1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Apprendre à surmonter l’échec en 6 clés

Nous avons tous peur d’échouer. Nos peurs conditionnent nos actes et décident de ce que nous osons

Nous avons tous peur d’échouer. Nos peurs conditionnent nos actes et décident de ce que nous osons – ou n’osons pas faire. Il nous est déjà arrivé à tous d’avoir envie de faire quelque chose, puis de renoncer rien qu’en s’imaginant que l’on pourrait ne pas réussir.

Aujourd’hui, j’aimerais vous aider à accepter l’échec ! Car plus vous serez prêt à accepter l’échec et plus vous oserez faire des choses qui initialement vous faisaient peur. Ce qui signifie que plus vous êtes prêt à affronter une défaite, plus vous êtes prêt à réussir.

Je vous partage 6 clés qui vous aideront à surmonter et transformer les échecs !

L’échec vous pousse à grandir et à apprendre

Le premier conseil que je peux vous donner, c’est de voir les échecs comme une ressource : un échec représente une opportunité de changer les choses.

Avant, lorsqu’il y avait des compétitions, j’étais tellement paralysé par la peur d’échouer que je préférais rester chez moi et ne pas participer, pour ne pas prendre le risque de perdre. Le problème, c’est qu’en agissant de la sorte, je ne me laissais pas non plus l’opportunité de gagner, ou simplement de progresser.

Si deux personnes vivent un même échec, et que quelques temps plus tard on leur demande comment elles l’ont vécu : la 1ère personne vous dira que cet échec l’a beaucoup atteinte, qu’elle ne s’en est pas remise et que ça a entaché sa confiance en elle, qu’elle n’ose plus rien faire depuis et qu’elle s’est renfermée sur elle-même.

La 2ème personne vous dira que cet échec l’a aidée à grandir, à ne plus avoir peur de se lancer, que depuis elle a réalisé plein de choses qu’elle n’aurait jamais osé faire avant et que cet échec a été au final bénéfique.

Il s’agit pourtant de la même situation, du même échec, mais de deux personnes différentes et donc de deux façons de l’appréhender – c’est à vous de décider comment vous souhaitez vivre vos défaites ! Plus vous vous remettez rapidement d’un échec, moins vous aurez peur d’échouer à l’avenir.

La prochaine fois que vous vivrez une défaite, essayez de comprendre en quoi elle peut vous aider à apprendre des choses sur vous. Analysez en quoi vous avez échoué, mettez en place des stratégies pour que la situation ne se reproduise plus. Développez de nouvelles compétences, mettez en place un nouveau processus, donnez-vous les moyens de réussir !

Vous affronterez le prochain obstacle en ayant les armes nécessaires et vous vous sentirez beaucoup plus confiant. Essayez de voir les échecs comme autant d’occasions d’apprendre et de développer de nouvelles compétences – et petit à petit, celles-ci vous mèneront vers la réussite.

Gardez bien en tête que les plus grandes victoires de votre vie ont existé grâce à des échecs préalables – et que les grands échecs génèrent de grandes victoires.

L’échec vous pousse à être humble

Dans les périodes de notre vie où l’on déborde de confiance en nous, un échec nous fait redescendre de notre piédestal et nous prouve que rien n’est jamais acquis. Un échec nous montre que nous sommes comme tout le monde, que nous pouvons exceller dans certains domaines, et avoir des lacunes dans certains autres – et cette dose d’humilité est importante.

Elle nous fait prendre conscience que nous avons encore beaucoup à apprendre, que nous avons une grosse marge d’amélioration et que l’on peut grandir sur encore bien des sujets.

L’échec vous rend créatif

Se retrouver en situation d’échec nous pousse à trouver des solutions, à penser différemment, à chercher à faire mieux.

Sans échec, nous resterions dans notre zone de confort. Nous ne progresserions jamais car nous ne n’aurions aucune raison de nous remettre en question – et nous ferions toujours les choses de la même façon.

Voyez les défaites comme des opportunités d’innover ! Si mes vidéos avaient toujours fonctionné, si depuis le tout début j’avais eu l’audience que j’ai aujourd’hui, j’aurais continué à faire exactement la même chose qu’à mes débuts et je n’aurais jamais cherché à m’améliorer ou bien à me diversifier.

Mais heureusement pour moi, mes vidéos ne fonctionnaient à l’époque pas aussi bien que je l’espérais, et j’ai été obligé de me forcer à faire de nouvelles choses, à réfléchir à de nouvelles solutions pour progresser et atteindre mes objectifs.

Ce qui veut dire que sans ces échecs et ces difficultés, je ne me serais pas dépassé et je n’en serais probablement pas là où j’en suis aujourd’hui.

L’échec est une graine d’inspiration

inspirez-vous de vos échecs

Découvrez comment vous inspirez de vos échecs

Les personnes les plus inspirantes ne sont pas celles qui ont tout réussi du premier coup, mais celles qui ont réussi à transformer leurs échecs. Envisagez chaque échec comme l’opportunité de devenir une source d’inspiration, pour soi-même ou pour les autres.

Énormément de personnes mettent du temps à se relever d’un échec et ensuite perdent de l’énergie à se plaindre d’avoir échoué, à ressasser le passé sans même essayer de comprendre la raison de leur défaite.

Ces personnes gaspillent bien souvent de l’argent pour compenser l’échec (je suis sûr que vous vous êtes déjà dit “je mérite de m’offrir cette nouvelle paire de chaussures, je viens de rater un examen/un entretien et j’ai besoin de me remonter le moral”), elles abîment parfois des relations à trop parler de leurs échecs.

Elles ont l’impression qu’en plus d’avoir échoué, cet échec leur apporte beaucoup de négatif dans leur vie et elles entrent dans un cercle vicieux. Arrêtez de vous apitoyer sur votre sort et relevez-vous : si vous décidez tout de suite de ne pas vous laisser abattre par cet échec et d’en tirer du positif, vous vous mettez tout de suite dans une bonne dynamique !

Voyez la vie comme une partie de poker : il y a certains jours où vous avez une bonne main, d’autres non – et cela, que vous soyez un très bon joueur ou bien un amateur. La différence se fait dans l’énergie que vous avez lorsque votre main n’est pas terrible : est-ce que vous baissez les bras d’avance, ou bien est-ce que vous décidez de tenter le tout pour le tout ?

Dix parties plus tard, est-ce que vous serez toujours en train de vous plaindre de ne pas avoir eu une bonne main à un moment donné, ou bien est-ce que vous aurez oublié cette partie et vous serez en train de tout donner pour remporter celle que vous êtes en train de jouer, pour vous dépasser ?

Vivez votre prochain échec comme un test que la vie vous envoie, c’est l’occasion de prouver à quel point vous avez envie d’évoluer et de réussir. La différence se fait dans le temps que l’on met à transformer l’échec. À vous de voir si vous voulez mettre 2 ans, 2 mois, 2 jours ou bien alors si vous acceptez tout de suite de vous relever.

L’échec vous prépare à réussir

Quand on prend du recul, on se rend généralement qu’un échec cuisant est la somme de plein de petits échecs au préalable que l’on n’avait pas remarqués ou bien auxquels on n’a pas suffisamment prêté attention.

Par exemple, si vous travaillez sur vos dossiers sans jamais sauvegarder votre travail, que vous vous en rendez compte et que vous vous dites régulièrement “ça serait bien que je sauvegarde mes fichiers” mais que vous ne le faites pas ; si un jour votre disque dur plante alors que vous êtes en train de travailler sur un dossier énorme, vous allez sûrement vivre ça comme un échec – alors que ça sera simplement la suite logique de ce qui s’est passé.

Car vous n’avez pas voulu écouter les premiers signes. C’est la vie qui vous envoie un message plus fort, afin que vous en tiriez une leçon et que vous puissiez vous améliorer à l’avenir.

L’échec et la réussite sont très étroitement liés. Prenez du recul, remettez les choses en perspective : même si cela est souvent désagréable, voire douloureux, acceptez que grâce à cet échec, vous avez appris une leçon de vie.

Si vous voyez un événement comme un échec, c’est parce que vous avez arrêté l’histoire trop tôt. Par exemple, est-ce que vous saviez que Steve Jobs s’était fait virer d’Apple ? Ce jour-là, il aurait pu décider d’arrêter l’histoire et se dire qu’il s’était fait virer de la société qu’il avait lui-même créée et vivre ça comme un échec cuisant.

Mais il ne s’est pas laissé abattre, il a créé une autre société que tout le monde connaît, qui s’appelle Pixar et qui produit des films d’animation – puis ensuite il a réintégré Apple.

S’il n’avait pas été viré, s’il n’avait pas vécu cet échec, il n’aurait jamais eu l’occasion de créer Pixar. Au final, si cette histoire n’a rien d’un échec, c’est uniquement parce que Steve Jobs a décidé de ne pas la stopper au moment où il s’est fait virer !

N’arrêtez pas votre histoire à la première embûche, au premier coup dur, vivez votre histoire à l’échelle de votre vie et donnez-vous la possibilité de continuer à avancer après chaque échec.

L’échec vous apprend à vous aimer

Si vous vivez mal un échec, c’est que vous devez avant tout apprendre à vous aimer.

Si le fait de vivre un échec vous fait remettre en question votre valeur intrinsèque, c’est que vous ne vous aimez pas suffisamment. Pourquoi ? Parce que si vous vous aimiez suffisamment, une défaite ne suffirait pas à vous déstabiliser et à vous faire tout remettre en cause !

La bonne nouvelle, c’est que vous allez devoir affronter des échecs, petits ou grands, tout au long de votre vie. Vous pouvez alors décider de voir chacun d’entre eux comme une occasion supplémentaire d’apprendre à transformer l’échec, à vous aimer et à aller de l’avant.

Échec et réussite font partie d’un même jeu, apprenez à composer avec les deux.

Si un enfant vient vous voir en pleurant parce qu’il a perdu à un jeu, j’imagine que vous allez le rassurer, lui expliquer que ce n’est pas grave, que vous l’aimez, et qu’il aura plein d’autres occasions de réussir dans la vie ?

Theodore Roosevelt a dit : “Le seul homme à ne jamais faire d’erreur est celui qui ne fait rien”.

Je suis sûr qu’au final, vous préférerez être fier d’avoir tout essayé, plutôt que de n’avoir jamais échoué parce que vous avez eu peur d’essayer.

Alors dites-vous la même chose ! À la fin de votre vie, vous ne vous souviendrez pas de vos échecs. Vous garderez en mémoire que vous avez tout donné pour être fier de vous et mener la vie qui vous inspire !

Vous aimeriez en savoir plus sur comment surmonter l’échec ? Jetez un coup d’œil sur Comment SURMONTER et TRANSFORMER l’échec ? Un article dans lequel vous apprendrez comment ne plus avoir peur de l’échec et passer au niveau supérieur de votre vie.

Aussi, toute l’équipe de David Laroche vous a concocté la formation 21 jours pour libérer votre potentiel dans laquelle vous apprendrez à surmonter l’échec grâce à vos potentialités.

On avance ensemble !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Soyez le premier à voter)

Loading...

Maintenant la partie plus importante : VOUS!!

Votre opinion est ce qui a le plus de valeur à mes yeux.

 

Alors que retenez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

0 commentaires

Laisser un commentaire

Une seule de ces 5 erreurs suffit à vous empêcher de réussir

Recevez dès maintenant une vidéo gratuite pour éviter de les commettre en remplissant le formulaire ci-dessous

C'est bon ! Vous devriez recevoir la vidéo par e-mail dans quelques instants :)

Share This