup sur soi. Et moi, ce que j’essaie de voir, ce n’est pas ce que les gens me disent parce que j’aime bien dire que j’ai une école de coaching sur deux ans, j’aime bien dire à mes élèves : « vos clients, ils vont vous mentir. Pas, parce qu’ils veulent vous mentir, parce qu’ils se mentent tout le temps à eux-mêmes. »

Donc, je n’écoute pas beaucoup ce que les gens me racontent. Je suis dans le non-verbal et je regarde ce que vraiment leur vie démontre au quotidien. Ils me disent qu’ils veulent être entrepreneurs, est-ce que déjà, ils entreprennent des choses en dehors du papier « je suis entrepreneur » ? Est-ce qu’ils ont mené des projets ? Est-ce qu’ils rassemblent des gens autour d’eux depuis très longtemps ?

TROUVER TA RAISON DE VIVRE ET SAVOIR CE QUE TU AIMES

L’Ikigai. Les Japonais, ils disent que l’Ikigai n’était pas censé le trouver trop vite parce que tu étais censé, tu vois explorer un peu en cercle. Là où tu apportes de la valeur aux autres, mais ça ne te plaît pas, là où ça te plaît mais tu es nul, là où tu es nul, mais ça n’apporte rien. Tu fais ces cercles jusqu’à temps que progressivement, tu mettes les pièces du puzzle. Pourquoi ils y pensent qu’il faut prendre son temps ? Parce que tu ne peux savourer que quelque chose que tu n’avais pas avant et en plus de ça, ça prend du temps de découvrir toutes les subtilités qui font que tu sais ce que tu aimes. Parce que j’aime bien dire : « dans un même métier. Il y a mille manières de le faire et il y a peut-être 900 qui ne te correspondent pas. » Je peux savoir que j’aime le coaching, mais il y a plein de styles de coaching qui ne me nourrissent pas. Donc, j’essaie de regarder ce que leur vie leur démontre. Par exemple, une question que j’adore, c’est : si je vais chez toi, qu’est-ce que je vois ? Et ça, ça en dit beaucoup sur la personne parce qu’elle peut me dire par exemple : « Ah oui, moi, mon objectif, c’est gagner beaucoup d’argent. » Est-ce que je vais trouver un livre sur l’argent chez toi ? Est-ce que je vais trouver des SMS où tu parles d’argent ? Est-ce que tu es organisé et structuré sur le sujet de l’argent ? Est-ce que régulièrement, tu y penses ? Est-ce que régulièrement tu as des rêves ? Est-ce que tout le monde peut dire : « je veux de l’argent » ? Mais le vouloir, ça ne veut rien dire. Par contre, toutes les personnes que je connais qui gagnent de l’argent ils pensent souvent, ont des conversations, sont très structurées, sont très organisées dessus, se forment dessus. La personne peut me dire : « Tiens, le voyage, c’est important. » Si tu vas chez elle, tu vas vite voir si c’est vrai. Il va y avoir des objets des précédents voyages, sur son ordinateur, il va y avoir des photos. C’est : on est organisés, structurés, disciplinés, motivés, inspirés, concentrés, là où on a des valeurs. Par exemple, c’est hyper intéressant en tant qu’entrepreneur, de non pas écouter ce que ton collaborateur te dit, mais ce qui, naturellement, il démontre. Certains, c’est plus fort qu’eux, ils adorent la relation et ils sont tout le temps en train d’être en relation. Si quelqu’un n’est pas comme ça et me dit : « Moi, ma valeur numéro une, c’est les relations, mon rêve implique des relations, j’ai un doute quand même. » Donc, je regarde ce que sa vie démontre et l’autre chose que je regarde, avec elle, c’est là où, naturellement, elle a beaucoup d’énergie. Ce qui m’intéresse, c’est les endroits où, justement c’est extrême.
Par exemple, il est 23h30 le soir. Tu es fatigué. C’est quoi le sujet de conversation ? Il suffit que je t’en parle, juste on parle, Boom, il y a de l’énergie.

Tu viens d’échouer, on t’ait critiqué publiquement. Tu viens de faire une erreur. Dans quel genre de domaine, malgré ça, tu continues ? Puisque que les gens, ils viennent me voir et me dire : « Ah David, tu sais, j’ai abandonné. » Je dis : « Bah, pourquoi ? » -« Parce que j’ai échoué. » Quand tu abandonnes quelque chose, parce que tu as échoué, c’est souvent que ce n’est pas le bon projet, parce que quand c’est vraiment le bon projet, la personne qui vient me voir, elle me dit : « C’est dur l’échec » et elle me dit : « Ah, j’ai envie d’abandonner », mais ce n’est pas le même ton. C’est en fait « je ne suis pas très bien, je pense à abandonner », mais quand je creuse : « tu es sûr, t’as envie d’abandonner ? » Non, c’est hors de question. Pour moi, ce mot est vraiment, il est hyper important, ce n’est pas juste qui t’inspire un peu ou juste ce qui inspire les autres : tes parents, la société, les gens autour de toi, donc c’est ce qui vraiment te nourrit. Est-ce que c’est difficile ? C’est super difficile. Maintenant, la bonne nouvelle, c’est que c’est aussi super difficile d’avoir une vie que tu trouves pourrie. Moi, je suis passé d’avoir une vie qui ne me correspond pas à me dire : « Bon, soit tu te suicides », ce qui était vraiment mes pensées de l’époque, « soit tu donnes une chance à ta vie. »

QU’EST-CE QUE CA VEUT DIRE : « UNE VIE QUI M’INSPIRE »

Au début, la vie qui m’inspire, ça parle d’un truc qui est très flou : je veux être plus heureux, je veux être plus confiant, je veux arriver à m’exprimer. Et après, progressivement, en vivant des expériences, je me rends compte de ce qui me plaît un peu plus, si je peux affiner. Moi, ce que je conseille aux gens, ce n’est pas la pression de « tu dois trouver là maintenant ce qui t’inspire vraiment parce que je pense que tu ne trouves jamais complètement ce qui inspire vraiment. » Je pense que tu trouves toujours un peu plus ce qui t’inspire vraiment que l’année dernière ou que la veille et c’est ça pour moi, la démarche, c’est de dire : « dans ce que je sais et dans toutes les expériences que j’ai vécues jusqu’à maintenant, dans tout ça, qu’est-ce qui m’inspire le plus ? » Un petit peu, si on prenait l’alimentation et bien tu peux savoir que dans tous les plats que tu connais, il y en a que tu préfères. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas un autre que tu ne connais pas, que tu ne préfèrerais pas. En fait, l’idée c’est de dire : « Dans toutes les idées que j’ai, ces trois, quatre-là, elle m’inspire, j’en suis sûr. Ces trois, quatre-là, je ne sais pas si elles m’inspirent parce que je ne les connais pas, mais peut être. » Je vais provoquer le plus d’expériences possibles pour avoir un petit peu de la matière et me dire : « tiens ! Peut-être qu’une vie idéale pour moi, dans mon cas, c’est un peu de vidéo parce que j’adore la vidéo. C’est un peu de technologie, c’est beaucoup de psychologie, c’est du storytelling, c’est de la science et que j’adore la science et c’est des gens qui font des trucs incroyables. » Et si j’arrive à mixer ça, il y a de grandes chances que je sois heureux. Et au début, voilà, c’est flou, mais progressivement, plus je le fais, plus je peux enlever des choses.

J’espère que la vidéo t’a plu. En tout cas, je partage un message qui, pour moi, est vraiment important. Mets-moi, en commentaire un rêve que tu as. Si tu le réalises d’ici à la fin de ta vie, tu serais vraiment fier de toi. Je vais lire chacun des commentaires. Et si le sujet de la motivation t’intéresse, tu vois pendant des années, moi, je vis les difficultés à trouver de l’énergie et être motivé. Ma mère disait : « tu es léthargique ». J’ai découvert un principe qui m’a beaucoup aidé, j e l’ai appelé depuis « La motivation induite » et j’ai créé un guide qui s’appelle « Le Guide pratique de la motivation induite. » Voilà, ça a aidé déjà des centaines de personnes. Si ça t’intéresse, tu cliques juste sur le bouton qui apparait. Je te l’envoie gratuitement. Vraiment, ça va t’aider et ça change encore une fois la vie de dizaines de personnes. En attendant je te dis à très vite et surtout, rappelle- toi cette année, c’est notre année.

5
1
voter
Évaluation de l'article

S’abonner
Notifier de
guest